L'artiste ghanéen Ibrahim Mahama remporte le 23e prix Pino Pascali


L'artiste ghanéen Ibrahim Mahama, célèbre pour sa pratique utilisant le sac de jute comme élément central, remporte la XXIIIe édition du Premio Pino Pascali. Ses œuvres sont exposées à Polignano a Mare du 11 décembre 2021 au 13 mars 2022.

Le Ghanéen Ibrahim Mahama (Tamale, 1987) est le lauréat de la XXIIIe édition du Premio Pino Pascali, décerné chaque année par la Fondazione Pino Pascali. Le Comité du Prix, présidé par Rosalba Branà, directrice de la Fondazione Pino Pascali, Adrienne Drake, directrice de la Fondazione Giuliani per l’arte contemporanea à Rome, et Nicola Zito, historien de l’art et conservateur de la Fondazione Pino Pascali, a motivé son choix de la manière suivante : “Ibrahim Mahama, artiste ghanéen protagoniste de la scène internationale depuis plusieurs années, réfléchit sur la condition humaine, le nomadisme, la migration et l’exploitation de l’homme. Artiste aux fortes connotations politiques, Mahama contamine les langages de l’art, de l’installation environnementale spécifique au site à la photographie et à l’assemblage d’objets, avec l’intention d’amener le spectateur à réfléchir sur les échecs de la modernité”.

Mahama, né en 1987 à Tamale, une capitale régionale du nord du Ghana comptant un demi-million d’habitants, où il vit et travaille actuellement, a également reçu récemment le Prince Claus Award 2020 à Amsterdam, un prix qui récompense ceux qui se sont le plus distingués dans l’application de la culture au développement social. Il a étudié la peinture et la sculpture à l’université Kwame Nkurumah de Kumasi jusqu’en 2013, date à laquelle il a obtenu son diplôme. Pendant ses années d’université, il a lancé une série d’interventions et d’activités réfléchissant sur le thème de la mondialisation, du travail et de la circulation des marchandises, avec des œuvres réalisées en partie grâce à des collaborations avec des citoyens ghanéens. En 2019, l’artiste a ouvert le Savannah Centre for Contemporary Art (SCCA), un espace muséal géré par un groupe d’artistes et de conservateurs actifs au Ghana, suivi de l’ouverture d’un vaste complexe d’ateliers, Red Clay, dans la ville voisine de Janna Kpenn, en septembre 2020. Comprenant des espaces d’exposition, des installations de recherche et un centre de résidence d’artistes, ces deux sites représentent la contribution de Mahama au développement et à l’expansion de la scène artistique contemporaine dans son pays.

Le travail de Mahama a été inclus dans un certain nombre d’expositions internationales, notamment NIRIN, 22e Biennale de Sydney (2020) ; Tomorrow There Will Be More of Us, Stellenbosch Triennial (2020) ; Living Grains, Fondazione Giuliani, Rome (2019) ; Future Genealogies, Tales From The Equatorial Line, 6e Biennale de Lubumbashi, République démocratique du Congo (2019) ; Parliament of Ghosts, The Whitworth, The University of Manchester (2019) ; Labour of Many, Norval Foundation, Cape Town (2019) ; Documenta 14, Athènes et Kassel (2017) ; An Age of Our Own Making, Kunsthal Charlottenborg, Copenhague et Holbæk (2016) ; Fracture, Tel Aviv Art Museum, Israël (2016) ; Artist’s Rooms, K21, Düsseldorf (2015) ; Material Effects, The Broad Art Museum, Michigan (2015). Mahama a également participé à deux éditions de la Biennale de Venise : en 2019, May You Live in Interesting Times, au pavillon inaugural du Ghana, et en 2015, All the World’s Future, au cours de laquelle il a présenté la grande installation Out of Bounds, réalisée à partir de sacs de jute, au Tronchetto de l’Arsenale.

Dans sa pratique artistique, Mahama prend le sac de jute, un objet récurrent dans ses œuvres, comme symbole et métaphore d’une économie fragile, basée sur la production de cacao : estampillé, déchiré, rapiécé, il devient pour Mahama un amplificateur d’histoires, racontant les personnes qui ont travaillé dessus, dans les ports, les entrepôts, les marchés et les villes.

