1 000 embauches à partir de 2020, classements glissants, mesure anti-bagarins. La culture dans la manœuvre 2019 approuvée au Sénat


Le texte du projet de loi de finances 2019 a été approuvé au Sénat. Voici les mesures pour la culture contenues dans la manœuvre.

Dans la nuit de dimanche à lundi, le projet de loi de finances 2019 (numéro 981) a été approuvé par le Sénat: leprocessus législatif prévoit maintenant que la manœuvre 2019 sera renvoyée à la Chambre des députés où le vote final qui donnera le feu vert définitif aura lieu entre le 27 et le 31 décembre. Voyons, une à une, toutes les mesures pour la culture contenues dans le texte de la manœuvre. Toutes les mesures sont contenues dans l’article 1. Nous les énumérons par ordre de numéro de paragraphe.

4,725 millions d’euros à la Société Dante Alighieri. Le paragraphe 67-ter stipule que “Pour l’année 2019, la dépense de 4.725.000 euros est autorisée comme contribution extraordinaire pour la récupération, la restauration conservatrice et les travaux d’entretien extraordinaires de l’édifice public Palazzo Firenze, siège de la Société Dante Alighieri”.

Mille recrutements au MiBAC entre 2020 et 2021. Le paragraphe 180 stipule qu’“afin de poursuivre plus efficacement les missions institutionnelles, le ministère des Biens et Activités culturels est autorisé, dans le respect de la dotation actuelle, à mettre en œuvre des procédures concurrentielles pour le recrutement, à partir de 2020, de 500 personnes non cadres, dont 250 unités...”. à partir de 2020, 500 personnes non cadres, dont 250 du domaine III, position économique F1, et 250 du domaine II, position économique F1, et, à partir de 2021, 500 personnes non cadres supplémentaires, dont 250 du domaine III, position économique F1, et 250 du domaine II, position économique F1. Les coûts découlant de l’embauche visée au présent paragraphe, qui s’élèvent à 18 620 405 € pour l’année 2020 et à 37 240 810 € par an à partir de l’année 2021, sont couverts par les ressources du fonds visé à l’article 1er, paragraphe 365, lettre b), de la loi n° 232 du 11 décembre 2016, tel que refinancé en vertu du paragraphe 161 du présent article ". Le fonds visé par la loi de 2016 est celui établi pour le recrutement à durée indéterminée dans les administrations de l’État, qui est refinancé (par le paragraphe 161 de la manœuvre) entre 2020 et 2021 avec environ 750 millions d’euros.

Publication du classement du concours MiBAC 2016. La MiBAC bénéficiera d’au moins 500 recrutements supplémentaires à la suite de la publication du classement du concours d’avril 2016. Le paragraphe 181 stipule que “afin d’assurer une meilleure action pour la protection et la valorisation du patrimoine culturel national, il est permis de faire défiler, dans la limite du plafond de dépenses de 3,75 millions d’euros, pour un nombre de postes supérieur à 100 % des postes mis au concours, les classements relatifs aux procédures de sélection publiques annoncées en vertu de l’article 1er, paragraphes 328 et suivants, de la loi 28 décembre 2015, no. 208, dans le respect de la répartition du personnel figurant dans le tableau B annexé au règlement visé par le décret du Premier ministre n° 171 du 29 août 2014. Les coûts seront couverts, à partir de l’année 2019, par les ressources du fonds visé à l’article 1, paragraphe 365, lettre b), de la loi n° 232 du 11 décembre 2016, tel que refinancé conformément au paragraphe 161 du présent article.”

400 000 euros pour l’Institut d’histoire du Risorgimento italien. L’alinéa 181-ter établit une dotation de 400 000 euros par an pour les activités d’étude et de recherche de l’Institut pour l’histoire du Risorgimento italien.

