Rome, des blocs des rives du Tibre datant du 1er siècle avant J.-C. ont été découverts. Ils seront visibles dans un parc


Des blocs des anciennes berges du Tibre, datant du 1er siècle avant J.-C., sont réapparus à Rome. Ils sont visibles : ils seront intégrés dans un parc en cours de création le long du fleuve.

À Rome, d’importants vestiges archéologiques sont réapparus lors de la construction du parc “Oasi di Ponte Milvio” (Oasis de Ponte Milvio), enrichissant ainsi le patrimoine historique de la ville. Les fouilles ont en effet mis à jour une partie des anciennes berges du Tibre en tuf, datant du Ier siècle avant J.-C., un tronçon de la Via Flaminia avec le traditionnel pavage impérial, ainsi qu’un segment de pavés datant du XXe siècle.

Au cours des recherches archéologiques préventives, une zone d’intérêt considérable a été identifiée avec un cippus romain et un mur de blocs de tuf, partiellement visibles dans la végétation. En outre, un complexe de structures près de la rive droite du Tibre, datant probablement du 1er siècle avant J.-C., a été découvert sous des sédiments alluviaux récents. Ces objets, partiellement exposés dès 1947 et visibles jusque dans les années 1960, avaient ensuite été submergés par le limon et la terre, entraînant la perte de leur mémoire. Le travail effectué par les archéologues, qui est encore en cours, non seulement complète la documentation de ces structures avec un positionnement correct, mais permet également de récupérer des phases de fréquentation plus anciennes, qui sont également attestées par d’autres découvertes : en effet, des fragments de structures réticulées et deux basoli ont été trouvés sous la fondation du mur nord, qui sont en mesure d’offrir d’autres preuves précieuses de l’histoire ancienne de Rome.

Le projet, supervisé par le Département de la Protection de l’Environnement, prévoit la valorisation de ces découvertes, qui seront incluses dans les travaux du Parc de l’Affaccio et laissées visibles. Des techniciens de la Surintendance du Capitole et de la Surintendance d’État ont participé aux fouilles, aux côtés du personnel de Roma Capitale. Le projet se poursuivra sans relâche, en intégrant les nouvelles découvertes dans la structure du parc. Ainsi, le parc “Oasi di Ponte Milvio” n’augmentera pas seulement l’espace vert à la disposition des citoyens de la ville, mais deviendra également un lieu de grand intérêt archéologique, où il sera possible d’admirer d’importantes découvertes historiques datant de plus de deux mille ans.

“Celui qui a été trouvé”, a déclaré le maire de Rome, Roberto Gualtieri, “est un cippus du premier siècle avant J.-C., avec l’inscription écrite sur les deux côtés de façon à ce qu’il puisse être vu aussi bien par ceux qui allaient dans la rue que par ceux qui naviguaient sur le fleuve, et il porte l’inscription des noms des deux censeurs, écrits à l’envers sur les deux côtés de façon à ce que personne ne puisse les distinguer. Il s’agit de Publius Servilius Isauricus et de Marcus Valerius Messala qui, en 54, après une grande inondation, parmi les nombreuses interventions qu’ils firent, délimitèrent la frontière entre la partie publique et la partie privée, comme pour dire ”ne construisez pas trop près du fleuve“. À côté, nous voyons le pavage de l’ancienne Via Flaminia. Ce parc nous permettra non seulement d’offrir un espace vert aux citoyens, mais aussi d’être un point d’accès pour comprendre certaines caractéristiques historiques de la ville de Rome, comme le problème des inondations qui a toujours existé dans ce quadrant. Il est intéressant de comprendre comment les Romains ont géré ce problème. Je pense que cela rendra ce parc unique, car nous rendrons ces artefacts anciens utilisables et les mettrons en valeur pour en faire une sorte de musée du fleuve, un petit parc archéologique au sein du parc du fleuve. Nous voulons que la ville se réapproprie sa rivière, non seulement d’un point de vue naturaliste, mais aussi d’un point de vue historique. Nous aurons peut-être besoin de quelques semaines supplémentaires pour intégrer les nouveaux éléments, mais il n’y aura pas de retard important : d’ici décembre-janvier, le parc sera ouvert”.

“Il s’agira d’un parc de six hectares et demi, pour un investissement de 1,5 million d’euros”, ajoute la conseillère municipale chargée de l’environnement , Sabrina Alfonsi. “Une oasis naturaliste linéaire sera créée avec trois surplombs : l’un avec un jardin d’eau, le deuxième avec une esplanade avec des planchers en bois, et le troisième, qui deviendra maintenant une zone d’intérêt archéologique”.

Rome, des blocs des rives du Tibre datant du 1er siècle avant J.-C. ont été découverts. Ils seront visibles dans un parc
Rome, des blocs des rives du Tibre datant du 1er siècle avant J.-C. ont été découverts. Ils seront visibles dans un parc


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.