L'Art nouveau de Galileo Chini revient à la station thermale. A quoi ressemble l'exposition de Montecatini


Compte rendu de l'exposition "Galileo Chini - Œuvres dans les collections publiques et privées de Montecatini Terme", organisée par Paolo Bellucci (à Montecatini Terme, MO.C.A., du 15 juillet 2023 au 7 janvier 2024)

Nous n’avons pas beaucoup entendu parler des nombreuses initiatives organisées à l’occasion du 150e anniversaire de la naissance de Galileo Chini, et il n’est pas difficile d’en comprendre les raisons: il s’agit surtout de situations liées aux villes les plus marquées par son art, il n’y a pas eu d’expositions de grande envergure, et le nom même de l’artiste, malgré l’attention croissante de la critique à son égard, qui suit un intérêt qui a mûri au cours des vingt dernières années, n’a pas été évoqué.Le nom de l’artiste lui-même, malgré l’attention croissante de la critique à son égard, qui fait suite à un intérêt mûri au cours des vingt dernières années après une longue période pendant laquelle Chini est resté à l’écart (il était considéré comme un artiste mineur, un peu plus qu’un imitateur des sécessionnistes viennois), ne fait pas partie de ceux qui sont en mesure d’émouvoir les masses. Pourtant, en ce jour anniversaire, il y a beaucoup à apprendre sur l’art de Chini, surtout en Toscane, dans les lieux qui ont été les plus réceptifs à son langage. Pour vous donner une idée, à Montecatini, une association de guides touristiques a proposé une promenade de deux heures à travers les lieux de Galileo Chini: les Terme Tamerici, les Terme Tettuccio, le Palazzo Comunale, le Grand Hôtel La Pace. Ensuite, le Palazzo Comunale, dans les salles où a été aménagé l’espace “MO.C.A.” (“Montecatini Contemporary Art”, la galerie municipale), lui consacre une exposition qui a débuté en juillet et se poursuit jusqu’au 7 janvier, réunissant un bon nombre de ses œuvres, sélectionnées par Paolo Bellucci, historien de l’art, connaisseur de l’artiste et conservateur du répertoire Galileo Chini.

Comme le titre l’indique(Galileo Chini - Œuvres dans les collections publiques et privées de Montecatini Terme), il s’agit d’une exposition étroitement liée au lieu qui l’accueille. Cependant, la sélection, une cinquantaine d’œuvres au total, parvient à rendre compte avec justesse de l’importance de Galileo Chini dans le contexte italien et international de son époque. L’Italie de la Belle Époque se reflète dans les œuvres de Galileo Chini. C’est un cas presque unique en Europe: probablement aucun autre artiste n’a réussi, comme le Florentin, à interpréter les goûts, les attentes et les humeurs de cette époque, même en l’espace d’un court laps de temps. Une société qui commençait à découvrir la richesse, le tourisme, les vacances, le superflu. Et Chini était l’artiste parfait pour cette société: parce qu’il était le plus polyvalent (il pouvait habiller tour à tour le peintre, le céramiste, le décorateur, le scénographe), parce qu’il était toujours présent dans les grandes expositions internationales et savait intercepter les modes avant tout le monde (et était même capable de les réinterpréter selon sa propre sensibilité, très originale), parce que chaque fois qu’il exposait, il recevait des acclamations. Il est l’artiste préféré de la haute société italienne du début du XXe siècle. Il surprend, écrit Filippo Bacci di Capaci, par sa “recherche incessante de sources d’inspiration (de l’antiquité à la tradition, de la recherche esthétique contemporaine aux patrimoines culturels et linguistiques des autres ethnies, jusqu’à l’artisanat le plus varié)”, par son “sens de l’humour” et par son “sens de l’humour”. )“, pour sa ”volonté d’apprendre et son flair inventif“, pour son ”naturel à se déplacer inlassablement d’une ville à l’autre, à une époque où les voyages n’étaient pas aussi faciles et rapides qu’aujourd’hui".

