Le design en Italie : il emploie plus de 60 000 personnes et Milan est reconnue comme la capitale du design italien.


Le rapport "Design Economy 2024" a été présenté aujourd'hui au musée du design de l'ADI à Milan afin de sensibiliser à la valeur du design pour la compétitivité du système de production national. Voici les résultats qui en découlent.

La Fondazione Symbola, Deloitte Private, POLI.design, ADI Associazione per il Disegno Industriale en collaboration avec Comieco, AlmaLaurea, CUID, et sous le patronage du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et du Ministère de l’Entreprise et du Made in Italy ont présenté aujourd’hui auMusée du Design ADI de Milan les résultats du rapport Design Economy 2024, dans le but d’accroître la prise de conscience de la valeur du design pour la compétitivité du système productif national. Ermete Realacci, présidente de la Fondation Symbola, Ernesto Lanzillo, Deloitte Private Leader Italia, Luciano Galimberti, président de l’ADI, Cabirio Cautela, PDG de POLI.design ; Domenico Sturabotti, directeur de la Fondazione Symbola ; Antonio Grillo, directeur du design Tangity Design Studio - NTT Data ; Maria Porro, présidente du Salone del Mobile ; Marco Maria Pedrazzo, designer manager ; Susanna Sancassani, directrice générale METID - Politecnico di Milano ; Francesco Zurlo, doyen de l’école de design Politecnico di Milano ; Lorenzo Bono, directeur de la recherche et du développement Comieco ; Adolfo Urso, ministre de l’entreprise et du Made in Italy.

L’économie du design : un aperçu en Italie et en Europe

Le secteur compte 41 908 milliers d’opérateurs dans le secteur du design, répartis entre 24 596 freelances et travailleurs indépendants et 17 312 entreprises, qui ont généré une valeur ajoutée de 3,14 milliards avec 63 485 milliers d’employés. Les entreprises sont réparties sur l’ensemble du territoire national, avec une concentration particulière dans les zones de spécialisation du Made in Italy et dans les régions de Lombardie, Vénétie, Émilie-Romagne et Piémont, où se trouvent 60 % des entreprises. C’est en termes de chiffre d’affaires des entreprises que l’Italie obtient les meilleurs résultats parmi les pays de l’UE, devant la France, l’Espagne et la Pologne.

La principale capitale du design italien est Milan : la capitale lombarde est capable de concentrer 18% de la valeur ajoutée du secteur sur le territoire national. Milan accueille également le Salone del Mobile et le Fuorisalone, le plus grand événement mondial consacré au design. La répartition régionale des données souligne la forte concentration des activités de design en Lombardie et plus particulièrement dans la province de Milan. En effet, la Lombardie représente 29,4 % des entreprises italiennes, 32,7 % de la valeur ajoutée et 27,7 % de l’emploi total. Elle est suivie par trois autres régions du nord : la Vénétie (deuxième pour la part des entreprises, 11,4 %, troisième pour la valeur ajoutée, 11,4 % et troisième pour l’emploi, 11,7 %), l’Émilie-Romagne (troisième pour la part des entreprises, 10,5 %, mais deuxième pour la valeur ajoutée, 13,5 % et l’emploi, 13,3 %) et le Piémont (quatrième pour la part des entreprises, 8,3 %, quatrième pour la valeur ajoutée, 10,9 % et quatrième pour l’emploi, 11,0 %).

La province de Rome occupe la deuxième place du classement par nombre d’entreprises (6,6%), la troisième par produit (5,4%) et par emploi (5,9%), suivie de Turin (5,0% mais deuxième par valeur ajoutée, 7,2% et par emploi, 7,1%), Florence (quatrième par nombre d’entreprises, 3,1%, cinquième par valeur ajoutée, 2,9% et septième par emploi, 2,6%), Bologne (cinquième par nombre d’entreprises, 2,8%, quatrième par valeur ajoutée, 3,7% et par emploi, 3,6%).

Design et transition verte : la durabilité comme moteur de croissance

Le thème de la durabilité environnementale revêt une certaine importance pour le secteur : le niveau de compétence généralisé affiche des valeurs moyennes-élevées pour presque tous les opérateurs interrogés (88,0 %, soit une augmentation par rapport aux 86,9 % du rapport précédent), avec un pic de 96,4 % pour les entreprises de plus de 10 employés. Confirmant l’importance du sujet, 74,8 % des personnes interrogées ont souligné son importance dans leurs projets actuels.

