Padoue, l'affaire de la dégradation du Palazzo Gradenigo aboutit au Parlement


Le Palazzo Gradenigo est la plus grande villa vénitienne de la région de Piovese, au sud de Padoue, mais il est en état de délabrement depuis des années, malgré sa grande valeur. Aujourd'hui, l'affaire se termine au Parlement par une question au ministre Franceschini.

L’affaire du Palazzo Gradenigo, la splendide résidence aristocratique de Piove di Sacco (Padoue) qui est aussi la plus importante villa vénitienne de Saccisica, le territoire connu sous le nom de “Piovese”, qui comprend une douzaine de municipalités sur une superficie de 253 kilomètres carrés et qui est situé dans la partie sud-est de la province de Padoue, se termine au Parlement. Le palais Gradenigo, également connu sous le nom de “palais de Saccisica”, d’une superficie de quatre mille mètres carrés et doté d’un parc de trois hectares et demi, est situé au centre de la ville et attend depuis longtemps d’être restauré. Ainsi, cinq sénateurs, à savoir Margherita Corrado (première signataire), Luisa Angrisani, Bianca Laura Granato et Nicola Morra (tous du Gruppo Misto) et Elio Lannutti (Italia dei Valori) ont adressé une question au ministre de la culture, Dario Franceschini, pour lui demander ce que le gouvernement entend faire face à la “négligence” et aux “conditions de conservation précaires de l’ensemble du complexe”.

Le déclin du Palazzo Gradenigo, reconstruisent les sénateurs, a des origines lointaines : en fait, il a commencé dans la période de l’entre-deux-guerres, avec le morcellement en 12 unités qui ont ensuite été louées, ce qui a entraîné le blanchiment des murs décorés de fresques des salons et la création de cloisons pour diviser les grands espaces en entités plus petites. Des années 1970 à 2002, le seul résident du bâtiment était Alberto Radini-Tedeschi, qui n’avait toutefois pas les moyens d’entreprendre des travaux de restauration, de sorte que la détérioration du Palazzo Gradenigo s’est poursuivie. Entre-temps, l’Institut régional des villas vénitiennes, conscient de la situation, avait pris des dispositions pour réparer le toit et effectuer d’autres travaux, ce qui avait toutefois laissé le bâtiment sans volets et rempli de gravats à chaque étage.

L’histoire s’est poursuivie en 1996, avec la création d’une association à but non lucratif, les “Amici del Gradenigo” (Amis du Gradenigo), qui, par le biais d’activités d’information et de collecte de fonds, est parvenue à réunir 1,65 milliard de lires (régionales et ministérielles), notamment grâce à une visite sur place de la Commission de l’éducation publique et des biens culturels du Sénat. Le chantier de la Surintendance a démarré en 2002, mais la convention prévue pour l’ouverture au public n’a pas été signée en raison de la maladie de Radini-Tedeschi, qui est décédé quelques mois plus tard. Lorsque les fonds ont été épuisés, les travaux ont été interrompus : le palais avait été sécurisé et les façades restaurées, mais il restait encore beaucoup à faire, et même les fenêtres n’étaient fermées que par des cadres temporaires recouverts de nylon. Les Amici del Gradenigo avaient cependant réussi à mettre en place un parcours de visite minimal qui, pour la première fois, permettait au public d’admirer les œuvres encore conservées dans l’édifice.

En 2004, après la mort de Radini-Tedeschi, le nouveau propriétaire, Roberto Clamar, originaire de Trévise, “a non seulement rompu les relations avec les autorités municipales et ministérielles, ainsi qu’avec les bénévoles de l’association susmentionnée”, affirment les sénateurs, “mais il a également vidé l’édifice de tous ses biens meubles, y compris les statues qui ornaient le jardin, où il a fait abattre de nombreux arbres et les a laissés en friche, enfreignant ainsi la réglementation municipale”. On sait par ailleurs que la bibliothèque du palais contenait de nombreux documents historiques relatifs à l’étroite collaboration tissée au fil des siècles par les familles Gradenigo et Radini-Tedeschi avec la commune de Piove di Sacco’. En 2014, les Carabiniers pour la protection des biens culturels (TPC) de Venise ont été contraints de saisir la propriété en raison de la transformation non autorisée de l’ancien oratoire du palais en centre de massage et d’une partie du jardin en parking. En 2016, les mûriers centenaires ont été déracinés et les grands arbres élagués, à l’initiative du consortium de drainage Bacchiglione, avec lequel Clamar avait précédemment conclu un accord, “toujours sans autorisation préalable de la Surintendance”, reconsidèrent les signataires de la question, qui ajoutent : “La plainte déposée contre les deux entreprises par les propriétaires de l’ancien oratoire du palais a été rejetée : La plainte déposée par Legambiente contre ces deux entreprises n’a pas été jointe par la municipalité, qui a toujours gardé le silence malgré les dégâts causés à la villa, et le ministère des Biens et des Activités culturels n’a pas non plus défendu l’intérêt public, malgré les dispositions réglementaires du décret législatif n° 42 de 2004”. 42 de 2004".

