Elin Danielson Gambogi, l'histoire d'un peintre contre les conventions entre la Finlande et l'Italie


L'artiste finlandaise Elin Danielson, entrecroisant les poétiques artistiques impressionnistes et macchiaioli, a créé une production entre la fin du XIXe siècle et le début du nouveau siècle qui exalte l'émancipation féminine.

L’histoire de l’art est un domaine masculin: une considération paisible que peu de gens remettraient en question. Après tout, dans un monde purement masculin, il ne pouvait en être autrement, à tel point que ce n’est que relativement récemment que le rôle des femmes dans le monde de l’art a enfin été mis à l’ordre du jour. Dans le passé, il n’était pas impossible pour les femmes de pratiquer l’art, mais les dynamiques sociales liées à un rôle de subordination rendaient la chose difficile, surtout lorsqu’elles avaient l’audace de ne pas limiter l’art à un passe-temps bourgeois mais entendaient en faire une profession.

Les quelques premières figures exceptionnelles qui ont réussi à briser cette cage oppressante de conventions, comme les célèbres Lavinia Fontana, Elisabetta Sirani, Sofonisba Anguissola, Artemisia Gentileschi et Plautilla Bricci, ont dû faire face à un monde qui avait les hommes pour seul étalon de mesure. Ces femmes, et bien d’autres, ont su susciter l’intérêt de leurs contemporains, mais cela n’a pas suffi à vaincre la résistance de la persistance d’une vision sexiste dans les siècles suivants. En fait, même celles qui ont pu émerger et se distinguer dans la vie n’ont pas souvent été omises de l’histoire de l’art. Heureusement, notre contemporanéité, parallèlement à ce qui s’est passé dans d’autres domaines, a retrouvé quelques noms importants de femmes artistes. D’autres personnalités notables attendent encore d’être redécouvertes, parmi lesquelles Elin Danielson Gambogi.

L’histoire de l’artiste finlandaise, née Elin Kleopatra Danielson (Noormarku, 1861 - Antignano, 1919), est celle d’une grande peintre cosmopolite, qui a vécu à une époque où il n’était ni facile ni avantageux pour une femme d’exercer cette profession, tout comme sa décision de parcourir le monde a dû être bizarre pour ses contemporains. La peintre était également consciente de son rôle de femme, à tel point qu’elle a brisé les conventions de l’époque jusque dans sa peinture.

L’histoire de Danielson Gambogi est ensuite enrichie par des rencontres extraordinaires, comme celles avec Jules Bastien-Lepage et Auguste Rodin, et partagée entre les enseignements de Pierre Puvis de Chavannes et de Giovanni Fattori. Mais c’est aussi l’histoire de l’amour tourmenté entre elle et son mari, le Livournais et post-macchiaiolo Raffaello Gambogi (Livourne, 1874 - 1943), qui s’est joué entre les paysages glaciaires finlandais et les ravins ensoleillés de la côte rocheuse de Livourne, des événements qui n’étaient pas seulement des bavardages futiles, mais qui ont déterminé des résultats fondamentaux pour la peinture des deux époux.

Elin Danielson Gambogi, Finished Breakfast (1890 ; huile sur toile, 67 x 94 cm ; Finlande, collection privée)
Elin Danielson Gambogi, Finished Breakfast (1890 ; huile sur toile, 67 x 94 cm ; Finlande, collection privée)
Elin Danielson Gambogi, Pêche d'hiver (1887 ; huile sur toile, 95 x 72 cm ; Finlande, collection privée) Elin
Danielson Gambogi, Pêche d’hiver (1887 ; huile sur toile, 95 x 72 cm ; Finlande, collection privée)
Elin Danielson Gambogi, Récolte des pommes de terre (1893 ; huile sur toile, 148 x 115 cm ; Tampere, musée d'art de Tampere) Elin
Danielson Gambogi, Récolte des pommes de terre (1893 ; huile sur toile, 148 x 115 cm ; Tampere, musée d’art de Tampere)
Elin Danielson Gambogi, Jeune fille bretonne (1885 ; huile sur toile, 92,5 x 69 cm ; Helsinki, Ateneum Art Museum)
Elin Danielson Gambogi, Fille bretonne (1885 ; huile sur toile, 92,5 x 69 cm ; Helsinki, Ateneum Art Museum)

