Le parc archéologique de Pompéi raconte... l'autre Pompéi, celle des gens ordinaires


L'exposition "The Other Pompeii : Common Lives in the Shadow of Vesuvius" ouvrira ses portes le 15 décembre 2023 à la Palestra Grande du Parc archéologique de Pompéi. En attendant, le Parc donne une petite avant-première et expose la reconstitution d'un lit de camp.

L’exposition L’altra Pompei : vite comuni all’ombra del Vesuvio, organisée par Gabriel Zuchtriegel et Silvia Martina Bertesago, ouvrira ses portes le 15 décembre dans la Palestra Grande du parc archéologique de Pompéi. En attendant, un petit aperçu est visible dans le parc : la reconstruction d’une couchette, un lit du type le plus simple connu, trouvé dans la villa extra-urbaine de Civita Giuliana, dans la “chambre des esclaves”. Le lit, constitué de planches de bois et d’un filet de cordes et facilement démontable, a été reconstruit en utilisant la technique du moulage (les interstices de la cinérite laissés par le bois et le tissu sont remplis de plâtre) et est exposé, jusqu’à l’inauguration de l’exposition, sous le chapiteau de l’exposition, à l’intérieur de l’édifice.L’œuvre est exposée, jusqu’à l’inauguration de l’exposition, sous l’escalier (conservé sous forme de trace dans le mur) d’un atelier situé Via dell’Abbondanza (regio I, insula 6, numéro civique 12), à côté de la maison du Lararium d’Achille, où l’on suppose qu’il y avait une usine sidérurgique avec une arrière-boutique et des logements au premier étage.

Ce que nous voyons reflète les conditions de vie de 80 % des habitants de Pompéi", explique Gabriel Zuchtriegel, directeur du parc et commissaire de l’exposition, “alors que les maisons à atrium que nous avons l’habitude de considérer comme caractéristiques de l’architecture domestique romaine ne représentent en fait qu’une petite minorité”. L’exposition veut raconter l’histoire de cette “autre” Pompéi : la ville des classes moyennes et inférieures, des artisans, des commerçants, des prostituées, des affranchis et des esclaves. Les gens ordinaires qui sont restés dans l’ombre des grands événements de l’histoire, mais dont la vie à Pompéi peut être reconstituée d’une manière unique. Cette année, le lit, situé sous l’escalier d’un atelier pompéien, est notre version de la crèche de Noël, dont le pape François dit qu’elle doit parler de la vie : l’espace des plus petits où la vie n’est pas considérée comme acquise, mais comme un don précieux.

“Le lit fait partie d’une pièce de seulement 16 mètres carrés, dans laquelle vivaient probablement trois serviteurs. La copie de l’ensemble du contexte, recréé grâce aux moulages, ainsi que la reproduction de deux autres pièces de la Maison de Lararium, seront au cœur de l’exposition”, souligne Silvia Bertesago, co-commissaire de l’exposition. “Ces pièces ont été le théâtre de vies réelles, de vies de gens ordinaires, les véritables protagonistes de l’exposition. Dans celle-ci, à travers sept sections et environ trois cents pièces, on suivra idéalement le cours de l’existence de ceux qui appartenaient à la classe moyenne inférieure, depuis la naissance jusqu’à la mort et en passant par différents aspects. Grâce à un système conçu pour l’application My Pompeii, les visiteurs pourront également dessiner leur propre identité ancienne, en comprenant à quel point il était normal et facile d’être l’une des nombreuses personnes ordinaires qui habitaient un espace anonyme, que l’on peut ensuite atteindre physiquement en suivant les indications fournies par l’application elle-même”.

La copie a été réalisée à l’aide d’un scanner numérique, d’une imprimante 3D, de la technique FDM avec un matériau PLA de haute qualité et finie à la main.

Le parc archéologique de Pompéi raconte... l'autre Pompéi, celle des gens ordinaires
Le parc archéologique de Pompéi raconte... l'autre Pompéi, celle des gens ordinaires


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.