Le sac devient une stratification de souvenirs, de personnes, d’objets, de lieux et d’architecture, et la référence renvoie aux problèmes du continent africain, à ses processus migratoires et à la dynamique complexe de la mondialisation. Fabriqués en Asie du Sud-Est, les sacs ont été importés par les Ghana Cocoa Boards pour transporter les fèves de cacao, considérées comme des produits de luxe. Après cette première utilisation, les sacs sont utilisés à de nombreuses reprises pour transporter des produits tels que le riz, le millet, le maïs et le charbon. Mahama les achète à la fin de leur vie active et les coud pour créer d’immenses tapisseries qu’il utilise également pour dissimuler des bâtiments monumentaux et emblématiques de la société de consommation, comme dans certaines installations récentes bien connues, également en Italie.

Dans le cadre de ses recherches sur l’architecture brutaliste du Ghana post-colonial, Ibrahim Mahama s’est engagé dans un parcours d’analyse et de rénovation qui part de l’un de ces bâtiments, rebaptisé “Nkrumah Voli-ni”, qui a abrité une colonie de chauves-souris pendant les décennies d’abandon qui ont suivi le coup d’État militaire de 1966 ; après l’avoir acheté, l’artiste, dans le cadre du processus de reconversion et de rénovation du bâtiment, a laissé les chauves-souris continuer à y vivre. Ces animaux sont les protagonistes des collages produits par Mahama, devenant le symbole de l’adaptabilité et de la création de nouveaux espaces et écosystèmes.

Les œuvres de Mahama sont désormais exposées à la Fondazione Pascali à Polignano a Mare, où un projet spécifique sera présenté dans le hall central du musée. Les œuvres inédites Sunbun et Tinambanyi (2020-2021) sont également exposées. Par ailleurs, Lazarus, une intervention spécifique à Exchiesetta, coordonnée par l’artiste, sera réalisée au cours d’un atelier dirigé par Angela Varvara, professeur de scénographie à l’Académie des beaux-arts de Bari. La production a été soutenue par l’entreprise culturelle Cultour Società Benefit, qui a également offert deux bourses d’une valeur de 500 euros aux étudiantes Giulia Tota et Filomena Pucci qui travailleront sur le projet. Pour l’installation réalisée à l’Exchiesetta, Mahama utilise des matériaux liés à la production et au commerce, tels que des tiges métalliques et des toiles cirées, utilisées pour recouvrir les marchandises pendant le transport international et imprégnées d’huile en raison de leur contact permanent avec des pièces mécaniques. L’artiste expose ainsi le “paradoxe” de ces animaux, toujours considérés comme des êtres dangereux pour l’homme, mais en réalité, comme beaucoup d’autres espèces, victimes (au point d’être obligés de recréer leur environnement dans un silo abandonné) de l’homme contemporain, obsédé par la production et l’accumulation du capital.

“Ce qui m’intéresse”, explique Mahama, “c’est d’examiner les implications artistiques et politiques de ces matériaux. Que se passe-t-il lorsque l’on rassemble différents objets provenant de lieux ayant une histoire et des souvenirs spécifiques et qu’on les assemble pour former un nouvel objet ? Je m’intéresse à la manière dont la crise et l’échec sont absorbés par ces matériaux, avec une forte référence à la transaction globale et à la manière dont les structures capitalistes fonctionnent. (...) l’espoir est que leurs résidus - tachés, cassés et abandonnés, mais porteurs de lumière - puissent nous conduire à de nouvelles possibilités et à des espaces au-delà”.

L’exposition, ouverte du 11 décembre 2021 au 13 mars 2022, bénéficie de la collaboration de la galerie APALAZZO de Brescia, qui représente l’artiste en Italie. Au tableau d’honneur du prix, Ibrahim Mahama succède à Zhang Huan (2020), Fabio Sargentini (2019), Hans op de Beeck (2017), Christiane Löhr (2016), AES+F (2015), Fabrizio Plessi (2014), Matt Collishaw (2013), Nathalie Djurberg & Hans Berg (2012), Bertozzi & Casoni (2011), Jake & Dinos Chapman (2010), Jan Fabre (2008), Adrian Paci (2007), Lidia Abdul (2006), Studio Azzurro (2005), Marco Giusti (2003), Giovanni Albanese (2002), et Achille Bonito Oliva (1997).

Image : Ibrahim Mahama, Nkrumah Voli-ni, Vue de l’installation (détail). Photo de Marino Colucci

L'artiste ghanéen Ibrahim Mahama remporte le 23e prix Pino Pascali
L'artiste ghanéen Ibrahim Mahama remporte le 23e prix Pino Pascali


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.