A Florence, la première conférence en mémoire de Pier Luigi Tazzi. Ce qui a été discuté


Quatre tables thématiques, quarante personnalités internationales pour une conférence en mémoire du critique et conservateur Pier Luigi Tazzi, décédé l'année dernière. Voici qui était présent et ce qui a été discuté.

Le samedi 17 décembre, à l’Altana du Palazzo Strozzi de Florence, s’est tenue la journée d’étude consacrée au critique d’art et conservateur Pier Luigi Tazzi (Colonnata, 1941 - Montelupo Fiorentino, 2021), un an après sa mort. La conférence, promue par la Région Toscane et dirigée par Lorenzo Bruni, avait pour objectif d’explorer les moments les plus significatifs de la carrière de Tazzi et d’aborder, à partir de ses recherches, certaines des questions évoquées par les grandes transformations auxquelles le monde de l’art est soumis tant au niveau mondial qu’au niveau local lié au réseau d’institutions toscanes.

Les quatre tables rondes qui se sont déroulées au cours de la journée, auxquelles ont participé plus de 40 opérateurs du système artistique international, se sont concentrées sur le thème de l’avenir du système artistique, tant sur la manière de surmonter la crise actuelle du conservateur que sur le dialogue entre les différentes cultures à l’heure de la mondialisation afin de repenser, plus généralement, le sens de l’art et de l’interdisciplinarité à l’ère post-internet. Les discussions, déclarations et témoignages qui ont émergé ont abordé les nombreuses questions critiques auxquelles les institutions, mais aussi le public, doivent faire face aujourd’hui dans un monde global, post-idéologique et hyperconnecté. L’analyse est partie des exemples que Pier Luigi Tazzi a lui-même produits au cours de ses cinquante années d’activité, qui l’ont toujours amené à travailler à des niveaux élevés, souvent en dehors de l’Italie, mais aussi dans le cadre de projets spécifiques sur le territoire toscan.

Elena Pianea (région de Toscane), en présentant la conférence, a souligné: “Aujourd’hui est une occasion très fructueuse de créer une plate-forme de rencontre entre les institutions toscanes et les opérateurs internationaux de qualité tels que Hans Ulrich Obrist, Mami Kataoka, David Elliott, Ute Meta Bauer, Rirkrit Tiravanija. Cette journée d’étude représente un manifeste de la méthode”. Le commentaire final d’ Arturo Galansino, directeur de la Fondazione Palazzo Strozzi, est tout aussi significatif: “La journée d’aujourd’hui a représenté une sorte d’appel aux armes, une vaste reconnaissance du système artistique obtenue grâce aux nombreux discours et contributions, qui a permis de réfléchir à la valeur actuelle de ce que Pier Luigi Tazzi a poursuivi dans son parcours professionnel et dans sa vie, une recherche sur les concepts de transformation constante, de décentralisation et d’interdisciplinarité à la base de la critique et de l’art d’aujourd’hui et de demain”. Le directeur du Centro Pecci de Prato, Stefano Collicelli Cagol, a souligné: “Je pense qu’il est fondamental que la région de Toscane et toutes les institutions qui font partie du comité scientifique de cette journée d’étude travaillent également à l’avenir pour garantir non seulement l’étude et la recherche, mais aussi la distribution et la diffusion de ce qui a été la contribution de Pier Luigi Tazzi au débat culturel, le seul Italien, avant Carolyn Christov-Bakargiev, à avoir participé à la création d’une édition de la Documenta”.

Dès la première table ronde, modérée par Marco Senaldi, intitulée De la critique 0 à l’avenir de la critique, à laquelle ont été invitées à participer des personnalités telles que Elio Grazioli, Federica Boragina, Luca Cerizza, Renato Barilli, Henry Meyric-Hughes, Ilaria Bernardi, Francesco Urbano Ragazzi, Viktor Misiano, Giorgio Verzotti, Angela Vettese, deux aspects principaux sont apparus, le premier étant lié à l’identification de l’héritage L’héritagecritique deTazzi, qui a conduit Giorgio Verzotti à le faire remonter à sa “méthode-non-méthode, déterminée par la passion qui le guidait dans le choix des artistes avec lesquels il travaillait, avec des amours profondes et durables, mais aussi avec les refus catégoriques ou l’esprit polémique qui l’animaient parfois. Une passion qui, chez lui, n’était pas un gaspillage, mais un instrument de connaissance. C’est pour moi son héritage”. La seconde, en revanche, a cherché à réfléchir sur l’avenir de la critique, qui était déjà considérée comme en crise en 1978, lorsque Tazzi organisait la conférence de Montecatini Terme intitulée Critica 0, et que l’on peut résumer par les mots de Viktor Misiano: “La critique d’aujourd’hui devrait être prête non pas tant à critiquer l’art qu’à s’autocritiquer. Elle devrait être une forme de connaissance qui n’essaie pas seulement d’enseigner quelque chose, mais qui est aussi capable de désapprendre. Et si elle enseigne, elle enseigne précisément à désapprendre”.