Présentation de l'exposition Galileo Chini - Œuvres dans les collections publiques et privées de Montecatini Terme Mise en scène de l’
exposition Galileo Chini - Œuvres des collections publiques et privées de Montecatini Terme
Présentation de l'exposition Galileo Chini - Œuvres dans les collections publiques et privées de Montecatini Terme Mise en scène de l’exposition Galileo
Chini - Œuvres des collections publiques et privées de Montecatini Terme
Présentation de l'exposition Galileo Chini - Œuvres dans les collections publiques et privées de Montecatini Terme Plan de l’exposition Galileo Chini - Œuvres dans les collections
publiques et privées
de Montecatini Terme
Présentation de l'exposition Galileo Chini - Œuvres dans les collections publiques et privées de Montecatini Terme Plan de l’exposition Galileo
Chini - Œ
uvres dans les collections publiques et privées de Montecatini Terme

L’exposition de Montecatini Terme réussit, avec clarté et légèreté, à mettre en évidence le caractère varié et multiforme de l’art de Galileo Chini. Il s’agit d’une revue dont la présentation est assez habituelle, semblable à celle de plusieurs expositions consacrées ces dernières années à l’artiste toscan polyvalent: aucune grande nouveauté n’est à attendre de l’exposition, surtout si l’on connaît déjà la production de Chini (ceux qui n’ont jamais vu d’exposition sur Chini, en revanche, devraient s’y rendre sans tarder). Un parcours thématique classique avec la salle consacrée à la peinture décorative, celle sur le séjour en Thaïlande, la section sur les paysages (et en particulier sur les paysages de sa chère Versilia), le volet sur le graphisme et ainsi de suite. Cependant, l’exposition au Palazzo Comunale de Montecatini mérite l’attention, pour au moins trois bonnes raisons (au-delà, bien sûr, du lien fort entre l’artiste et la ville, où Chini s’est rendu pour la première fois en 1904). La première est le somptueux Printemps classique, une grande toile de quatre mètres de haut et de plus de trois mètres de large, que l’artiste a peinte en 1914 pour la salle du sculpteur croate Ivan Meštrović à la Biennale de Venise de cette année-là, faisant partie d’un cycle de quatorze panneaux, dont certains étaient à l’origine jumelés, tous dédiés au printemps. Un tableau dans lequel la saison la plus colorée prend la forme de cinq figures féminines arpentant, presque au pas de danse, une prairie aux fleurs éclatantes et scintillantes, fermée à droite par le profil d’une colonne portant le masque du dieu Hypnos: les références sont bien sûr Klimt, le Jugendstil et le symbolisme européen, que Chini réinterprète en filtrant les suggestions de l’Europe du Nord à travers la chaleur de la Toscane, l’air de Venise, le vitalisme de la littérature italienne de l’époque, mais aussi à travers la simplicité et la tendance à l’abstraction de l’art oriental qu’il a rencontrées de près lors de son séjour au Siam. Chini lui-même a écrit qu’en peignant cette pierre angulaire de sa production, il avait pensé “au printemps qui réjouit cette douce Venise lorsqu’elle accueille des artistes du monde entier, à l’art, printemps spirituel qui réapparaît éternellement”, et qu’il souhaitait éviter “les sujets ardus et abscons” pour se concentrer uniquement sur “les gammes et les formes de la couleur et les tons agréables”. Le Printemps classique, tableau radieux mais aussi solennel et mystique (le masque du dieu du sommeil fait référence à la pensée théosophique qui a fasciné de nombreux artistes au début du XXe siècle), aujourd’hui propriété de la Fondazione ViVal Banca. de la Fondazione ViVal Banca, était également présente dans l’exposition sur Galileo Chini organisée fin 2021 dans les salles de la Villa Bardini à Florence, où elle était au centre d’une section consacrée à la contribution de Chini à la Biennale de Venise: à Montecatini, en revanche, elle est au centre, dans la salle centrale du Palazzo Comunale, également avec des ornements du début du XXe siècle, de la section consacrée à la décoration. Dans le catalogue, on peut lire qu’à la Biennale de 2014, lorsque les panneaux ont été exposés, il n’y avait “d’yeux que pour les peintures de l’artiste florentin, qui sont devenues de manière inattendue les protagonistes de tout l’événement”. L’enthousiasme de l’exposition de Montecatini est peut-être trop élevé, mais il est vrai que ses panneaux ont suscité de nombreux commentaires positifs, et le fait qu’ils aient été vendus après l’exposition est une preuve supplémentaire de leur succès, puisqu’ils ont été créés comme des vêtements éphémères: Le Printemps classique, qui est resté en possession de la famille de l’artiste, a ensuite été destiné par cette dernière à l’Académie d’art de Montecatini, dont la collection est devenue la propriété de la Fondation Banque de crédit Valdinievole en 2011.

