25 œuvres de Francesco Tabusso exposées au Spazio Ersel à Milan


Jusqu'au 5 juillet, l'espace Ersel de Milan consacre une exposition à Francesco Tabusso, avec la production de l'artiste du milieu des années 1950 à la fin des années 1990.

Ersel accueille l’exposition Francesco Tabusso. Paesaggio con fiabe, organisée par Marco Sobrero et Archivio Francesco Tabusso, avec un texte critique d’Elena Pontiggia. L’exposition est ouverte au public du 7 juin au 5 juillet 2024 dans les locaux d’Ersel, via Caradosso 16, Milan.

Vingt-cinq œuvres sont exposées : une sélection exhaustive de la production de l’artiste depuis le milieu des années 1950, immédiatement après ses débuts à la Biennale de Venise, jusqu’à la fin des années 1990.

En 2019, Elena Pontiggia écrivait déjà : “Francesco Tabusso a été l’un des peintres paysagistes les plus intenses de la seconde moitié du XXe siècle. Il est en effet l’un des peintres qui a le plus maintenu vivant le thème du paysage, que l’art moderne a souvent considéré comme un thème du XIXe siècle et dépassé”. Et c’est précisément le paysage, qui est pour Tabusso la toile de fond de ses histoires picturales, le cadre de son théâtre coloré, qui est le grand protagoniste de cette exposition.

L’exposition s’ouvre sur “l’informel” Paysage vert de 1956 (photo) et Les six chasseurs, une grande composition inspirée des Chasseurs dans la neige du peintre flamand Bruegel. Le parcours se poursuit dans les années 1960 et 1970, marquées par le dialogue passionné de l’artiste avec les maîtres du passé, qui s’exprime non seulement dans un certain nombre d’œuvres-hommages, mais aussi dans de véritables cycles picturaux. C’est ainsi que sont exposés Grünewald en route pour Isenheim, l’un des quelque 35 tableaux consacrés au grand maître allemand du XVIe siècle Matthias Grünewald; Hommage à Baschenis, le maître bergamasque qui a inventé la nature morte à sujet musical ; et Il Popolano da Giacomo Ceruti, qui fait également partie d’un autre cycle pictural substantiel consacré au maître lombard du XVIIIe siècle.

La peinture de Tabusso est immergée dans l’environnement naturel : les sommets enneigés de son cher Val di Susa, les collines toscanes traversées par les courbes des routes marquées par les cyprès, la lumière printanière sur une prairie de fleurs sauvages. Il raconte dans une interview des années 1980 : “J’ai besoin de connaître précisément les différentes herbes que je peins, de connaître la composition des pierres que je pose sur la toile. [...] Il y a longtemps que je monte à l’atelier pour me documenter sur les minéraux, les plantes, les fleurs et les fossiles. Je lis des traités de botanique et j’essaie de reconstituer ici l’habitat de certaines algues qui me fascinent. J’ai besoin de connaître à fond ce que je vais peindre. Avant de donner le premier coup de pinceau, il se passe parfois des mois”.

L’exposition ne manque pas de mentionner l’œuvre d’art sacré la plus intense de Tabusso, conservée à Milan dans l’église San Francesco al Fopponino, conçue par Gio Ponti à la fin des années 1960 : il s’agit du cycle pictural du Cantique des créatures, composé du retable monumental réalisé en 1975, de 12 mètres sur 8 mètres de haut - la plus grande toile à thème religieux réalisée en Italie - et des 8 triptyques qui ornent la nef et illustrent la Prière simple du saint d’Assise.

L’exposition anthologique a privilégié les œuvres de collections privées retrouvées au cours du travail de catalogage des peintures, acquises il y a cinquante à soixante ans et restées la propriété des familles elles-mêmes, précisément en raison de leur valeur particulière, non seulement artistique et marchande, mais aussi affective et humaine.

Comme le souligne Elena Pontiggia dans le texte critique : "Il y a dans les meilleures œuvres de Tabusso quelque chose qui n’est pas facile à trouver dans le monde de l’art contemporain : un accent irénique et enfantin, dans lequel le mal n’est pas effrayant, le présent ne génère pas d’anxiété et les plus petites choses semblent soudainement devenir importantes. Comme dans les contes de fées, justement. Dans les pinces à linge posées sur l’étendoir comme des notes sur la ligne d’un pentagramme ; dans les figures qui ressemblent à des fruits parmi les arbres ; dans les terres, les collines, les maisons qui flottent dans une mer de brouillard, comme les hirondelles volent à travers les nuages, il y a une vie qui n’existe pas, qui n’a jamais existé. Mais qui vit, pour toujours, dans la peinture de Tabusso.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site officiel de l’Archivio Francesco Tabusso.

25 œuvres de Francesco Tabusso exposées au Spazio Ersel à Milan
25 œuvres de Francesco Tabusso exposées au Spazio Ersel à Milan


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.