Angleterre, découverte "miraculeuse" à Leeds : des décorations de l'époque élisabéthaine ont été retrouvées


Dans un manoir près de Leeds, on a fait une découverte que les experts considèrent comme "miraculeuse" : des peintures murales de l'époque élisabéthaine, très rares dans le nord de l'Angleterre et inspirées de la Renaissance italienne, ont été retrouvées.

Une découverte importante en Angleterre: dans le manoir de Calverley Old Hall, près de Leeds, une ancienne demeure dont l’histoire remonte au XIIe siècle (elle a été remaniée au cours des siècles suivants et a été la résidence de la famille Calverley pendant cinq siècles à partir du XIVe siècle), des peintures murales datant de l’époque Tudor, c’est-à-dire de la seconde moitié du XVIe siècle, et plus précisément de l’époque d’Élisabeth Ire, ont été mises au jour. Les peintures étaient cachées sous un enduit datant du XIXe siècle et ont été découvertes lors de travaux d’entretien de routine. L’annonce a été faite par le Landmark Trust, l’organisation qui gère Calverley Old Hall, et selon sa directrice, Anna Keay, il s’agit de la “découverte d’une vie” (elle l’a déclaré au Guardian).

Les peintures occupent trois murs de la pièce (qui était une chambre à coucher) et il s’agit, selon l’historienne de l’art Caroline Stanford, d’un événement très rare : il est difficile de trouver des décorations de l’époque, de ce type et aussi étendues, dans une maison privée du nord de l’Angleterre. Mais le plus intéressant, selon l’historienne, c’est que parmi les décorations figurent également des grotesques, beaucoup plus sophistiqués que n’importe quelle autre décoration murale trouvée par le passé dans des contextes similaires dans cette zone géographique. Les Calverley étaient en effet une famille cultivée, désireuse d’afficher ses connaissances et sa richesse, notamment en appréciant la culture de la Renaissance. Les grotesques, typiques de la Renaissance italienne, ont commencé à se répandre bien plus tard en Angleterre. La question est donc de savoir comment un tel motif est arrivé dans le nord de l’Angleterre au milieu du XVIe siècle.

Il est certain qu’à la cour d’Henri VIII, la Renaissance italienne était connue et appréciée : il existe des exemples de bâtiments, dont certains sont également gérés par le Landmark Trust, qui reprennent des motifs (notamment architecturaux) typiques de l’Italie. Ce goût a continué à se répandre même après le schisme italien, notamment grâce à la diffusion d’estampes et de gravures produites en particulier par des artistes des régions allemandes et néerlandaises : les livres illustrés circulaient largement non seulement parmi les mécènes et les classes cultivées, mais aussi parmi les artisans, qui utilisaient des motifs étrangers pour décorer des meubles, des plaques d’or et d’argent, des bijoux, des broderies et des décorations d’intérieur. C’est probablement dans ces livres imprimés que l’artiste anonyme de Calverley Old Hall a puisé l’inspiration pour sa décoration.

Les peintures, a expliqué Stanford, semblent avoir été planifiées avec beaucoup de soin. Les murs sont décorés de motifs d’animaux et de plantes, ainsi que de figures fantastiques et d’éléments architecturaux. Le cadre est entouré d’une frise de roses et de grenades: la grenade était un emblème associé à l’origine à la première femme d’Henri VIII, Catherine d’Aragon, et donc à sa foi catholique, et ce symbole avait donc une certaine signification pour les Calverley, qui étaient catholiques. Comme mentionné ci-dessus, il y a trois murs peints, mais il est probable que toute la pièce (une chambre à coucher) ait été décorée à l’origine.

Des examens dendrochronologiques suggèrent que les toits de la pièce où les peintures ont été trouvées ont été construits en 1514-39. Deux phases de construction peuvent être distinguées dans la pièce, tandis que son plancher a été ajouté plus tard, entre 1547 et 1585. Il s’agit d’une fourchette très large couvrant plusieurs événements : la date exacte des peintures n’est pas connue, mais il est probable qu’elles remontent au milieu du XVIe siècle. Le commanditaire le plus probable de ces peintures est Sir William Calverley (c. 1500 - 1572). William Calverley a été anobli en 1548 et est devenu shérif de York en 1549 : c’était donc un homme de haut rang. Il est plausible, a expliqué Stanford, que cette pièce ait été la chambre privée de Sir William, où il ne recevait que ses amis et associés les plus proches, mais il pourrait également s’agir du salon privé d’Elizabeth Sneyd, l’épouse de Sir William.

“Nous avons élaboré un programme spécialisé d’investigations et de recommandations en matière de conservation et nous en saurons peut-être plus sur l’origine des peintures”, conclut M. Stanford. "Ce qui est déjà clair, c’est que le Landmark Trust doit trouver un moyen de préserver et, si possible, de montrer au public cette survivance miraculeuse de l’ère élisabéthaine, une découverte qui transforme de façon si magique notre appréciation de ce qu’était la vie sur cet ancien site.

Sur la photo : quelques-unes des décorations trouvées.

Angleterre, découverte
Angleterre, découverte "miraculeuse" à Leeds : des décorations de l'époque élisabéthaine ont été retrouvées


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.