En Sicile, le conseiller municipal fait l'éloge d'une restauration effectuée gratuitement et espère que la pratique se répandra : la controverse s'ensuit


Polémique en Sicile sur les propos d'Alberto Samonà, conseiller pour le patrimoine culturel, qui loue la restauration "gratuite" d'un splendide polyptyque du XVe siècle, symbole du musée Pepoli de Trapani, et appelle à la généralisation de cette pratique. Dépassé par la polémique, il a ensuite annulé sa déclaration.

Les déclarations du conseiller de la région de Sicile pour le patrimoine culturel et l’identité sicilienne, Alberto Samonà, qui a fait l’éloge d’une restauration effectuée gratuitement par les professionnels qui s’en sont occupés, espérant que la pratique de la restauration gratuite des œuvres se répandrait, puis, après avoir reçu de nombreuses critiques, a modifié son commentaire sur les médias sociaux, suscitent (évidemment) la controverse. La restauration en question concernait l’une des œuvres les plus importantes du musée régional “Agostino Pepoli” de Trapani, le polyptyque de l’auteur anonyme traditionnellement identifié comme le maître du polyptyque de Trapani, représentant une Vierge à l’enfant couronnant sainte Catherine dans le compartiment central et quatre saints dans les compartiments latéraux (Catherine, Jean, Marguerite et Jacques), et datant du début du XVe siècle. Le tableau est considéré comme un symbole du musée de Trapani

L’œuvre a récemment été déplacée dans la salle de la pinacothèque de Trapani consacrée à la peinture de la fin du Moyen Âge, et l’intervention a été réalisée par deux restaurateurs professionnels, Elena Vetere et Gaetano Alagna, sous la supervision de la Surintendance de Trapani et avec le soutien de l’association Amici del Museo Pepoli.

Il s’agissait d’une intervention plutôt délicate : “Le précieux tableau”, explique Roberto Garufi, directeur du musée Pepoli, “présentait un soulèvement de la pellicule picturale en plusieurs endroits et nécessitait donc un travail de consolidation pour garantir l’adhésion correcte des couches de couleur et de la couche préparatoire à l’ancien support en bois”. Parallèlement à la restauration, nous avons effectué une intervention pour adapter l’espace d’exposition, en créant des conditions microclimatiques propices à la bonne conservation de l’œuvre. En particulier, afin de prévenir les dommages potentiels causés par l’exposition aux rayons ultraviolets, nous avons protégé les ouvertures de la salle d’exposition en installant des panneaux filtrants spéciaux. Et tout cela sur l’une des œuvres emblématiques du musée.

Le conseiller Samonà avait publié un statut sur Facebook peu après 13 heures avec une déclaration : “Les travaux de restauration effectués sur le polyptyque de la Madone de Trapani, avait-il dit, sont le résultat d’un travail généreusement prêté par les deux restaurateurs, que je remercie personnellement, et constituent un exemple admirable de la façon dont chacun d’entre nous peut contribuer, par ses actions, à la préservation de la mémoire collective. C’est un exemple de bonne pratique qui, je l’espère, se répandra de plus en plus, non seulement parce que l’immensité du patrimoine sicilien exige des ressources inépuisables qui ne sont pas toujours disponibles, mais aussi parce que des gestes généreux comme celui-ci nous éduquent à respecter le patrimoine et à en prendre soin”. Ce sont ces phrases qui ont suscité la controverse: de nombreux utilisateurs ont écrit des phrases telles que “pourquoi ne travaillez-vous pas gratuitement vous aussi ?”, “je pense que le travail implique une rémunération digne, quelle qu’elle soit”, “le professionnalisme doit être payé”. Certains ont même ironisé : “félicitations aux restaurateurs milliardaires qui ne peuvent pas vivre de leur travail au détriment de ceux qui travaillent aussi pour vivre”. D’autres se demandent si, demain, ceux qui asphalteront les routes siciliennes le feront gratuitement.

Commentaires très durs également de la part de l’association Mi Riconosci ? Je suis un professionnel du patrimoine culturel, qui déclare : "Nous pensons que jamais, au grand jamais, une administration publique ne devrait utiliser de la main-d’œuvre gratuite. Jamais. Mais nous comprenons qu’une administration qui n’a aucun respect pour le travail veuille en profiter, et nous comprenons aussi que pour des raisons plus ou moins nobles (que nous ne partageons certainement pas) une entreprise veuille offrir ses services à l’administration. Mais aller jusqu’à qualifier publiquement de BONNE PRATIQUE le fait d’exploiter gratuitement le travail d’autrui, c’est quelque chose... Nous ne trouvons pas les mots. A vous de les trouver.

Submergé par les critiques, le conseiller municipal a supprimé dans la soirée (à 19:14 exactement) ses statuts (bien qu’ils soient toujours visibles en faisant défiler l’historique des modifications). La polémique a donc peut-être fait mouche : le travail, surtout s’il nécessite des compétences pointues, doit être rémunéré, et un conseiller ne peut pas souhaiter que la pratique du travail gratuit se répande.

En Sicile, le conseiller municipal fait l'éloge d'une restauration effectuée gratuitement et espère que la pratique se répandra : la controverse s'ensuit
En Sicile, le conseiller municipal fait l'éloge d'une restauration effectuée gratuitement et espère que la pratique se répandra : la controverse s'ensuit


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.