Pauvre Segantini ! Le Getty retire le cadre qu'il a conçu pour le tableau et le remplace par un nouveau.


Opération risquée du Getty Museum sur un tableau de Giovanni Segantini: le musée américain a retiré le cadre que l'artiste avait lui-même conçu pour le tableau et l'a remplacé par un nouveau cadre blanc anonyme. Mais pour Segantini, les cadres font partie intégrante de l'œuvre.

Le Getty Museum dénature une peinture de Giovanni Segantini (Arco, 1858 - Mount Schafberg, 1899) en remplaçant le cadre de Printemps dans les Alpes, une peinture que le musée de Los Angeles a acquise en janvier 2019 et qui était jusqu’à il y a peu exposée dans son cadre d’origine. Il s’agit d’une œuvre que Segantini avait peinte pour un collectionneur de San Francisco, Jacob Stern, qui à l’époque de la création du tableau (c’était en 1897) était directeur de Levi Strauss & Co, le célèbre fabricant de jeans. Le tableau est resté en possession de la famille de Stern jusqu’en 1999 et, comme nous l’avons mentionné, exactement 20 ans plus tard, le Getty l’a acheté pour ses collections.

Le Printemps dans les Alpes, a expliqué Davide Gasparotto, conservateur principal de la peinture au Getty, au moment de l’annonce de l’achat, "est un hymne joyeux au cycle de la vie et au réveil de la nature au printemps, après un hiver long et rude. Il s’agit d’une œuvre extraordinairement accomplie dans laquelle le symbolisme et le naturalisme sont inextricablement mêlés. Segantini lui-même la considère comme l’un de ses chefs-d’œuvre absolus“. Selon Gasparotto, il s’agit également de ”l’une des plus grandes peintures italiennes du XIXe siècle en Amérique, une œuvre emblématique qui élargit notre capacité à raconter l’histoire de la peinture européenne du XIXe siècle".

Giovanni Segantini, Printemps dans les Alpes (1897 ; huile sur toile, 116 x 227 cm ; Los Angeles, Getty Museum). Avec cadre d'origine
Giovanni Segantini, Printemps dans les Alpes (1897 ; huile sur toile, 116 x 227 cm ; Los Angeles, Getty Museum).
Avec le
cadre original
Le tableau avec le nouveau cadre
Le tableau avec le nouveau cadre
Détail du cadre original
Détail du cadre original

C’est le musée lui-même qui, en annonçant l’achat, a souligné que Printemps dans les Alpes était “arrivé au Getty dans le cadre élaboré que l’artiste avait conçu à l’origine pour l’œuvre”. Or, le musée a changé le cadre (on ne sait pas pourquoi: d’après les photos publiées dans les publications mentionnées ci-dessous et celles trouvées sur les réseaux sociaux, il semble qu’il n’y ait pas de légendes avertissant d’une restauration, et aucune note n’a été publiée sur le site web), ce qui a probablement eu lieu en avril, puisque la première information sur le “recadrage” de Printemps dans les Alpes se trouve sur le blog “Los Angeles County Museum on Fire” de William Poundstone daté de ce mois (et les quelques photos sur les réseaux sociaux d’utilisateurs affichant Printemps dans les Alpes avec le nouveau cadre sont toutes postérieures). Poundstone explique que le cadre doré d’origine a été remplacé par un cadre blanc de style vaguement Shaker qui “souligne le modernisme de l’artiste”. Selon Poundstone, l’opération pourrait avoir pour but de faire apprécier au public américain l’art de Segantini, peu connu sous ces latitudes, et les conservateurs du Getty ont donc probablement essayé d’éviter que les visiteurs californiens, voyant l’œuvre à l’intérieur de ce cadre, ne la considèrent comme une œuvre en retard.

Toutefois, cette substitution a été vivement critiquée par l’historienne de l’art Lynn Roberts dans son The Frame Blog, une publication consacrée aux cadres: “Cela semble être une erreur d’orientation du spectateur, qui est détourné de l’œuvre et des intentions de l’artiste”, explique Mme Roberts. Dans le passé, les collectionneurs ont souvent réencadré des œuvres qu’ils avaient acquises ou héritées pour en marquer la propriété, ou pour les combiner avec d’autres œuvres dans leurs galeries, ou même dans le cadre de la rénovation et de l’actualisation d’un intérieur hérité d’une ancienne génération, mais aujourd’hui, nous devrions attendre des plus grands musées du monde une approche meilleure, moins subjective et plus éclairée d’un point de vue historique". Depuis que le conservateur allemand Wilhelm von Bode a commencé, dans les années 1880, à faire campagne pour un musée à Berlin qui présenterait des peintures, des sculptures et des arts décoratifs de la même époque dans un intérieur intégré, le chemin vers la présentation du musée aurait certainement continué progressivement dans cette direction, en préservant et en conservant également les cadres des artistes.

Le cadre du Printemps dans les Alpes est le résultat, explique Roberts avec une longue digression sur les cadres de Segantini, d’un parcours imaginatif caractérisé par le talent et l’imagination: même le cadre, dans le cas du tableau acheté par le Getty, fait partie du thème du tableau, avec ses motifs floraux printaniers qui rappellent le cycle de la nature (et en particulier la nature de l’Engadine: les fleurs gravées sur le cadre sont en fait des narcisses des Alpes suisses méridionales). Par ailleurs, le cadre du tableau du Getty est également mentionné dans une lettre que Segantini adresse en 1897 au marchand Alberto Grubicy, dans laquelle l’artiste insiste sur la nécessité de commander du matériel afin de terminer l’œuvre dans des délais raisonnables. Enfin, pour Mirella Carbone, directrice du musée Segantini de Sankt Moritz, les cadres du peintre trentin font “partie intégrante de ses œuvres”. En résumé, le Getty, avec cette opération, a en fait tronqué une partie importante de l’œuvre de Segantini. Il faut donc espérer que le musée remontera bientôt le tableau dans son cadre d’origine, afin de rendre sa dignité au grand artiste.

Pauvre Segantini ! Le Getty retire le cadre qu'il a conçu pour le tableau et le remplace par un nouveau.
Pauvre Segantini ! Le Getty retire le cadre qu'il a conçu pour le tableau et le remplace par un nouveau.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.