Défilement desclassements internes pour combler les lacunes en matière de personnel dans les domaines II et III. Le paragraphe 182 garantit le défilement des classements internes pour les domaines II et III afin de combler les lacunes en matière de personnel : “En considération de la nécessité de renforcer l’action de protection et de mise en valeur du patrimoine culturel, dans le respect des limites des dotations organiques ainsi que des pouvoirs d’engagement et des contraintes prévues par la réglementation en vigueur, le ministère du patrimoine et des activités culturelles peut couvrir, pour l’année 2019, ses déficits en personnel dans les profils professionnels des domaines II et III en engageant, par ordre de classement, dans la limite maximale de 50 pour cent des pouvoirs de recrutement pour l’année 2019 constatés par le décret du président du Conseil des ministres visé à l’article 35, alinéa 4, du décret législatif n° 165 du 30 mars 2001, les candidats qui, dans les procédures de recrutement de personnel dans les domaines II et III, ont été jugés les mieux placés pour occuper les postes vacants. 165, les candidats qui, dans les procédures sélectives internes pour le passage à la Zone II et à la Zone III, respectivement, avec des classements approuvés au 1er janvier 2010, ont été placés dans les mêmes classements en position utile en fonction du nombre de postes prévus par les avis respectifs pour le pourvoi desquels chaque procédure a été appelée”.

Prolongation des contrats à durée déterminée. Le personnel engagé sous contrat à durée déterminée verra son contrat prolongé, comme établi par le paragraphe 182-bis : “afin de faire face aux besoins temporaires de renforcement des interventions de protection, de surveillance et d’inspection, de protection et de conservation ainsi que de valorisation du patrimoine culturel géré, la prolongation jusqu’au 31 décembre 2019 et dans la limite des dépenses d’un million d’euros pour l’année 2019, des contrats à durée déterminée stipulés par les instituts et lieux de culture en vertu de l’article 8 du décret-loi 31 mai 2014, n °. 83, converti, avec des modifications, par la loi n° 106 du 29 juillet 2014”.

Trois embauches à l’Accademia della Crusca. La mesure est contenue dans les paragraphes 189, 190 et 191. Le paragraphe 189 indique que “pour soutenir la langue italienne, en tenant compte de sa valeur historique en tant que fondement de l’identité nationale, et pour promouvoir son étude et sa connaissance en Italie et à l’étranger, la dotation de l’Accademia della Crusca visée dans le décret du ministre des biens et des activités culturels du 1er mars 2002 est augmentée de trois personnes ne faisant pas partie du personnel d’exécution”. L’Accademia della Crusca est autorisée, par dérogation aux pouvoirs de recrutement existants et aux dispositions de l’article 4, alinéa 3, du décret-loi n° 101 du 31 août 2013, converti, avec modifications, par la loi n° 125 du 30 octobre 2013, et sans l’accomplissement préalable des procédures de mobilité visées à l’article 30 du décret législatif n° 165, à recruter, au cours de l’année 2010, des personnes qui ne sont pas membres du personnel de l’Accademia della Crusca. 165, à recruter, au cours de l’année 2019, à durée indéterminée, par le biais d’une procédure spéciale de concours sur titres et examens, un contingent de personnel composé de deux unités appartenant à la zone C, position économique C1, et d’une unité appartenant à la zone B, position économique B1. Le recrutement du personnel appartenant à la zone C peut également avoir lieu par le biais d’une procédure réservée en vertu de l’article 20, paragraphe 2, du décret législatif n° 75 du 25 mai 2017, sous réserve des exigences et des limites qui y sont prévues“. En 190, il est indiqué que ”la gestion administrative de l’Accademia della Crusca est confiée à un secrétaire administratif, choisi, par le biais d’une procédure de sélection publique, parmi des personnes ayant une qualification professionnelle particulière et avérée, embauchées au moyen d’un contrat de travail à durée déterminée. Le poste de secrétaire administratif a une durée de trois ans au minimum et de cinq ans au maximum et peut être renouvelé une fois. La fonction est incompatible avec d’autres relations de travail, publiques ou privées, ou avec une activité indépendante, ainsi qu’avec toute autre activité professionnelle privée, même occasionnelle, susceptible d’entrer en conflit avec les objectifs et les tâches du Collège. Le salaire du secrétaire administratif ne peut dépasser le salaire moyen des cadres non généraux du ministère du patrimoine et des activités culturelles“. Le paragraphe 191 décrète que ”pour faire face aux coûts découlant des embauches visées aux paragraphes 189 et 190, une dépense de 236 000 euros par an est autorisée à partir de 2019".