Pourtant, aujourd’hui encore, le nom de Danielson Gambogi est décidément peu connu du grand public, bien que, de son vivant, il n’ait pas manqué d’être salué et de participer aux expositions les plus importantes. Après sa mort, son nom est tombé dans l’oubli le plus total: le fait qu’elle soit décédée en Italie, loin de son pays natal, à une époque de nationalisme, l’a privée de l’hommage opportun de sa patrie, la Finlande, alors que son pays d’adoption était tout aussi avide d’attention. On peut avancer plusieurs hypothèses pour expliquer cette situation : l’insistance d’une critique fortement centrée sur l’homme, qui, déjà de son vivant, avait souvent mis sa femme dans le même sac que son mari Raphaël, y a certainement contribué, une situation qui se justifiait en partie par les similitudes entre les peintures des deux artistes, souvent poussées presque jusqu’à la mimesis, et, d’autre part, le manque d’intérêt pour la peinture italienne à la charnière des XIXe et XXe siècles. Le silence qui entoure Danielson n’a été rompu qu’au cours des dernières décennies, lorsque des recherches menées en Finlande et quelques études italiennes ont permis de reconstituer partiellement la biographie de ce personnage hors du commun. Il convient donc de jeter un bref coup d’œil sur la vie et l’expérience artistique incroyables d’Elin Danielson.

Née à Noormarkku, un petit village de campagne de l’ouest de la Finlande, dans une famille de propriétaires terriens de la classe moyenne aisée, sa vie est bouleversée dès son plus jeune âge lorsque son père se donne la mort en 1872 à la suite d’un échec commercial. Grandissant avec sa mère et sa sœur, elle commence très tôt son éducation artistique et, à l’âge de quinze ans, elle entre à l’Académie des beaux-arts d’Helsinki, grâce au soutien financier d’une famille importante de sa ville natale qui l’a longtemps soutenue. Par la suite, elle se perfectionne en suivant un cours de peinture sur céramique et en fréquentant l’Académie d’art privée d’Adolf von Becker, qui la forme à la peinture naturaliste. Grâce à une bourse du Sénat, elle entreprend un voyage d’études à Paris en 1883, où elle fréquente la prestigieuse Académie Colarossi, où elle reçoit l’enseignement de Gustave Courtois, puis l’atelier d’Auguste Rodin. La capitale française lui offre une quantité innombrable de stimuli enivrants par rapport à l’isolement d’Helsinki, où elle commence à s’exercer en plein air dans les jardins, produisant de petites études très rapides d’après nature, caractérisées par une matrice impressionniste, comme dans le tableau Jardin du Luxembourg.

Elin Danielson Gambogi, Portrait de Hilda Westerholm (1888 ; huile sur toile, 136 x 105 cm ; Turku, Musée des beaux-arts de Turku)
Elin Danielson Gambogi, Portrait de Hilda Westerholm (1888 ; huile sur toile, 136 x 105 cm ; Turku, Musée des beaux-arts de Turku)
Elin Danielson Gambogi, Au repos (1897 ; huile sur toile, 69 x 49 cm ; Finlande, collection privée) Elin
Danielson Gambogi, Au repos (1897 ; huile sur toile, 69 x 49 cm ; Finlande, collection privée)
Elin Danielson Gambogi, In the Morning (1897 ; huile sur toile, 49 x 54 cm ; Helsinki, Helsinki City Art Museum) Elin
Danielson Gambogi,
Le
matin (1897 ; huile sur toile, 49 x 54 cm ; Helsinki, Helsinki City Art Museum)
Elin Danielson Gambogi, Lac Massaciuccoli (1899 ; huile sur toile, 52 x 112 cm ; Helsinki, musée d'art Ateneum)
Elin Danielson Gambogi, Lac Massaciuccoli (1899 ; huile sur toile, 52 x 112 cm ; Helsinki, Ateneum Art Museum)

Au lieu de cela, il passe ses étés en Bretagne, à la recherche d’un paysage rural plus authentique et préservé, où il fait la connaissance de Jules Bastien-Lepage, qui dépeint depuis longtemps la vie quotidienne des paysans bretons. L’artiste français a toujours été une référence pour Danielson, suspendu entre un dessin solide et naturaliste et une fraîcheur impressionniste. En Bretagne, l’artiste finlandaise s’immerge dans la peinture en plein air et tempère sa capacité à sonder et à rendre les données lumineuses. De cette période date le tableau Fille bretonne, orienté sur la leçon de Lepage, dans un jeu de forts contrastes entre le noir et le blanc.

