Le patrimoine, le réseau, le grand public


Texte intégral du discours "Patrimoine, réseau, public", prononcé par Federico Giannini à Rome le 6 mai dans le cadre de "Emergenza cultura".

Pour ceux qui n’étaient pas présents à Rome le week-end dernier, nous publions ci-dessous la vidéo et le texte intégral de l’intervention de notre Federico Giannini (intitulée “Patrimoine, réseau, grand public”) lors de la conférence qui s’est tenue à Rome le 6 mai dans le cadre de l’événement “Emergenza Cultura”. Afin de respecter le calendrier, notre Federico a dû proposer une version légèrement raccourcie de son intervention. Alors, bon visionnage et bonne lecture ! Sur la chaîne Youtube d’Altra News, vous pouvez également voir les vidéos de tous les discours prononcés lors de la conférence et de l’événement.

J’aimerais commencer mon discours par un petit jeu. Imaginons que nous ayons à notre disposition une machine à remonter le temps, du genre de celles que nous avons certainement vues dans un film ou une bande dessinée. Programmons-la pour revenir quelques années en arrière: il suffit de retourner en 1974, il y a exactement trente-deux ans. Nous nous trouvons dans une Italie gouvernée par la Démocratie chrétienne, dans une Italie dominée par une bureaucratie oppressive, dans une Italie en proie à la spéculation immobilière et environnementale, dans une Italie où la question de la protection du patrimoine n’intéresse qu’un petit groupe de personnes liées aux universités et à ce que l’on pourrait appeler “l’élite culturelle”. Quelqu’un fera remarquer, à juste titre, qu’il n’y a pas de grandes différences entre l’Italie de 1974 et celle de 2016: cependant, il faut souligner qu’en 1974, il y avait quelqu’un qui pensait à exprimer fortement ses positions sur les questions dont nous discutons aujourd’hui, et à l’époque c’était une nouveauté, parce que la sensibilité à l’égard de ces questions a, après tout, progressé au cours des dernières années, fort heureusement. Il s’agit d’un grand archéologue, Ranuccio Bianchi Bandinelli, qui a publié en 1974 un recueil d’écrits sur des thèmes tels que la protection, la gestion du patrimoine par les institutions et la diffusion. Ce livre, très actuel lui aussi, s’intitule “AA.BB.AA. et B.C., l’Italie historique et artistique au barrage”. Un titre clairement ironique, pour souligner l’excès de bureaucratie dans lequel le système de protection était déjà empêtré: BC signifie évidemment “Beni Culturali”, tandis que AA.BB.AA. signifie “Antichità e Belle Arti”. A cette époque, le ministère des Biens culturels n’existe pas encore, il ne sera créé que l’année suivante: la protection du patrimoine est donc déléguée à une Direction générale des antiquités et des beaux-arts qui dépend du ministère de l’Education.

Au sujet de la vulgarisation, nous lisons dans le livre une phrase très significative, que je vais citer. Ranuccio Bianchi Bandinelli dit: “Dans la transition de civilisation qui s’est amorcée dans le monde d’aujourd’hui, le travail de vulgarisation qui fait sortir la culture de l’élite étroite à laquelle elle appartient encore, et qui rend sa substance la plus profonde, ses valeurs les plus concrètes accessibles au public le plus large possible, est, à mon avis, d’une importance décisive”. Ici, il est intéressant de commencer par Ranuccio Bianchi Bandinelli, précisément parce qu’il a été l’un des premiers savants à s’intéresser aux relations avec le grand public et à penser que la connaissance de l’histoire de l’art est un moyen de développer la mémoire et l’esprit critique. Ce grand savant considérait la vulgarisation comme un “point d’arrivée vers lequel il faut tendre”, selon sa propre expression, parce qu’il faut mettre tout le public en mesure de connaître l’histoire de l’art, l’archéologie et, en général, les sciences humaines: après tout, elles constituent le tissu sur lequel les valeurs de notre civilisation se sont construites au fil des siècles. Et il est vraiment intéressant de noter comment, selon Bianchi Bandinelli, la culture à l’époque était encore jalousement gardée par une “élite étroite”, incapable de dialoguer avec le public et probablement même pas disposée à le faire. Cette distance entre les savants et le public n’a pas encore été comblée, car aujourd’hui encore, il existe une certaine incommunicabilité entre les initiés d’une part, c’est-à-dire ceux qui prennent soin des œuvres d’art, parce qu’ils les étudient, les analysent, les cataloguent et veillent en tout cas à ce que la mémoire des œuvres du passé, mais aussi du présent, puisse être conservée à l’avenir, et ceux qui, d’autre part, jouissent du patrimoine en visitant un musée, une exposition, une église, un bâtiment historique, une collection d’art contemporain.

