L'Autriche est totalement verrouillée et la culture est à nouveau interdite. C'est dévastateur


Depuis le lundi 22 novembre, l'Autriche est à nouveau plongée dans le cauchemar du lockdown total : musées, théâtres, cinémas sont à nouveau fermés. Et le monde de la culture accuse le coup : "c'est dévastateur". Colère, frustration et déception face aux mesures imposées par le gouvernement.

Lundi 22 novembre, toute l’Autriche a replongé dans le cauchemar du " lockdown" : le gouvernement du pays a estimé qu’un arrêt général de toutes les activités était encore, près de deux ans après le début de la pandémie, la meilleure réponse face à la recrudescence des contagions. En effet, les cas ont fortement augmenté ces derniers jours, atteignant des records depuis le début de la pandémie : le pays alpin a été relativement épargné lors de la première vague, au printemps 2020 (un maximum de 1 321 cas par jour a été atteint), a été assez fortement touché l’hiver dernier, et atteint aujourd’hui des niveaux sans précédent, avec 15 145 nouveaux cas au 18 novembre. Le taux d’occupation des hôpitaux est cependant encore loin des sommets atteints en novembre 2020, lorsque la moyenne hebdomadaire des hospitalisations avoisinait les 4 000 (actuellement, nous sommes juste en dessous de 2 000, alors que lors de la première vague, elle n’atteignait pas 1 000). Même le nombre de décès (moyenne de 43 par jour sur sept jours) est loin de la moyenne de 100-120 de la deuxième vague. D’autre part, l’Autriche souffre du problème d’être l’un des pays les moins vaccinés d’Europe : au 17 novembre, 68,23 % de l’ensemble de la population avait reçu au moins une dose, contre, par exemple, 79,21 % en Italie, 76,40 % en France, 81,71 % en Espagne, 71,73 % en Suède, 76,81 % en Finlande et 75,53 % en Belgique. La situation autrichienne est similaire à celle de pays voisins comme l’Allemagne (69,65%), la République tchèque (60,35%), la Hongrie (62,41%) et la Suisse (66,57%).

Des chiffres qui ont alarmé le gouvernement autrichien. Malgré les campagnes, il n’a pas été possible de vacciner les gens", a déclaré le chancelier Alexander Schallenberg. Nous devons regarder la réalité en face : dans ce pays, trop de forces politiques s’opposent à la vaccination“, ce qui a pour conséquence des unités de soins intensifs surchargées et des ”souffrances sans fin". Le gouvernement a donc décidé d’un blocage total du pays à partir de lundi, actuellement pour un maximum de vingt jours, après quoi il devra être évalué. “Nous devons prendre de telles mesures”, a déclaré M. Schallenberg, avant d’ajouter : "Je suis conscient que nous demandons beaucoup à nos concitoyens. En Autriche, 520 patients sont actuellement traités dans des unités de soins intensifs et 2 871 dans des services normaux.

Le verrouillage sera total, à l’instar de ce que nous avons connu en Italie lors de la première vague, mais un peu moins restrictif : il sera donc possible d’aller à l’école (masque obligatoire pour tous, et pour les élèves plus âgés également FFP2 obligatoire) ou au travail (ainsi que de faire des courses ou d’aller chez le médecin), et de se promener à l’air libre. Tout le reste sera interdit : les magasins qui ne vendent pas de produits de première nécessité seront fermés, et surtout la culture sera fermée. Sur ce point, il n’y a pas d’exception : l’Autriche a décrété un lock-out total pour les musées, les cinémas, les théâtres et les institutions culturelles en tout genre. Les personnes qui ont déjà réservé un billet d’ici au 12 décembre, date à laquelle le lock-out doit prendre fin, seront remboursées ou pourront réserver une visite ou un spectacle à une autre date. Toute la culture est donc une fois de plus contrainte de trouver des débouchés en ligne. Dans les théâtres, il ne sera même pas possible de répéter.

Naturellement, le monde culturel autrichien a réagi en critiquant vivement le gouvernement : scepticisme, colère et frustration sont les sentiments les plus répandus. Du côté des musées, l’un des premiers à s’exprimer est Klaus Albrecht Schröder, directeur de l’Albertina de Vienne, où se tient une grande exposition sur Modigliani. C’est tout simplement dévastateur", a-t-il déclaré au journal Kurier. Le gouvernement nous avait assuré qu’il n’y aurait pas de fermeture, et c’est sur cette base que nous avions décidé en juin d’organiser notre exposition sur Modigliani à l’automne. Et comme la fermeture a eu lieu, cela signifie pour nous une perte de 1 à 1,5 million d’euros". L’exposition avait enregistré de très bons chiffres, ce qui, selon M. Schröder, avait permis de compenser en partie le manque de touristes à Vienne. Mais le lockdown, note-t-on en Autriche, n’a pas seulement un impact sur les mois de fermeture, mais aussi sur ceux de réouverture. Il faut s’attendre à un retour hésitant, disent les Belvédères, comme après chaque fermeture. Et puis trois semaines de fermeture signifient de nouvelles négociations avec les prêteurs des œuvres présentées dans les expositions, qu’il faut convaincre de prolonger leurs prêts, de nouvelles négociations avec les compagnies d’assurance, etc.

Du côté des théâtres, le directeur du Wiener Staatsoper, Bogdan Roščić, a déclaré à l’agence de presse APA : “Nous nous fions aux déclarations du gouvernement selon lesquelles le confinement des personnes vaccinées et guéries, qui constituent notre public depuis le 1er octobre, ne durera que trois semaines, après quoi elles pourront à nouveau revenir”. Toutefois, le directeur a déclaré : “Ce ne sera pas facile. Il y a un an, nous étions le seul grand théâtre au monde qui fonctionnait encore. Aujourd’hui, nous serons bientôt les seuls à ne pas être autorisés”. Bernhard Günther, directeur du festival Wien Moderne, a tenu des propos beaucoup plus durs : “la culture paie la facture pour les autres”, ajoutant que le public de la culture a montré qu’une vie culturelle est possible sans risque, même avec les précautions actuelles, et que “la culture n’est certainement pas responsable de cette décision”. Thomas Gratzer, directeur du théâtre Rabenhof à Vienne, est également déçu : “Je suis triste et en colère : contre les politiques fédérales, contre cette partie irresponsable de notre société, et surtout contre ces forces politiques cyniques et impitoyables qui continuent d’alimenter les divisions dans notre société. Aujourd’hui, tout est à nouveau bloqué et nous devons repartir de zéro. Mais comme nous avons un public loyal et extrêmement responsable, je reste optimiste pour l’avenir à moyen terme”.

L’Autriche envisage également de prolonger le confinement, après le 12 décembre, uniquement pour les personnes non vaccinées et d’introduire la vaccination obligatoire le 1er février, en prévoyant des sanctions administratives pour ceux qui ne s’y soumettent pas. En ce qui concerne la culture, la ministre Andrea Mayer, reconnaissant que le nouveau lockdown aura un impact sur le secteur, a prévu 125 millions d’euros pour permettre aux instituts de faire face à ces trois semaines de fermeture. Il y aura également des extensions du fonds de licenciement, des débours pour les travailleurs culturels et des fonds de solidarité.

Photo : le château du Belvédère

L'Autriche est totalement verrouillée et la culture est à nouveau interdite. C'est dévastateur
L'Autriche est totalement verrouillée et la culture est à nouveau interdite. C'est dévastateur


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.