Lorenzo Lotto, le portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants


Parmi les chefs-d'œuvre de la dernière phase de Lorenzo Lotto, le portrait de Giovanni della Volta avec sa femme et ses enfants, conservé à la National Gallery de Londres, est également l'un des meilleurs exemples de son art du portrait.

Le Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants de l’artiste vénitien Lorenzo Lotto peut révéler certains aspects de sa personnalité et de la société qui l’entourait. Le portrait est la clé pour comprendre les qualités de l’artiste, les valeurs familiales, le symbolisme et les coutumes de la Venise du XVIe siècle.

Venise et son influence

À l’époque de Lotto, Venise est la capitale florissante d’un État qui joue un rôle dominant en Méditerranée orientale. C’était un centre international et culturel qui attirait les artistes, les savants et les éditeurs, ainsi que les diplomates et les marchands. C’est cette atmosphère que Lotto absorbe pendant ses années de formation. À Venise, il se familiarise avec les glacis translucides et les possibilités infinies de la technique de la peinture à l’huile, ainsi qu’avec l’utilisation de la couleur, spécialité de l’école vénitienne.

Malgré son talent extraordinaire, Lotto ne se sent pas à sa place dans sa ville natale. Considéré comme un marginal, il finit par voyager constamment à travers l’Italie, passant la plus grande partie de sa vie dans des zones marginales, tout en retournant périodiquement dans son pays. Au cours de sa carrière, Lotto s’est principalement concentré sur les retables et les portraits. Dans le domaine du portrait, il a largement contribué au développement du portrait de trois-quarts. Le Portrait de Giovanni della Volta avec sa femme et ses enfants est un excellent exemple de sa production tardive.

Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants (1547 ; huile sur toile, 104,5 x 138 cm ; Londres, National Gallery)
Lorenzo Lotto, Portrait
de
Giovanni della Volta avec sa femme et ses enfants (1547 ; huile sur toile, 104,5 x 138 cm ; Londres, National Gallery)

Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants

C’est avec le portrait que Lotto atteint ses plus hauts sommets. Il réussit à gagner la confiance de riches marchands et apprend à les représenter dans des poses inhabituelles, en les associant à des accessoires insolites. Le mouvement, les diagonales, les objets spécifiques, les gestes expressifs et les éléments psychologiques forts éloignent ses compositions du portrait de cour alors en vogue en Italie. Lors de son dernier séjour à Venise, il est l’hôte d’un riche marchand, Giovanni della Volta, chez qui il a peut-être peint ce portrait en échange d’un loyer.

Dans le tableau, la famille della Volta, composée de la mère, du père et de deux enfants, est réunie autour de la table dans un temps qui semble suspendu. La composition présente un V dont les extrémités sont les têtes des deux adultes et l’assiette posée sur la table. Cependant, notre regard est également attiré par la diagonale qui va de la mère à l’enfant nu. De plus, la composition est légèrement déséquilibrée, ce qui donne plus de poids au côté des deux hommes. Chacun des personnages bouge mais la scène semble figée et les visages sont insondables. Ils ne présentent pas le caractère émotionnel fort que l’on retrouve dans les portraits antérieurs de Lotto. L’artiste ne donne pas à ses personnages une implication émotionnelle, semblant en quelque sorte refléter sa propre humeur de tristesse vague, qui a imprégné la dernière partie de sa vie.

La mère offre des cerises à sa fille, suggérant le thème de la fertilité (et de la maternité), tandis que le père les donne à son jeune fils. Le voile dans lequel l’enfant est partiellement enveloppé laisse apparaître ses organes génitaux, signe de la continuité de la lignée. Les parents protègent avec assurance leur progéniture par leurs gestes, dans un espace rendu intime par la présence du tapis aux tons chauds exposé sur la table. Il n’y a pas de place pour d’autres meubles ou effets personnels. L’espace du tableau présente une double nature contrastée: l’espace intérieur est représenté comme sûr et familier, tandis que l’espace extérieur peut être perçu comme menaçant grâce à la grande ouverture abstraite dans le mur nu. Cette ouverture, située juste derrière le tapis moelleux, permet de voir un paysage côtier froid (il ne s’agit pas de la lagune vénitienne que l’on aurait pu voir de leur fenêtre), couronné par des nuages potentiellement menaçants.

Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail
Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail
Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail Lorenzo Lotto, Portrait de
Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail
Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail Lorenzo Lotto, Portrait de
Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail
Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail Lorenzo Lotto, Portrait de
Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail

Tapis, mode, bijoux: les autres protagonistes

Dans ce portrait, la mère et la fille portent une élégante gamurra à l’encolure carrée et au corsage ajusté, respectivement de couleur cyclamen et cobalt. Les manches sont détachables, interchangeables et ponctuées par les bouffants de la blouse blanche au niveau des coutures. À l’époque, les vêtements pour enfants n’existaient pas et les jeunes portaient des vêtements d’adultes miniatures et inconfortables. La mère et la fille portent toutes deux des fils de perles brillants. Sur la poitrine de la fille se trouve un pendentif en corail, typiquement porté par les enfants pour son pouvoir apotropaïque. La femme porte une couronne avec des inserts, un bracelet et une série de bagues. L’homme porte une zimarra - un manteau à la mode et confortable sur un farsetto bleu - et un chapeau de velours.

Venise servait de lien entre l’Europe et le Moyen-Orient. Les échanges intenses entre ces deux mondes ont permis la pénétration d’une esthétique différente, qui a développé de nouveaux goûts et désirs. Aux XVe et XVIe siècles, les tapis turcs comptaient parmi les produits de luxe les plus recherchés. À Venise, les précieux tapis anatoliens étaient exposés suspendus aux fenêtres et aux balcons lors des grandes cérémonies publiques et étaient considérés comme des symboles de statut suprême par l’élite. Ces tapis étaient trop précieux pour être posés sur le sol et recouvraient généralement des coffres ou des bureaux en tant qu’objets purement ornementaux. On en trouve beaucoup dans la peinture vénitienne des XVe et XVIe siècles, à tel point que certains tapis anatoliens ont commencé à être appelés “tapis Bellini”, “tapis Crivelli” ou “tapis Lotto”. Les tapis Lotto sont également appelés Ushak (du nom de la ville turque où ils étaient fabriqués) et se caractérisent souvent par un quadrillage d’arabesques jaunes sur une surface rouge bordée d’une bande verte et blanche en forme de portrait. Dans les peintures, les tapis étaient utilisés pour montrer la richesse des sujets et pour indiquer l’espace habité. Ils étaient également utilisés comme éléments de composition et de coloration, ainsi que comme architecture douce pour délimiter l’espace. Nous savons que Lotto possédait un tapis anatolien et qu’il l’a peut-être utilisé comme modèle dans certaines de ses œuvres.

Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail
Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail
Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail Lorenzo Lotto, Portrait de
Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail
Lorenzo Lotto, Portrait de Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail Lorenzo Lotto, Portrait de
Giovanni della Volta avec femme et enfants, détail

La pensée de sa mort hantait Lotto depuis un certain temps. Dans son testament rédigé quelques mois avant l’achèvement des portraits, n’ayant pas d’héritiers, il lègue ses pinceaux, ses couleurs et les quelques objets de son atelier à deux jeunes peintres méritants. Telles sont les possessions matérielles de l’un des artistes les plus talentueux du XVIe siècle.

Vers la fin de sa vie terrestre, fatigué et déçu par l’accueil froid de son dernier séjour à Venise, Lotto décida de se retirer à Lorette où il vécut comme membre oblat d’une église pendant quelques années jusqu’à sa mort. Il est réconfortant de lire ce que son contemporain Giorgio Vasari a écrit à son sujet dans ses célèbres Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes: “Les dernières années de sa vie qu’il a vécues ont été très heureuses et pleines de tranquillité d’âme et, qui plus est, elles lui ont fait acquérir, autant qu’on puisse le croire, les biens de la vie éternelle”.

Les extraordinaires talents artistiques de Lotto l’ont placé aux côtés des génies de son temps, tels que Bellini, Giorgione, Titien et Véronèse, même s’il est toujours resté en marge des courants dominants tout au long de sa vie. C’était une âme inquiète dont la sensibilité et le goût raffiné ont contribué à donner une nouvelle vie et une nouvelle profondeur à l’art du portrait.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.