Importante découverte de l'Université de Pise en Turquie : les archives de l'ancienne Doliche réapparaissent


L'Université de Pise fait une importante découverte archéologique en Turquie : les archives de l'ancienne ville de Doliche, fondée par les Séleucides, réapparaissent à l'occasion d'une fouille. Le bâtiment a été retrouvé et 2 000 empreintes de sceaux ont été découvertes.

Importante découverte archéologique en Turquie, avec une signature italienne La mission archéologique de l’Université dePise, en collaboration avec l’Université de Münster, à Doliche, dans le sud-est de la Turquie, a mis au jour les vestiges d’un bâtiment qui, grâce aux nombreuses empreintes de sceaux en terre cuite trouvées par les archéologues, a pu être identifié comme l’ancienne archive de la ville, le lieu où étaient conservés les documents en papyrus et en parchemins. Tels sont les premiers résultats de la mission archéologique que l’Université de Pise a entreprise l’été dernier en collaboration avec l’Université allemande dans l’ancienne ville de Doliche, fondée sous les successeurs d’Alexandre le Grand (les Séleucides) et appelée, comme beaucoup d’autres fondations de la région, par le nom de la ville grecque d’où venaient les colons : Doliche en Thessalie, près du mont Olympe.

“Le site de l’ancienne Doliche fait l’objet de recherches allemandes depuis les années 1970”, explique Margherita Facella, professeur d’histoire grecque à l’université de Pise et directrice de la mission de Pise. "Depuis 2015, une équipe internationale sous la direction du professeur Engelbert Winter a mené des prospections et des fouilles, mettant au jour les vestiges de plusieurs bâtiments publics, dont des thermes romains. À côté de ces thermes, les traces d’un autre bâtiment avaient été identifiées, aujourd’hui partiellement fouillées par nos archéologues. Il s’agit d’archives municipales, comme le révèlent les nombreuses empreintes de sceaux en terre cuite qui y ont été trouvées : plus de 2000 empreintes (appelées bullae) ont été récupérées dans la zone et ont fait l’objet d’un nettoyage et d’une restauration dans la mesure du possible. Les empreintes de sceaux indiquent clairement que des documents écrits sur du papyrus et du parchemin, qui ont ensuite été détruits par le feu, ont été stockés ici.

Les documents anciens étaient scellés à l’aide de ficelles autour desquelles étaient placés de petits morceaux d’argile (0,5-2 cm), souvent fragmentés et difficiles à reconnaître à l’œil nu. Des anneaux, décorés ou inscrits, étaient apposés sur cette argile afin de sceller les documents et d’éviter qu’ils ne soient ouverts. Ce n’est que si les archives étaient détruites par un grave incendie que les sceaux pouvaient être conservés, car ils étaient cuits et donc durcis, alors que les documents périssaient dans le feu. “Les poleis de l’Orient hellénistique et romain devaient certainement disposer d’archives pour la conservation des documents administratifs et juridiques”, ajoute le professeur Facella. "Leur survie est cependant très rare et n’est possible qu’en cas d’incendie et d’abandon du bâtiment. En effet, si le feu provoque la destruction des documents, il permet également la cuisson de l’argile brute sur laquelle sont imprimés les sceaux, assurant ainsi leur survie. En 253 après J.-C., le roi perse Shapur Ier détruisit de nombreuses villes de la province romaine de Syrie, dont Doliche, à la suite d’une guerre sanglante entre les empires romain et sassanide.

Une étude préliminaire de ces documents révèle qu’il s’agit à la fois de sceaux privés et de sceaux officiels de villes. “Les images figurant sur les sceaux officiels sont directement liées à la ville”, explique Michael Blömer, professeur à l’université de Munster et professeur invité à l’université de Pise en 2023, qui a codirigé les fouilles. "Ils représentent généralement les divinités les plus importantes, comme Jupiter Dolichenus, le dieu principal de la ville. Les sceaux privés, plus petits, présentent un large éventail d’images et de symboles qui en disent long sur l’héritage culturel et religieux des habitants de Doliche. Des figures mythiques et de rares portraits privés indiquent une forte influence gréco-romaine sur cette région située entre l’Est et l’Ouest. L’étude de ces empreintes est donc tout à fait essentielle pour reconstituer non seulement la réalité administrative d’une ville, mais aussi son tissu culturel et religieux.

“Nous nous réjouissons des résultats de cette première campagne et remercions le recteur Riccardo Zucchi et le professeur Federico Cantini, délégué à la promotion de la recherche en sciences humaines, pour leur soutien financier, ainsi que tout le personnel administratif qui nous a soutenus dans ce travail”, conclut le professeur Facella. “Pour nous, il est également important que le projet concerne une zone récemment touchée par un tremblement de terre dévastateur, où l’investissement de ressources est certainement utile à la population, qui a trouvé dans les installations de la mission archéologique un refuge et auprès de l’équipe de recherche une aide concrète. La valorisation du patrimoine archéologique à des fins touristiques serait alors sans aucun doute une contribution significative à la récupération de cette région, qui vit beaucoup du tourisme interne et externe”.

Image : vue aérienne des archives de Doliche.

Importante découverte de l'Université de Pise en Turquie : les archives de l'ancienne Doliche réapparaissent
Importante découverte de l'Université de Pise en Turquie : les archives de l'ancienne Doliche réapparaissent


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.