L'exposition de Sienne consacrée à l'érudit Federigo Tozzi et à son rapport à l'art


Compte rendu de l'exposition "L'ombra della Giovinezza: Federigo Tozzi e le arti figurative", organisée par Riccardo Castellana, Michelina Simona Eremita et Luca Quattrocchi, à Sienne, Santa Maria della Scala, du 10 avril au 20 juillet 2022.

L’exposition L’ombra della giovinezza. Federigo Tozzi et les arts figuratifs, qui s’est ouverte le 10 avril dans les salles aérées de Santa Maria della Scala à Sienne et qui se poursuivra jusqu’au 20 juillet, permet non seulement de découvrir Federigo Tozzi, l’un des hommes de lettres italiens les plus importants du début du XXe siècle, dans sa ville natale, un peu plus d’un siècle après sa mort, mais aussi de reconstituer son rapport (qui n’est certes pas inintéressant) à la peinture. L’exposition “Federigo Tozzi”, qui se tiendra jusqu’au 20 juillet à Sienne, permet non seulement de découvrir Federigo Tozzi, l’un des plus importants hommes de lettres italiens du début du XXe siècle, dans sa ville natale, un peu plus d’un siècle après sa mort, mais aussi de reconstituer sa relation (qui n’est certainement pas inintéressante) avec les arts figuratifs.

Si aujourd’hui Federigo Tozzi (Sienne, 1883 - Rome, 1920) est unanimement considéré comme l’un des plus grands conteurs de l’époque, ce n’était pas le cas aux yeux de la critique pendant de nombreuses années après sa mort. En effet, son expérience littéraire a souvent été provincialisée et ramenée dans le sillon du vérisme ; ce n’est qu’à partir des années 1960 que l’on a reconnu à l’homme de lettres une attention aux données psychologiques et une ouverture également à certaines poétiques du symbolisme, qui se reflétaient chez des romanciers européens contemporains tels que Kafka et Dostoïevski. Il s’agit d’un bagage culturel important, acquis de surcroît en autodidacte. En effet, Federigo est né à Sienne dans une famille d’extraction sociale moyenne: son père, d’origine paysanne et peu habitué à la culture, possédait un restaurant et, plus tard, quelques fermes, tandis que sa mère mourut alors que Federigo était encore très jeune. Il n’obtient pas de bons résultats à l’école, d’où il est renvoyé à plusieurs reprises. Dès l’âge de seize ans, il fréquente assidûment la Biblioteca Comunale degli Intronati de Sienne, où sa curiosité omnivore l’amène à s’intéresser à des écrivains très différents, de De Amicis à Pétrarque, D’Annunzio, Carducci, Ovide, Dante, Goethe et bien d’autres encore.

La vie et l’éducation de Federigo ont été fortement influencées par la figure despotique de son père, qui se méfiait de la culture, ce que l’on retrouve dans certains personnages de la littérature de Tozzi. En 1908, son père meurt, et dans la vie de Federigo Tozzi entre Emma Palagi, qui devient sa femme. Peu à peu, Federigo gagne en influence dans le domaine littéraire et collabore à de nombreux journaux et revues. Pour y parvenir, il vend la propriété héritée de son père et s’installe à Rome vers 1914. Mais le processus d’affirmation de Tozzi est brusquement interrompu par la mort subite de ce dernier, victime d’une pneumonie. Nombre de ses œuvres sont publiées à titre posthume et, comme nous l’avons déjà dit, ce n’est qu’avec beaucoup de retard que les critiques littéraires s’intéressent à Federigo Tozzi et à son œuvre. L’exposition de Sienne, qui porte le titre d’un des derniers romans publiés par Tozzi, se propose d’étudier les nombreuses relations que l’artiste siennois a entretenues avec des peintres, des sculpteurs et des illustrateurs, non seulement en présentant les œuvres des auteurs qu’il a connus de son vivant, mais aussi grâce à une riche annexe documentaire.

