Castelnuovo Magra reprend avec Gianni Berengo Gardin. Dans la Tour, ses reportages en noir et blanc


Compte rendu de l'exposition "Gianni Berengo Gardin. La couleur distrait. Un mondo in bianco e nero", organisée par Elisabetta Sacconi et Susanna Berengo Gardin, à Castelnuovo Magra, Torre del Castello dei Vescovi di Luni, du 25 juin au 9 octobre 2022.

La tour du château des évêques de Luni, qui se trouve au point le plus élevé du village ligure de Castelnuovo Magra, sur la Piazza Querciola, accueille à nouveau un projet d’exposition consacré aux grands noms de la photographie. La Turris Magna, qui fait partie de ce qui subsiste encore aujourd’hui, avec des pans de murs d’enceinte et une autre petite tour circulaire, de l’ancien château du XIIIe siècle connu pour avoir donné naissance à la Paix de Dante en octobre 1306 (lieu où Alighieri a mis fin à une guerre de sept ans entre marquis et évêques), est en effet depuis des années le théâtre d’expositions photographiques de grande qualité et remarquables: à partir d’une lectio magistralis sincère et bondée du célèbre photographe américain Steve McCurry tenue sur la place en 2015, les cinq étages de la Tour ont accueilli les clichés d’Elliott Erwitt, Steve McCurry lui-même, Bruce Chatwin, Letizia Battaglia, Tano d’Amico, Mario Dondero, Vivian Maier, Pepi Merisio. Des projets d’exposition qui sont le fruit d’uneadministration municipale qui s’est consacrée avec passion et intelligence à un petit village comme Castelnuovo Magra, et qui ont attiré environ vingt mille visiteurs en six ans.

Après l’urgence sanitaire qui l’a contrainte à s’arrêter, la Tour du Château des évêques de Luni a démarré sur les chapeaux de roue en accueillant les clichés en noir et blanc de Gianni Berengo Gardin (Santa Margherita Ligure, 1930) pour l’exposition Gianni Berengo Gardin. La couleur distrait. Un monde en noir et blanc, ouverte jusqu’au 9 octobre 2022 et organisée par Elisabetta Sacconi en collaboration avec la fille du célèbre photographe, Susanna Berengo Gardin. Le titre rappelle aux visiteurs l’un des principes fondamentaux de sa photographie: il croit fermement que la couleur “distrait” du contenu, car elle conduit à regarder le détail et non l’ensemble de la prise de vue. Les photographies exposées, comme toutes celles qu’il a prises au cours de sa carrière, sont également analogiques parce qu’elles n’ont pas besoin d’être retouchées, et il tient à le souligner. Depuis 2001, il appose au dos de chacun de ses tirages photographiques la mention: “Véritable photographie, non corrigée, non éditée ou générée par ordinateur”. Ils n’ont pas de légende ni de titre, car les “bonnes” photographies n’ont besoin que d’un lieu et d’une date.

“Dans chaque image, la narration est totale: l’histoire s’ouvre, coule et se referme dans l’espace et le temps d’une seule photographie”, explique Maurizio Garofalo, qui a partagé des voyages et des conversations avec Berengo Gardin. “C’est un don rare, la capacité de synthèse extrême ; c’est une recherche du regard qui étudie, attend, comprend et saisit la scène (et l’histoire) en une fraction de seconde”. Pour Gianni Berengo Gardin, la photographie est un document, un instrument capable de capturer des histoires et de témoigner de quelque chose. "Beaucoup de gens me disent que je suis un artiste, mais je ne veux pas me faire passer pour un artiste, je suis un artisan photographe", dit-il. Au centre de ses clichés, comme on peut le voir dans ceux qui sont exposés, se trouve toujours l’être humain immergé dans des lieux, des situations, des cultures et sa vie quotidienne. Pour lui, être photographe, c’est donc être narrateur, un aspect que le conservateur a délibérément souligné tout au long de la visite: de courts textes, un pour chaque étage, offrent un compte rendu personnel des clichés qui sont les protagonistes de chaque section par le photographe lui-même. De petits récits qui accompagnent le visiteur et deviennent des souvenirs à emporter chez soi, comme un rappel du voyage effectué dans les espaces d’exposition de la tour à travers les photographies de voyage de Berengo Gardin.

Agencement des expositions Gianni Berengo Gardin. La couleur distrait. Un monde en noir et blanc
Plan de l’exposition Gianni Berengo Gardin. La couleur distrait. Un monde en noir et blanc
Agencement des expositions Gianni Berengo Gardin. La couleur distrait. Un monde en noir et blanc
Plans de l’exposition Gianni Berengo Gardin. La couleur détourne l’attention.
Un monde en
noir et blanc
Agencement des expositions Gianni Berengo Gardin. La couleur distrait. Un monde en noir et blanc
Plans d’exposition Gianni Berengo Gardin. La couleur détourne l’attention.
Un monde en
noir et blanc
Agencement des expositions Gianni Berengo Gardin. La couleur distrait. Un monde en noir et blanc
Plans d’exposition Gianni Berengo Gardin. La couleur détourne l’attention.
Un monde en
noir et blanc

L’exposition inédite, construite et conçue spécialement pour ce lieu, se concentre sur les célèbres reportages du photographe à l’étranger: son besoin de témoigner de quelque chose est lié à ces occasions à sa curiosité de voir le monde, mais il ne veut pas raconter une aventure comme une fin en soi, mais plutôt donner vie à une histoire qui devient la mémoire d’un passé parvenu jusqu’à nous grâce à la photographie. Ainsi, chaque étage est un voyage vers un lieu géographique précis; dans un sens chronologique, mais que rien n’interdit au visiteur de parcourir comme il l’entend, puisque chaque lieu est une histoire en soi (la seule “obligation” est donnée par la structure de la tour, à l’intérieur de laquelle on monte et on descend en “grimpant” un petit escalier en bois qui devient progressivement de plus en plus raide). En partant du rez-de-chaussée et en montant au premier étage, on arrive à Paris, la ville où Gianni Berengo Gardin a réalisé ses premiers reportages et où vivent et travaillent les grands photographes et hommes de culture français ; il est particulièrement attaché à Robert Doisneau et à Willy Ronis. Le long séjour dans la capitale française de 1953 à 1954 a été très important pour lui car il est passé du statut de photographe amateur à celui de professionnel. “Je travaillais le matin, d’abord comme serveur, puis à la réception d’un grand hôtel, et j’avais l’après-midi libre pour me promener et prendre des photos”, raconte-t-il. Il aime s’attarder sur les moindres recoins de la ville et sur les gens qu’il croise dans la rue. L’une des choses qui m’a le plus frappé, ce sont les gens qui s’embrassent tranquillement dans la rue, ce qui était encore considéré comme “scandaleux” par nous“, se souvient-il. Et c’est précisément ce cliché qui attire l’attention de ceux qui entament le ”voyage" photographique avec les autres visiteurs. Un banc, un tramway qui passe rapidement derrière, et le baiser passionné d’un jeune couple qui reste gravé ici, pour toujours.

Nous nous rendons ensuite à New York, où le photographe s’est rendu en 1969 avec son ami, le photographe et journaliste Giancarlo Scalfati , avec qui il a partagé son premier studio à Milan. Il connaissait déjà les États-Unis à travers les grands de la littérature, comme Hemingway et Dos Passos, mais c’est au cours de ce voyage que Berengo Gardin a pu saisir la capitale américaine dans sa normalité, qui se reflète, par exemple, dans un enfant marchant dans la rue avec un masque de carnaval démoniaque, ou dans un groupe de jeunes gens ébouriffés par le vent (remarquez les cheveux longs et raides d’une jeune fille attrapée alors qu’elle se tient droite en l’air), ou encore dans les passants qui s’entassent dans les rues de la métropole. “J’ai été très impressionné par la vivacité de la ville, par le nombre de situations qu’elle offrait à l’œil du photographe à chaque coin de rue, et par la facilité, je dirais même l’indifférence, avec laquelle les gens se laissaient photographier”, raconte le photographe.

Gianni Berengo Gardin, Paris, 1953
Gianni Berengo Gardin, Paris, 1953
Gianni Berengo Gardin, Paris, 1954
Gianni Berengo Gardin, Paris, 1954
Gianni Berengo Gardin, Paris, 1954 Gianni Berengo Gardin
, Paris, 1954
Gianni Berengo Gardin, New York, 1969
Gianni Berengo Gardin, New York, 1969