Conception d’emballages et d’aménagements temporaires

Si l’on considère l’ensemble des entreprises et des designers interrogés, environ un tiers d’entre eux sont actuellement engagés dans des activités liées à la conception d’emballages, un chiffre qui passe à 50 % si l’on ne considère que les designers. En ce qui concerne les matériaux de référence, le papier ou les matériaux à dominante papier (53,2% des cas) constituent le choix principal aujourd’hui et le resteront dans un avenir proche, même si la tendance est à la baisse. Vient ensuite la conception d’emballages à base de plastique ou de matériaux à prédominance plastique (12,8 %). Même en ce qui concerne les matériaux transitoires (installations temporaires, signalisation, etc.), c’est le papier et les matériaux préférant le papier qui sont les plus utilisés (23,4 %).

Parmi les utilisations croissantes, les matériaux biosourcés (une famille de matériaux ou de produits principalement polymères dérivés de la biomasse végétale) se distinguent, leur part d’utilisation ayant plus que doublé au cours des trois prochaines années, passant de 9,2 % à 19,9 %. Lorsqu’ils choisissent le papier et le carton comme matériaux de conception durables, les praticiens du design insistent particulièrement sur l’importance de les certifier comme provenant de forêts gérées durablement (FSC, PEFC, etc.), ce que soulignent près de la moitié des personnes interrogées (47,0 %).

Nouvelles figures émergentes du design

La nouveauté de cette édition est une étude approfondie visant à identifier les figures émergentes du design en Italie. L’étude a permis d’identifier vingt nouvelles figures professionnelles émergentes qui soulignent la façon dont le domaine du design est entrelacé avec l’innovation, l’organisation et la technologie.

L’Italie suit une tendance mondiale qui voit les designers s’orienter vers des domaines autres que le design traditionnel, démontrant ainsi que les compétences en design sont polyvalentes et applicables à un large éventail de nouveaux secteurs émergents. Dans le même temps, les figures traditionnelles du design liées au design industriel, à l’architecture, au mobilier et à la mode subissent également une transformation en hybridant les compétences traditionnelles liées au design avec celles du marketing, de l’organisation et de la stratégie d’entreprise, et des technologies avancées.

Parmi les figures émergentes du design, on trouve des professions transdisciplinaires telles que le concepteur de matériaux, le concepteur pour l’accessibilité et l’inclusion et l’ingénieur en design. À l’inverse, les entreprises sont plus familières avec des figures plus verticales et spécifiques telles que les stratèges en contenu numérique et les concepteurs d’information. Les concepteurs et les entreprises s’accordent sur la pertinence de la figure émergente du concepteur rapide/concepteur pour l’IA, capable de créer un pont entre la technologie et les besoins pratiques des clients.

L’enseignement du design en Italie

Pour l’année académique 2022/2023, 95 institutions ont activé des cours d’étude dans les disciplines du design, soit 3 de plus que lors de l’enquête précédente. Il s’agit de 30 universités (dont 20 publiques et 10 privées), 26 autres instituts autorisés à délivrer des diplômes de l’AFAM, 20 académies des beaux-arts, 13 académies légalement reconnues et 6 ISIA, pour un total de 344 cours d’études, répartis entre différents niveaux de formation et différents domaines de spécialisation. Par rapport à l’année précédente, le nombre de cours accrédités et activés a augmenté de 5 % et le nombre d’instituts de 3 %, en particulier dans le cas des universités et académies des beaux-arts et des académies légalement reconnues. Ce n’est pas seulement le nombre d’instituts et de cours activés qui augmente, mais aussi la demande et le nombre d’étudiants qui s’élève à 16 423, soit 8,6 % de plus que l’année académique précédente.

Design, transition numérique, intelligence artificielle

Parmi les technologies considérées comme les plus pertinentes par le secteur figure la réalité étendue (40,6 %) qui, grâce à ses outils immersifs, permet de nouvelles formes de collaboration, encourageant la créativité, améliorant l’éducation et ouvrant de nouvelles opportunités commerciales. Elle est suivie par l’intelligence artificielle (IA) prédictive et générative (37,7 %), pour sa capacité à soutenir et à rendre plus efficaces les activités de conception, en automatisant certaines phases, en générant des idées et des concepts, des simulations et des prototypes avancés.

