Les fouilles à Siponto mettent au jour une partie de l'amphithéâtre romain


La deuxième campagne de fouilles à Siponto a permis de faire de nouvelles découvertes importantes. Outre des bâtiments du Moyen Âge et des sépultures, une partie d'un amphithéâtre de l'époque d'Auguste a été découverte. une partie d'un amphithéâtre datant de l'époque d'Auguste a été découverte.

Au cours de la deuxième campagne de fouilles à Siponto (Manfredonia) menée par les Universités de Bari et de Foggia, sous la direction des professeurs Roberto Goffredo, Maria Turchiano (Unifg) et Giuliano Volpe (Uniba), sous la concession du Ministère de la Culture, en collaboration avec la Surintendance de l’Archéologie, des Beaux-Arts et du Paysage des provinces de Barletta, Andria, Trani et Foggia (surintendante Anita Guarnieri, responsable Donatella Pian), la Direction Régionale des Musées des Pouilles (directeur Luca Mercuri, directeur du Parc Archéologique Francesco Longobardi), d’importantes nouvelles découvertes ont été faites.

En particulier, outre de nombreux bâtiments médiévaux, maisons, entrepôts, greniers à grains et cimetières, identifiés surtout dans la zone proche du port, y compris un imposant bâtiment médiéval datant probablement des années de Frédéric II, au cœur de la ville, où a été étudiée une grande domus médiévale divisée en plusieurs pièces et équipée d’un puits, une partie d’un amphithéâtre romain a été trouvée. Construit à l’époque d’Auguste, l’édifice à spectacles a vraisemblablement été abandonné dans l’Antiquité tardive (Ve-VIe siècle), en raison de l’expansion du christianisme, et est surtout devenu une sorte de carrière pour récupérer des matériaux de construction au Moyen Âge. Au-dessus de l’amphithéâtre, une partie de la ville médiévale et un cimetière se sont développés.

La présence de l’amphithéâtre était connue depuis des siècles, notamment parce que les structures avaient été en partie réutilisées dans une ferme moderne, et elle a été confirmée par des relevés aériens et géophysiques: les fouilles ont maintenant apporté des preuves matérielles évidentes. Les fouilles récentes ont en effet permis de vérifier, en deux endroits différents, la conservation du mur d’enceinte, construit en réticulation, jusqu’à une hauteur de près de trois mètres. L’état de conservation du monument est significatif au moins dans la partie inférieure du mur d’enceinte et, probablement, aussi dans la partie inférieure de la cavea et de l’arène.

L’amphithéâtre, placé comme d’habitude en périphérie, presque près des murs, pour des raisons d’ordre public et aussi pour faciliter l’accès à ceux qui venaient de la campagne ou des villes voisines pour assister aux jeux de gladiateurs, était de dimensions considérables (environ 78 mètres de long et 68 mètres de large) et pouvait accueillir environ 8 000 spectateurs.

Les futures fouilles pourraient permettre la mise au jour progressive de l’ensemble du bâtiment, qui pourrait représenter une partie essentielle du parc archéologique, avec la basilique paléochrétienne, les quartiers médiévaux, la zone portuaire et les différents édifices encore enfouis que les futures recherches archéologiques pourront étudier.

Au-delà de la valeur archéologique spécifique et reconnue du site de Siponto", a commenté la Surintendante Anita Guarnieri, “l’expérience de collaboration entre l’ABAP BAT et la Surintendance FG, la Direction Régionale des Musées et les deux Universités impliquées témoigne de la relation synergique qui existe depuis longtemps entre les différents Instituts”. Considérant que la recherche scientifique est toujours un instrument de connaissance et de prise de conscience de sa propre identité, nous espérons que l’ensemble de la zone et les matériaux archéologiques trouvés pourront bientôt être valorisés grâce à l’élaboration d’un projet organique, également en vue d’autres activités de travail en commun dans le futur".

“La collaboration transversale entre le Ministère et l’Université, qui est une condition préalable pour permettre, à travers un dialogue constant, un débat scientifique vivant et constructif, porte d’excellents fruits”, commente le directeur Luca Mercuri. “Cette précieuse reconnexion entre la recherche et la protection permet d’accroître les connaissances qui seront fondamentales pour les activités de valorisation en cours à Siponto, mais aussi en vue de l’expansion des zones de visite du parc. Je remercie le directeur Guarnieri et les professeurs Volpe, Turchiano et Goffredo pour ce parcours commun, conçu dans une logique de collaboration et développé dans une perspective systémique”.

Les fouilles à Siponto mettent au jour une partie de l'amphithéâtre romain
Les fouilles à Siponto mettent au jour une partie de l'amphithéâtre romain


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.