Une exposition à Ferrare sur Vittorio Cini, grand entrepreneur et collectionneur


Du 13 novembre 2022 au 26 février 2023, le Palazzo Bonacossi de Ferrare accueillera l'exposition "Vittorio Cini. L'ultimo doge", consacrée à l'histoire humaine du grand entrepreneur et collectionneur Vittorio Cini.

Du 13 novembre 2022 au 26 février 2023, le Palazzo Bonacossi de Ferrare accueillera l’exposition Vittorio Cini. L’ultimo doge, organisée par Il Cigno Arte en collaboration avec la Ferrara Arte Foundation et le Service des musées d’art de la municipalité de Ferrare: une exposition consacrée à Vittorio Cini (Ferrare, 1885 - Venise, 1977), l’un des principaux collectionneurs du début du XXe siècle, ainsi qu’un entrepreneur, parmi les Italiens les plus riches de son époque.

Né à Ferrare le 20 février 1885, Vittorio Cini, défini par Indro Montanelli comme “le dernier Doge de Venise” (l’exposition, organisée par Marco Di Capua, s’intitule Vittorio Cini. Le dernier doge), a été l’un des plus grands entrepreneurs du XXe siècle. Sénateur du Royaume à partir de 1934, il est nommé deux ans plus tard commissaire général de l’Exposition universelle de Rome, prévue pour 1942. Après avoir occupé pendant quelques mois le poste de ministre des communications, il se désolidarise du régime fasciste en juin 1943, un choix qui lui vaut d’être interné dans le camp de concentration de Dachau, dont il s’échappe grâce à l’intervention de son fils Giorgio. En mémoire de ce dernier, mort prématurément, il encourage la création de la Fondation Giorgio Cini (1951), un centre de formation et de recherche humaniste qu’il choisit d’implanter sur l’île de San Giorgio Maggiore, à Venise, afin d’en promouvoir la récupération et la restauration. Mécène et philanthrope, homme de curiosité et amoureux de la beauté, Cini fut également l’un des collectionneurs les plus intelligents du siècle dernier: sa collection riche et variée comprenait des chefs-d’œuvre des grands maîtres de la Renaissance d’Este, témoignant de sa passion pour l’art de sa ville natale, qu’il approcha également grâce à sa connaissance de Nino Barbantini, commissaire de la célèbre exposition au Palazzo dei Diamanti en 1933.

À travers les œuvres de vingt-huit artistes, pour la plupart conçues ad hoc en prévision de l’exposition collective, c’est la vie humaine et professionnelle de cet illustre Ferrarais, protagoniste de l’histoire et de la vie économique, politique, sociale et culturelle de l’Italie du XXe siècle, qui est évoquée. De nombreuses œuvres insistent sur les lieux où il a laissé une trace indélébile, à commencer par sa ville d’adoption, où il vécut dans le palais du XVIe siècle situé sur le Grand Canal à San Vio (qu’il embellit avec d’extraordinaires œuvres d’art ancien qu’il collectionna au fil des ans) et où il promut la récupération de l’île de San Giorgio Maggiore, en fondant la première institution privée italienne dont l’objectif principal était la recherche humaniste. Et encore, sur le continent, la zone industrielle de Porto Marghera, dont il a jeté les bases du district urbain ; et, bien sûr, Rome, la Ville éternelle, où Mussolini lui a confié la gestion de l’une des aventures les plus extraordinaires de l’urbanisme moderne, l’Exposition universelle (E42). D’autres ouvrages évoquent ses initiatives entrepreneuriales (par exemple dans l’industrie électrique) et sa biographie. Comme le souligne Marco Di Capua, des différents indices fournis par les artistes qui ont étudié la “géographie” de Cini émerge “un ADN créatif et civique, design et esthétique, qui influence et rend évident le sens moderne de la civilisation italienne”.

À travers des photographies et des documents historiques, l’exposition vise également à rendre compte de l’activité de collectionneur de Vittorio Cini, défini par Federico Zeri comme un “véritable collectionneur de peintures anciennes”, et de certaines initiatives significatives telles que la restauration et l’ameublement du château de Monselice(dont il est devenu propriétaire en 1935), la donation d’œuvres d’art et d’objets d’art à l’UNESCO, ainsi que la création d’un musée de l’art contemporain. propriétaire en 1935), la donation du palais de Renata di Francia à la municipalité de Ferrare (1942) et la création de l’Institut culturel Giorgio Cini House dans la résidence familiale de Via Santo Stefano à Ferrare, donnée aux Jésuites en 1950.

L’exposition comprend des œuvres de Riccardo Ajossa, Marco Bernardi, Alberto Biasi, Andrea Boyer, Vito Bongiorno, Lucia Crisci, Ettore de Conciliis, Stefania Fabrizi, Shay Frisch, Elisa Grezzani, Carlo Gavazzeni Ricordi, Claudio Koporossy, Rosaria Gini, Alessandra Giovannoni, Umberto Mariani, Riccardo Monachesi, Giorgio Ortona, Tommaso Ottieri, Achille Perilli, Elena Pinzuti, Piero Pizzi Cannella, Mauro Reggio, Oliviero Rainaldi, Maurizio Savini, Giovanni Tommasi Ferroni, Emilio Vedova, Marco Verrelli, Ortensio Zecchino.

Horaires d’ouverture: vendredi de 15h à 18h30, samedi et dimanche de 10h30 à 18h30. Entrée libre. Réservations : https://www.comune.fe.it/prenotazionemusei, renseignements 0532 244949 ou diamanti@comune.fe.it, site web comune.fe.it/bonacossi.

Image: Emilio Vedova, Untitled (1985 ; mixed media on cardboard)

Une exposition à Ferrare sur Vittorio Cini, grand entrepreneur et collectionneur
Une exposition à Ferrare sur Vittorio Cini, grand entrepreneur et collectionneur


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.