Rome, la Galleria Borghese présente Expositions 2022 : Guido Reni, Titien et la peinture sur pierre


A Rome, la Galleria Borghese a présenté les expositions pour 2022. Elles seront consacrées à Guido Reni, au Titien et à la peinture sur pierre à Rome au XVIIe siècle.

La Galleria Borghese de Rome a présenté aujourd’hui le programme d’exposition 2022 de la Galleria Borghese, axé sur trois événements principaux, trois expositions consacrées respectivement à Guido Reni, au Titien et à la peinture sur pierre à Rome au XVIIe siècle.

"Le programme de l’année prochaine, explique la directrice de la Galleria Borghese, Francesca Cappelletti, se concentre sur la relation entre l’art et le paysage, qui est centrale pour comprendre la signification historique et aussi actuelle d’un projet comme la Villa baroque, dont la Galleria Borghese est un exemple splendide et encore lisible. Les visiteurs seront amenés à réfléchir sur la nature culturelle du paysage, sur le fait que le milieu environnant et les matériaux de la nature ont été l’inspiration et l’objet du travail des artistes.

La première exposition, Guido Reni à Rome. Le sacré et la nature, organisée par Francesca Cappelletti, du 9 février au 22 mai 2022, se concentre sur le tableau Danza campestre (Danse champêtre ) de Guido Reni, qui fait partie de la collection du musée depuis un an, auquel il a toujours appartenu avant d’être vendu à la fin du XIXe siècle. Le retour du tableau dans les salles de la Palazzina Pinciana, aux côtés des autres peintures de paysage de la collection, offre l’occasion de réfléchir sur le rapport de Guido Reni, peintre très apprécié de Scipione Borghese, avec le sujet rural et avec la peinture de paysage, considérée jusqu’à présent comme étrangère à sa production ou, en tout cas, peu pratiquée. L’exposition, partant de l’intérêt de Guido Reni pour la peinture de paysage par rapport à d’autres peintres italiens et étrangers présents à Rome au début du XVIIe siècle, tentera de reconstituer les premières années du séjour de l’artiste à Rome, son étude passionnée des œuvres de la Renaissance et de l’Antiquité, le rapport très important tissé avec le banquier génois Ottavio Costa et son étonnement devant la peinture fortement en clair-obscur du Caravage (que Reni connaissait et fréquentait, comme l’a supposé Carlo Cesare Malvasia dans Felsina pittrice de 1678 et comme l’ont confirmé des documents récemment retrouvés) et le début de son éblouissante carrière de grand peintre d’histoire.

La deuxième exposition, Titien. Dialogues de la nature et de l’amour, du 15 juin au 18 septembre 2022, sous la direction de Maria Giovanna Sarti, est une exposition-dossier réalisée à l’occasion du prêt accordé par le Kunsthistorisches Museum de Vienne de la Nymphe au berger du Titien, dans le cadre d’un programme d’échange culturel entre les deux institutions. La rencontre entre la toile viennoise et les tableaux du Titien de la Galleria Borghese est l’occasion d’établir un dialogue entre les œuvres autour de certains thèmes qui ont toujours été présents dans la production du peintre, un fil rouge qui mène des débuts aux épigones extrêmes de son activité : la Nature, entendue comme paysage signifiant et lieu de l’action humaine ; et l’Amour, rendu sous ses différentes formes, de l’amour divin, naturel et matrimonial, personnifié par Vénus ou par une Nymphe, par une jeune fille ou une jeune mariée. Nature et Amour sont étroitement liés et font partie du cycle de la Vie, dans une relation harmonieuse à laquelle fait allusion l’allégorie amoureuse et musicale de la Nymphe avec le berger. Il s’agit du dernier épisode d’une récurrence commencée par le tout premier Titien avec les Trois âges de l’homme (Édimbourg), ici proposé dans la réplique de Sassoferrato, qui au cours du XVIIe siècle a copié, selon toute vraisemblance pour la famille Borghèse, une version trouvée à Rome du tableau de Titien, et qui témoigne à quel point ces mêmes thèmes de l’Amour et de la Nature étaient appréciés et recherchés dans les importantes collections princières romaines.

Enfin, la troisième exposition, Timeless Wonder. Painting on stone in Rome in the 17th century, organisée par Francesca Cappelletti et Patrizia Cavazzini, du 25 octobre 2022 au 29 janvier 2023, est consacrée à la peinture sur pierre, à ses développements et à ses implications historiques et sémantiques au cours du XVIIe siècle, dans le cadre d’un projet de recherche qui a débuté en 2021 avec une étude approfondie de la nature et du paysage au sein de la collection.Parmi les conséquences du Sac de Rome, on trouve l’invention de la peinture sur pierre par Sebastiano del Piombo. Désespéré par la perte de nombreux tableaux lors du long siège de la ville par les Landsknecht, le peintre d’origine vénitienne, dans le cercle d’Agostino Chigi à Rome depuis la première décennie du siècle, va en effet entreprendre de manière décisive, à la suite du drame, la pratique de la peinture sur des supports autres que la toile et plus résistants au danger et au temps. La déclinaison de la peinture sur pierre au sein du musée, qui contient encore en grande partie les œuvres rassemblées par Scipione Borghese dans les trois premières décennies du XVIIe siècle et leur emplacement initial, présente des éléments d’intérêt considérables. Le changement de contexte, par rapport à “l’invention” de Sebastiano del Piombo et à la peinture florentine de la seconde moitié du XVIe siècle, pourra en effet susciter vertige et réflexion chez le public, tout comme l’impact de la collection au milieu du XVIIe siècle a suscité émerveillement et étonnement. L’une des composantes de cet étonnement était sans doute la diversité des matériaux utilisés dans les œuvres d’art et leur proximité avec l’espace naturel des jardins et du parc qui entouraient la Villa. La relation entre l’art et la nature a également été introduite à l’intérieur des salles, avec la présentation de sculptures, de peintures, d’objets et d’œuvres qui se situent dans une situation intermédiaire, presque de métamorphose, entre les différents arts. Grâce à l’utilisation de marbres et de métaux, les peintures pouvaient rivaliser avec les sculptures dans leur capacité à vaincre le temps ou à renforcer, par exemple, l’idée qu’un portrait, exécuté pour pérenniser le souvenir d’un personnage, pouvait réellement être transféré, par la magie de l’art, dans un monde éloigné de la fugacité des formes. À Rome, ces exemples, qui ont fait le succès de la peinture sur pierre au XVIe siècle, sont encore vivifiés par l’observation de l’Antiquité : des marbres colorés et des exemples rarissimes de peinture sur pierre romaine complèteront et rendront l’exposition encore plus spectaculaire.

En outre, à partir du 4 janvier 2022, le musée inaugurera l’initiative I quadri descendono le scale (Les peintures descendent l’escalier ) pour mettre en valeur les peintures qui ne trouvent pas leur place quotidienne dans le parcours de l’exposition et qui sont conservées dans les réserves de la Galerie, situées au-dessus des étages d’exposition. Une quinzaine d’œuvres enrichiront l’exposition pendant environ un mois, par rotation. Il s’agit de petits tableaux de figures et de paysages, sur toile ou panneau, mais aussi sur cuivre, principalement de l’école flamande, mais pas seulement. À noter le noyau de femmes peintres, dont le Portrait d’une dame de Lucia Anguissola, probablement un portrait de sa sœur Sofonisba, également peintre.

En 2022, la Galleria Borghese a également activé une collaboration avec le Musée égyptien de Turin. En effet, à l’occasion du 200e anniversaire du premier déchiffrement des hiéroglyphes par l’égyptologue français Jean-François Champollion et le britannique Thomas Young, le 21 septembre, la salle égyptienne de la Galleria Borghese accueillera une stèle du musée turinois. L’œuvre sera accompagnée d’un panneau multimédia qui présentera la stèle en relation avec la salle égyptienne dans laquelle elle se trouve temporairement ; une salle qui célébrait l’antiquité égyptienne d’une manière encore fantaisiste mais emblématique de la fascination que l’art et l’écriture de l’Égypte ont exercée à Rome, de la Renaissance jusqu’aux études du brillant jésuite Athanasius Kircher en 1600.

La photo représente la Nymphe au berger de Titien.

Rome, la Galleria Borghese présente Expositions 2022 : Guido Reni, Titien et la peinture sur pierre
Rome, la Galleria Borghese présente Expositions 2022 : Guido Reni, Titien et la peinture sur pierre


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.