Venise, Lucia Veronesi rend hommage à quatre grandes femmes du passé dans une exposition


Hildegarda von Bingen, Jeanne Baret, Elizabeth Blackwell et Marianne North : quatre grandes femmes auxquelles l'artiste Lucia Veronesi rend hommage dans l'exposition "Seule dans les bois", présentée du 29 mars au 17 mai à Venise, à la galerie d'art D3082 Domus Civica.

Des plantes, des graines, des fleurs et des inventions botaniques cousues sur du tissu composent un grand herbier : ce sont les symboles de l’unicité, du travail et du dévouement de quatre femmes pionnières, guérisseuses, médecins, botanistes, illustratrices, érudites et exploratrices. C’est l’hommage que Lucia Veronesi (Mantoue, 1976) rend à Hildegarda von Bingen, Jeanne Baret, Elizabeth Blackwell et Marianne North dans le cadre de l’exposition Da sola nel bosco. L’exposition se déroule du 29 mars au 17 mai à Venise , à la galerie d’art D3082 Domus Civica: il s’agit d’un projet d’exposition organisé par Eva Comuzzi qui rassemble de nouvelles œuvres de l’artiste, créées pour les espaces de D3082. Quatre feuilles exposées dans les vitrines composent un gigantesque herbier, à consulter et à découvrir dans ses moindres détails cousus et affichés, en l’observant au fil du temps, depuis la rue. Un nouvel éclairage et un hommage à la vie des femmes dans l’histoire qui, en brisant les frontières, les normes sociales et les rôles de genre, ont contribué à la vision de la relation entre les êtres humains et la nature, au développement des sciences naturelles et au progrès civil.

Les protagonistes des œuvres de Lucia Veronesi sont : la religieuse, écrivain, mystique, théologienne Hildegarda von Bingen (1098 - 1179), auteur de nombreux livres consacrés à la philosophie de la nature, qui résument ses visions et ses grandes connaissances d’herboriste, de naturaliste, de gemmologue, de cosmologiste, de musicienne, de poète, de guérisseuse ; l’exploratrice Jeanne Baret (1740 - 1807), considérée comme la première femme à avoir fait le tour du monde, déguisée en homme, dans l’expédition de Louis-Antoine de Bougainville, recueillant des preuves de l’existence de milliers d’espèces botaniques ; la naturaliste et illustratrice anglaise Marianne North (1830 - 1890) et sa vie entre voyages et couleurs en Asie, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud jusqu’en Nouvelle-Zélande, invitée par Darwin à représenter des milliers de plantes et de fleurs toujours dans leur contexte, dans les paysages de leur origine ; la quatrième vitrine est dédiée à Elizabeth Blackwell (1707 - 1758) auteur de A curious herbal text qui, encore aujourd’hui, est considéré comme un classique de l’illustration botanique et naturaliste.

Quatre femmes qui, à des époques différentes, ont tenté de franchir les limites d’une société fortement patriarcale. Une société où tout - et en premier lieu l’expression et la crédibilité de leurs recherches et de leurs propos - était remis en question ou, pire, n’était même pas envisagé. L’artiste a ainsi transformé les papiers sur lesquels les plantes et les fleurs étaient dessinées en grandes feuilles de TNT (tissu non tissé), les mêmes que celles utilisées pour les protéger du froid de l’hiver. Leurs visages sont traduits par l’artiste sous la forme de plantes à fleurs ; de nouvelles espèces inventées par elle, comme le nom qu’elles portent, qui est ainsi combiné avec la nature visionnaire concrète de ces femmes, les présentant dans toute leur singularité et leur beauté. Elles sont des exemples à regarder et à inspirer, à une époque où il est difficile d’explorer et d’aller en profondeur, en prenant tout le temps nécessaire.

Pour Eva Comuzzi, commissaire du projet, “une vitrine ne laisse jamais indifférent. On y trouve tout ce que l’on aimerait et que l’on possède probablement déjà sans le savoir. Il faut juste apprendre à mieux l’exposer. À l’exprimer. Et qui mieux que Hildegarda von Bingen, Jeanne Baret, Elizabeth Blackwell et Marianne North peuvent nous le dire ? Qui mieux que ces femmes peut nous montrer que la force est en nous et qu’il suffit d’avoir le courage de la faire ressortir ? De l’exprimer avec toute sa force et son dévouement ? À chacune d’entre elles, botanistes, voyageuses, érudites, artistes dans des temps qui n’étaient certainement pas faciles, Lucia dédie un portrait. Tous les quatre, ainsi que les quatre toiles réalisées, se placent dans une ”zone liminale".

Un message adressé aux visiteurs occasionnels, aux centaines de passants qui empruntent chaque jour la rue sur laquelle donnent les grandes vitrines, mais qui entrent dans le quotidien des jeunes femmes qui vivent dans la résidence pour étudiantes Domus Civica, à l’intérieur de laquelle se trouve la galerie d’art D3082, afin qu’elles deviennent elles aussi une source d’inspiration. D3082 est le conteneur artistique de la Domus Civica. Dédié exclusivement au travail des femmes artistes, c’est un espace non conventionnel créé en 2019, situé dans les grandes fenêtres donnant sur la rue de le Sechere. Les œuvres installées ici, toujours visibles par le public, sont en dialogue étroit avec le tissu urbain et l’observateur occasionnel.

D3082 est un projet promu par ACISJF Venise, soutenu par le CIF - Centro Italiano Femminile. L’exposition est réalisée avec la contribution d’AF Service, Prosecco Liberty.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site officiel de la galerie d’art D3082 Domus Civica.

Crédit photographique : Lucia Veronesi

Venise, Lucia Veronesi rend hommage à quatre grandes femmes du passé dans une exposition
Venise, Lucia Veronesi rend hommage à quatre grandes femmes du passé dans une exposition


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.