Le San Michele di Manfredino di Alberto, un pont entre la Ligurie et la Toscane au Moyen-Âge


Le Museo di Sant'Agostino de Gênes conserve une importante fresque détachée de Manfredino d'Alberto, un Saint Michel, fragment d'une fresque décorative (un seul autre morceau subsiste) qui a contribué à la diffusion des idées de Cimabue en Ligurie.

Une pièce importante de la culture cimabuesque est conservée dans les murs du Museo di Sant’Agostino à Gênes. Il s’agit d’une fresque détachée. Il s’agit d’un Saint Michel singulier peint en 1292 par Manfredino d’Alberto, peintre documenté entre 1274 et 1293 (ou 1305 selon des études plus récentes), originaire de Pistoia et pour cette raison également connu sous le nom de Manfredino da Pistoia. Il s’agit de l’une des deux seules pièces conservées de la décoration à fresque que Manfredino a peinte dans l’église romane de San Michele di Fassolo à Gênes, qui était déjà tombée en ruine au XVIIIe siècle et a été définitivement démolie au siècle suivant pour faire place à la gare de Piazza Principe (heureusement, cependant, tout ce qui a été sauvé des fresques de Manfredino a été sauvé: c’était en 1849). L’autre pièce conservée est un Souper dans la maison de Simon, mais le cycle était plus vaste et comprenait au moins une autre scène évangélique, ainsi qu’une Bataille des anges rebelles.

Nous savons peu de choses sur cet artiste, mais de nombreux spécialistes qui se sont penchés sur sa production s’accordent à dire qu’il s’agissait d’un peintre qui fréquentait le chantier de la basilique supérieure Saint-François d’Assise et étudiait attentivement les œuvres de Cimabue. Pietro Toesca pensait même que Manfredino avait collaboré avec Cimabue en Ombrie. D’autres, en revanche, pensent que Manfredino a vu les œuvres de Cimabue à Florence. Quoi qu’il en soit, sa formation auprès de Cimabue est certaine, comme l’avait déjà établi en 1972 Pier Paolo Donati, qui signa cette année-là un essai pionnier sur Manfredino d’Alberto. Et le San Michele, œuvre signée, constitue la base de toute recherche sur ce peintre original qui avait quitté sa Pistoia natale au début des années 1290 pour s’installer à Gênes, précisément pour travailler aux fresques de San Michele, dont on peut dire qu’elles ont été achevées en mai 1292. Ce qui l’a poussé à quitter Pistoia, c’est probablement le manque de commandes. L’artiste restera par la suite dans la ville: il y est également attesté en 1293 et, d’après les documents, on peut imaginer qu’il avait l’intention d’y rester, puisque cette année-là il prit soin de confier son fils Obertino à un maître armurier, Ton da Firenze, en tant qu’apprenti.

Manfredino d'Alberto, Saint Michel Archange (1292 ; fresque détachée, 87 x 54 cm ; Gênes, Museo di Sant'Agostino)
Manfredino d’Alberto, Saint Michel Archange (1292 ; fresque détachée, 87 x 54 cm ; Gênes, Museo di Sant’Agostino)

L’image que Manfredino a peinte sur les murs de San Michele est l’une des plus élégantes que l’on puisse trouver en Italie à la fin du XIIIe siècle. L’archange, grand, élancé, au port fier et noble, est surpris en train de transpercer le diable de sa lance: la figure de l’antagoniste n’a pas survécu à la déchirure du XIXe siècle, on n’en voit que l’aile dans la partie inférieure de la composition. De l’autre main, saint Michel tient la balance avec laquelle il pèse les mérites des âmes (on en voit une sur le plateau alors qu’il prie le saint) et équilibre le destin de l’univers. Il porte une tunique rose avec des frises dorées, où sont serties des pierres précieuses: le long des bordures, on peut voir des alvéoles qui, dans l’Antiquité, abritaient des inserts en relief, probablement en tablette ou en un autre matériau, qui devaient rendre plus réalistes ces détails de la robe. Le drapé est souligné par les chrysographies typiques de l’art toscan du XIIIe siècle: ces éclats dorés raffinés suivent le parcours des plis, en particulier là où la robe s’enroule autour des jambes de l’archange, concrétisant ainsi son évidence corporelle. Un pan de la robe voltige sur la gauche: avec les ailes déployées, étudiées d’après les véritables ailes d’un oiseau, ce détail contribue à donner au spectateur l’illusion du mouvement.