Le gel des embauches dans l’administration publique est confirmé jusqu’au 15 novembre 2019. Le texte approuvé au Sénat reprend l’amendement gelant les recrutements dans l’A.P. jusqu’au 15 novembre 2019. Nous lisons au paragraphe 208-septies : “pour l’année 2019, les services du Premier ministre, les ministères, les entités publiques non économiques, les agences fiscales et les universités, en ce qui concerne les pouvoirs d’embauche ordinaires visés à l’année susmentionnée, ne peuvent pas embaucher de personnel sous contrat à durée indéterminée avec effet juridique et économique avant le 15 novembre 2019. Pour les universités, la disposition visée à la phrase précédente s’applique à partir du 1er décembre 2019 en ce qui concerne les pouvoirs ordinaires de recrutement pour la même année. Ceci sans préjudice du classement dans la fonction de professeur associé en vertu de l’article 24, alinéa 5 de la loi n° 240 du 30 décembre 2010, qui pourra être organisé au cours de l’année 2019 à l’issue du contrat de chercheur visé à l’article 24, alinéa 3, lettre b) de la même loi”.

1,2 million d’euros pour l’Accademia dei Lincei. Environ 970.000 euros répartis sur trois ans destinés au recrutement, comme prévu au paragraphe 211-bis : “L’Accademia Nazionale dei Lincei, pour faire face à des besoins de service indéfectibles d’une pertinence et d’une urgence particulières visant à assurer la continuité et le développement des activités institutionnelles par rapport aux besoins réels, est autorisée, à titre extraordinaire au cours de la période triennale 2019-2021, par dérogation à l’article 1 paragraphe 227 de la loi 28 décembre 2015, n. 208, à procéder à des recrutements de chercheurs permanents visés à l’article 24, paragraphe 3, lettre b de la même loi”. 208, à procéder à des recrutements de personnel permanent à classer en qualification B1 et en qualification C1, jusqu’à ce que les postes disponibles dans le tableau des effectifs actuel soient pourvus. À cette fin, les dépenses de 203 855 € pour 2019, 340 598 € pour 2020 et 426 377 € à partir de 2021 sont autorisées “. Les 250 000 euros restants sont destinés au projet ”I Lincei per la scuola“ : ”l contributo di cui all’articolo 1, comma, 385, lettera h) della legge 28 dicembre 2015, n. 208, in favore della Fondazione “I Lincei per la scuola” presso l’Accademia nazionale dei Lincei è prorogato per l’anno 2019. Le coût découlant du présent paragraphe, qui s’élève à 250 000 euros pour l’année 2019, est couvert par une réduction correspondante du fonds visé au paragraphe 421".

3 millions d’euros pour la Bibliothèque italienne pour les aveugles. Les fonds sont distribués à raison d’un million d’euros pour chaque année entre 2019 et 2021. A l’article 1er, alinéa 236 : “ La contribution en faveur de la Bibliothèque italienne pour aveugles ” Regina Margherita “ de Monza visée à l’article 1er de la loi n° 260 du 13 novembre 2002 est augmentée d’un montant d’un million d’euros pour chacune des années 2019, 2020 et 2021 ”. À l’article 1er, alinéa 421, de la loi n° 208 du 28 décembre 2015, les mots : “ et 2018 ” sont remplacés par les mots : “ , 2018, 2019, 2020 et 2021 ”.

