Aux États-Unis, les musées peuvent désormais vendre leurs œuvres pour financer les soins apportés aux collections.


Aux États-Unis, les règles du "deaccessioning", la pratique qui consiste à autoriser les musées à vendre leurs œuvres d'art, sont en train de changer: jusqu'à présent, cette pratique n'était autorisée que si le produit de la vente était utilisé pour l'achat de nouvelles œuvres ; désormais, il sera également possible de vendre pour financer l'entretien et la gestion des collections.

L’Association of Art Museum Directors (AAMD), l’association des principaux directeurs de musées aux Etats-Unis, a modifié les règles du deaccessioning, la pratique, autorisée dans les musées américains, qui consiste à vendre des œuvres d’art de la collection dans le but d’en acheter d’autres, par exemple pour combler une lacune dans la collection. Depuis le 30 septembre, ce n’est plus le cas: le deaccessioning est désormais étendu après une semaine de discussion. La modification du règlement a été approuvée par 109 voix sur un total de 130 (199 membres ayant le droit de vote). Le vote a été électronique et s’est déroulé sur une période de quatre jours. La nouvelle règle, qui intervient dans le Règlement des pratiques professionnelles dans les musées d’art (un document auquel tous les musées américains adhèrent), permettra d’utiliser les fonds générés par la vente d’œuvres d’art déclassées pour l’entretien direct des objets de la collection d’un musée: restauration, transport, conservation, etc.

Auparavant, l’article 25 du règlement stipulait: “Les fonds provenant de la cession d’une œuvre déclassée ne peuvent être utilisés pour des opérations ou des dépenses en capital. Ces fonds, y compris les gains et récompenses qui y sont liés, ne peuvent être utilisés que pour l’acquisition d’œuvres d’art, conformément à la politique du musée en matière d’utilisation des fonds d’acquisition restreints. Afin de rendre compte correctement de leur utilisation, l’AAMD recommande que ces fonds, y compris les gains et les appréciations, soient suivis séparément des autres fonds d’acquisition”.

L’article 25 se lit désormais comme suit: “Les fonds provenant de l’aliénation d’une œuvre d’art, y compris les gains et les plus-values, ne peuvent être utilisés que pour l’acquisition d’œuvres d’art d’une manière conforme à la politique du musée en matière d’utilisation de fonds d’acquisition restreints ou pour l’entretien direct d’œuvres d’art. Aux fins de la présente section, on entend par entretien direct les coûts directs associés au stockage ou à la conservation des œuvres d’art. Ces coûts directs comprennent, par exemple, ceux (i) des traitements de conservation et de restauration (y compris l’emballage et le transport pour cette conservation ou restauration) et (ii) des matériaux nécessaires à la préservation de toutes les catégories d’œuvres d’art, tels que le papier sans acide, les dossiers, les passe-partout, les cadres, les supports et la migration des supports numériques. Les fonds provenant de la cession d’une œuvre d’art déclassée ne peuvent être utilisés pour des opérations ou des dépenses d’investissement, sauf dans les cas prévus ci-dessus. Les soins directs ne comprennent pas (a) les salaires du personnel ou (b) les coûts encourus dans le seul but de monter des expositions temporaires”.

Le processus qui a conduit à ce changement a débuté en janvier 2022, lorsque le conseil d’administration de l’AAMD a nommé un groupe de travail chargé de se pencher sur deux questions. La première consistait à déterminer s’il fallait recommander à l’AAMD de modifier la réglementation des pratiques professionnelles dans les musées d’art afin d’autoriser l’utilisation des fonds provenant de la dé-accession pour l’entretien direct des collections. La seconde, qui dépend de la première, consistait à proposer une définition des “soins directs” si le groupe estimait qu’un tel changement était recommandé.

“Il s’agit d’une mise à jour majeure des politiques de l’AAMD, d’un changement évolutif qui est l’aboutissement de neuf mois de travail d’un groupe de travail de 18 membres habilement dirigé par Rod Bigelow du Crystal Bridges Museum of American Art”, déclare Julián Zugazagoitia, président de l’AAMD et directeur du Nelson-Atkins Museum of Art. “Plus d’un an avant la pandémie, les membres de l’AAMD discutaient des questions liées à la gestion des collections, reconnaissant que de nombreux membres de l’association souhaitaient plus de flexibilité et notant également que notre approche n’était plus en phase avec nos collègues de l’American Alliance of Museums ou avec les règles émises par le Financial Accounting Standards Board. Ce changement ciblé répond aux changements demandés par les membres, garantit que notre approche est cohérente avec les normes en vigueur dans l’ensemble du secteur muséal et fournit des conseils essentiels aux membres sur la manière de mettre en œuvre les normes de ’soins directs’ si leurs institutions choisissent de le faire”.

“C’est un bon changement pour l’AAMD, car il reconnaît un changement philosophique au sein de nos membres ainsi que des changements antérieurs effectués par de grandes institutions collégiales telles que l’AAM”, a déclaré Rod Bigelow, président du groupe de travail et directeur du Crystal Bridges Museum of American Art. “Le groupe de travail a reflété les différents points de vue de l’ensemble de nos membres, ce qui était essentiel pour parvenir à ce résultat, et je tiens à remercier les membres pour le temps qu’ils ont consacré à ce processus et pour leur engagement. Nous avons tous compris que toute modification d’une règle que l’Association a scrupuleusement défendue pendant plusieurs décennies devait être limitée et ciblée, et nous y sommes parvenus. Il est tout aussi important de reconnaître que cette modification est un plafond et non un plancher. Il offre une certaine flexibilité supplémentaire à nos membres si leurs institutions le souhaitent, mais il ne demande à aucun musée de modifier sa politique”.

Photo du musée Nelson-Atkins

Aux États-Unis, les musées peuvent désormais vendre leurs œuvres pour financer les soins apportés aux collections.
Aux États-Unis, les musées peuvent désormais vendre leurs œuvres pour financer les soins apportés aux collections.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.