Notre hommage à Paola Barocchi. Memofonte et l'importance des technologies de l'information pour le patrimoine culturel


L'historienne de l'art Paola Barocchi, qui a joué un rôle pionnier dans le domaine des technologies de l'information pour le patrimoine culturel, nous a quittés le 24 mai. Nous lui rendons hommage.

Quiconque travaille dans le domaine de l’histoire de l’art en s’appuyant sur des sources est certainement tombé au moins une fois dans sa vie sur le site de la Fondazione Memofonte. Pour nous, Finestre sull’Arte, ce site a toujours représenté une mine d’informations importante pour notre travail: Nous aussi, qui considérons l’étude des sources comme indispensable non seulement pour le travail de l’historien de l’art, mais aussi pour notre travail de diffusion, nous avons souvent consulté les publications proposées par l’admirable site de la Fondation, qui continue à se révéler comme l’une des institutions culturelles capables d’utiliser les technologies du web de la manière la plus intelligente, et d’actualiser constamment son expertise (il suffit d’observer le niveau de leur communication sur les réseaux sociaux, avec des contenus toujours intéressants, diversifiés et présentés de manière à pouvoir s’adresser directement et efficacement aux chercheurs, auxquels ils s’adressent principalement, mais qui peuvent aussi intriguer certains non-experts).

Le 24 mai, l’historienne de l’art Paola Barocchi, fondatrice de Memofonte en 2000, est décédée: l’institut a d’abord été structuré comme une association, puis il est devenu une fondation. Paola Barocchi a eu l’intuition de mettre à la disposition des chercheurs et du public un outil permettant de consulter en ligne des sources difficiles à consulter ou à trouver. Parmi les pages de ce site inestimable, on trouve donc des correspondances, des traités, des guides, des catalogues. Il suffit de citer quelques exemples pour se rendre compte de l’importance de l’outil de la Fondazione Memofonte: des traités d’art du XVIe siècle (Vasari, Ammannati, Paleotti, Dolce) aux inventaires des collections des Médicis ou des Este, en passant par les écrits d’art et les correspondances (comme celle de Michel-Ange, que le site de la Fondazione a publiée dans son intégralité).

La Fondazione Memofonte effectue donc un travail de recherche passionné, précieux et utile, grâce à l’impulsion donnée par l’esprit de son fondateur. Nombreux sont les chercheurs qui, ces derniers jours, ont dédié un mémorial à Paola Barocchi. Nous n’avons malheureusement pas eu la chance de la rencontrer personnellement et nous ne pouvons donc pas fournir à notre public de très beaux et sincères témoignages, comme celui de Giovanni Agosti, publié dans le Manifeste: un récit intéressant qui nous permet d’apprécier non seulement la profondeur des études et des connaissances de Paola Barocchi, mais aussi les sentiments qu’elle a dû susciter chez ceux qui, à l’époque, comme Giovanni Agosti, suivaient ses cours à Pise. N’ayant pas connu directement Paola Barocchi, nous pouvons donc nous limiter à dire que nous sommes bien conscients de l’importance de ses études, de sa stature d’érudite et de l’extraordinaire modernité de sa vision de l’histoire de l’art. C’est surtout de cette dernière que nous voulons parler.

Paola Barocchi e Maria Fossi
Paola Barocchi (à gauche) au lycée, en compagnie de Maria Fossi, qui, comme son amie, est devenue une éminente historienne de l’art. Photo extraite du profil Instagram de la Fondation Memofonte

L’université de Pise a toujours été à la pointe de l’informatique. Il suffit de rappeler que la première calculatrice électronique italienne a vu le jour sur les rives de l’Arno (nous parlons de la fin des années 1950 et du début des années 1960), et que le premier nœud internet de notre pays a été inauguré au CNR de Pise. Les recherches informatiques de l’université de Pise n’ont évidemment pas échappé à Paola Barocchi (titulaire, depuis 1968, de la chaire d’histoire de la critique d’art à la Scuola Normale Superiore de Pise), qui a réfléchi à la manière de les appliquer à l’étude de l’histoire de l’art. Il s’est notamment rendu compte que les outils informatiques pouvaient être décisifs pour permettre aux chercheurs de consulter les sources plus rapidement et plus facilement. Et quelques jours après sa mort, c’est Salvatore Settis, dans un mémoire publié dans Il Sole 24 Ore, qui rappelait combien l’étude des sources avait caractérisé l’activité professionnelle de Paola Barocchi: “Pour elle, l’étude des sources était comme une vérification continue, assidue, menée sur l’écrit, de cette histoire de l’art que personne, comme Longhi, n’avait pu pratiquer et imposer sur la surface peinte. Paola Barocchi a cherché dans les textes (de Vasari aux lettres d’artistes, en particulier de Michel-Ange, aux inventaires de manuscrits, aux documents d’archives obscurs ou distingués) non pas de banales confirmations de ce que les œuvres d’art nous disent déjà en elles-mêmes, mais plutôt des voix parallèles, des informations contradictoires, des hypothèses de lecture alternatives. Bref, la trame d’une vie lointaine dont nous pouvons devenir les contemporains et la ramener dans la dimension de notre présent”.

C’est grâce à Paola Barocchi que le Centre de recherche informatique sur lepatrimoine culturel de la Scuola Normale Superiore, créé en 1991 comme point culminant de plus d’une décennie de recherche continue eninformatique pour le patrimoine culturel, a vu le jour. En fait, la première conférence sur ces thèmes a été lancée en 1978: il s’agissait de la première conférence internationale sur l’application du stockage électronique aux données et aux documents historico-artistiques. Le succès international de cette initiative a été tel que le travail s’est poursuivi avec la création, en 1980, du Centre pionnier pour le traitement automatique des données et des documents historico-artistiques, qui est devenu par la suite le Centre de recherche en informatique. Dans ces centres de recherche, les chercheurs dirigés par Paola Barocchi ont expérimenté des méthodologies et des modèles, élaboré des normes pour la classification informatique des sources, mené des campagnes d’informatisation d’inventaires, de traités et de documents plus ou moins anciens et, plus récemment, mis les sources à disposition pour une consultation en ligne (sur le site de la Bibliothèque des sources de l’histoire de l’art, pour ne citer que l’un des projets du centre, des dizaines d’œuvres peuvent être consultées, également grâce à l’aide de moteurs de recherche qui permettent une analyse approfondie des textes). Le centre n’a pas manqué de collaborer avec d’autres instituts importants: il suffit de penser à la collaboration avec l’Accademia della Crusca pour les projets d’informatisation du célèbre dictionnaire.

Le centre de recherche de la Normale n’est plus opérationnel aujourd’hui: l’héritage “informatique” de Paola Barocchi sera donc repris par la Fondation Memofonte, qui continuera à travailler, avec la même compétence et la même passion, au nom de son illustre directrice. Pour notre part, la meilleure façon de rendre hommage à Paola Barocchi sera, très humblement et très banalement, de continuer à penser que, malgré tout, “internet” et “histoire de l’art” sont deux concepts qui peuvent aller de pair pour diffuser la rigueur et la qualité.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.