Si le niveau de compétence technologique des designers semble aujourd’hui élevé - globalement 83% des personnes interrogées dans le cadre du rapport l’ont qualifié de moyen ou élevé - la préparation aux technologies basées sur l’IA est dans l’ensemble encore limitée, conformément au contexte national : seuls 45% ont qualifié leur niveau de connaissance de moyen à élevé. La compréhension limitée du fonctionnement de l’IA et des possibilités offertes par son introduction se traduit actuellement par une utilisation réduite dans le domaine de la conception : seuls un peu plus de trois répondants sur dix l’utilisent couramment. Les obstacles à la diffusion de l’IA générative comprennent les barrières linguistiques - les logiciels ont tendance à fournir des résultats plus précis lorsqu’ils sont interrogés dans le langage de programmation - et les barrières liées à l’âge - l’âge moyen des concepteurs est souvent inversement proportionnel à leurs compétences informatiques.

Les avantages de l’utilisation de l’IA sont l’optimisation du temps de développement des projets (42 %), une plus grande personnalisation des produits, l’amélioration des services et de l’expérience utilisateur (37,7 %). Une valeur liée à la complémentarité et à la synergie entre les deux intelligences : humaine et artificielle.

Déclarations

“Le leadership italien en matière de design confirme son rôle important en tant qu’infrastructure immatérielle du Made in Italy et protagoniste du défi de la durabilité. En pleine transition écologique et numérique”, déclare Ermete Realacci, présidente de la Fondation Symbola, “le design est une fois de plus appelé à donner forme, sens et beauté à l’avenir. De nombreux aspects de nos vies, ainsi que de nombreux secteurs, sont en train de changer : de la métamorphose de la mobilité vers des modèles partagés, interconnectés et électriques, aux processus de décarbonisation et d’économie circulaire qui modifient les relations entre l’industrie et la chaîne d’approvisionnement. Les produits, dans un contexte de ressources rares, devront nécessairement être repensés pour devenir plus durables, réparables et réutilisables. La relation entre design et durabilité est à la base du nouveau Bauhaus européen lancé par la présidente Von der Leyen pour contribuer à la réalisation du Green Deal européen, et l’Italie en est un protagoniste naturel. Car, comme l’écrit le Manifeste d’Assise, s’attaquer courageusement à la crise climatique n’est pas seulement nécessaire, mais représente aussi une grande opportunité pour rendre notre économie et notre société plus humaines et donc plus aptes à affronter l’avenir”.

“L’Italie représente le cœur battant du design européen, se targuant d’être le premier des 27 pays de l’UE en termes d’employés et de chiffre d’affaires dans le secteur. Ce qui distingue notre pays, outre sa suprématie dimensionnelle, c’est également le niveau d’innovation du design Made in Italy, qui est désormais considéré comme un élément fondamental de la compétitivité”, commente Ernesto Lanzillo, Partner et Leader de Deloitte Private en Italie. “Pour maintenir l’avantage concurrentiel détenu jusqu’à présent, les entreprises et les designers du Made in Italy Design devront également investir dans l’Intelligence Artificielle, une technologie au potentiel extraordinaire qui est déjà expérimentée par les entreprises les plus avant-gardistes du secteur et pour laquelle les compétences des designers deviendront de plus en plus importantes pour maintenir une approche centrée sur l’humain.”

“Nous avons été habitués pendant des années à interpréter le rôle”, déclare Cabirio Cautela, PDG de Poli.design, “et l’activité d’un designer dans une clé principalement manufacturière. Dans un scénario en profonde mutation, nous observons au contraire l’émergence de figures de designers qui opèrent en tant que créateurs de contenus numériques, de designers qui manipulent des aspects organisationnels autrefois réservés aux ressources humaines, ou de designers liés à de nouveaux domaines tels que la biologie - le bio-designer - ou le droit, comme le legal designer. POLI.design recherche toujours un équilibre entre les opportunités de formation liées aux industries traditionnelles et les initiatives qui anticipent la formation des professionnels de demain, qui sont déjà prêts à entrer dans des contextes compétitifs travaillant à la frontière de l’innovation et de l’expérimentation”.

La connaissance opportune et la lecture qualitative des données sur le design italien", déclare Luciano Galimberti, président de l’ADI, “sur sa consistance économique, sur les entreprises qui le pratiquent et sur la formation de ses professionnels sont une condition fondamentale pour toute interprétation fiable des phénomènes qui le caractérisent année après année”. C’est pourquoi l’ADI, qui est un observatoire direct du design italien, participe avec engagement au travail d’évaluation qualitative d’où est née la Design Economy, un outil efficace pour atteindre l’objectif central de l’association : la diffusion de la culture du design dans le monde de la production et de la vie sociale".

Le design en Italie : il emploie plus de 60 000 personnes et Milan est reconnue comme la capitale du design italien.
Le design en Italie : il emploie plus de 60 000 personnes et Milan est reconnue comme la capitale du design italien.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.