120 000 euros pour la Fondation Ugo Spirito et Renzo De Felice. Le paragraphe 281-quater attribue 60.000 euros pour 2019 et le même montant pour 2020 à la Fondazione Ugo Spirito e Renzo De Felice : “À l’occasion de la quarantième année depuis la mort d’Ugo Spirito et de la quatre-vingt-dixième année depuis la naissance de Renzo De Felice, une dépense de 60.000 euros est autorisée.Cette dépense est autorisée à hauteur de 60 000 euros pour chacune des années 2019 et 2020, en faveur de la Fondazione Ugo Spirito e Renzo De Felice pour le programme extraordinaire d’inventaire, de numérisation et de diffusion des collections de livres et d’archives appartenant à la Fondation, ainsi que pour la promotion de recherches et de conférences visant à commémorer la pensée du philosophe et l’œuvre de l’historien”.

L’ignifugation des bâtiments de la MiBAC. Le paragraphe 304 prévoit que : “le ministère des biens et activités culturels et les autres ministères qui utilisent les bâtiments visés au paragraphe 303 veillent, dans la limite des ressources disponibles, à ce que les problèmes critiques détectés soient mis aux normes et à ce que les prescriptions émises soient respectées de la manière et dans les délais fixés par un ou plusieurs arrêtés du ministre de l’intérieur, qui peuvent être modifiés en conséquence. arrêtés du ministre de l’intérieur, en accord avec le ministre des biens et activités culturels et le ministre de l’économie et des finances, après consultation des administrations concernées, à adopter dans un délai de soixante jours à compter de l’expiration du délai d’achèvement de l’enquête visée à l’alinéa 303. Le même décret prévoit la mise en œuvre de mesures de sécurité équivalentes appropriées dans les instituts, lieux de culture et bureaux du ministère du patrimoine et des activités culturelles et dans les autres bâtiments, afin de se conformer aux normes de prévention des incendies ou aux prescriptions émises, à réaliser dans le respect des délais prévus par le décret visé à la phrase précédente et en tout état de cause au plus tard le 31 décembre 2022”.

La prime à la culture pour les jeunes de 18 ans est confirmée. 240 millions d’euros sont prévus pour 18app (au lieu des 290 du gouvernement Gentiloni : les 50 restants seront utilisés pour d’autres mesures que nous énumérons ci-dessous), mais l’intention de Grillino de l’établir sur la base du revenu familial est abandonnée. Le paragraphe 337 stipule que “afin de promouvoir le développement de la culture et la connaissance du patrimoine culturel, tous les résidents du territoire national en possession, le cas échéant, d’un permis de séjour en cours de validité, qui atteindront l’âge de dix-huit ans en 2019, se verront attribuer, dans le respect des plafonds de dépenses, un montant de 50 000 euros. se voit attribuer, dans le respect du plafond de dépenses de 240 millions d’euros, une carte électronique, qui peut être utilisée pour acheter des billets pour des représentations théâtrales et cinématographiques et des spectacles vivants, des livres, de la musique enregistrée, des billets d’entrée pour des musées, des expositions et des événements culturels, des monuments, des galeries, des zones archéologiques et des parcs naturels, ainsi que pour payer des cours de musique, de théâtre ou de langues étrangères. Les sommes allouées avec la carte ne constituent pas un revenu imposable pour le bénéficiaire et ne sont pas prises en compte dans la valeur de l’indicateur de situation économique équivalente. Un arrêté du ministre des biens et activités culturels, en accord avec le ministre de l’économie et des finances, à adopter dans un délai de soixante jours à compter de la date d’entrée en vigueur de la présente loi, définit les montants nominaux à allouer dans le cadre des ressources disponibles, les critères et les modalités d’attribution et d’utilisation de la Charte”.

