Rome, pour la première fois, une exposition sur les systèmes d'éclairage de l'époque romaine


À Rome, à la Villa Caffarelli des musées du Capitole, l'exposition "Nouvelle lumière de Pompéi à Rome" est prévue du 5 juillet au 8 octobre 2023 : pour la première fois, une grande exposition sur les systèmes d'éclairage de l'époque romaine.

Pour la première fois, une exposition explore les systèmes d’éclairage de l’époque romaine. Il s’agit de Nuova Luce da Pompei a Roma (Nouvelle lumière de Pompéi à Rome), qui se tiendra à Rome, dans les musées du Capitole, à la Villa Caffarelli , du 5 juillet au 8 octobre 2023. Promue par Roma Capitale, Assessorato alla Cultura, Sovrintendenza Capitolina ai Beni Culturali en collaboration avec l’Université Ludwig-Maximilian de Munich, et organisée par Ruth Bielfeldt et Johannes Eber, avec l’organisation de Zètema Progetto Cultura, l’exposition invite les visiteurs à découvrir ce qui n’est plus visible : la lumière du passé .

L’exposition aborde de manière organique la technologie, la dimension esthétique et les atmosphères de la lumière artificielle dans le monde romain, en se concentrant sur la ville de Pompéi. Aucune autre ville de l’Antiquité n’a livré autant de systèmes d’éclairage que Pompéi. L’exposition présente à Rome 150 objets originaux en bronze provenant des villes du Vésuve: lampes à huile, candélabres, porte-lampes à huile et torches figuratives, œuvres conservées au musée archéologique national de Naples (MANN) et au parc archéologique de Pompéi. Outre les célèbres statues et sculptures de lampes à huile, l’exposition présente également des objets appartenant au Musée archéologique national de Naples qui n’ont jamais été exposés en public, dont beaucoup ont été spécialement restaurés pour l’occasion, ainsi que, dans ce lieu romain, une trentaine d’œuvres provenant des collections des Musées du Capitole, Antiquarium. L’exposition est enrichie par des reproductions fidèles réalisées en collaboration avec la Fonderia d’Arte San Gallo AG, ainsi que par des simulations numériques sur des modèles tridimensionnels. Le projet est né de la volonté de Ruth Bielfeldt, professeur d’archéologie classique à l’université Ludwig-Maximilian de Munich, dans le cadre d’un projet de recherche qui a abordé ces matériaux et ces thèmes de manière systématique dans un cadre scientifique interdisciplinaire.

La lumière artificielle romaine, que l’exposition nous invite à redécouvrir, est un art de la lumière. Avec leurs formes plastiques et leurs surfaces élaborées, les lampes à huile et les candélabres en bronze créent un spectaculaire jeu d’ombres et de lumières. Le thème de l’éclairage offre une nouvelle perspective pour comprendre les différentes sphères de la vie dans la Rome antique: la fête et la religion, la magie et l’érotisme, le rêve et la nuit. L’éclairage est un produit technico-culturel qui permet avant tout de créer un espace humain de partage. Cette perspective anthropologique de la lumière, comprise comme un médiateur social fondamental, sert de fil conducteur au voyage narratif. Afin de relier le passé et le présent, des lampes réalisées par le designer de lumière Ingo Maurer (1932-2019) ont été incluses dans le projet d’exposition. Ses créations témoignent de la vitalité d’une relation créative avec la lumière qui perdure depuis deux mille ans.

Le parcours de l’exposition, divisé en 9 salles, retrace le rôle de la lumière dans la vie quotidienne et sociale, dans un dialogue entre les objets archéologiques eux-mêmes et les sources littéraires. Le visiteur est accueilli par une installation qui met en contraste le Silène, une lampe à huile antique, avec l’œuvre moderne Remember Yves by Maurer, une sculpture bleue au fort impact esthétique qui rappelle le saut dans le vide d’Yves Klein (1960) interprété comme une incarnation de la lumière en mouvement. Dans la première salle, une vidéo didactique d’introduction explique le projet scientifique “Nouvelle lumière de Pompéi” et suit le parcours de la somptueuse lanterne chauve-souris de la Villa d’Ariane à Stabia, depuis sa découverte en 1761 jusqu’à sa reproduction et son utilisation expérimentale en 2022.

La maquette de la Maison du poète tragique, présentée dans la troisième salle, donne une idée des conditions d’éclairage de la domus romaine, un lieu caractérisé par la pénombre. À cet égard, les recherches menées par Danilo Marco Campanaro (Université de Lund) révèlent la faible quantité de lumière disponible, ainsi que le rythme de la journée grâce à la lumière du soleil. La “fonderie” de la quatrième salle se concentre sur les aspects techniques et esthétiques du bronze, un matériau qui module la lumière par la variété de ses couleurs et de ses surfaces. Un candélabre hellénistique tardif en bronze polychrome(aes corinthium) témoigne de l’appréciation particulière de ce matériau à la fin de la période républicaine. Ici, les visiteurs sont invités à toucher une réplique de la grande lampe chauve-souris, objet emblématique de l’exposition. Dans la salle de la nuit, l’original de la lanterne avec chauve-souris de l’ancienne Stabia est présenté avec d’autres lampes ainsi qu’un précieux porte-lanterne en forme de chêne qui faisait partie d’une installation de paysage nocturne sacré.

