Ministre des biens culturels Bonisoli : "le recrutement au ministère est menacé par la Ligue".


Alberto Bonisoli, ministre des biens culturels : "Le recrutement au ministère est menacé par la Ligue".

Comme on pouvait s’y attendre, les nouveaux recrutements au ministère de la Culture sont menacés par les dissensions entre Matteo Salvini et la Ligue suite à l’ouverture de la crise gouvernementale. Il ne s’agit pas, bien sûr, du concours pour les 1 052 assistants d’utilisation, d’accueil et de surveillance, qui a déjà été annoncé et suivra son cours normal : il s’agit des recrutements prévus pour les mois à venir. C’est ce qu’a affirmé sans ambages le ministre des Biens culturels, Alberto Bonisoli, qui a pointé du doigt la Ligue dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Il y a une chose qui me gêne un peu dans ce qui se passe depuis quelques jours“, a déclaré M. Bonisoli, ”c’est que la Ligue a retiré son soutien à ce gouvernement sous prétexte que nous n’aurions plus produit d’actes d’administration, que nous étions englués dans un éternel “non”, etc. Ce n’est pas vrai. Non seulement cela n’a jamais eu lieu, mais cela n’aurait même pas eu lieu, parce que, au contraire, nous avons toute une série d’actes, de mesures, d’initiatives prêtes : par exemple, dans le cas de ce ministère, un important investissement en personnel, qui aurait dû être réalisé dans les prochaines semaines et qui, à l’heure actuelle, est en danger".

M. Bonisoli poursuit : "Concrètement, nous avons un concours prêt en octobre pour environ 3 000 personnes, un concours pour 28 cadres également en octobre, 1 000 fonctionnaires à embaucher en décembre, et 250 personnes qui devraient passer des centres d’emploi à ce ministère. Ces initiatives seraient menacées par un nouveau gouvernement. Dans le budget, nous avions déjà préparé quelques règlements qui concernent spécifiquement l’investissement dans le personnel de ce ministère : 30 gestionnaires de second rang supplémentaires à partir de 2020 ; l’augmentation du fonds de ressources décentralisées (l’ancien FUA) en utilisant 5 % des recettes de tous les musées de l’État, ce qui bénéficierait à ce stade à tous les employés du ministère (nous parlons d’un investissement de dix millions d’euros) ; l’augmentation de l’indemnité d’administration pour ce ministère, qui est la plus faible de toute l’administration publique ; une augmentation de l’indemnité d’administration pour les employés du ministère du Patrimoine et des Activités culturelles, qui serait égale à celle du ministère de la Justice ; quelques ressources à investir dans la formation du personnel ; et enfin une progression verticale de la carrière du deuxième au troisième domaine, avec la reconduction totale des listes de réserve de 2010 (il s’agit du reste des fonctionnaires fantômes auxquels nous n’avons pas réussi à donner une réponse l’année dernière).

“Toutes ces initiatives, visant à résoudre les problèmes de ce ministère”, conclut Bonisoli, “avec un nouveau gouvernement ou avec ce qui arrivera, sont en danger. Et cela est préjudiciable au pays, au ministère et à la culture italienne”.

Sur la photo : le ministre Alberto Bonisoli

Ministre des biens culturels Bonisoli :
Ministre des biens culturels Bonisoli : "le recrutement au ministère est menacé par la Ligue".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.