Fonds supplémentaires pour le FUS, régions touchées par le tremblement de terre de 2016, réorganisation des fondations lyrico-symphoniques, orchestres, arts appliqués, périphéries, numérisation, Matera 2019, Parme 2020, anniversaire du tremblement de terre de L’Aquila. Une partie des 50 millions d’euros économisés grâce à la réduction de la prime à la culture est allouée comme suit : 8 millions au Fonds unique pour le spectacle (paragraphe 338), 2 millions pour des activités culturelles dans les territoires des Abruzzes, du Latium, des Marches et de l’Ombrie touchés par le séisme de 2016 (339), 12,5 millions d’euros pour le réaménagement des fondations lyrico-symphoniques (340), 1 million d’euros pour le soutien aux festivals, chœurs et fanfares (341), 3,5 millions d’euros pour la valorisation et la promotion des arts appliqués, en particulier la mode, le design et le graphisme (342), 2 millions pour la requalification et la réhabilitation des banlieues urbaines, y compris avec des interventions d’art contemporain (343), 4 millions pour la numérisation du patrimoine culturel (344), 2 millions pour Matera 2019 (345), 3 millions pour Parme capitale italienne de la culture 2020 (345-bis), 1 million pour les initiatives liées à l’anniversaire du tremblement de terre de L’Aquila en 2009 (346), 4 millions de plus pour le Fonds pour le développement des investissements (FDI) (346), 3 millions pour la promotion des arts appliqués, notamment la mode, le design et le graphisme (342) pour le Fonds pour le développement des investissements dans le cinéma et l’audiovisuel (347), 1 million pour les investissements dans le réaménagement des sites de l’UNESCO et du patrimoine culturel immatériel (349), 1.200 000 euros sur deux ans (2019 et 2020, 600 000 euros par an) pour la conservation et la mise en œuvre de projets expérimentaux liés à la sécurité du patrimoine dans les régions des Abruzzes, des Marches et de l’Ombrie et dans les provinces de Frosinone, Latina et Rieti.

Réaffectation du Plan pour l’art contemporain. Sur les 4 millions de dotation du Plan pour l’art contemporain, 3 millions sont destinés à la promotion de l’art contemporain italien à l’étranger. Le paragraphe 349-ter stipule que “pour la promotion de l’art contemporain italien à l’étranger, une partie des ressources visées à l’article 3, paragraphe 1, de la loi n° 29 du 23 février 2001, égale à 3 millions d’euros pour chacune des années 2019 et 2020 et à 1 million d’euros à partir de l’année 2021, est allouée”.

Enchères pour la vente de timbres. Le paragraphe 348-ter prévoit la possibilité pour le prestataire du service postal universel (c’est-à-dire la poste italienne) de promouvoir des ventes aux enchères philatéliques : “À l’article 215 du décret présidentiel du 19 mai 1982 n° 655, après l’alinéa 4, insérer l’alinéa 4 suivant : ”L’article 215 du décret présidentiel du 19 mai 1982 n° 655 est modifié comme suit 655 du 19 mai 1982, après le paragraphe 4, insérer ce qui suit : Afin de promouvoir et de diffuser, y compris dans le contexte international, la culture philatélique nationale et de valoriser les timbres postaux en évitant le risque de leur épuisement dans le temps, en cas de stockage auprès du prestataire du service postal universel d’une grande quantité, non inférieure à un milliard d’exemplaires, de timbres postaux dont la valeur faciale, exprimée également en monnaie n’ayant plus cours légal, ne répond plus à aucun critère d’admissibilité, il est possible de procéder à des ventes aux enchères philatéliques. ne répondant plus à aucun tarif en vigueur, ledit prestataire est autorisé à procéder directement à la vente, en tant que timbres de collection, à des prix différents des prix nominaux et également en dehors du territoire de l’État, par le biais de ventes aux enchères philatéliques également en plusieurs lots non homogènes après trente jours à compter de la communication au ministère de l’Économie et des Finances et au ministère du Développement économique’".

500 mille euros par an pour les étudiants handicapés dans les institutions de l’AFAM. Le paragraphe 416 prévoit ceci : “afin de permettre également aux institutions d’enseignement supérieur artistique, musical et artistique (AFAM) de mettre en œuvre concrètement les services et les initiatives en faveur des étudiants visés à l’article 12 de la loi n°. 104, du 5 février 1992, et des étudiants dont le taux de handicap est supérieur à 66 %, ainsi que des étudiants ayant une certification de trouble spécifique de l’apprentissage, les fonds destinés au fonctionnement administratif et aux activités d’enseignement des institutions de l’AFAM sont augmentés de 500.000 euros par an à partir de 2019, répartis entre les différentes institutions en fonction du nombre total d’étudiants qui y sont inscrits”.