Le deuxième panel, modéré par Fabio Cavallucci, Le trasformazioni della curatela (1992-2022) a vu se succéder les interventions de Maurizio Bortolotti, Denys Zacharopoulos, Bart De Baere, Ute Meta Bauer, Chiara Ianeselli, Hedwig Fijen et Hans Ulrich Obrist. Ce dernier a débattu de l’évolution des grandes expositions depuis les années 1990 et, en particulier, de l’évolution de la Documenta, dont Tazzi a été le co-commissaire en 1992, jusqu’à la dernière édition en 2022, qui ne présentait pas une liste d’artistes mais plutôt différentes communautés de diverses parties de la planète, dans une tentative de dépasser le modèle traditionnel de l’exposition. En ce qui concerne la crise récente de la figure du commissaire d’exposition, M. Obrist a fait remarquer que: “Au XXe siècle, l’accent a été mis sur l’art et la culture: ”Au XXe siècle, l’accent était entièrement mis sur le rôle de l’exposition, mais aujourd’hui, à l’ère post-Covid et face à la crise écologique, les artistes réfléchissent à des idées et à des projets durables et préfèrent travailler non pas sur l’occupation de l’espace, mais sur des temporalités à partager. Les artistes, au lieu de créer une exposition, créent des jardins et des moments pour agréger des communautés au-delà de l’événement culturel lui-même“. Nous nous dirigeons donc vers ”un art qui est moins “événementiel”, mais plus de longue durée". Ute Meta Bauer, quant à elle, a souligné que: "Avec la dernière édition de la Documenta, Ruangrupa a également tenté d’expliquer comment nous pouvons vivre ensemble d’une manière différente, en nous intégrant dans des communautés d’intérêts communs. Chiara Ianeselli, qui a travaillé sur la Documenta 15, a souligné que l’augmentation du nombre de participants (plus de 1630) s’est accompagnée d’une diminution proportionnelle de la propriété et de la paternité de l’œuvre.

La troisième table ronde, animée par David Elliott, Decentralisation, Beyond Globalisation, avec les interventions de Tommaso Sacchi, Hou Hanru, Mami Kataoka, Emma Ridgway, Franco La Cecla et Rirkrit Tiravanija, a attiré l’attention sur les nombreux thèmes liés au dialogue entre des modèles culturels hétérogènes, rappelant, comme l’a proposé l’anthropologue Franco La Cecla, que nous devrions repenser la question de la décolonisation des musées à partir de perspectives qui ne sont plus seulement liées au regard occidental. La Cecla a en effet rappelé que "cette approche d’une rencontre entre les mondes de l’anthropologie et de l’art a un précédent dans l’exposition de 1988 au Centre Pompidou Les magiciens de la terre, dans laquelle le système général de l’art est remis en question par la prise de conscience qu’il s’agit d’un système eurocentrique“. Au même moment, l’artiste thaïlandais Tiravanija, s’inspirant des projets de Pier Luigi Tazzi, avance l’idée de pratiquer une nouvelle formule de multiculturalisme: ”faire comme Pier Luigi et essayer de comprendre l’altérité ; l’altérité n’est pas seulement une question d’orientation géographique nord-sud, est-ouest, nous-eux, l’altérité est partout. Il était ouvert à l’altérité et donc toujours prêt à l’accepter sans préjugés".