La deuxième raison est la section consacrée à Florence après les destructions de la Seconde Guerre mondiale, un sujet tragique qui n’est souvent même pas abordé dans les expositions sur Chini, notamment parce qu’il n’y a pas beaucoup d’œuvres que l’artiste a consacrées à ce thème: Bien que Chini ait adhéré au fascisme, peu avant la promulgation des lois raciales, il a commencé à développer un sentiment de désillusion de plus en plus grand, qui s’est ensuite transformé en critique ouverte avec un tableau courageux, connu aujourd’hui sous le nom de Dictateur fou (ainsi que de Fou triste), que l’artiste a imaginé en mai 1938, à l’occasion de la visite d’Adolf Hitler à Florence. Le tableau se trouve actuellement à la Fondazione Cassa di Risparmio di Bologna, tandis que l’esquisse préparatoire est conservée à la Galleria d’Arte Moderna de Florence: il a été acheté par les Galeries des Offices en 2019) ne prendra forme que l’année suivante, lorsque l’Allemagne envahit la Pologne et que Chini veut dénoncer la folie de la guerre avec son tableau, mais entre-temps l’artiste s’est vu révoquer sa chaire à l’Académie des Beaux-Arts et retirer sa carte de membre du PNF précisément en raison de ses positions dissidentes: manifeste contre la folie et les horreurs de la guerre, il a été exposé pour la première fois en 2019. L’exposition de Montecatini raconte cette histoire et lance également la proposition de changer le nom du tableau, en l’intitulant Le Voyant, puisque le fou prend la forme d’un Laocoon, déjà pris dans les serres du serpent fatal, qui erre sans être écouté tandis que derrière lui nous assistons à une scène de dévastation, des corps d’hommes et de femmes morts gisent, le paysage est dévasté: c’est l’un des tableaux les plus brutaux de ces années-là.

Galileo Chini, Le printemps classique (1914 ; technique mixte sur toile, 400 x 330 cm ; Montecatini Terme, collection de la Fondation ViValBanca)
Galileo Chini, Le printemps classique (1914 ; technique mixte sur toile, 400 x 330 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d’Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Rovine di Por Santa Maria (1944 ; huile sur contreplaqué, 60 x 45 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d'Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Rovine di Por Santa Maria (1944 ; huile sur contreplaqué, 60 x 45 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d’Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Ruines de Florence (1944-1945 ; crayon sur papier, 265 x 205 mm ; collection privée)
Galileo Chini, Ruines de Florence (1944-1945 ; crayon sur papier, 265 x 205 mm ; Collection privée)
Galileo Chini, Ponte Vecchio, Ruines de Florence (1944-1945 ; crayon sur papier, 265 x 203 mm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d'Arte D. Scalabrino) Galileo Chini,
Ponte Vecchio, Rovine di Firenze (1944-1945 ; crayon sur papier, 265 x 203 mm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d’Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Ruines de Florence (1944-1945 ; huile sur contreplaqué, 81 x 65 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d'Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Ruines
de
Florence (1944-1945 ; huile sur contreplaqué, 81 x 65 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d’Arte D. Scalabrino)