Pendant un peu plus d’une décennie, la vie de l’artiste finlandaise se partage entre son pays d’origine et la France. En Finlande, Danielson participe à la colonie d’artistes installés dans l’archipel d’Aland, peintres partageant un intérêt pour les résultats naturalistes en peinture et adeptes de la technique en plein air. Ces derniers ont promu un nouvel intérêt pour le paysage finlandais et la nature, étudiée dans son sens romantique de puissance mystérieuse et terrible. Danielson, quant à lui, s’est intéressé aux gens qui vivent autour d’eux, dépeints au cours de travaux agricoles ardus. Le tableau La pêche d’hiver est une œuvre picturale d’un réalisme intense avec des effets de poésie fine, donnés par la lumière glaciale de la Scandinavie qui illumine la neige et se reflète sur la glace.

À Paris, cependant, elle poursuit ses études et devient en 1889 l’élève du célèbre peintre symboliste Pierre Puvis de Chavannes. Elin Danielson était une femme cosmopolite et non conventionnelle, avec un mode de vie que son époque jugeait inconvenant, mais la peintre devait être particulièrement intolérante à l’égard de ces impositions sociales, ce qui se reflète également dans les peintures qu’elle a produites au cours de ces années. “La production artistique d’Elin est une sorte d’hymne à la femme et à sa dignité”, écrit Giovanna Bacci di Capaci, et l’artiste finlandaise semble en effet revendiquer, à travers ses peintures, l’émancipation de la femme. Elle crée des œuvres dans lesquelles les figures féminines sont les protagonistes absolues, saisies dans des moments de dur labeur ou d’intimité tranquille, elles sont des sujets forts et déterminés. Ce sont peut-être les tableaux les plus emblématiques et les plus originaux de sa production, tels que Récolteuses de pommes de terre, dans lequel les ouvrières des champs acquièrent une dignité monumentale, tandis que Le portrait d’Hilma Westerholm a remporté une médaille à l’exposition universelle de Paris en 1889. Mais il y a aussi d’autres tableaux considérés comme inconvenants à l’époque, qui montrent des femmes éternelles dans des poses ou des attitudes jugées indécentes, comme Finished Breakfast: dans un intérieur minutieusement décrit, une femme, probablement la sœur d’Elin, est prise dans ses pensées (certains ont récemment émis l’hypothèse d’une gueule de bois) tandis que, de manière extrêmement naturelle, elle fume une cigarette, appuyée sur la table, sur laquelle est posé un repas fraîchement mangé et une cigarette encore allumée reposant sur la nappe, faisant allusion à la présence d’une personne en sa compagnie. Ce qui a peut-être le plus scandalisé les contemporains, comme le propose Bacci di Capaci, c’est le fait que la femme prenne un moment pour elle, au lieu de ranger la table, comme c’était son devoir.

Elin Danielson Gambogi, Séchage de linge (1896 ; huile sur toile, 59 x 87 cm ; Finlande, collection privée)
Elin Danielson Gambogi, Linge à sécher (1896 ; huile sur toile, 59 x 87 cm ; Finlande, collection privée)
Raffaello Gambogi, Portrait de sa femme (1905 ; huile sur toile, 68,5 x 58 cm ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori). Photo : Emiliano Cicero
Raffaello Gambogi, Portrait de sa femme (1905 ; huile sur toile, 68,5 x 58 cm ; Livourne, Museo Civico Giovanni Fattori). Photo : Emiliano Cicero
Elin Danielson Gambogi, Les petits amis (1906 ; huile sur toile, 80 x 100 cm ; Livourne, Fondazione Livorno)
Elin Danielson
Gambogi
, Les petits amis (1906 ; huile sur toile, 80 x 100 cm ; Livourne, Fondazione Livorno)
Elin Danielson Gambogi, Soirée (1900 ; huile sur toile, 65 x 79 cm ; Finlande, collection privée)
Elin Danielson Gambogi, La soirée (1900 ; huile sur toile, 65 x 79 cm ; Finlande, collection privée)

S’ensuivent des années d’expositions en Finlande, de travail, de rencontres importantes et de connaissances, comme l’histoire d’amour avec le sculpteur norvégien Gustav Vigeland, qui dure plusieurs années, et l’amitié avec le célèbre peintre Akseli Gallen-Kallela. C’est sur les conseils de cette dernière que Danielson décide de visiter le Belpaese : “Ce doit être un de vos pays, cette Italie”, lui écrit l’artiste finlandais. En 1895, la peintre passe ensuite trois mois entre Rome et Florence, où elle revient en janvier de l’année suivante pour suivre les cours de la Scuola di Nudo de Florence. Il est probable qu’elle y étudie également avec Giovanni Fattori et qu’elle y rencontre l’un de ses fidèles élèves, Raffaello Gambogi, originaire de Leghorn, un jeune peintre qui s’était distingué quelques années plus tôt avec le tableau emblématique Gli emigranti (Les émigrants), aujourd’hui conservé au musée Fattori de Leghorn. Rapidement, la liaison entre les deux se transforme en une histoire d’amour, bien que Raffaello ait treize ans de moins qu’Elin, preuve supplémentaire que le peintre n’était pas très attentif à la morale de l’époque.

C’est au cours de ces années qu’Elin Danielson a réalisé les dernières peintures connues à ce jour qui donnent une interprétation aussi peu conventionnelle de la figure de la femme, comme La servante, Au repos et Le matin, où l’on voit, par exemple, un lit conjugal défait, référence évidente au sexe. Il s’agit de tableaux d’une grande intensité dans lesquels l’accent est mis sur le côté lumineux dans ses différents gradients au sein d’un espace domestique.

Avec l’intensification de sa relation avec Gambogi, le mariage célébré en 1898 et le déménagement définitif en Italie qui s’ensuivit, Elin ne produisit plus de tableaux au contenu scandaleux, un renoncement dicté peut-être par son nouveau rôle de femme mariée ou par les coutumes fortement conservatrices de sa patrie d’adoption. La nouvelle famille d’artistes, après une première période à Antignano, près de Livourne, s’installe à Torre del Lago, où elle fait partie du club La Bohème fondé autour de Giacomo Puccini et fréquenté par des artistes de la trempe de Plinio Nomellini, Angiolo et Ludovico Tommasi, Francesco Fanelli et Ferruccio Pagni. Les rives du lac et les montagnes deviennent le sujet des peintures de l’artiste finlandais : ce sont des tableaux à la peinture exsangue et aux tons froids, avec des figures et des paysages émergeant d’une sorte de brume, comme dans le tableau Ragazza che row.

Le séjour à Torre del Lago ne dure pas longtemps et, dès 1899, les Gambogi retournent à Antignano sur les conseils d’un médecin, car Danielson est tombé malade et le climat humide du lac est considéré comme néfaste. De retour à Livourne, Elin Danielson Gambogi fait à nouveau surgir sur ses toiles des paysages de mer et de campagne, des vues baignées d’une chaude lumière méditerranéenne qui rend la vision à nouveau limpide et les couleurs éclatantes. Sans grande difficulté, la peintre réussit à adapter sa peinture forgée sur le naturalisme français à la poétique des Macchiaioli.

La vie de la famille Gambogi se caractérise par une véritable symbiose artistique : on connaît plusieurs tableaux des deux artistes ayant le même sujet et des solutions de composition pratiquement identiques. Toutefois, comme l’a écrit Anna Franchi, le couple avait “le défaut de se ressembler un peu trop dans la recherche des effets, même si elle me paraît plus forte”. Les thèmes qui intéressent Elin Danielson à cette époque sont de plus en plus rarement les intérieurs, remplacés par des aperçus du littoral, des paysages sauvages ou encore des travaux des champs, où les protagonistes restent souvent des femmes, mais ne sont plus présentés sous leurs aspects non conventionnels. Ces œuvres sont relues à travers la leçon du Français Jean-François Millet et du Toscan Egisto Ferroni.

La cohabitation des deux artistes a cependant connu des moments difficiles, comme l’infidélité de Raphaël qui, en 1901, s’est épris de Dora Wahlroos, une peintre finlandaise arrivée à Antignano pour rendre visite à son vieil ami, et a consommé sa relation amoureuse. Une crise profonde s’ouvre entre eux, que seule l’abnégation de la jeune femme permet de surmonter : “Si les liens qui nous unissent n’étaient pas aussi forts et l’harmonie de notre travail, qui correspond presque à un enfant, cette catastrophe aurait certainement conduit à notre séparation”.

Les deux hommes ont également tenté de rétablir leur relation par le biais d’un voyage en Finlande, mais malheureusement des problèmes psychologiques sont apparus pour Raffello, qui a souffert d’une dépression nerveuse. Elin, ne pouvant plus faire face à la situation et n’ayant plus de temps à consacrer à son art, décide de quitter son mari et de retourner dans son pays, non sans difficulté, car à l’époque la signature de son mari était requise sur le passeport, ce qu’il a refusé d’apposer.