“L’indolence de la municipalité a une explication”, affirment les sénateurs : “c’est précisément avec l’autorité locale que Clamar a tenté à plusieurs reprises de transformer la propriété depuis 2008. En effet, cette année-là, ils ont présenté conjointement un programme d’utilisation du complexe qui pourrait prévoir son démembrement en 12 ”réalités“ cohabitables, associatives et représentatives, un programme qui ”oublie“ le financement public des travaux de restauration réalisés et implique une évaluation économique surdimensionnée du complexe. Lors de la conférence organisée ad hoc par l’association ”Friends of Gradenigo" le 24 mai 2008, ces intentions ont toutefois été désavouées et une évaluation plus minutieuse a permis de diviser par deux l’estimation affirmée.

Quelques années plus tard, une nouvelle évaluation de l’Agenzia delle Entrate, demandée par une autre administration municipale, a encore réduit la valeur de la villa, que l’entité a ensuite proposé au ministère d’exproprier pour cause d’utilité publique, avec la perspective de créer un consortium public-privé pour s’occuper de l’achat. Cependant, malgré l’avis favorable du ministère, la chute de ce conseil a interrompu les projets et la nouvelle administration a dépoussiéré, en 2019, le programme initial d’utilisation de la propriété, en exprimant encore plus explicitement qu’auparavant la coexistence des fonctions commerciales et résidentielles, et en se montrant plus intéressée par le réaménagement des espaces verts pour “accueillir des événements publics” et par “l’achèvement monumental de la via Garibaldi” en vue de “valoriser davantage les commerces et les habitations de la zone” que par la préservation et la promotion de l’édifice historique.

Enfin, le 29 octobre 2021, les Amis du Gradenigo ont lancé un appel pour la récupération du palais, signé par 1 080 citoyens. L’appel a été adressé au maire de Piove di Sacco, à la Région de Vénétie, à la Surintendance de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage de la région métropolitaine de Venise et des provinces de Belluno, Padoue et Trévise, qui a reçu des représentants de l’association en septembre dernier et effectué une inspection en décembre, et aux Carabinieri TPC. Plusieurs journaux locaux, tels que Il Mattino di Padova, Padova Oggi et Radio Gamma 5, ont couvert l’affaire. Actuellement, écrivent les sénateurs, “alors que la végétation spontanée s’accroche aux murs fraîchement rénovés et que le nylon des cadres utilisés pour fermer temporairement les points d’éclairage est un souvenir depuis des années, au point que la villa est redevenue un abri pour les pigeons, il semble que l’eau de pluie ait recommencé à pénétrer dans le bâtiment, même à travers le toit, et que des inconnus enlèvent quotidiennement des briques du mur de clôture, sans que personne n’intervienne”. Le président des Amis de Gradenigo, Mario Miotto, a déclaré dans une interview au Mattino di Padova en août dernier que “après 17 ans d’abandon, les façades ouest et nord sont méconnaissables. Sans parler de la situation sanitaire compromise du parc, à deux pas de l’hôpital”. Le Palazzo Gradenigo, souligne-t-il, “a été remis au propriétaire comme étant parfaitement visitable, ainsi que l’avait demandé la Surintendance. Or, cela n’a jamais été le cas et la responsabilité de toutes ces négligences incombe au propriétaire et aux autorités chargées de la protection du patrimoine culturel, celles-là mêmes qui ont financé le chantier. Une responsabilité similaire incombe également aux administrations municipales qui se sont succédé depuis 2004, parce qu’elles ont été incapables de protéger le monument le plus important de la ville. Un bien qui, bien que privé, a bénéficié d’importants financements publics et qui, s’il était ouvert au public, pourrait représenter le pôle culturel de Saccisica. En ce qui nous concerne, nous continuerons notre travail de persuasion et d’information”.

Les pétitionnaires demandent donc au ministre s’il est possible de savoir quelles mesures de protection du Palazzo Gradenigo ont été prises par la Surintendance avant et après les travaux de restauration effectués au début des années 2000, et en particulier si et quand elle a ordonné à la propriété, comme l’exige la législation en vigueur, de prendre des mesures pour assurer la sécurité et la conservation du monument, sauf à intervenir à sa place et à prendre des mesures de rétorsion par la suite si elle se heurtait, comme elle l’a fait, à un refus obstiné. En outre, les sénateurs demandent quel a été le résultat de l’inspection effectuée par la Surintendance en décembre 2021 et quelles initiatives le Ministère entend prendre pour s’opposer à une ruine qui semble être causée avant tout par la paresse et le manque de volonté des décideurs institutionnels de s’opposer aux tentatives récurrentes de spéculation qui, jusqu’à présent, n’ont été combattues que par des associations locales. Enfin, la question se pose de savoir quand le conservateur se mettra d’accord avec les propriétaires sur les modalités et les horaires d’accès du public à ce monument de grande valeur culturelle et identitaire.

Sur la photo : Palazzo Gradenigo (Google Street View)

Padoue, l'affaire de la dégradation du Palazzo Gradenigo aboutit au Parlement
Padoue, l'affaire de la dégradation du Palazzo Gradenigo aboutit au Parlement


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.