Si Le Dictateur fou n’est qu’évoqué, l’œuvre n’étant pas présentée dans l’exposition, il est néanmoins possible d’observer quelques œuvres qui témoignent des conditions dans lesquelles Florence s’est retrouvée après les bombardements de 1943. La famille de Chini a subi directement les conséquences de la guerre, puisqu’en 1943 elle a été obligée d’évacuer à Montale, une ville située entre Prato et Pistoia, et le drame personnel de l’artiste se reflète dans les peintures et les dessins qui représentent la destruction du centre historique de Florence. L’artiste a pu retourner dans la ville après la libération, en septembre 1944: une ville en ruines s’est ouverte devant ses yeux. Chini, alors âgé de 71 ans, “a ressenti le besoin et l’obligation morale”, peut-on lire dans le catalogue de l’exposition, “de se rendre quotidiennement sur les lieux de la destruction de sa chère Florence pour témoigner par sa peinture des horreurs de la guerre et de ses conséquences”. Aujourd’hui, il nous reste une vingtaine de tableaux, presque tous donnés par la suite à la ville de Florence, qui conservent la mémoire de la réduction de Florence: Le style paysager, les tons sombres et terreux des tableaux de Chini, le choix d’inclure de petits groupes d’habitants errant parmi les ruines de la ville ne nous donnent pas seulement une image tristement vivante des conditions dans le centre de Florence à la fin de la guerre, mais nous permettent également d’entrer dans l’âme du peintre, de comprendre sa vision de la vie et de l’avenir.l’âme du peintre, de comprendre sa douleur, presque de souffrir avec lui en voyant comment la guerre a fini par s’abattre avec toute sa violence sur sa ville, la ville qu’il avait toujours aimée, l’une des plus belles villes du monde. C’est un Galileo Chini que l’on ne voit pas souvent dans les expositions qui lui sont consacrées.

Enfin, le troisième motif d’intérêt est la salle consacrée au dernier Galileo Chini, à la partie de sa production qui tend à être la plus négligée, et pourtant la conclusion cohérente, extraordinaire et dramatique de l’un des événements les plus originaux de l’art italien du début du XXe siècle. Après les fatigues de la guerre, Chini est un artiste morose, accablé par une maladie des yeux qui le conduira à la cécité, un artiste qui souffre: ses œuvres perdent leur lumière, perdent leurs couleurs, perdent la fraîcheur vitale des années passées et deviennent sombres, denses, matérielles, plus proches de l’expressionnisme de Lorenzo Viani que des floraisons de l’Art nouveau vers lesquelles il a toujours tourné son regard. Puis les sujets changent: Galilée sent que la fin est proche et la mort devient un thème récurrent dans sa production. Un esprit tragique s’empare de lui, responsable de la production d’œuvres qui, comme l’écrit Fabio Benzi, “signifient aussi l’impossibilité d’une génération, la génération décadente née dans le dernier quart du siècle précédent, de s’adapter au bouleversement historique, social et culturel provoqué par la Seconde Guerre mondiale”. Avant ses adieux, Chini prend le temps de peindre une dernière œuvre lugubre, L’ultimo amplesso (Le dernier rapport), qui clôt de manière fantastique l’exposition de Montecatini: Dans cette peinture dure, souffrante, mordante, aride, aux tons terreux, l’artiste se représente, nu, dans les bras de la mort qui l’enveloppe de son manteau noir et l’accueille sur fond de paysage désert, avec pour seule présence un olivier dénudé, bien que l’on aperçoive au loin une lueur bleue dans le ciel, un faible signe d’espoir. C’est avec cette image que Chini décide d’entrer dans l’histoire, et c’est également avec cette image que l’exposition se termine, en établissant un parallèle, dans la même salle, avec la Femme enveloppée d’un vol d’oiseau de Joan Miró, l’une des œuvres les plus significatives de l’artiste catalan conservée dans une collection publique italienne, puisque le tableau est la propriété de la municipalité de Montecatini Terme.