L’incommunicabilité ne signifie cependant pas “incompatibilité”: la vulgarisation est précisément ce qui est nécessaire pour rendre le monde des chercheurs compatible avec celui du grand public. La diffusion a essentiellement une fonction de liaison, qui est souvent assurée par de nombreux chercheurs qui décident de s’impliquer directement et de rencontrer le public, et souvent par des personnalités qui ont une solide formation scientifique sur le sujet à diffuser, mais qui ont aussi la capacité de comprendre les besoins du public. Concentrons-nous précisément sur le public: on commet trop souvent l’erreur de croire que le public est composé de paysans, totalement ignorants de l’art et de l’histoire de l’art, qu’il faut soit étonner avec des effets spéciaux, soit, à l’inverse, qu’il faut endoctriner. Non, le public de l’histoire de l’art est composé de personnes qui veulent pouvoir apprécier les œuvres d’art de la meilleure façon possible, qui recherchent dans la vulgarisation des informations qu’elles ne pourraient pas trouver autrement, qui veulent que ces informations leur soient fournies sous une forme acceptable et qui veulent souvent avoir leur mot à dire. Je crois que l’ère de la diffusion unidirectionnelle est révolue: le public demande à être impliqué à la première personne, et il n’est pas certain qu’il ne puisse pas apporter une contribution stimulante et intéressante au diffuseur ou à l’érudit. Je peux vous assurer que même la question apparemment la moins sophistiquée ou la plus naïve émanant d’un novice en histoire de l’art peut donner lieu à des opportunités intéressantes d’étude et de discussion approfondies: pour cette raison, le public mérite toujours le plus grand respect.

Je disais donc qu’à mon avis, l’ère de la divulgation à sens unique est révolue. À cet égard, ce que Ranuccio Bianchi Bandinelli n’aurait peut-être pas pu prévoir, c’est le rôle que jouerait l’internet, le réseau. Les universitaires ne devraient pas commettre l’erreur de sous-estimer le rôle d’Internet en tant que puissant moyen de diffusion, même si je suis heureux de constater que le nombre d’initiés encore sceptiques à l’égard du web diminue: j’ai été confronté par le passé à des professeurs qui étaient même fiers de leur ignorance des nouvelles technologies, et j’imagine que c’est également le cas de nombreux membres du public. Heureusement, nous avons presque atteint le point où cette attitude a été réduite à un agréable souvenir du passé: il y a encore une certaine résistance de la part de ceux qui insistent pour considérer comme secondaire la contribution que le Web peut apporter à la connaissance dans les sciences humaines, mais la plupart semblent avoir compris que les outils que l’Internet met à notre disposition ajoutent des fonctionnalités que les autres médias n’ont pas, ou n’ont qu’en nombre très limité. Songeons à la possibilité de combiner, au sein d’un même projet, un ensemble différencié de modes de transmission de contenus: textes, liens hypertextes, images, infographies, audio, vidéo, reconstitutions tridimensionnelles. Et pensons au fait que le public n’est pas obligé de profiter de ces contenus de manière séquentielle, mais qu’il peut interrompre la lecture, la visualisation ou l’écoute, revenir en arrière s’il n’a pas bien compris quelque chose, sauvegarder l’information pour un usage ultérieur, peut-être plus commode. Et bien sûr, nous pensons au fait qu’aujourd’hui, tout projet de vulgarisation qui se veut vraiment actuel offre au public la possibilité d’interagir avec ceux qui éditent le contenu.