Dans les deux salles suivantes, la cinquième et la sixième, un examen approfondi de la lumière liée au repos et à la consommation alimentaire est proposé, qui, à travers des lampes à huile théâtrales et ludiques, des réchauds et des chauffe-plats, offre une reconstruction de la chorégraphie complexe de la lumière liée à la convivialité et à sa fonction de “régulateur social” . Diverses œuvres anthropomorphiques - comme le trilichne complexe avec figurine de danseuse - montrent comment la lumière scénique du convivium se concentrait précisément sur les groupes sociaux marginalisés responsables des divertissements. La relation entre la lumière artificielle et la servitude est exprimée par la statue du lampadaire, l’“Apollon de la maison de Jules Polybe”, une sculpture de grande qualité datant du début de l’époque impériale dans le style archaïque, qui prend la fonction d’un porte-plateau. L’esthétique, la fonction et l’histoire de la découverte de cette figure et d’autres artefacts trouvés à Pompéi sont expliqués dans une station multimédia avec un contenu numérique interactif.

Le Triclinium virtuel réapparaît, à travers des lunettes 3D, dans la lumière de la nuit de l’an 79. La simulation de la lumière virtuelle est basée sur une reconstruction exacte des fresques murales et sur des calculs de l’intensité lumineuse des flammes et des propriétés réfléchissantes des matériaux. Les visiteurs munis d’une “torche virtuelle” peuvent allumer des lampes à huile, exerçant ainsi un contrôle sur la lumière et donc sur leur propre perception.

Dans la salle des atmosphères (la septième), une large palette d’ambiances s’ouvre L’aura religieuse est évoquée à travers le mobilier du lararium de la Maison de la Fortune à Pompéi : l’ensemble de statuettes en bronze et une élégante lampe en forme de pied humain, exposée pour la première fois dans son intégralité. Les lampes à huile phalliques, appartenant à des tintinnabula provenant de tabernacles et d’ateliers, témoignent des aspects magiques . Les lampes à huile dionysiaques et érotiques évoquent la sensualité de la lumière antique. Outre le célèbre éphèbe de la maison de l’éphèbe de Pompéi, l’exposition présente une statuette d’enfant oriental nu, œuvre inédite et inconnue découverte en 1818 dans la clinique du chirurgien Pumponius Magonianus, non loin du Forum de Pompéi. La section consacrée à l’esthétique de la lumière présente le complexe jeu d’ombres multiples des lampes à huile romaines, qui peut être mieux compris lorsqu’il est mis en relation avec les anciennes théories de l’ombre de Platon ou de Pline.

Lahuitième salle est consacrée à la redécouverte d’ustensiles pompéiens en bronze aux XVIIIe et XIXe siècles. À cette époque, les ustensiles romains exerçaient la fascination de l’immédiateté de la vie quotidienne antique. La salle offre des résultats surprenants et un aperçu de la pratique de la restauration créative par la Fonderie de Bourbon avant la muséification des pièces archéologiques entre 1750 et 1820. Un ensemble d’éléments recomposés arbitrairement, décrit par Winckelmann en 1761 et restauré en 2021, est présenté ici. L’exposition sur les citésvésuviennes se termine par l’éruption du Vésuve . Ce ne sont pas des moulages humains, mais des objets en bronze qui racontent ce moment de peur et de fuite, de l’Antiquité à nos jours. Une petite lampe à huile en forme de tête africaine (MANN) accompagnait deux Pompéiens dans leur fuite. Mais seule la lampe à huile a survécu.

Enfin, ladernière salle, consacrée aux trouvailles de Rome, montre l’autre facette de la relation entre l’homme et la lumière dans l’Antiquité romaine. La lumière, la chaleur et le feu peuvent générer des événements dramatiques qui dépassent la sphère privée et affectent la vie de la cité tout entière. Ainsi, les événements de la ville sont retracés en relation avec les incendies et la manière dont ils étaient organisés pour faire face à ce phénomène. Une attention particulière est accordée à la Caserma (Excubitorium) des Vigili della VII Coorte au Trastevere, d’où provient une torche, rare artefact probablement lié à l’éclairage public. Quelques objets en bornzo, des lampes à huile, des candélabres, une statuette, suggèrent ensuite ce que pouvait être le mobilier qui ornait les maisons patriciennes de la Rome impériale.

L’exposition est ouverte tous les jours de 9h30 à 19h30. Dernière entrée une heure avant la fermeture. Billet “intégré” Musées Capitolins et exposition pour les non-résidents de Rome : € 16,00 billet “intégré” plein tarif ; € 14,00 billet “intégré” à tarif réduit. Billet “intégré” Musées et expositions du Capitole pour les résidents de Rome non titulaires de la “MIC Card” : € 15,00 billet plein tarif “intégré” ; € 13,00 billet à tarif réduit “intégré”. € 2,00 musée + exposition pour les catégories ayant droit à l’entrée gratuite, à l’exception des élèves des écoles primaires et secondaires et des personnes handicapées et de leur accompagnateur et à l’occasion de visites institutionnelles. Entrée gratuite au musée pour les détenteurs de la “MIC Card” et pour les catégories prévues dans la liste de prix actuelle.

Pour plus d’informations : https://museicapitolini.org/

Rome, pour la première fois, une exposition sur les systèmes d'éclairage de l'époque romaine
Rome, pour la première fois, une exposition sur les systèmes d'éclairage de l'époque romaine


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.