Une salle de l'exposition avec des sculptures de Fracassi et une peinture d'Umberto Giunti
Une salle de l’exposition avec des sculptures de Fracassi et une peinture d’Umberto Giunti
Œuvres de Gino Barbieri et Ferruccio Pasqui
Œuvres de Gino Barbieri et Ferruccio Pasqui
La salle avec les œuvres de Pasquarosa Marcelli, au premier plan la sculpture d'Alfredo Biagini
La salle avec des œuvres de Pasquarosa Marcelli, au premier plan la sculpture d’Alfredo Biagini
La salle de sculpture d'Ercole Drei
La salle avec les sculptures d’Ercole Drei

Au cours de ses années de formation à Sienne, Tozzi entre en contact avec de nombreux intellectuels et artistes, et c’est à cette époque qu’il se rapproche du Parti socialiste, tout en cultivant des sympathies anarchistes. Au cours de ses études perturbées, qui l’ont conduit à fréquenter l’Institut des beaux-arts, il a rencontré le sculpteur Patrizio Fracassi et les peintres Umberto Giunti et Ottorino Lorenzini. Les sculptures exposées de Fracassi sont presque toutes en plâtre, car il n’a pas eu l’occasion de les traduire en bronze de son vivant. En effet, l’artiste s’est suicidé alors qu’il n’avait pas encore atteint la trentaine, et nombre de ses œuvres entrées dans les collections de la municipalité de Sienne ont fini mutilées ou, comme l’a déploré Tozzi, “en morceaux comme les âmes des survivants”. C’est pourquoi il a fallu restaurer les plâtres avant l’exposition. Les œuvres de Fracassi témoignent d’une tendance vériste à représenter une humanité délaissée et souffrante, avec une dramaturgie qui frôle parfois l’expressionnisme, comme dans Schiavo Morente, loin du classicisme de l’une de ses premières œuvres, dont une copie en plâtre est présentée dans l’exposition, La Fiducia nella croce (La confiance dans la croix), réalisée pour un monument funéraire.

La fascination de Tozzi pour les œuvres de son ami ne s’est pas éteinte avec la mort de l’artiste ; au contraire, l’homme de lettres a publié plusieurs contributions critiques sur Fracassi, déplorant son manque de notoriété: “Après le suicide tragique de Fracassi, même son œuvre semble destinée à disparaître, car personne n’a montré de compréhension pour sa valeur élevée et inoubliable [...].Il est temps de mettre fin à cette intolérable apathie [...] Fracassi n’est pas une invention [...] Je crois [...] que, pour un ensemble de circonstances malveillantes, il a toujours été mis à l’écart ; et, peut-être, pour des motifs inavoués. Mais il ne doit plus en être ainsi [...]. Il faut parler fort et, peut-être, donner un coup de coude [...]”. D’autres œuvres de nos amis siennois sont également présentées dans l’exposition, comme les sculptures de Fulvio Corsini et les peintures d’Umberto Giunti, des artistes qui, comme Fracassi, se sont souvent engagés dans l’art social, à l’instar de nombreuses instances de l’époque.

L’exposition présente également des gravures sur bois et des peintures de Gino Barbieri de Cesena, élève d’Adolfo de Carolis, qui a noué une longue amitié avec Tozzi. Tous deux collaborent à la revue L’Eroica, pour laquelle Barbieri réalise des gravures sur bois de style Art nouveau. Le même artiste a gravé deux illustrations dans le goût néo-15e siècle pour La città della Vergine de Tozzi. Un autre grand artiste que Federigo Tozzi comptait parmi ses amis était l’inquiet Lorenzo Viani: ils s’étaient rencontrés dans leur jeunesse et l’homme de lettres aurait aimé qu’une de ses gravures serve de couverture à l’une de ses œuvres littéraires, mais le projet n’a jamais abouti en raison de la résistance de l’éditeur. L’exposition présente de nombreuses gravures sur bois de l’artiste provenant de Viareggio, ainsi que la toile monumentale La bénédiction des morts de la mer, spécialement apportée de Viareggio. Le chef-d’œuvre de Viani est une sacralisation de la douleur humaine, les protagonistes désespérés et endeuillés semblent sortis du pinceau d’un peintre primitif et sont également influencés par l’art nè;gre. Et bien que tous les personnages imprimés sur la toile soient unis par la tristesse et le désespoir, “Viani sait trouver des psychologies dissemblables, et cela ne lui fait pas de mal que toutes ses figures doivent témoigner de leur mélancolie et de leur tristesse”, a écrit Tozzi.

