Lorenzo Giusti: "Quarante ans au XXe siècle, c'est comme quatre siècles dans les époques précédentes".


Entretien avec Lorenzo Giusti, coordinateur du comité curatorial de Back to the future 2019 à Artissima, à l'occasion du dixième anniversaire de la section dédiée aux pionniers de l'art contemporain.

Dans le cadre de l’édition 2019 d’Artissima, la section Back to the future, dédiée à la redécouverte des pionniers de l’art contemporain, fête ses dix ans. Pour son dixième anniversaire, Back to the future se concentrera sur la période 1960-1999, en présentant des stands monographiques avec des œuvres créées dans ces années-là par des artistes clés. Que verra-t-on dans l’exposition? Nous en avons parlé avec Lorenzo Giusti, directeur de la GAMeC - Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea di Bergamo, qui coordonne le comité curatorial de Back to the future. L’interview est organisée par Ilaria Baratta.

Lorenzo Giusti. Ph. Crédit: Daniele Zedda
Lorenzo Giusti. Ph. Crédit Daniele Zedda

IB. Cette année marque le dixième anniversaire de Retour vers le futur: en effet, c’est depuis 2010 que cette section a pour but d’illustrer au public la redécouverte des pionniers de l’art contemporain. Comme nouveauté dans cette édition, nous avons voulu créer des infographies sur les artistes qui ont participé à Retour vers le futur au cours des dix dernières années, sur leur carrière et sur les tendances du marché de l’art. Pouvez-vous citer certains de ces artistes et décrire l’évolution du goût général du marché?
LG. Nous parlons de plus de 200 artistes entre 2010 et aujourd’hui, avec des profils et des carrières très différents. Près de 70 % de ces artistes, selon les statistiques, ont connu une croissance en termes de ventes ou ont été présentés dans des expositions institutionnelles après avoir participé à la BTTF. Il s’agit évidemment de processus que la section peut avoir déclenchés ou favorisés et qui, en tout état de cause, nécessitent la participation de différents sujets. Une chose que Retour vers le futur a certainement anticipée et ensuite soutenue a été la grande attention accordée ces dernières années à la récupération de figures féminines significatives, parmi lesquelles Birgit Jürgenssen, Maria Lai, Anna Maria Maiolino, Valie Export, Tomaso Binga, Lygia Pape, Letizia Battaglia, Irma Blank et Natalie Du Pasquier.

À l’occasion de sa 10e édition, la section " Retour vers le futur " se concentrera sur la période allant de 1960 à 1999. En quoi et selon quels langages les artistes actifs dans ces années-là ont-ils influencé les artistes d’aujourd’hui?
Selon les langues les plus variées. Lorsque nous parlons du 20e siècle, nous parlons en fait d’une période qui a vu le monde changer à une vitesse sans précédent. L’art a accompagné ces changements, produisant des théories et des langages qui se sont contredits et régénérés à un rythme impressionnant. Quarante ans dans l’art du XXe siècle, c’est comme quatre siècles dans les époques qui les ont précédés. Dans un laps de temps relativement court, il y a eu une succession frénétique d’actions et de réactions dont l’art d’aujourd’hui continue de s’inspirer de manière libre et tout aussi frénétique.

Lorsque l’on pense à un dialogue artistique, on imagine généralement un dialogue entre l’ancien et le contemporain. Pourquoi pensez-vous qu’il est important qu’il y ait aussi une redécouverte et une connexion des artistes d’aujourd’hui avec les artistes de la contemporanéité récente?
Pour les raisons que j’ai évoquées précédemment. Parce que le passé récent est allé très vite. Parfois trop vite par rapport au temps physiologique nécessaire à l’assimilation par le public ou même par les initiés eux-mêmes. Les expériences qui ont eu une visibilité territoriale ne bénéficient pas nécessairement des conditions nécessaires pour s’étendre à d’autres contextes. Le public et le marché lui-même peuvent ne pas avoir réalisé quelque chose d’important qui, paradoxalement, a plus de sens aujourd’hui qu’au moment où il s’est produit.

Anna Maria Maiolino [Retour vers le futur 2010], E o que sobra (1974 ; image numérique en noir et blanc, 72 x 152 cm). Courtesy Galleria Raffaella Cortese, Milan
Anna Maria Maiolino [Retour vers le futur 2010], E o que sobra (1974 ; image numérique en noir et blanc, 72 x 152 cm). Courtesy Galleria Raffaella Cortese, Milan


Nanni Balestrini [Retour vers le futur 2010], Sans titre, (c. 1961 ; collage sur papier, 25 x 35 cm). Avec l'autorisation de Giacomo Guidi & MG Art, Rome
Nanni Balestrini [Retour vers le futur 2010], Sans titre (v. 1961 ; collage sur papier, 25 x 35 cm). Avec l’autorisation de Giacomo Guidi & MG Art, Rome


Maria Lai [Retour vers le futur 2010], toile cousue (1974 ; techniques mixtes, 78,5 x 82,5 cm). Avec l'autorisation de l'artiste et de la Galerie Isabella Bortolozzi, Berlin.
Maria Lai [Retour vers le futur 2010], Stitched Canvas (1974 ; techniques mixtes, 78,5 x 82,5 cm). Avec l’autorisation de l’artiste et de la Galerie Isabella Bortolozzi, Berlin.