Galileo Chini, Le dernier rapport sexuel (1953 ; huile sur contreplaqué, 100 x 84 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d'Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Le dernier rapport sexuel (1953 ; huile sur contreplaqué, 100 x 84 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d’Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Modèle de scène pour Faust (1930-1935 ; techniques mixtes, 60 x 30 x 38 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d'Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Modèle de scène pour Faust (1930-1935 ; techniques mixtes, 60 x 30 x 38 cm ; Montecatini Terme, Fondazione ViVal Banca - Accademia d’Arte D. Scalabrino)
Galileo Chini, Heures matinales, la fosse de l'abbé (1931 ; huile sur contreplaqué, 50 x 70 cm ; collection privée)
Galileo Chini, Tôt le matin, la fosse de l’abbé (1931 ; huile sur contreplaqué, 50 x 70 cm ; collection privée)
Galileo Chini, Près de Camaiore, la maison sur le bosquet de roseaux (vers 1930 ; huile sur contreplaqué, 65,5 x 80 cm ; Collection privée) Galileo Chini,
Presso Camaiore, la maison sur le bosquet de roseaux (vers 1930 ; huile sur contreplaqué, 65,5 x 80 cm ; collection privée)
Galileo Chini, Pineta piccola, Viareggio (vers 1932 ; huile sur contreplaqué, 36 x 44 cm ; collection privée) Galileo Chini,
Pineta piccola, Viareggio (vers 1932 ; huile sur contreplaqué, 36 x 44 cm ; collection privée)

Il convient également de souligner le petit focus sur Chini scénographe, avec l’exposition d’une maquette tridimensionnelle pour Faust exécutée entre 1917 et 1935 et jamais réalisée, et la section consacrée à la peinture de paysage, un genre auquel Galileo Chini s’est consacré avec beaucoup de vigueur entre les années 1920 et 1930, lorsque les commandes pour les grandes entreprises décoratives qui avaient occupé l’artiste au début du siècle n’étaient plus disponibles et qu’il était donc nécessaire de se réinventer: L’artiste a ainsi pu continuer à être ce céramiste prolifique et talentueux qu’il avait toujours été, mais il s’est également proposé comme un peintre de chevalet qui, bien que tardivement, s’est tourné vers la poétique de l’état d’esprit paysager pour rendre sur ses panneaux des vues tranquilles et apaisantes de la Toscane, en particulier de la Versilia, la terre où il avait l’habitude de passer de longs séjours. Ainsi, un tableau tel que Les premières heures du matin capture tout le calme d’une aube rose sur la Fossa dell’Abate, le canal qui sépare le Lido di Camaiore de Viareggio, avec les pinèdes encore dans l’ombre et la lune qui commence à faire place à la lumière du jour, tandis que Presso Camaiore se distingue par sa verve presque impressionniste, avec des bouleaux qui semblent vraiment agités par le vent, et que la Pineta piccola semble presque rappeler, avec ses couleurs acidulées et sa progression régulière et ordonnée, les paysages de Klimt.

On peut donc dire que l’objectif déclaré d’étudier les rapports entre Montecatini et l’œuvre de Galileo Chini, l’artiste qui, plus que tout autre, a marqué la ville thermale de son empreinte, a été atteint. Et des opérations comme l’exposition de Montecatini Terme, c’est-à-dire des expositions populaires de bon niveau, scientifiquement valables, conçues pour le territoire, soutenues par une bonne offre didactique, doivent être encouragées et soutenues: elles ont des coûts bas (dans ce cas, l’exposition a été entièrement réalisée avec des œuvres conservées dans la ville et ses environs, sans donc recourir à des emprunts à l’extérieur), d’excellentes répercussions, elles réalisent une action culturelle fondamentale et offrent à tous, habitants et visiteurs, de précieuses occasions d’approfondir les choses. En outre, Galileo Chini - Œuvres des collections publiques et privées de Montecatini Terme est également gratuite: une générosité qui, nous l’espérons, sera largement récompensée par le succès public.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte