Carrare et le risque hydrogéologique


Un article sur le risque hydrogéologique de Carrare pour notre série consacrée aux problèmes environnementaux de Carrare et des Alpes Apuanes.

Troisième rendez-vous de la série sur les problèmes environnementaux des Alpes Apuanes, et aujourd’hui en particulier nous voulons nous concentrer sur le risque hydrogéologique de la ville de Carrare et des zones environnantes(Massa, Ortonovo, Sarzana... ). Nous avons tous vu les dégâts causés par les récentes inondations dans le territoire apuanais: Carrare a été touchée à deux reprises, la première fois dans la nuit du 10 au 11 novembre de cette année, et la dernière fois cette nuit, avec des “résultats” similaires à ceux de l’inondation de San Martino.

Sur le site Internet de la municipalité de Carrare, il est possible de télécharger et d’observer les cartes des risqueshydrauliques1 des hameaux de la municipalité, et il y a en effet de nombreuses zones classées comme des zones à risque hydraulique élevé ou très élevé. Presque tout le vieux quartier de Marina di Carrara, tout le hameau de Battilana (déjà durement touché lors de l’inondation de San Martino), les parties du centre historique adjacentes au torrent Carrione, toute la partie historique du hameau d’Avenza et tout le quartier de Nazzano, et la liste pourrait être encore plus longue.

L’une des principales causes de cette pression continue à laquelle est soumis le territoire apuanais pourrait être identifiée dans l’insouciance et le manque d’attention au territoire, une cause qui, selon certains, est également à l’origine de l’inondation de La Spezia du 25 octobre dernier, qui a également touché de vastes zones de la province de Massa et de Carrara et a coûté la vie à plusieurs personnes. Après les événements tragiques de l’année dernière, le géologue ligure Giuliano Antonelli a expliqué à Il Fatto Quotidiano que “la protection du territoire doit être une priorité” et que cette même protection "est une question culturelle et nous devons être conscients que l’instabilité hydrogéologique a un coût énorme"2.

Ainsi, beaucoup identifient cette négligence dans le manque d’entretien des lits des rivières et des ruisseaux: la récente inondation de la rivière Magra a montré comment les troncs d’arbres, les branches et les débris se sont accumulés dans les rivières, créant des “situations d’obstruction” et provoquant ainsi des inondations et descrues3, mais pas seulement, car les débris entraînés par la rivière ont également provoqué des affaissements et l’effondrement de ponts. Parmi les ponts qui se sont effondrés lors des événements du 25 octobre 2011, on ne peut manquer de mentionner le pont de Colombiera, qui venait d’être rénové et qui s’est effondré précisément à cause de la pression des débris et des morceaux de bateaux de plaisance entraînés par les chantiers de construction situés à proximité4. Cette situation risquée affecterait également les ponts historiques de Carrare (comme le pont des larmes, le pont des mensonges ou le pont Baroncino), tous des ponts aux noms évocateurs, vieux de plusieurs siècles et donc également importants d’un point de vue historique et culturel. Et encore, la négligence se traduit souvent par des interventions et des constructions qui altèrent l’équilibre hydrogéologique du territoire: des interventions qui pourraient être à l’origine, par exemple, de la tragédie deLavacchio5 (dans la commune de Massa) qui s’est produite en 2010. Et selon Vincenzo Tongiani, président de Coldiretti dans la province de Massa et Carrare, la récente inondation des Apuanes est le prix "d’années d’abus de construction et de cimentation sauvage"6. De plus, il est bien connu que la cimentation du territoire est l’une des principales causes d’instabilitéhydrogéologique7.

À Carrare et dans les régions voisines, il existe une autre cause possible qui pourrait être à l’origine des inondations. Cette cause pourrait être trouvée dans l’activité d’extraction des carrières de marbre. En effet, les débris accumulés sur les montagnes, qui proviennent de l’exploitation des carrières de marbre et dont nous avons parlé dans l’article introductif de cette série sur les problèmes environnementaux de Carrare et des Alpes Apuanes, pourraient "obstruer le lit des rivières avec leur boue"8. L’année dernière, la commune de Carrare avait émis vingt avertissements à l’encontre des concessionnaires de carrières responsables de l’élimination inadéquate desdébris9, et suite à l’inondation catastrophique de Carrare du 23 septembre 2003, qui a coûté la vie à une personne et causé de nombreux dégâts dans la commune, uneenquête a été lancée pour déterminer les responsabilités du monde politique et économique10, qui a conduit à l’identification de 24 accusés pour des délits allant de la catastrophe coupable à l’homicide coupable11. Le procès s’est achevé en 2011 par un “jugement de non-lieu”, sanctionnant ainsi la prescription du crime pour tous les prévenus, à la grande déception des proches de la femme disparue lors de l’inondation, qui ont parlé d’une "défaite de la ville"12.

Quelles sont les solutions? Legambiente Carrara, dans un récent rapport sur le risque hydrogéologique de la municipalité de Carrara, a tenté d’en proposer quelques-unes, en gardant à l’esprit que “l’aménagement du territoire est le véritable et le plus grand travail public dont le pays a besoin”, et en réfléchissant au fait que la première mesure à prendre est probablement d’éviter de construire dans les zones inondables13. Même pour ceux d’entre nous qui travaillent dans le domaine de l’histoire de l’art, la protection du territoire et du paysage doit être une priorité: outre les dommages en termes de pertes humaines et matérielles, notre patrimoine historique et historico-artistique est également en jeu. Pour vous donner une idée plus précise, nous vous proposons un lien vers une photographie de la Piazza Alberica, la place principale du centre historique de Carrare, prise ce soir. On y voit le monument à Marie Béatrice d’Este, qui gouverna le duché de Massa et Carrare entre 1790 et 1769: le monument est l’un des plus importants et des plus connus de la ville, l’un de ses symboles. Une démonstration qu’on ne peut pas se consacrer à l’histoire de l’art sans penser au territoire, surtout quand ce territoire est le sien.

Plus d’articles sur ce thème :


Notes

1. Les cartes des risques hydrogéologiques de la municipalité de Carrare peuvent être téléchargées en allant sur ce lien.

2. Federico Simonelli, Inondation Ligurie: “Quand je me suis retourné, la route de Monterosso était un fleuve en crue”, extrait de Il Fatto Quotidiano, 26 octobre 2011 .

3. Un mois après l’inondation, la situation des délaissés fluviaux dans les régions du Spezzino et de la Lunigiana est toujours la même, extrait de Varese7Press, 13 décembre 2011

4. Voir Benedetto Marchese, Ponte della Colombiera, effondrement causé par des débris et des morceaux de yacht , de Città della Spezia, 26 octobre 2011 .

5. Cfr. Anna Pucci, L’allarme dei geologi: “Lavacchio è a rischio frane”, de La Nazione, 8 novembre 2010.

6. Cf. Massimo Vanni, Dopo la paura, la rabbia. Le voci dall’alluvione, extrait de Repubblica - Firenze, 8 novembre 2010.

7. Cf. Géologues du Latium. Glissements de terrain, inondations, tremblements de terre, des événements naturels qui deviennent instables lorsqu’ils affectent des zones construites par l’homme en raison de politiques irresponsables d’aménagement du territoire, communiqué de presse sur le site du Conseil national des géologues, 17 novembre 2012.

8. Cf. Italie, vous êtes un glissement de terrain. Mais ce n’est pas de votre faute - épisode V, de Sgrunt !- Le blog d’Isabella Schiavone, 20 novembre 2011 et “La tragédie pourrait se répéter” L’alarme de Salviamo le Apuane: Carrara et les hameaux à risque d’inondation - La conférence. Les professeurs pointent du doigt les fouilles, extrait de Il Tirreno, 14 novembre 2011.

9. Voir Cinzia Carpita, Les carrières au risque de bloquer l’activité, extrait de Il Tirreno, 26 novembre 2011.

10. Cf. Inondation de Carrare. L’inchiesta, extrait de La Nazione, 16 mars 2007.

11. Cf. Carrare: inondation de 2003. Audience reportée à juillet, extrait de La Nazione, 11 mars 2010.

12. Cfr. Alessandra Vivoli, Nessuno pagherà per l’alluvione del 2003, de Il Tirreno, 10 février 2011 et Morì nell’alluvione del 2003, reato prescritto per 22 imputati, de ANSA, 1 juin 2011.

13. Voir Carrara: dopo l’alluvione serve un’idea sana di sviluppo, extrait de Legambiente Carrara, 20 novembre 2012.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.