L'histoire du tableau de Rutilio Manetti appartenant à Sgarbi, semblable à une œuvre volée


Il Fatto Quotidiano, avec Report, traite à nouveau des affaires de Vittorio Sgarbi : au centre de l'affaire, un tableau de Rutilio Manetti, propriété du sous-secrétaire, très similaire à un tableau volé en 2013 dans le Piémont. La reconstitution du journal et de l'émission, et la défense de Sgarbi.

Encore des ennuis pour le sous-secrétaire Vittorio Sgarbi: après la campagne de martelage du Fatto Quotidiano sur ses activités, voilà que le quotidien, dans le cadre d’une enquête menée en collaboration avec Report, revient à la charge contre l’historien de l’art à propos d’un tableau de Rutilio Manetti (Sienne, 1571 - 1639) volé en 2013 au château de Buriasco dans le Piémont, près de Pinerolo, et qui présenterait des similitudes troublantes avec un tableau appartenant à la Fondation Cavallini Sgarbi, présenté comme inédit il y a deux ans lors de l’exposition sur Pietro Paolini et les peintres caravagesques organisée par M. Sgarbi à la Cavallerizza de Lucques.

"Le tableau, lit-on dans la notice du catalogue signée par Sgarbi et Marco Ciampolini, historien de l’art et spécialiste de la peinture siennoise du XVIIe siècle, est inédit. Il se trouvait dans la Villa Maidalchina, d’Olimpia Pamphilij, née Maidalchini, près de La Quiete, dans le district de La Pila, près de Viterbe, aujourd’hui propriété de la Fondation Cavallini Sgarbi, construite entre 1615 et 1623. Le tableau est mentionné, de manière générique parmi d’autres tableaux, dans l’inventaire du 11 octobre 1649, dressé par le notaire Cosimo Pennacchi, des biens d’Andrea Maidalchini, frère d’Olimpia. Les œuvres d’art, dont le célèbre Buste d’Innocent X d’Alessandro Algardi, passèrent ensuite à Giulio Bussi et aux comtes Gentili. Le format carré inhabituel est dû à la coupure du côté droit du tableau. Une coupure mise en évidence par la présence d’un bras qui dépasse à l’extrémité de la toile sans être suivi d’un corps".

C’est précisément la reconstruction que Il Fatto Quotidiano et Report, respectivement avec un article de Thomas Mackinson publié le vendredi 15 décembre et un reportage de Manuele Bonaccorsi diffusé dans l’épisode d’hier soir, contestent à Sgarbi. Selon le journal et l’émission, Sgarbi s’était en effet rendu à plusieurs reprises au château de Buriasco, propriété d’une dame de la région, Margherita Buzio, et l’un de ses collaborateurs, Paolo Bocedi (aujourd’hui référent de la Commission anti-usure de la région Lombardie), avait proposé d’acheter le tableau, mais avait essuyé un refus en guise de réponse. Quelques semaines après la rencontre avec Bocedi, Buzio se serait rendu compte que le tableau avait été volé : les voleurs, après s’être introduits dans le château, avaient découpé la toile du cadre et l’avaient remplacée par une feuille de plastique de même dimension, reproduisant le tableau lui-même, qui était fixée au cadre à l’aide d’une agrafeuse. La victime a signalé le vol, mais le parquet de Pinerolo a classé l’affaire. Toutefois, le tableau a été inscrit dans la base de données des œuvres d’art volées. Tout est resté silencieux jusqu’à l’exposition de Lucques, où une toile très similaire à celle qui a été volée est réapparue : Il Fatto Quotidiano et Report affirment que le seul élément différent est une torche qui apparaît dans le coin gauche du tableau.

La notice du catalogue mentionne également ce détail : “Une torche, qui rappelle Honthorst, éclaire une zone à gauche d’Hérode, créant une symétrie avec l’arrière-plan scénique de la rue à droite. Il y a une matrice caravagesque évidente, que le peintre combine avec un goût théâtral poursuivi, dans la disposition générale, comme dans les personnages individuels, anormalement allongés pour souligner leur manière de ”danser“”. C’est précisément à cause de cette torche que Sgarbi affirme que son tableau n’est pas celui qui a été volé à Pinerolo.

Il Fatto Quotidiano et Report rapportent toutefois un témoignage, celui du restaurateur Gianfranco Mingardi, fournisseur de longue date de Sgarbi, qui raconte qu’au cours de l’été 2013, Bocedi lui-même lui a remis, à la sortie Brescia Centro de l’autoroute A4, une toile sans cadre, enroulée, que Sgarbi aurait indiquée comme provenant de la Villa Maidalchina. Mingardi aurait également demandé à Sgarbi un certificat attestant de sa propriété sur le tableau, qu’il n’aurait jamais reçu. Mingardi a finalement rendu l’œuvre en décembre 2018 et a déclaré à Il Fatto Quotidiano qu’il était certain que la toile sur laquelle il avait travaillé était la même que celle qui avait été exposée à Lucques trois ans plus tard (à l’exception du détail de la torche, qui n’aurait pas été présente dans le tableau sur lequel il avait travaillé). La torche ne figure pas non plus dans la base de données des œuvres volées, qui indique également des dimensions différentes (247 x 220 centimètres, contre 233 x 204 pour la toile exposée à Lucques : Mingardi, dans sa reconstitution de l’événement, affirme que la différence est due au fait que la peinture a été coupée à l’intérieur du cadre, une action qui aurait endommagé la toile : “Lorsque je l’ai déroulée pour la glacer, raconte le restaurateur, il manquait même un morceau, et ce n’est qu’une fois qu’elle a été tendue que je me suis rendu compte qu’il avait été scotché au dos”).