Le Saint Michel de Manfredino est l’un des sommets de la peinture génoise médiévale: il témoigne de l’arrivée en Ligurie des innovations développées en Toscane et de la volonté précise des mécènes génois d’actualiser l’art local. Mais elle montre aussi comment la culture cimabuesque s’est enracinée à Pistoia, grâce précisément à l’intermédiaire de Manfredino, qui a permis au renouveau d’atteindre la ville: Le lien avec le maître florentin, qui se concrétise dans la ville par des œuvres telles que la décoration de l’abside de San Bartolomeo in Pantano, redonne à Manfredino le “rôle de l’artiste autochtone le plus important de la seconde moitié du du XIIIe siècle”, écrit Angelo Tartuferi dans le catalogue de l’exposition fondamentale Medioevo a Pistoia (Moyen Âge à Pistoia), la première consacrée aux événements artistiques de la ville, qui fut pendant des siècles un carrefour essentiel d’artistes, entre le XIe et le XIVe siècle. Toujours selon Tartuferi, la belle vue de la ville qui apparaît dans le Souper dans la maison de Simon (qui surprend par son naturalisme: il suffit de regarder la figure de Madeleine se jetant avec transport aux pieds du Christ, une autre figure clairement influencée par l’art de Cimabue, ou ce morceau, que l’on pourrait dire avec beaucoup de hasard, de nature morte avant la lettre représentée par la vaisselle et les plats sur la table)“constitue l’élément le plus important pour maintenir ouverte la question de la possible présence de Manfredino dans l’équipe des aides de Cimabue sur le chantier de la Basilique supérieure de Saint-François à Assise”. Ce point de vue a toutes les caractéristiques pour apparaître comme un souvenir vivant de ce que Manfredino a pu voir à Assise. Mais c’est en général l’ensemble de l’approche des deux passages de Manfredino qui rappelle les travaux d’Assise: “Il n’est pas besoin de beaucoup d’arguments ni de trop de comparaisons, écrit Donati, pour établir que les peintures génoises sont proches des fresques du transept d’Assise et qu’elles s’y réfèrent ponctuellement, depuis l’architecture du fond, qui des villes peintes dans les voiles n’oublie que les embyrons des toits, jusqu’aux visages construits en opposant les schémas anciens avec le désir de trouver un sens sincère dans les nouveaux signes”. De Cimabue d’Assise, Manfredino reprend les couleurs, bien que dans le Saint Michel du Musée de Sant’Agostino, le jugement soit entaché par la dégradation que la fresque a subie: ainsi, exactement comme dans les fresques d’Assise, ici aussi la peau de l’archange apparaît verdâtre, sous l’effet de l’oxydation.

Manfredino d’Alberto a donc été un pont entre la Toscane et la Ligurie, et sa contribution a été décisive pour le renouveau des arts à Gênes et dans les environs. La preuve en est également, comme l’a souligné à juste titre Clario Di Fabio, auteur de l’une des études les plus approfondies sur l’œuvre génoise de Manfredino, la formation “de ce protagoniste qu’était le soi-disant maître de Santa Maria di Castello”, auteur d’œuvres remarquables dans la première moitié du XIVe siècle, dont les racines plongent dans les expériences du peintre de Pistoia. Un symbole supplémentaire d’une époque où les artistes voyageaient beaucoup, échangeaient des idées et diffusaient des modèles.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.