Le numéro zéro du nouveau FMR est sorti. Voici ce qu'il contient


Le magazine historique FMR reprend sa publication et le numéro zéro est sorti ces jours-ci. Voici ce qu'il contient.

Le numéro zéro de la nouvelle revue FMR, le titre très prisé fondé par le regretté Franco Maria Ricci, est en cours de publication. Franco Maria Ricci, dans les dernières années de sa vie, avait en effet cultivé avec obstination un rêve, celui de récupérer la revue et la marque d’une maison d’édition qui avait baptisé des centaines de livres importants et splendides, ainsi que la revue d’art jugée par beaucoup comme la plus belle du monde.

FMR renaît officiellement et ces jours-ci paraît le numéro zéro, le cadeau de Noël de la maison d’édition Franco Maria Ricci à ceux qui se sont abonnés pour 2022. Pour rendre cela possible, une nouvelle équipe éditoriale, dirigée par Laura Casalis en tant que directrice éditoriale et artistique et Edoardo Pepino en tant qu’éditeur, et un pétit comité de conseillers, composé de Giorgio Antei, Massimo Listri, Giovanni Mariotti, Gabriele Reina et Stefano Salis. Partageant l’esprit et les intentions de la revue, un grand nombre d’universitaires et d’écrivains de renom ont déjà salué sa renaissance : des écrivains comme Héctor Abad Faciolince, Pietro Citati, Orhan Pamuk, et des universitaires comme Christian Beaufort-Spontin, Jean Blanchaert, Gian Carlo Calza, David Ekserdjian, Sylvia Ferino, Caterina Napoleone, Pierre Rosenberg, Vittorio Sgarbi, Edward Sullivan, Óscar Tusquets Blanca, pour n’en citer que quelques-uns.

Ce numéro, qui sort dans les jours du solstice d’hiver de 2021, est un “hors-série” : le numéro zéro. Nous sommes en train d’accorder les instruments (ou peut-être, en attendant que le rideau s’ouvre, nous sommes déjà à l’ouverture)“, écrit Laura Casalis. ”Dans l’éditorial de 1982, Franco Maria Ricci écrivait : “À ceux qui croient que mon aventure peut donner à l’Italie la primauté de la plus belle revue d’art qui ait jamais existé, j’ose demander de devenir mon complice et mon associé. En vous abonnant, ou en donnant votre abonnement à ceux que vous aimez et à ceux que vous estimez, vous m’aiderez à faire vivre à FMR cette vraie vie que ni l’assistance du pouvoir, ni le mécénat de la consommation ne peuvent donner”. Le monde a changé, mais dans ces mots, je ne trouve rien à changer".

Le numéro zéro de FMR Le
numéro zéro de FMR

Le Numéro Zéro s’ouvre et se ferme sur deux colonnes : Hors d’œuvres et Mignardises, présentées comme “des amuse-gueules pour ouvrir l’appétit et des gourmandises pour terminer le repas sur une note sucrée”. En ouverture de la rubrique Quattro venti, le texte inédit en italien L’ultimo viaggio de Franco Maria Ricci, qui raconte littéralement son dernier voyage hors d’Italie, au Portugal, un hommage à une terre terminale et à l’un de ses symboles, le Monastero dos Jerónimos. Pour la rubrique Congetture (Conjectures), Bruno Zanardi nous emmène à la découverte d’un portrait inhabituel de Dante qui cache derrière le cadre un mystérieux feuillet portant le nom de Degas. Pour clore la rubrique Enchères, Massimo Navoni et Bibliothèque, Carlo della Grivola critique le volume La Chine en Miniature de Franco Maria Ricci Editore, un portrait curieux et éclectique de la Chine du XVIIIe siècle, incroyablement détaillé, avec près de deux cents illustrations fascinantes.

Le numéro zéro comporte cinq articles. Dans L’amore lungo di Alex e Rhoda (L’amour long d’Alex et Rhoda), Giovanni Mariotti a choisi treize toiles du peintre canadien Alex Colville qui retracent une extraordinaire histoire d’amour de soixante-dix ans. Gian Carlo Calza signe Tagasode “À qui sont ces vêtements ?”, la question sans réponse qu’un poète a formulée aux origines de la littérature japonaise et qui, des siècles plus tard, a inspiré d’ingénieux artisans dans la création de paravents, des objets oniriques qui touchent avec une extrême délicatesse la corde sensible de l’absence d’Éros. Le sourire de Totonaca de Giorgio Antei révèle comment les fouilles menées dans la région de Veracruz, dans les hauteurs du sud du Mexique, ont mis au jour, malgré l’aridité du paysage, des sourires d’une gaieté sans précédent : à toutes les figures qui ont émergé, un sourire mystérieux, ou un rire franc, illumine leurs visages. Dans Il vangelo secondo Gaudenzio (L’Évangile selon Gaudenzio), Vittorio Sgarbi révèle les merveilles cachées derrière la sévérité des églises franciscaines, comme le sanctuaire de la Madonna delle Grazie à Varallo, où Gaudenzio Ferrari nous a laissé une version Renaissance de la Biblia Pauperum d’une beauté éblouissante. Enfin, la pièce à quatre mains Arcs de cel dans laquelle Pablo Bofill et Nicolas Véron racontent le sculpteur et architecte Xavier Corberó, protagoniste d’une saison artistique qui a élevé la Catalogne au rang de capitale de la modernité, qui a scellé son héritage de créateur, sage et léger, dans les méandres d’une gigantesque construction faite avant tout de vide, et pas n’importe quel vide.

Depuis 1982, date à laquelle il a lancé la revue FMR, Franco Maria Ricci avait pour objectif de raconter et de montrer l’art comme on ne l’avait jamais fait auparavant, et ce fut, en effet, un succès mondial. L’ambition de la FMR renouvelée est de poursuivre dans la même voie et d’offrir au lecteur, outre la séduction des images, le plaisir de la lecture. L’originalité des choix, l’élégance de la mise en page, la qualité des textes ainsi que la haute qualité des images seront similaires à la première saison de FMR, avec l’intention d’être un stimulant pour l’imagination et l’esprit, se déplaçant de manière éclectique entre l’art, l’architecture et le design. FMR sera publié en deux éditions, italienne et anglaise, et sera un “cadeau saisonnier”, puisqu’il paraîtra quatre fois par an. Le magazine FMR est imprimé en Italie par Grafiche Milani, l’une des imprimeries historiques de Milan, qui a déjà imprimé les célèbres œuvres de Franco Maria Ricci.

Le numéro zéro du nouveau FMR est sorti. Voici ce qu'il contient
Le numéro zéro du nouveau FMR est sorti. Voici ce qu'il contient


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.