Tomaso Binga [Retour vers le futur 2011], Lettre A, tirée de
Tomaso Binga [Retour vers le futur 2011], Letter A, from Alfabetiere (1976-1977 ; collage sur papier, 17 pièces, 40 x 27 cm chacune). Avec l’autorisation de l’artiste et de Wunderkammern, Rome.


Giorgio Griffa [Retour vers le futur 2011], Coups de pinceau (1975 ; tempera sur toile, 145 x 190 cm). Avec l'aimable autorisation de Giampiero Basutti, Turin
Giorgio Griffa [Retour vers le futur 2011], Colpi di pennello (1975 ; tempera sur toile, 145 x 190 cm). Avec l’autorisation de Giampiero Basutti, Turin


Lili Dujourie [Retour vers le futur 2015], Nature morte (1976 ; collage sur papier, 34,5 x 24 cm). Avec l'autorisation de l'artiste et de la Galerie Micheline Szwajcer, Bruxelles.
Lili Dujourie [Retour vers le futur 2015], Nature morte (1976 ; collage sur papier, 34,5 x 24 cm). Avec l’autorisation de l’artiste et de la Galerie Micheline Szwajcer, Bruxelles.


Renate Bertlmann [Retour vers le futur 2016], Tender pantomime (1976 ; photographie noir et blanc, 27 x 25 cm). Courtesy Richard Saltoun, Londres © l'artiste
Renate Bertlmann [Retour vers le futur 2016], Tendre pantomime (1976 ; photographie noir et blanc, 27 x 25 cm). Courtesy Richard Saltoun, Londres © l’artiste


Beverly Pepper [Back to the Future 2017], Vue de l'installation, Artissima 2017. Courtesy Kayne Griffin Corcoran, Los Angeles Photo: Giorgio Perottino
Beverly Pepper [Retour vers le futur 2017], Vue de l’installation, Artissima 2017. Courtesy Kayne Griffin Corcoran, Los Angeles Photo: Giorgio Perottino


Rolf Julius [Retour vers le futur 2018], Mirror (1992 ; fer, miroir, haut-parleur, lecteur CD, audio, 11,5 x 10,5 x 10 cm). Avec l'autorisation de l'artiste et de Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris
Rolf Julius [Retour vers le futur 2018], Mirror (1992 ; fer, miroir, haut-parleur, lecteur CD, audio, 11,5 x 10,5 x 10 cm). Avec l’autorisation de l’artiste et de Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris

En tant que directeur du GAMeC à Bergame, avez-vous réalisé ou allez-vous réaliser un projet d’exposition avec des intentions similaires à celles de Back to the Future?
J’ai consacré plusieurs projets à des figures importantes qui, pour différentes raisons, avaient disparu ou n’étaient même jamais entrées dans le radar du système artistique. Maria Lai, Birgit Jürgenssen, Gary Kuehn, pour ne citer que quelques-uns des noms que Retour vers le futur avait mis en lumière. Et je dois dire que j’ai toujours tiré une grande satisfaction de ces efforts de relecture, surtout lorsqu’ils parvenaient à déclencher des processus vertueux de réévaluation.

Les œuvres de la section Retour vers le futur sont-elles liées au thème général d’Artissima, à savoir le désir et la censure? Pouvez-vous donner quelques exemples?
Seules quelques œuvres sont liées au thème intrigant du désir et de la censure choisi par Ilaria Bonacossa pour cette édition d’Artissima. Nous n’avons pas jugé opportun de chercher nécessairement une assonance afin de ne pas limiter notre champ de manœuvre. Dix éditions de la section, c’est beaucoup et comme nous ne pouvions pas reproposer les artistes déjà présentés dans le passé, nous avons préféré avoir les mains libres et regarder avant tout la qualité, la radicalité et la cohérence des différentes recherches, sans contraintes thématiques. Certaines expériences s’orientent cependant naturellement vers le thème, notamment celle de Barbara Hammer, artiste multiforme décédée en mars dernier, active depuis la fin des années 60 surtout comme vidéaste et précurseur du cinéma queer.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.