La quatrième table ronde, animée par Lorenzo Bruni, intitulée Interdisciplinarité: la Toscane et le monde, a vu les interventions de Sandro Lombardi, Giovanni Ozzola, Susanna Ragionieri, Arabeschi di Latte, Alessandra Poggianti, Vittoria Ciolini, Marco De Michelis, Mario Cristiani, Gianni Pettena, Paolo Masi, Alfredo Cramerotti et Auronda Scalera. Ces témoignages ont permis de restituer les multiples facettes des projets de Tazzi en Toscane, de sa participation dans les années 1970 au groupe de théâtre expérimental il Carrozzone (devenu Magazzini Criminali) à son implication dans le CID - Centre d’information et de documentation (première étape de la lutte contre le terrorisme). Centre d’information et de documentation (première étape de la création du Centre Pecci) dans les années 1980, mais aussi sa présence à l’édition 2001 d’Arte all’Arte et la création de Spread à Prato avec Dryphoto, et enfin son rôle en tant que président de la Fondation Lanfranco Baldi à Pelago et, récemment, en tant que conservateur de l’atelier Marco Bagnoli à Pontedera. Sandro Lombardi a rappelé la capacité fondatrice de Tazzi à aller au-delà des étiquettes, ainsi que la capacité de Paolo Masi à s’impliquer dans des projets expérimentaux tels que des espaces à but non lucratif qui voulaient être indépendants du pouvoir du marché de l’art. Adelina von Fürstenberg a enfin souligné qu’en repensant l’interdisciplinarité à l’ère numérique, il fallait avant tout la reconnaître comme une spécificité toscane, tandis que Marco De Michelis a analysé la capacité de Tazzi à traiter avec d’autres disciplines, à vouloir sortir de ses propres frontières pour tenter d’exorciser à l’avenir précisément cet aspect d’invasion plutôt que de dialogue horizontal.

Les tables rondes ont alterné avec des moments de témoignages vidéo sur la méthode de Pier Luigi Tazzi par des conservateurs et des artistes internationaux tels que: Marina Abramovic, Marco Bagnoli et Giuseppe Scali, Michele Robecchi, Hans Ulrich Obrist, Sally et Remo Salvadori, Kornkrit Jianpinidnan, Rossella Biscotti, Cai Guo-Qiang, Lucio Pozzi, Lek M. Gjeloshi, Jonni Waka, Michelangelo Consani, Antonio Rovaldi, Sissi, Maria Gloria Conti Bicocchi, Adelina von Fürstenberg, Federica Boragina, Koo Jeong A, Olivia Salvadori, Shimabuku, THE ISLAND, Cornelia Lauf, Gianni Zhang, Robert Pettena, Maria Luisa Frisa, Rebecca Salvadori, Francesca Banchelli.

Les conclusions ont été résumées à la fin de la journée par les modérateurs - Marco Senaldi, Fabio Cavallucci, David Elliot, Lorenzo Bruni. Angela Vettese, en particulier, dans son compte rendu de la conférence, a ajouté: “La parabole de Tazzi, de ses expériences dans le théâtre avec le Carrozzone puis les Magazzini Criminali à la théorie avec les conférences Montecatini, jusqu’à la relation symbiotique avec les artistes, montre combien la critique peut prendre de nombreux visages et comment la figure du conservateur peut évoluer ou même, à l’avenir, disparaître au profit de différentes collaborations artistiques théorico-pratiques”. Ces réflexions, ainsi que d’autres interventions, peuvent être consultées sur les canaux sociaux officiels du Palazzo Strozzi, d’Artribune et de l’association institutionnelle qui a coordonné l’ensemble de l’événement, à l’adresse https://www.facebook.com/institutionunderconstruction/.

Les perspectives ouvertes par cette journée d’étude peuvent être résumées en trois points d’engagement futur. Le premier concerne l’hypothèse, de la part du comité organisateur, d’établir une journée d’étude annuelle, inspirée par les différents aspects que Tazzi a traités tout au long de sa carrière. L’engagement pour l’année à venir pourrait être lié à la refonte des musées, lieux que Pier Luigi Tazzi a toujours pratiqués avec méfiance et toujours sous le signe de leur renouvellement de l’intérieur, c’est-à-dire en ne visant pas la préservation d’un statu quo mais en constituant une plateforme ouverte. La seconde consiste en la volonté d’analyser plus attentivement les textes de Tazzi et son écriture performative, émotionnelle et suggestive, qui ne visait pas à créer une investigation froide des pratiques de l’art, mais plutôt une implication différente, capable de faire exploser les différences de rôles entre l’observateur et l’auteur. Ce dernier engagement s’est traduit par la volonté de publier un volume regroupant les actes de la conférence et une sélection de textes de Pier Luigi Tazzi. Le troisième et dernier point est la nécessité d’intervenir pour la sécurité des archives du conservateur, à propos desquelles la région de Toscane exprime son intérêt pour leur préservation.

Image: Pier Luigi Tazzi en 1977. Photo de Gianni Melotti

A Florence, la première conférence en mémoire de Pier Luigi Tazzi. Ce qui a été discuté
A Florence, la première conférence en mémoire de Pier Luigi Tazzi. Ce qui a été discuté


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.