Le prétendu risque de fermeture des carrières de marbre des Apuanes: voici ce qu'il en est réellement


De nombreuses informations erronées circulent sur les implications du plan paysager de la région de Toscane pour les carrières de marbre. Nous allons faire la lumière et tenter de dissiper les inquiétudes.

Ces derniers jours, nous avons lu des dizaines et des dizaines d’articles au ton presque apocalyptique sur la fermeture présumée des carrières de marbre dans la région d’Apuo-Versiliese, des articles dans lesquels on craint la destruction de l’économie locale et la perte de milliers d’emplois. Par exemple, ce rapport du TG1, où il est dit que “pour sauvegarder l’environnement, les carrières de marbre de Carrare devraient être fermées”. Et encore: “Les carrières des Apuanes sont en danger”(GoNews), “Les carrières de marbre risquent la fermeture”(La Nazione), “Les carrières des Apuanes sont en danger”(Ansa). On en parle aussi dans les revues d’art: un article d’Artemagazine, unilatéral dans la mesure où il n’expose que les raisons des entrepreneurs du marbre (et parle aussi de carrières qui, dans l’Antiquité, “donnaient du travail à des milliers d’esclaves”... qui sait s’il y avait aussi des syndicats), affirme que “les carrières de marbre les plus célèbres du monde sont menacées de fermeture”.

Mais d’où viennent toutes ces craintes? Des indications contenues dans le Piano di indirizzo territoriale con valenza di piano paesaggistico de la Région Toscane, dont l’adoption a été délibérée le 17 janvier 2014: tous les documents relatifs au plan peuvent être téléchargés sur le site officiel de la Région en renvoyant à cette page. Nous n’avons pas l’intention de faire une revue de presse complète de tout ce qui a été écrit sur le plan: avec cet article nous avons seulement l’intention de démonter les principaux clichés qui sont proposés dans les médias ces jours-ci par ceux qui sont intéressés à maintenir l’activité d’extraction sur les normes actuelles (et nous avons déjà parlé dans plusieurs articles des répercussions de cette activité sur le paysage et sur l’économie de Carrare et de ses environs: à ce lien, vous pouvez trouver une introduction sur le sujet et des liens vers tous nos articles sur le sujet). Reprenons donc dans l’ordre.

Fermeture des carrières de marbre. La discipline du plan paysager se lit comme suit: “la Région promeut la réduction progressive de ces activités [l’exploitation des carrières] au profit de fonctions cohérentes avec les valeurs et les potentialités du système territorial concerné, au moyen d’un Projet de Développement Intégré, à définir dans un acte ultérieur, qui identifiera également les différentes mesures pouvant être activées à cette fin”. Il s’ensuit que personne n’a l’intention de fermer immédiatement les carrières, dont les activités ne cesseront pas du jour au lendemain. Il s’agira d’une réduction progressive des activités, qui pourra conduire à leur fermeture dans le futur, mais la fermeture tout court, dans le document de planification, n’est toujours pas mentionnée. En tout état de cause, il s’agirait des “activités minières situées dans les zones contiguës du territoire du parc régional des Alpes Apuanes”: c’est-à-dire une partie de toutes les carrières en activité, c’est-à-dire celles situées dans le parc régional des Alpes Apuanes. Pour savoir combien et quelles sont ces carrières (au total 48), Il Tirreno a réfléchi dans un article. À Carrare, par exemple, il n’y a plus que 7 carrières en activité sur 70.

Perte d’emplois. Le président du Parc des Apuanes, Alberto Putamorsi (qui s’oppose au projet de la Région), parle de 1 500 emplois menacés. Les entrepreneurs de la marbrerie vont jusqu’au chiffre improbable de 5 000 emplois. Étant donné qu’il est très difficile d’estimer le nombre réel de personnes employées dans le secteur de la pierre, car il n’existe pas de recherche approfondie sur le sujet, nous pouvons nous appuyer sur une étude réalisée en 2004 par Internazionale Marmi e Macchine S.p.A. pour la région de Toscane et intitulée Distretto industriale lapideo: realtà e prospettive future. Le rapport fournit quelques données sur le nombre de personnes employées dans l’industrie de la pierre, estimé (en 2000) à 6 622 personnes employées dans 1 093 entreprises (y compris les carrières et les entreprises impliquées dans des activités liées à l’extraction), mais dans l’ensemble du district des Apuanes (qui comprend le district de Massa et Carrara, Versilia, Garfagnana, ainsi que certaines entreprises dans la province de La Spezia et d’autres régions). Ce chiffre est également très inférieur à celui de 1981, lorsque l’industrie du marbre employait 9 673 personnes: et compte tenu de la crise du secteur, en particulier dans la transformation du marbre (les exportations, en revanche, sont en hausse, les entrepreneurs du secteur du marbre estimant qu’il est plus économique de faire transformer le matériau dans des pays où il coûte moins cher que localement), il est probable que ce chiffre se soit maintenu au même niveau au cours des années suivantes (dans un communiqué de 2005 de la province de Massa et Carrara, il était indiqué qu’environ 6 500 personnes étaient employées dans 200 carrières en activité). Comment est-il possible que sur un peu moins de 7 000 travailleurs, seuls 5 000 soient employés dans des activités au sein du Parc Apuano, soit 48 carrières (selon le Tirreno) sur environ 200 (c’est-à-dire le nombre total de carrières en activité selon la Province de Massa et Carrara)?

Dommage à l’économie. Les entrepreneurs marbriers craignent que l’adoption du plan ne porte préjudice à l’économie locale. On a déjà vu que la région de Toscane envisage d’abord une réduction progressive des activités d’extraction (pour qu’il n’y ait pas de répercussions traumatiques), puis la mise en œuvre d’un “projet de développement intégré”. Traduction: la région envisage d’investir pour reconvertir l’économie apuane et créer de nouveaux modèles de développement. Il convient de citer le plan proposé par l’association Salviamo le Apuane, intitulé “Piano Programma di Sviluppo Economico Alternativo per le Apuane”(PIPSEA), qui peut être téléchargé ici, où il est clairement indiqué qu’“il n’est pas possible d’interrompre l’exploitation des carrières de marbre, c’est-à-dire la destruction de l’Apuane, si ce n’est par la création d’un projet économique de développement intégré”, si ce n’est par la création d’une alternative économique qui créerait un nombre suffisant d’emplois pour soutenir le choc de l’emploi résultant de la fermeture des carrières“ et que ”une solution pour la fermeture des carrières qui impliquerait l’abandon des Alpes Apuanes à la dégradation, à l’abandon et au dépeuplement n’est pas acceptable". Tout cela dans le but d’éviter la perte d’emplois et de créer un modèle de développement basé sur des activités durables (identifiées comme: activités agricoles, pastorales et agroalimentaires, redéveloppement d’un artisanat de qualité, activités touristiques, excursionnistes et culturelles, activités artistiques, activités thermales, production de biomasse). Le plan prévoit une phase de transition où la diminution progressive des activités liées au marbre sera liée à l’augmentation de nouvelles activités.

Personne ne souhaite la disparition des emplois et nous comprenons tous les inquiétudes des marbriers, même si ces inquiétudes semblent souvent alimentées par des articles trop alarmistes et mal informés. Il s’agit au contraire de concilier le respect du travail et le respect de l’environnement: c’est un défi pour notre territoire, un défi qu’il faut combattre et gagner, car l’avenir de ces terres en dépend.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.