C’est dans la section espagnole que le public a l’occasion de voir le seul cliché inédit de l’exposition, qui représente des travailleurs en pause déjeuner, assis par terre, sur une chaise, sur une caisse ou sur l’avant d’une voiture qui sert de toile de fond à la scène. Il y a également une photographie de la procession de la Semaine Sainte à Séville, commandée par Cartier-Bresson pour sa collection privée. Berengo Gardin a réalisé deux reportages en Espagne en 1970 et 1973: le premier pour documenter la Semaine Sainte de Séville, une fête populaire à laquelle participent les citoyens réunis en confréries ; le second, commandé par le Touring Club italien, pour représenter principalement des paysages et des architectures, mais toujours avec la présence de l’homme. Il s’agit d’images de villages blancs et de campagnes ensoleillées: l’une d’elles, avec des moulins à vent, rappelle beaucoup les paysages de Don Quichotte et Sancho Panza, une autre représente un mur blanc contrasté par les mots “Christ” et une dame âgée qui s’occupe d’un grand panier. Ce sont des moments de vie tirés du quotidien le plus pur.

En montant plus haut, on rencontre la Grande-Bretagne et le célèbre Morris surplombant la mer, choisi comme image directrice de l’exposition, qui a enchanté le photographe parce qu’il était le seul, un jour de grand vent, à avoir deux personnes à bord à l’abri du froid. “C’est au cours de ce voyage que j’ai pris la photo du Morris sur la falaise, avec les deux passagers regardant la mer ; à l’époque, je ne la tenais pas en haute estime, je ne l’avais peut-être même pas imprimée, mais elle est devenue l’une de mes photos les plus connues”, raconte Gianni Berengo Gardin. Il s’est rendu en Grande-Bretagne entre 1976 et 1977, toujours pour le compte du Touring Club italien. "J’ai été particulièrement heureux de cette mission car j’étais fasciné par le mode de vie des Britanniques“, avoue-t-il. De l’Angleterre, Berengo Gardin est passionné par tout, ”les pipes, le tabac, les chaussures, les vêtements, les voitures". Il est également passionné par le code vestimentaire strict qui oblige les participants au Royal Ascot à porter des plumes, des chapeaux et des costumes moulants.

Gianni Berengo Gardin, Espagne, 1970 (cliché inédit)
Gianni Berengo Gardin, Espagne, 1970 (cliché inédit)
Gianni Berengo Gardin, Grande-Bretagne, 1977 Gianni Berengo Gardin
, Grande-Bretagne, 1977
Gianni Berengo Gardin, Inde, 1978 Gianni Berengo Gardin
, Inde, 1978
Gianni Berengo Gardin, Inde, 1979 Gianni Berengo Gardin
, Inde, 1979

Enfin, au cinquième étage, nous passons directement en Inde , grâce aux prises de vue qui immortalisent les villages, les campagnes, les petites villes, où vivent les paysans et leurs familles que le photographe a appris à connaître. Le reportage en Inde, entre 1976 et 1977, est en effet le résultat d’un projet personnel du photographe, admirateur de Gandhi, qui invitait les occidentaux à ne pas s’arrêter à l’idée de l’Inde des grandes villes. Elle raconte donc la présence humaine qui se confond avec le paysage, comme cet homme de dos à une charrette tirée par des bœufs qui s’éloigne entre les arbres, ou l’enfant qui regarde vers l’objectif en pleine campagne, ou encore le personnage à contre-jour sous une arche qui semble parler à une perruche sur sa main. Grâce à Antonio Monroy, grand connaisseur de l’Inde, Berengo Gardin a eu l’occasion d’explorer une vaste zone rurale entre Delhi et Bombay et, surtout, de connaître de près la vie des villages.

L’exposition se termine au dernier étage, où sont exposés des portraits du photographe rarement vus, ainsi qu’un écran diffusant l ’interview de Maurizio Garofalo, qui fait ressortir son côté plus intime.

Raconter toute la carrière de Gianni Berengo Gardin dans la Tour du Château des Évêques de Luni aurait été très compliqué étant donné l’ampleur de sa production (plus d’un million de photographies et plus de deux cent soixante livres publiés) et le peu d’espace disponible, c’est pourquoi le choix de se concentrer sur un seul aspect est très appréciable. Le visiteur suit ainsi un parcours agréable, rythmé et mesuré à travers les œuvres exposées. La présence d’une œuvre inédite donne au projet un relief important, mais les autres clichés, sélectionnés en collaboration avec la fille du célèbre photographe, créent également un récit (ou cinq) en images d’une société et d’une culture données. Une revue à la hauteur de la relation que Castelnuovo Magra a nouée au fil des ans avec la photographie.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.