Ottorino Lorenzoni, Portrait de Federigo Tozzi (vers 1900 ; huile sur toile, 51 x 69 cm ; collection privée)
Ottorino Lorenzoni, Portrait de Federigo Tozzi (vers 1900 ; huile sur toile, 51 x 69 cm ; collection privée)
Les plâtres de Patrizio Fracassi
Moulages en plâtre de Patrizio Fracassi
Patrizio Fracassi, Confiance en la croix (1901 ; plâtre, 166 x 67 x 69 cm ; Sienne, Museo Civico)
Patrizio Fracassi, Confiance en la croix (1901 ; plâtre, 166 x 67 x 69 cm ; Sienne, Museo Civico)
Pasquarosa, Théière sur tapis (1914 ; huile sur carton entoilé, 35 x 39,5 cm ; Rome, collection ANPB)
Pasquarosa, Théière sur un tapis (1914 ; huile sur carton entoilé, 35 x 39,5 cm ; Rome, Collection ANPB)
Ferruccio Ferrazzi, Adèle aux trois lumières (1918-1922 ; huile sur masonite, 39 x 39 cm ; collection privée)
Ferruccio Ferrazzi, Adèle aux trois lumières (1918-1922 ; huile sur masonite, 39 x 39 cm ; collection privée)
Lorenzo Viani, Bénédiction des morts de la mer (1914-1916 ; huile sur toile, 192 x 394 cm ; Viareggio, Galleria d'Arte Moderna e Contemporanea)
Lorenzo Viani, Benedizione dei morti del mare (1914-1916 ; huile sur toile, 192 x 394 cm ; Viareggio, Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea)
Armando Spadini, Musique au Pincio (1913 ; huile sur carton, 43 x 88 cm ; Rome, Galleria d'Arte Moderna)
Armando Spadini, Musique au Pincio (1913 ; huile sur carton, 43 x 88 cm ; Rome, Galleria d’Arte Moderna)
Cipriano Efisio Oppo, Le poisson rouge (vers 1914 ; huile sur panneau, 61 x 42 cm ; Rome, Fondazione Archivio Oppo)
Cipriano Efisio Oppo, Le poisson rouge (vers 1914 ; huile sur panneau, 61 x 42 cm ; Rome, Fondazione Archivio Oppo)
Ercole Drei, Portrait de Federigo Tozzi (1914 ; plâtre, 42 x 27 x 28 cm ; Sienne, Archives Tozzi Castagneto)
Ercole Drei, Portrait de Federigo Tozzi (1914 ; plâtre, 42 x 27 x 28 cm ; Sienne, Archives Tozzi Castagneto)
Publications de Federigo Tozzi
Publications de Federigo Tozzi
Un exemplaire de Merope de Gabriele d'Annunzio ayant appartenu à Federigo Tozzi.
Un exemplaire de Merope de Gabriele d’Annunzio ayant appartenu à Federigo Tozzi