Elin Danielson Gambogi, Bateaux italiens (1900 - 1901 ; huile sur toile, 33 x 45 cm ; Turku, Ett Hem Museum)
Elin Danielson Gambogi, Bateaux italiens (1900 - 1901 ; huile sur toile, 33 x 45 cm ; Turku, Ett Hem Museum)
Elin Danielson Gambogi, La mère (1893 ; huile sur toile, 95 x 57 cm ; Helsinki, musée d'art Ateneum) Elin
Danielson
Gambogi,
La mère (1893 ; huile sur toile, 95 x 57 cm ; Helsinki, Ateneum Art Museum)
Elin Danielson Gambogi, The Snack (1904 ; huile sur toile, 83,5 x 139,5 cm ; Kokkola, musée K.H.Renlund) Elin
Danielson
Gambogi,
Le casse-croûte (1904 ; huile sur toile, 83,5 x 139,5 cm ; Kokkola, K.H.Renlund Museum)
Elin Danielson Gambogi, Autoportrait (1900 ; huile sur toile, 96 x 65,5 cm ; Helsinki, Ateneum Art Museum)
Elin Danielson Gambogi, Autoportrait (1900 ; huile sur toile, 96 x 65,5 cm ; Helsinki, Ateneum Art Museum)

Il reste en Finlande pendant près d’un an, puis retourne à Venise, en Italie. Mais la santé et l’état de Raphaël la préoccupent tellement qu’elle décide de revenir à ses côtés. Elle reste également avec lui lorsque, en 1905, ils doivent déménager à Volterra, où se trouve un important hôpital psychiatrique, pour soigner la neurasthénie dont souffre Gambogi.

Malgré les nombreuses difficultés, Danielson décida de rester toujours proche de son mari, tout en sacrifiant ses intérêts artistiques. Elle s’efforce constamment de vendre les œuvres de l’artiste de Leghorn, même en Finlande, bien qu’elle soit unanimement considérée comme un peintre plus talentueux et plus établi que son mari.

Bien que confinée dans des centres artistiques secondaires, l’artiste finlandaise connaît un succès significatif : le tableau Estate est acheté par le roi Umberto I, tandis qu’Interno entre dans les collections de la Galerie d’art moderne du Palazzo Pitti, et pendant un certain temps, il semble presque possible qu’un de ses autoportraits entre à la Galerie des Offices, un projet qui ne s’est malheureusement pas concrétisé en fin de compte. Elle fut également la première artiste finlandaise à participer à la Biennale de Venise, bien qu’elle ait exposé avec les Italiens. En 1900, elle remporte une médaille de bronze à l’Exposition universelle de Paris et continue d’exposer régulièrement dans son pays natal, qui conserve aujourd’hui plusieurs de ses œuvres dans d’importantes collections muséales. Le 31 décembre 1919, Elin Danielson meurt prématurément à Antignano, plongeant son mari dans un profond désespoir dont il ne se remettra jamais.

Le nom de cette"douce fleur du Nord transplantée dans le jardin de l’Italie", comme l’indique la plaque apposée sur la tombe où Danielson repose avec Gambogi à Livourne, tomba dans l’oubli, et l’environnement italien ne lui en fut pas reconnaissant, à tel point que sa signature fut ensuite effacée de plusieurs tableaux pour être remplacée par celle de son mari, dont les estimations n’atteignirent pas des chiffres faramineux. Aujourd’hui, après plusieurs expositions dont Elin Danielson Gambogi. Une femme dans la peinture, organisée par Giovanni Bacci di Capaci, et Elin Danielson-Gambogi - Dans la lumière italienne, organisée par Virve Heininen, les projecteurs se sont à nouveau braqués sur son expérience artistique et, grâce au regain d’attention dans son pays d’origine, elle a également fait l’objet d’un regain d’intérêt de la part du marché. Malheureusement, en Italie, le nom d’Elin Danielson reste encore assez obscur, notamment en raison de la rareté de ses œuvres présentes et exposées dans les collections publiques, mais nous espérons que ce regain d’intérêt pour les femmes illustres dans l’art conduira bientôt à une juste récupération d’une artiste de premier plan qui a choisi l’Italie comme terre d’adoption.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.