Milan, double exposition chez Eduardo Secci : Alfredo Pirri et Radu Oreian


Du 8 novembre au 27 novembre 2021, la Galleria Eduardo Secci accueille deux expositions personnelles : celle de l'artiste établi Alfredo Pirri et celle du jeune artiste roumain émergent Radu Oreian.

Une double exposition à la galerie Eduardo Secci de Milan: du 8 octobre au 27 novembre 2021, Acustica, une exposition personnelle d’Alfredo Pirri (Cosenza, 1957) sous la direction de Laura Cherubini, et Limone , lemon, une exposition du jeune peintre roumain Radu Oreian (Târnăveni, 1984), sous la direction de Pier Paolo Pancotto, cette dernière dans l’espace de projet NOVO.

L’exposition de Pirri est composée d’aquarelles, dont six de grande taille (250 centimètres de haut sur 117 centimètres de large, y compris les cadres) : “assez grandes pour l’idée que nous nous faisons normalement de l’aquarelle”, explique Pirri lui-même, “et en fait, lorsque vous ouvrez la bouche pour prononcer le mot aquarelle, quelque chose de mineur résonne dans le creux de votre tête, tant en termes de taille que d’engagement technique et idéal, une matière ludique et légère vous vient à l’esprit”. En effet, ces œuvres sont transparentes et lumineuses, comme le veut la technique, et pourtant elles possèdent une présence sombre qu’il est difficile de définir avec des mots. À l’intérieur et à la surface, elles sont animées par une force sans nom qui les fait paraître étrangères à la tradition et pourtant à l’intérieur d’elle. En fait, il s’agit d’aquarelles sur papier (de bonne facture) collées sur aluminium et encadrées. A l’origine de cette série, il y en aura d’autres de tailles différentes, parfois très petites. Pour les décrire, il est préférable d’utiliser des mots qui n’ont rien à voir avec l’art, pour lesquels le terme “acoustique” est approprié. On y voit des marques rondes entourées de halos qui s’ouvrent et se chevauchent, rappelant parfois la pluie qui tombe et rebondit dans les flaques, parfois un peu dégoûtantes, parfois ouvertes et lumineuses. Ce qui se passe, c’est que tout vibre ensemble en faisant résonner les formes et les couleurs. Celles-là mêmes dans lesquelles nous vivons immergés dans les villes, à leur périphérie, et puis plus loin, là où, peut-être, nous aimerions vivre". L’exposition de Pirri est également visible en ligne, sur le site de la galerie.

Alfredo Pirri vit et travaille à Rome, où il a suivi les cours de l’Académie des beaux-arts, où il a obtenu un diplôme de peinture. Son travail, à la frontière entre la peinture et la sculpture, l’architecture et l’installation, attire l’attention internationale depuis le milieu des années 1980. La matière, le volume, la couleur et l’espace sont les principaux outils de sa poétique. L’originalité de sa pratique réside dans l’utilisation de la peinture comme véhicule de la lumière et de la lumière comme élément architectural et spatial. Son art génère une confrontation harmonieuse avec l’architecture et tend constamment vers la création d’un lieu archétypal, habitable et en même temps destiné à une fonction publique. Il a exposé dans des musées et des biennales en Italie et à l’étranger, notamment à la Galleria Nazionale d’Arte Moderna à Rome, au MoMA PS1 à New York, à la Biennale d’art de Venise et à la Biennale de La Havane. Il a donné des conférences dans de nombreuses universités, dont l’université La Sapienza à Rome et la Bezalel Academy of Arts and Design à Jérusalem. Il enseigne actuellement la peinture à l’Académie des beaux-arts de L’Aquila.

En ce qui concerne l’exposition d’Oreian, le corpus d’œuvres présenté comprend des toiles récentes, grandes et petites, avec lesquelles l’artiste roumain poursuit la réflexion picturale entamée lors de ses expositions précédentes à Florence (Eduardo Secci, 2021) et à Rome (La Fondazione, 2020). Il s’agit d’une sélection de petits et grands tableaux créés pour l’occasion qui, en plus de confirmer sa poétique, enrichissent en quelque sorte son lexique, en l’intégrant avec des nuances nouvelles et inattendues, tant au niveau technique qu’au niveau de la composition. Sa peinture fortement expressive, composée d’une matière dense, parfois plastique (grâce à la technique avec laquelle elle est disposée sur le plan, superposée et malaxée avec la pointe du pinceau), est également enflammée, dans le cas d’aujourd’hui, par de nouvelles recherches, en particulier sur la variation des couleurs. En témoigne, par exemple, la toile Lemon, Lemon (2021), dont dérive le titre de l’exposition, réalisée en s’inspirant de l’observation de deux citrons entreposés dans le réfrigérateur de la maison lors de la récente fermeture et laissés à leur processus de désintégration. Ainsi que Anemones or Marguerites (2021) caractérisée par une large gamme de couleurs qui correspond aux changements saisonniers et typologiques des fleurs représentées et que l’artiste a examinées et mémorisées au fil du temps. Ou encore la tornade gothique II (2021), d’une taille considérable, où l’exercice tonal est rompu par de brusques éclats de ton.

Avec l’exposition d’aujourd’hui, Oreian poursuit sa réflexion sur la valeur de l’image à l’ère de la mondialisation et de la réalité virtuelle, qui, devenue incontrôlable et sans règles, risque de perdre sa valeur sémantique originelle et, par conséquent, toute référence à son identité culturelle et sociale de référence. Une procédure, celle-ci, qui confirme l’implantation universelle de son approche opérationnelle, où l’élément actuel n’est qu’un indice pour une reconnaissance plus large de la réalité.

Comme l’écrit Pier Paolo Pancotto dans son texte introductif, “même d’un point de vue iconographique, les œuvres conçues pour l’exposition de Milan voient le vocabulaire d’Oreian s’ouvrir à de nouvelles opportunités visuelles. La mémoire intellectuelle (la peinture de la Renaissance, la peinture classique admirée à Pompéi et à Rome, ou la peinture étrusque apprise à Tarquinia, la calligraphie de l’Orient ancien), qui est toujours allée de pair avec la mémoire physique (la référence aux entrailles du corps, à la peau ou aux fluides biologiques), semble trouver de plus en plus d’espace dans l’exercice créatif de l’artiste, en l’enrichissant de nouvelles suggestions. En particulier, diverses références à l’ancien émergent sur la toile avec la force de souvenirs lointains, faibles en termes de définition visuelle mais intenses en termes émotionnels. Ainsi, des passages narratifs inattendus émergent parmi les parcelles de couleurs organiques, selon une interprétation originale et personnelle de la syntaxe surréaliste de l’artiste”. Les recherches de Radu Oreian s’inspirent des techniques classiques du dessin et de la peinture et explorent la manière dont l’histoire, les mythes anciens et les archives façonnent notre société et notre compréhension de l’humanité. Le fil rouge qui traverse et unit ses œuvres se manifeste dans la création d’une nouvelle empreinte visuelle méditative d’une densité particulière, qui semble exister dans un état pulsant de tension et de relaxation. L’exposition peut être visitée en ligne sur le site de NOVO.

Image : Radu Oreian, Anémones (2021 ; huile sur toile, 30 x 24 cm). Photo The Knack Studio

Milan, double exposition chez Eduardo Secci : Alfredo Pirri et Radu Oreian
Milan, double exposition chez Eduardo Secci : Alfredo Pirri et Radu Oreian


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.