Avec son installation à Rome en 1914, outre ses premiers succès littéraires, Tozzi vit dans un climat artistique très vivant et retrouve de vieilles connaissances comme Ercole Drei et Viani ; il entre en contact avec de nombreux nouveaux artistes, dont les protagonistes de la Sécession romaine: un groupe d’artistes qui, en polémique avec la Société des amateurs et connaisseurs des beaux-arts et ses politiques d’exposition anachroniques et académiques, décident de se réunir pour ouvrir le milieu romain aux nouvelles tendances de l’art moderne européen. Ce n’est pas un hasard si leurs expositions présentaient souvent des œuvres des impressionnistes, de Rodin, des post-impressionnistes et même du mouvement des Fauves, qui bougeaient dans ces années-là et qui ont eu une grande influence sur le groupe romain, une influence qui, comme l’empreinte cézannienne, est souvent visible dans la production de ces premières années de la Sécession. Nombre de ces artistes étaient alors présents à la fameuse Exposition de la Jeunesse Artistique à la Casina del Pincio en 1918, sur laquelle Tozzi écrivit longuement (démontrant ainsi son extraordinaire capacité critique) dans le Messaggero della Domenica, le journal édité par Luigi Pirandello. L’écrivain siennois a été très impressionné par l’exposition, malgré “ses inégalités”, et a particulièrement apprécié le travail du peintre Armando Spadini. Le peintre florentin, formé par Giovanni Fattori, est l’auteur d’une peinture au style riche et facile, redevable d’éléments stylistiques impressionnistes: “un empâtement d’une intensité complexe” qui, selon Tozzi, donne vie à “une autre réalité complexe, qui répond à une attitude de pensée donnée, presque toujours définitive”. Quant au peintre Pasquarosa Marcelli, auteur d’un tableau aux couleurs fortes et à la composition formelle synthétique, Tozzi parle d’une “expression simple”, d’une “clarté descriptive et humble” obtenue grâce à “une longue et patiente purification”.

Mais l’exposition comprend également des sculptures d’Attilio Selva, de Trieste, qui mettent l’accent sur “le mouvement, dont un sens aigu de la chair semble vouloir s’affranchir”. les peintures de Cipriano Efisio Oppo, auteur d’un tableau aux couleurs éblouissantes, mais qui semblent déjà annoncer une récupération de la tradition typique du “retour à l’ordre” que, comme Tozzi, il avait prôné avant l’heure. Plusieurs tableaux de l’artiste romain Ferruccio Ferrazzi sont exposés, dontAdèle aux trois lumières, œuvre choisie comme symbole de l’exposition. À l’époque, le peintre était vivement contesté pour sa peinture aux contours tortueux et irréguliers, mais il trouva en Tozzi un défenseur acharné. Ce témoignage nous montre que l’artiste siennois possédait une sensibilité complexe et ouverte à l’expérimentation.

À Rome, Tozzi retrouve également Ercole Drei, lui aussi protagoniste des Sessions, dont certaines sculptures sont présentées dans l’exposition: certaines dans un style ouvertement Art nouveau, comme la Danseuse au cercle, d’autres rappelant la sculpture classique, comme Ève de 1915. L’amitié entre le sculpteur et l’homme de lettres était très étroite et les deux hommes passaient beaucoup de temps ensemble, faisant des excursions à vélo ou à pied le long de la côte romaine. En 1914, le sculpteur réalisa le buste de Tozzi, présent dans une version en plâtre dans l’exposition, qui, après la mort de l’homme de lettres, fut réalisé en bronze pour la bibliothèque publique de Sienne, grâce à une souscription à laquelle participèrent, entre autres, D’Annunzio et Pirandello. Tozzi écrivit également un long et émouvant article sur l’art de son ami, dans lequel l’écrivain louait ses talents de sculpteur et sa capacité à insuffler à ses modèles “une loi presque architecturale” et “un sens de la modification spirituelle”. L’artiste de Faenza était également un grand ami, et il était au chevet de Federigo Tozzi lorsque celui-ci mourut prématurément le 21 mars 1920.

L’exposition de Sienne ne se limite pas à représenter l’univers figuratif qui entourait l’homme de lettres siennois, qu’il savait lire et mettre en mots avec une sensibilité aiguë, mais propose un parcours d’exposition, riche en annexes documentaires, photos, manuscrits, lettres et revues, qui tente de reconstituer l’expérience d’une vie qui, bien que brève, a été riche en apports et en motifs d’intérêt. Et qui mérite donc d’être connue.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.