De nouvelles recherches dans la Fornarina révèlent la complexité du chef-d'œuvre de Raphaël


Les résultats de l'enquête sur la Fornarina menée en janvier ont été présentés : les analyses ont révélé toute la complexité du grand chef-d'œuvre de Raphaël.

Les résultats de la campagne d’investigation à laquelle a été soumise la Fornarina, le chef-d’œuvre de Raphaël Sanzio (Urbino, 1483 - Rome, 1520) conservé à la Galerie nationale du Palazzo Barberini à Rome, ont été présentés aujourd’hui. Paolo Branchini (INFN - Institut national de physique nucléaire Section Roma Tre), Alessandro Cosma (Galeries nationales Barberini Corsini), Giovanna Martellotti (CBC Conservazione Beni Culturali Soc. Coop), Chiara Merucci (Galeries nationales Barberini Corsini Corsini) et Claudio Seccaroni (ENEA) ont participé à la réunion de présentation. Les analyses ont été effectuées entre le 28 et le 30 janvier, en utilisant des techniques innovantes et des machines de pointe : elles ont été suivies par des mois d’étude approfondie et d’évaluation historico-scientifique des données acquises.

Plusieurs résultats importants ont été obtenus. Entre-temps, la campagne d’imagerie (c’est-à-dire d’imagerie diagnostique) a permis aux techniciens des Galeries Nationales Barberi Corsini de cartographier la distribution des éléments chimiques présents sur le panneau, ce qui a permis de retrouver les pigments utilisés par l’artiste et de comprendre le processus d’exécution avec lequel il les a appliqués sur le panneau. Chiara Merucci (Gallerie Nazionali Barberini Corsini), dans son exposé intitulé " La Fornarina : imaging and new acquisitions ", a souligné comment cette campagne d’analyse macro XRF (MA-XRF) a enrichi notre connaissance de la Fornarina avec de nouvelles données. En effet, l’imagerie de la distribution du fer et du plomb a confirmé la présence d’un dessin en clair-obscur, une pratique courante au début du XVIe siècle et également présente dans d’autres peintures raphaëlesques. La distribution du mercure, qui indique l’utilisation de cinabre, a réaffirmé l’importante altération du fond, déjà identifiée dans les radiographies prises en 1983, qui a entraîné un réarrangement en clair-obscur de la figure. La lecture des images de la distribution du cuivre, du fer, du calcium et du manganèse a donné une vision inédite du fond, mettant en évidence toute sa complexité. Des couches à base de terre (fer) ou de terre d’ombre (fer et manganèse) sont apparues pour les feuilles les plus larges, tandis que les branches du myrte se sont révélées à base de vert de cuivre et de noir d’os. L’imagerie redonne ainsi au peintre la possibilité d’utiliser une imbrication complexe de formes et de pigments, également dosés en épaisseur pour offrir une tridimensionnalité qui ne serait pas pleinement appréciable autrement.

En outre, un macro scanner à fluorescence X (MA-XRF) a été réalisé par Emmebi diagnostica artistica et Ars Mensurae, avec des instruments développés dans le cadre du projet MU.S.A. (Multichannel Scanner for Artworks), en collaboration avec l’INFN - Istituto Nazionale di Fisica Nucleare Sezione di Roma Tre, CHNET (Cultural Heritage Network), CNR ISMN, le département des sciences de l’université de Rome 3, l’université Sapienza de Rome - département des sciences fondamentales et appliquées pour l’ingénierie. Dans son exposé La Fornarina e il progetto MUSA, Paolo Branchini a mis l’accent sur les différentes phases du travail réalisé dans le cadre du projet M.U.S.A : de la construction du scanner multicanal à son application à l’œuvre de Raphaël. L’instrument construit par l’INFN est l’un des exemples les plus brillants de la manière dont une technologie de pointe initialement développée pour répondre aux besoins de la recherche en physique fondamentale, en particulier pour la construction de détecteurs de particules, a depuis trouvé une application dans des domaines de recherche très différents, apportant une contribution fondamentale à l’étude et à la conservation du patrimoine culturel. En outre, la portabilité de l’instrument innovant développé le rend particulièrement adapté à l’examen des œuvres, même de grande taille, en aidant à l’analyse de leurs aspects diagnostiques.

Claudio Seccaroni, avec sa contribution XRF and Comparison Surveys, a passé en revue les campagnes d’étude XRF sur la Fornarina : en 1983 par l’Université Sapienza de Rome, en 2001 par l’ENEA, et cette année par Emmebi Diagnostica Artistica, Ars Mensurae et la Section 3 de l’INFN de Rome. Comme ces campagnes ont été menées avec des instruments et des modalités différents, la lecture attentive et la comparaison des résultats nous permettent de sonder en profondeur le potentiel diagnostique des techniques analytiques dans leurs multiples configurations et de faire des considérations plus circonscrites concernant les matériaux utilisés sur cette peinture, en intégrant les informations obtenues individuellement au cours des trois campagnes. Giovanna Martellotti, avec The Last Restoration, a illustré les résultats du travail de restauration du panneau en 2000, dirigé par Lorenza Mochi Onori, sponsorisé par Estée Lauder et supervisé par Cinzia Silvestri et Rosanna Coppola de CBC. Les données matérielles recueillies il y a vingt ans grâce à l’observation attentive des travaux dans les différentes phases de la restauration ont été comparées aux recherches effectuées par le centre de recherche ENEA, l’Institut national d’optique, PanArt et Scientific R&C.

Enfin, Alessandro Cosma a clôturé la journée avec la rencontre La Fornarina. Un mystère encore ouvert et, d’une part, il a retracé les événements connus et vérifiés du tableau (de sa première mention dans la collection de la comtesse Caterina Sforza di Santafiora en 1595 à l’entrée de l’œuvre dans la collection des galeries nationales) et, d’autre part, il a mis en évidence les doutes et les questions encore ouvertes sur la signification de l’œuvre, sa réalisation (peut-être plus longue qu’imaginée) et sa destination d’origine. Ces questions sont étroitement liées à l’identification progressive de la femme représentée comme la bien-aimée de Raphaël et à la “naissance” au XIXe siècle de la Fornarina comme Margherita Luti, la fille du boulanger (d’où son nom) dont le grand Urbino serait tombé amoureux. La publication des actes de la journée est prévue, grâce au financement de la région du Latium.

Image : Raphael Sanzio, La Fornarina, détail (vers 1520 ; huile sur panneau, 87 x 63 ; Rome, Palazzo Barberini)

De nouvelles recherches dans la Fornarina révèlent la complexité du chef-d'œuvre de Raphaël
De nouvelles recherches dans la Fornarina révèlent la complexité du chef-d'œuvre de Raphaël


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.