Rencontre avec Letizia Battaglia à Castelnuovo Magra


Le 21 septembre 2019 à 17h30, une rencontre avec Letizia Battaglia aura lieu à Castelnuovo Magra dans le cadre de l'exposition qui lui est consacrée.

Le 21 septembre 2019 à 17h30, une rencontre avec le public sera organisée à Castelnuovo Magra (SP) par l’une des plus grandes photographes internationales: Letizia Battaglia. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’exposition La strada, la lotta, l’amore (La route, la lutte, l’amour), organisée par les Archivi della Resistenza et ouverte au public dans la Tour du Château des Vescovi de Luni jusqu’au 13 octobre. L’exposition réunit pour la première fois les photographies de trois célèbres photographes italiens : Letizia Battaglia, Tano D’Amico et Uliano Lucas. Letizia Battaglia sera interviewée par Elena Nieddu, journaliste du Secolo XIX. Pour l’occasion, l’exposition sera ouverte de 10h30 à 21h30 et, jusqu’au 13 octobre, il sera possible de la visiter le week-end de 10h30 à 12h30 et de 15h30 à 19h30.

Letizia Battaglia (Palerme, 1935) est une photojournaliste qui a reçu de nombreuses récompenses internationales : elle a été la première femme européenne à recevoir le prix Eugene Smith. Ses photos les plus célèbres sont celles prises pour le journal palermitain L’Ora, à travers lesquelles elle a documenté et dénoncé les guerres mafieuses des années 1970 et 1980. Cependant, ses images couvrent un éventail plus large de sujets, inhérents à la vie sicilienne et palermitaine: les traditions, la vie quotidienne, les fêtes et les deuils, les visages du pouvoir et les regards pleins d’espoir des enfants et des femmes, dans une ville aux mille contradictions. Ces dernières années, Letizia Battaglia a connu un succès international extraordinaire, devenant une artiste culte pour de nombreux jeunes et très jeunes. Ces dernières semaines, elle a été sous les feux de la rampe pour sa participation au dernier film de Franco Maresco, La Mafia non è più quello di una volta, qui a remporté le prix spécial du jury à la 76e Mostra de Venise. Cette participation est aussi une reconnaissance du courage d’un militantisme anti-mafia dont il a toujours fait preuve, même dans des moments très difficiles pour sa Sicile bien-aimée.

À propos de la photo de la petite fille au ballon, Letizia Battaglia a déclaré : “La photo est l’histoire d’une rencontre, dans les petites filles je me vois aussi comme une petite fille”.

Voici un passage de l’interview Io cerco la bambina che è in me publiée dans le catalogue Letizia Battaglia, Tano D’Amico, Uliano Lucas La strada, la lotta, l’amore.

"J’étais avec deux photographes, Franco Zecchin et Ernesto Bazan, nous étions assis dans une sorte de taverne et je vois de loin trois ou quatre enfants et je ne sais pas pourquoi je me lève en courant et je vais vers eux, six, sept clichés, je les photographie. Puis cette petite fille, tout se passe en 30 secondes : je la pousse contre le mur et elle me regarde hypnotisée, elle lève le bras et a mille lires dans la main. J’essaie toujours de revoir ceux que j’ai photographiés mais, trente-huit ans après avoir pris la photo, je n’ai pas pu la retrouver. Je suis rentrée chez moi, j’ai montré la photo, mais personne ne semblait se souvenir de l’enfant qu’elle était, même les personnes âgées ne se souvenaient pas d’elle.

Un jour, en parlant avec Dacia Maraini, je lui ai dit que je la cherchais avec une grande peur, parce qu’elle était la photo que j’avais eue à mes côtés pendant toutes ces années, elle m’avait accompagnée dans les dénonciations, dans les morts assassinés ; la petite fille, avec ces yeux graves, était mon espoir. Dacia a contacté une de ses amies qui travaillait sur l’émission “Chi l’ha visto”. Ils ont fait cette annonce à la télévision, deux femmes se sont présentées, mais ce n’était pas elles. Puis elle arrive enfin. Avant de la rencontrer, je me dis : "Qui va me présenter ? Une sorcière, un trafiquant de drogue ? Puis elle arrive, une femme merveilleuse, grande, élégante dans sa simplicité, belle, bonne quand je l’embrasse. J’étais heureux parce qu’elle avait épousé un policier, son fils est policier et rappeur et chante à Milan. Ma petite fille ne m’avait donc pas trahi, je ne sais pas si je dis des bêtises, mais je sentais que tout s’était bien passé. Cette petite fille, qui avait été pour moi un peu la référence de quelque chose que j’avais en moi, était devenue une femme si belle et si bonne, elle ne m’avait pas trahi. Au fil du temps, j’ai rencontré des gens qui sont devenus autre chose, mais cette femme m’a rendu heureux, parce qu’elle est ma photo la plus célèbre, la plus connue et la plus belle aussi. Il y a aussi les bonnes choses, absolument j’ai vécu plus de bonnes choses que de mauvaises dans ma vie, sinon je me sentirais un peu comme un raté. J’ai des choses merveilleuses à raconter, mais je ne vous les dirai pas !

Rencontre avec Letizia Battaglia à Castelnuovo Magra
Rencontre avec Letizia Battaglia à Castelnuovo Magra


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.