Pendant la fermeture, les Italiens redécouvrent les livres : forte augmentation du nombre de lecteurs


Pendant les mesures prises pour contenir l'infection par le coronavirus, les Italiens ont redécouvert la lecture : 62 % de la population lit.

Pendant les longues semaines de mesures visant à contenir la contagion du coronavirus Covid-19, les Italiens ont redécouvert les livres: c’est ce qui ressort du rapport annuel 2020 de l’ISTAT, présenté hier au siège de l’institut à Rome. L’impact du soi-disant blocage de la lecture a été défini comme “très pertinent” par l’Istat : 62,6 % des Italiens (64,5 % des hommes, 60,8 % des femmes) se sont en effet consacrés à la lecture, en lisant des livres, des magazines et des journaux. Il s’agit d’une forte augmentation par rapport aux 29,6% de la dernière enquête sur l’utilisation du temps libre.

L’Istat a constaté que 39,7 % des Italiens lisent des livres, des journaux ou d’autres supports en ligne ou numériques, tandis que 34,6 % préfèrent la forme traditionnelle du support papier. Toujours selon l’institut statistique, la lecture est néanmoins l’une des activités auxquelles les Italiens consacrent le plus de temps libre, que ce soit en ligne (46,7 %) ou sur support papier (39,8 %).

“L’importance de ces résultats, commente l’ISTAT, est remarquable si l’on considère qu’au cours de la dernière décennie, parallèlement à la révolution numérique, on a assisté à une désaffection croissante à l’égard de la lecture. Dans le cas des livres, par exemple, en moins de 10 ans, de 2010 (année record pour la part des lecteurs) à 2019, la part des lecteurs est passée de 45,2 % à 38,4 % (sur la population totale âgée de 18 ans et plus), avec une baisse qui a particulièrement touché le groupe d’âge des 35-64 ans, ainsi que les enfants et les adolescents”.

Cependant, l’écart entre les sexes qui, depuis la fin des années 1980, fait que les femmes sont plus enclines à lire reste inchangé : en 2019, les lectrices représentaient 42,5 % (contre 34 % des hommes). "Ce qui s’est passé pendant le lockdown, explique l’Istat, semble donc particulièrement intéressant. La lecture de livres au cours d’une journée moyenne concerne 26,9 % de la population âgée de 18 ans et plus, avec une proportion plus élevée de femmes (30,8 % contre 22,7 % pour les hommes) et de jeunes jusqu’à 34 ans (32 %). La lecture de livres électroniques et/ou de livres en ligne concerne 7 % de la population, en particulier les jeunes, dont les deux tiers sont des femmes.

La presse quotidienne est également en progression : quatre personnes sur dix lisent au moins un quotidien (numérique et imprimé), une pratique plus répandue chez les hommes que chez les femmes, et surtout dans le centre-nord (43 % contre 36,7 % dans le sud). Le journal est lu principalement en format numérique (32,3 % contre 1 sur 10 en format papier).

Pendant la fermeture, les Italiens redécouvrent les livres : forte augmentation du nombre de lecteurs
Pendant la fermeture, les Italiens redécouvrent les livres : forte augmentation du nombre de lecteurs


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.