Le problème est que, si nous réfléchissons à ces questions, notre pays souffre malheureusement d’un lourd retard culturel, et il est inutile de rappeler, il y a quelques jours, que notre pays était le quatrième d’Europe à se connecter à Internet: depuis 1986, pratiquement tout le monde nous a dépassés. Pensons au rôle que chaque musée, chaque bibliothèque, chaque archive peut jouer en termes de diffusion, en présentant des œuvres de sa propre collection, ou des artistes, des écrivains, des personnages historiques liés à son territoire. Pensons qu’à travers le réseau, le musée peut en partie renouer ce même rapport avec le territoire que la réforme Franceschini est en train de rompre inconsidérément: et pensons que ce rapport avec le territoire peut bénéficier de la contribution des citoyens, qui peuvent être appelés en premier lieu à participer à la vie d’un musée, ne serait-ce que pour faire des suggestions afin de le rendre plus accueillant, plus adapté à leurs besoins, ou même pour demander des informations approfondies sur un artiste local. Car il n’est pas vrai que le public ne s’intéresse qu’aux noms familiers: Caravage, Impressionnistes, Frida Kahlo, etc. Étant originaire d’une ville située à la frontière entre la Toscane et la Ligurie, je peux vous donner un exemple qui me tient à cœur, celui des Rolli Days de Gênes, les ouvertures périodiques des Palazzi dei Rolli de Gênes, les somptueuses demeures de l’aristocratie génoise de la République: Des milliers de personnes, pour la plupart des citoyens de Gênes ou des communes voisines, se pressent dans les salles non pas pour voir le Caravage, les impressionnistes ou Frida Kahlo - bien qu’une des œuvres les plus intéressantes du Caravage soit conservée à Gênes et que tout le monde ne la connaisse pas - mais pour en savoir plus sur Lorenzo De Ferrari, Domenico Fiasella, Valerio Castello, des artistes qui ne sont pas très connus mais qui ont apporté du prestige à la ville et auxquels les citoyens se sentent intimement liés. Et le public veut évidemment connaître leurs œuvres, leurs histoires. Il s’agit donc de rétablir un lien, de susciter chez le public une passion pour l’art, aussi et peut-être surtout pour l’art de sa ville, de sa communauté. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire, si l’on pense au fait que l’ISTAT nous dit que seulement 27,9% des Italiens ont mis les pieds dans un musée l’année dernière: il y a donc une déconnexion substantielle entre les citoyens et l’art. L’exemple de Gênes nous fait comprendre qu’il est possible de combler ce fossé et que, pour atteindre cet objectif, l’aide du réseau est également nécessaire.

Malheureusement, l’État ne donne aucune orientation à cet égard, de sorte que les institutions, en particulier les petites, se débrouillent comme elles peuvent: je pourrais donner des exemples de directeurs de musée et d’anciens directeurs qui, le soir, après le travail, se réinventent en gestionnaires de médias sociaux pour répondre aux questions du public sur Facebook ou Twitter, ou qui assument le rôle de vulgarisateurs pour raconter des histoires sur des blogs et des sites web à propos des peintures et des sculptures de leur collection. Mais si d’un côté il y a ces figures romantiques de professionnels exceptionnels qui consacrent leurs journées au musée, même lorsqu’ils ne sont pas censés le faire, de l’autre côté nous avons des situations dont nous devrions avoir profondément honte: Nous nous demandons donc quel est l’intérêt de nommer de nouveaux directeurs de musée si les trois principaux musées florentins, les Offices, l’Accademia et le Bargello, se présentent sur le web avec un site en construction depuis janvier, offrant à des milliers de visiteurs une morne page blanche, en une seule langue, l’italien, contenant seulement quelques informations de base sur les heures de visite et les billets. Et rappelons que sur le web, cinq mois, c’est énorme. Nous nous demandons à quoi servent les proclamations du gouvernement sur sa volonté de changement si la gestion de l’interaction avec le public est le plus souvent laissée à des travailleurs qui s’occupent d’autres choses par métier et qui doivent s’improviser communicateurs parce que la communication avec le public n’a jamais été une priorité du gouvernement. Nous nous demandons à quoi sert d’avoir un ministre Franceschini qui déclare que la réforme vise également à rattraper les musées en matière de communication sur le web s’il n’y a pas de plans de formation adéquats sur la manière de faire de la publicité et de communiquer avec le public.

Je crois que la plupart des problèmes proviennent du manque de considération pour le public. Ce que nous devrions tous faire, avec beaucoup d’humilité, c’est nous demander pourquoi le patrimoine culturel est important pour le public et quelle valeur il a pour lui. Nous pouvons tous tirer profit de la confrontation avec le public: c’est une occasion d’enrichissement, facilitée, je le répète, par le réseau, que nous ne pouvons pas nous permettre de manquer. Je conclus en revenant à mon point de départ: Ranuccio Bianchi Bandinelli était convaincu que l’exclusion de la culture était une injustice égale à l’inégalité économique et sociale. Je crois qu’aujourd’hui, “l’inclusion” signifie aussi écouter le grand public, comprendre ses besoins et le faire participer aux changements. Nous devons faire preuve d’ouverture, de clarté, de responsabilité, et nous devons être capables de dialoguer avec le public avec tous les moyens à notre disposition: si nous y parvenons, nous aurons fait un pas de plus vers une culture qui puisse réellement appartenir à tout le monde. Je vous remercie.

Federico Giannini, Il patrimonio, la rete, il grande pubblico


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.