300 000 euros au musée de la civilisation istrienne-fiumane-dalmate et aux archives historiques-musée de Rijeka. Ce montant est prévu au paragraphe 423, qui répartit les fonds sur trois ans, de 2019 à 2021 : “en faveur du Musée de la civilisation istrienne-fiumane-dalmate et du Musée des archives historiques de Rijeka, visés par la loi n° 92 du 30 mars 2004, une contribution supplémentaire égale à 100 000 euros est accordée pour chacune des années 2019, 2020 et 2021”.

Réduction de la contribution à la maîtrise des dépenses des musées autonomes. L’alinéa 470 prévoit que les musées autonomes mettront en œuvre des mesures pour s’assurer davantage de recettes et verront donc la contribution pour la maîtrise des dépenses réduite : “les instituts et musées dotés d’une autonomie spéciale du ministère des Biens et Activités culturels visés à l’article 30, alinéas 2 et 3, du règlement visé par l’arrêté du Premier ministre du 29 août 2014, no. 171 du 29 août 2014, ont mis en place des processus pour assurer une réalisation plus efficace des objectifs institutionnels poursuivis, visant à assurer des recettes propres plus élevées à partir de l’année 2019 ; à cette fin, les règles de limitation des dépenses prévues par la législation en vigueur ne leur sont pas applicables. Par conséquent, les crédits pour les dépenses de fonctionnement des centres de responsabilité pertinents à allouer aux instituts et musées susmentionnés sont réduits de 2 350 000 euros, à partir de la même année”.

Réduction des crédits d’impôt sur les librairies et les cinémas. L’alinéa 471 confirme la réduction des crédits d’impôt en faveur des librairies et des cinémas : “par arrêté du ministre de l’économie et des finances, en accord avec le ministre des biens et activités culturels, à prendre dans un délai de trente jours à compter de la date d’entrée en vigueur de la présente loi, pour chacun des crédits d’impôt de la liste n° 1 annexée à la présente loi, le montant du crédit d’impôt est réduit d’un montant égal à celui du crédit d’impôt de la liste n° 2 annexée à la présente loi. 1 annexée à la présente loi, les quotas en pourcentage pour l’utilisation des crédits d’impôt sont établis de manière à assurer des effets positifs sur les soldes des finances publiques d’au moins 5.590.250 € par an à partir de 2020”. La répartition des réductions est incluse dans le tableau joint au projet de loi.

Mesure anti-bagage. Le long paragraphe 651 introduit une mesure contre la billetterie secondaire, le “scalping en ligne” de ceux qui achètent de grandes quantités de billets pour des concerts et des événements dans le but de les revendre à un prix plus élevé, et qui, dans les intentions du Mouvement 5 étoiles, affectera également le scalping traditionnel, celui qui a lieu à l’extérieur des portes des stades et des arènes. La mesure prévoit que pour les événements organisés dans des salles d’une capacité supérieure à 5 000 spectateurs, les billets deviendront nominaux. Cette mesure entrera en vigueur le 1er juillet. Toutefois, la possibilité pour les personnes qui achètent un billet et ne peuvent plus se rendre à l’événement de le céder à un tiers, si cela est fait à titre occasionnel et sans but commercial, ne sera pas affectée (un changement d’en-tête nominal devra être initié). La mesure ne s’applique pas aux événements sportifs.

Image : la salle du Sénat au Palazzo Madama. Photo : l’hémicycle du Sénat au Palazzo Madama. Crédit

1 000 embauches à partir de 2020, classements glissants, mesure anti-bagarins. La culture dans la manœuvre 2019 approuvée au Sénat
1 000 embauches à partir de 2020, classements glissants, mesure anti-bagarins. La culture dans la manœuvre 2019 approuvée au Sénat


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.