Parcs, la Ligurie élimine 540 hectares de zones protégées : 2,4 % des quatre parcs supprimés.


La région de Ligurie adopte une loi réduisant de 540 hectares la superficie de quatre parcs régionaux : Aveto, Beigua, Alpi Liguri et Antola.

La semaine dernière (le 9 avril exactement), le gouvernement régional de Ligurie a approuvé le projet de loi régionale 210, modifiant la loi régionale 12 du 22 février 1995 pour redéfinir les limites de quatre parcs régionaux, à savoir les parcs d’Antola, d’Aveto, de Beigua et des Alpi Liguri : le parc d’Antola est réduit de 9,2%, le parc d’Aveto de 1,75%, le parc des Alpi Liguri de 0,98%, et le parc de Beigua de 0,09%.De 607,43 hectares à 22 066,88 hectares : un peu plus de 540 hectares de zones protégées sont donc supprimés (à titre indicatif, le parc national des Cinque Terre, probablement le plus célèbre de la région même s’il relève de la compétence de l’État, a une superficie de 3 860 hectares, tandis que les quatre parcs concernés par les modifications totalisent une superficie d’environ 20 000 hectares : leur superficie est donc réduite, dans l’ensemble, de 2,39 %). Le projet de loi a été approuvé par 17 voix pour, celles de la majorité de centre-droit, contre 10 (Pd, M5S et Rete a Sinistra-Liberamente Liguria), et une seule abstention (Liguri con Paita).

La réduction de la zone protégée, a déclaré Stefano Mai, conseiller régional pour les parcs, a été décrétée pour permettre une “meilleure gestion de l’ensemble du territoire des zones protégées”, ainsi que, a ajouté le conseiller de la Lega Nord Giovanni De Paoli, pour “encourager le retour du facteur humain dans l’arrière-pays”. Les zones concernées par la réduction des zones protégées sont en effet peu peuplées, et la majorité estime que cette mesure peut favoriser le repeuplement du territoire.

Cependant, les réactions de l’opposition ont été vives : le Mouvement 5 étoiles a parlé d’une “loi de destruction des parcs”, et la gauche s’insurge contre le fait que la réduction des parcs favoriserait la cimentation d’une région particulièrement souffrante comme la Ligurie. “La région Ligurie est le maillot noir des zones protégées”, a écrit le conseiller PD Giovanni Lunardon sur Facebook. “C’est une loi phobique des parcs. Les autres améliorent ou étendent leurs zones protégées. Nous les supprimons. Nous procédons comme des crevettes”. Le contraste vient également de Rome : le président de la Commission des politiques européennes de la Chambre des députés, Sergio Battelli, a écrit sur son profil Twitter que les demandes des territoires et des associations avaient été ignorées, et a conclu en réitérant que “nous arrêterons cette abomination”.

Hier, Il Fatto Quotidiano a publié une longue interview du géologue Alfonso Bellini, qui a été consultant pour la province de Gênes dans le passé dans les procès pour les inondations qui ont affecté la région de Gênes ces dernières années. Bellini a affirmé son opposition à la loi de réduction des parcs, notamment parce que la suppression de la protection accroît la fragilité d’une région qui a déjà été lourdement frappée par des catastrophes écologiques dans le passé et qui compte encore de nombreuses zones exposées au risque d’inondation : Tout en reconnaissant que les zones protégées ne sont pas une panacée, le géologue déclare qu’“une zone sous protection, au moins en théorie, donne des garanties supplémentaires”, car “au moins, on élimine le risque qu’un maire devienne fou et décide de tout lotir”. Quant au fait que les parcs entravent le développement, Bellini affirme que “la présence d’un parc n’a jamais été considérée comme un obstacle au développement du territoire, au contraire : bien exploité, il peut être une opportunité décisive”. C’est plutôt le contraire qui est vrai : pour Bellini, si le promontoire de Portofino n’avait pas été transformé en parc dans les années 1930, “il serait aujourd’hui une dalle de béton”.

Sur la photo : le parc d’Aveto

Parcs, la Ligurie élimine 540 hectares de zones protégées : 2,4 % des quatre parcs supprimés.
Parcs, la Ligurie élimine 540 hectares de zones protégées : 2,4 % des quatre parcs supprimés.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.