Rutilio Manetti, La capture du Christ (1635-1637 ; huile sur toile, 233 x 204 cm ; Fondazione Cavallini Sgarbi)
Rutilio Manetti, La capture du Christ (1635-1637 ; huile sur toile, 233 x 204 cm ; Fondation Cavallini Sgarbi)
A gauche le tableau volé, à droite le tableau de la Fondation Cavallini Sgarbi
À gauche le tableau volé, à droite le tableau de la
Fondation
Cavallini S
garbi.

Lereportage a également entendu l’ancien propriétaire de la Villa Maidalchina, Luigi Achilli, qui a contredit Sgarbi : la villa, vendue en 2000 à Rita Cavallini, la mère de Vittorio Sgarbi, était dans un état de délabrement et, selon Achilli, ne contenait aucune œuvre d’art. Dans l’émission, Sgarbi a à son tour démenti cette hypothèse, affirmant avoir trouvé l’œuvre dans un grenier (Achilli a dit qu’il n’y avait pas de grenier dans la villa, et Sgarbi a répondu qu’il avait fait refaire le grenier, et que l’ancien propriétaire était en possession de choses qu’il ne savait pas avoir).

Sgarbi s’est pour l’instant défendu par le biais d’un long post Facebook, publié après l’article du Fatto Quotidiano. Dans la belle Villa Maidalchina, pleine de fresques et de stucs, qui, avec la collection notifiée, est le patrimoine de la Fondation Cavallini-Sgarbi, pendant la restauration nécessaire du toit, effectuée vers 2006/2007, tordu et très poussiéreux“, écrit Sgarbi, ”j’ai trouvé un tableau, en présence de témoins qui se souviennent de l’incident, qui me semble être de l’école siennoise, et spécifiquement de Rutilio Manetti. Comprendre la peinture est une chose difficile. Et même incompréhensible pour les néophytes, les téméraires et les aventuriers. Mais une chose est sûre : la pratique des répliques est très répandue, et presque chaque tableau a des dérivés et des copies, parfois très fidèles parce qu’elles sont exécutées sur les mêmes cartons. La qualité d’un original est rare. Ainsi, quelque temps plus tard, comme je l’ai appris des chasseurs et panzanistes assidus, en 2008, je présente un livre dans un château, transformé en restaurant, près de Pinerolo, plein de peintures, très modestes, pour la plupart des copies des XIXe et XXe siècles, aucun original, peut-être vendu et remplacé par des faux, comme je le pensais (et d’après les photographies, il ne sera pas difficile de le vérifier). Je regarde avec amusement, et parmi eux, je vois un tableau très miteux, très semblable à celui que j’ai trouvé à la Maidalchina, encore une copie, et de différentes tailles. Au bout d’un certain temps (à l’époque, je n’utilisais pas de téléphones portables pour prendre des photos, comme le rappelle mon très fidèle assistant Roberto Saporito), je demande à deux amis qui vivent relativement près de chez moi, dont l’un est le très sérieux et légaliste (élevé avec Antonino Caponnetto) Paolo Bocedi, intolérablement accusé et vilipendé, de se rendre dans ce château et de me prendre en photo (c’est le crime de la photographie), afin de comparer mon original et cette copie. Jamais personne n’a fait référence à Manetti et, pour autant que je m’en souvienne, elle a été conservée sur le couvercle de la cuisine, au milieu des incendies, de la fumée et des ébullitions, pleine de coupures et de trous, pour montrer à quel point elle était prise en considération. Maintenant, Mingardi, dans son sinistre désir de vengeance, s’exalte en montrant une toile roulée qu’il dit être le tableau mentionné. Dommage qu’il s’agisse d’une toile abîmée datant peut-être des années 1700, comme n’importe quel tableau. Dans sa présomption, il ne montre que le verso, et parle des interventions qu’il croit avoir faites et qu’il a probablement faites sur une toile qui ne m’appartenait pas, que je ne lui ai pas apportée, et dont il ne s’est jamais soucié de la provenance, comme pour n’importe quel autre tableau. [...] Les deux chasseurs improvisés ignorent que mon tableau, celui trouvé à la Maidalchina, en relativement bon état, a été restauré par un autre restaurateur, dans un autre atelier, pas à Brescia, avec une attention bien plus grande que celle de Mingardi, de plus en plus apathique. Je ne citerai pas son nom pour ne pas être dérangé par les deux néophytes, mais je suis prêt à le fournir, en tant que témoin honnête, à quiconque voudra vérifier le chiffon montré par Mingardi, avide de vengeance injustifiée, et l’original qui se trouve dans la maison de mes parents, et que j’ai l’intention d’apporter à mon bureau au ministère de la culture pour le décorer. Si quelqu’un peut prouver que cette belle œuvre de dimensions complètement différentes (au moins quarante centimètres de côté) a quelque chose à voir avec le chiffon volé, je suis prêt à la rendre à ceux qui ne l’ont jamais possédée. J’ajouterai, en évaluant mes comptes de résultats, que les valeurs marchandes de Rutilio Manetti sont assez basses et que lorsque je l’ai exposée, précisément à cause de son luminisme singulier, à cause de l’espace architectural de la colonne derrière le juge sadique, ce n’était pas du tout, et personne ne l’a dit, la “découverte” de la grande exposition de Lucques sur Le Caravage et Pietro Paolini. Peintres de la lumière. Elle était tout simplement inédite. Et accompagnée d’un dossier réalisé par moi-même et par le principal expert du peintre, Marco Ciampolini".

L'histoire du tableau de Rutilio Manetti appartenant à Sgarbi, semblable à une œuvre volée
L'histoire du tableau de Rutilio Manetti appartenant à Sgarbi, semblable à une œuvre volée


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.