M. Cancellato, de Federculture, s'exprime: "Un grand potentiel mais un secteur fragile, les contrats devront changer".


Le secteur de la culture en Italie a un grand potentiel, mais il est fragile: pour l'améliorer, il faut modifier les contrats des travailleurs et lancer des politiques de défiscalisation. Nous abordons ces questions dans un entretien avec Andrea Cancellato, président de Federculture.

Le 14 juillet, le rapport Federculture 2022 a été présenté au ministère de la Culture à Rome (nous en avions parlé ici), en présence de la direction de Federculture, du ministre de la Culture Dario Franceschini et du conseiller pour la culture de Roma Capitale Miguel Gotor. Un rapport qui, comme l’ont noté plusieurs commentateurs, a le mérite de ne pas se perdre dans la rhétorique et de donner une image claire, mais sans pessimisme, d’un secteur en difficulté. Et de proposer des solutions. Comme l’explique Federculture, qui est une fédération d’“entreprises, sociétés, organismes dont l’activité vise la promotion, la production et la gestion dans le domaine de la culture, du tourisme, des services, du sport et des loisirs”, le rapport 2022 est consacré en particulier au thème du travail culturel, “un thème qui, également en raison de la crise consécutive à la pandémie de Covid-19, a émergé avec de plus en plus de force et qui, aujourd’hui en particulier, place la question de la reconnaissance du travail dans le secteur culturel au centre du débat”. C’est une particularité par rapport aux rapports récents mais aussi au débat culturel institutionnel, c’est pourquoi nous avons décidé d’interviewer Andrea Cancellato, président de Federculture avec une longue carrière dans le secteur, sur ces questions en particulier. “Le résultat économique ne peut plus être obtenu au détriment des travailleurs mais comme le résultat d’une meilleure organisation des services”, explique-t-il, entre autres.

Andrea Cancellato. Photo: Gianluca Di Ioia
Andrea Cancellato. Photo par Gianluca Di Ioia

LB. Commençons par un résumé du rapport, qui relate une difficulté majeure du secteur. Que s’est-il passé depuis 2020 ?

AC. Les données que nous avons recueillies dans le rapport de cette année montrent clairement que la pandémie et les fermetures et mesures de limitation des activités et de la socialisation qui en ont découlé ont eu des impacts très importants. Le blocage du tourisme, d’une part, et les restrictions de la vie sociale pour les citoyens, d’autre part, ont entraîné une crise profonde pour le secteur culturel dans toutes ses sphères, du divertissement aux activités des musées et des expositions. Les chiffres sont assez explicites, pour n’en citer que quelques-uns: L’Istat pour la période de deux ans 2019-2021 enregistre une baisse drastique de la participation culturelle: 81% de citoyens en moins dans les cinémas, -85% pour le théâtre ; 72% de moins dans les musées et -82% aux concerts. Certes, l’année en cours montre des signes évidents de reprise, avec des expositions, des événements et des concerts de nouveau très fréquentés - il suffit de penser au succès de la Foire du livre de Turin, par exemple, ou aux grands concerts d’été qui affichent complet -, ce qui augure d’une reprise rapide. Mais l’impact de ces deux années a été “écrasant” et bien que les interventions du gouvernement en faveur du secteur aient été opportunes et efficaces - nous devons reconnaître en ce sens l’engagement du Parlement et du ministre Dario Franceschini - pour remonter la pente et retrouver la croissance, nous pensons que de nouvelles mesures “structurelles” à long terme et des réformes concrètes sont nécessaires.

Quelles sont ces propositions, en bref ?

Nous avons donc soumis une série de propositions au législateur et au gouvernement. Celles-ci comprennent la défiscalisation de la consommation culturelle, par analogie avec les dépenses médicales et pharmaceutiques, l’abaissement et l’égalisation de la TVA pour les produits culturels ; le rétablissement de la loi “2%” sur les travaux publics et les infrastructures pour favoriser une grande saison de commandes publiques culturelles et artistiques ; le refinancement et l’amélioration du Fonds pour la culture, à la fois dans la version en faveur des travaux publics dans le domaine culturel, et en tant que Fonds de garantie pour les investissements et les initiatives d’entités privées. Sur ces questions, un dialogue positif avec les décideurs politiques est en cours depuis un certain temps, plus d’un ordre du jour voté au parlement a engagé les chambres dans cette direction, mais la crise gouvernementale et la fin prématurée de la législature imposent un lourd revers à chaque processus entamé, produisant des dommages qui sont difficiles à réparer.

Par rapport aux rapports récents, le rapport 2022 consacre une place différente au travail dépendant, indépendant et précaire: à quoi ce choix est-il dû ?

Federculture est avant tout un syndicat d’entreprise. Nous représentons les nombreuses entreprises et organisations culturelles qui appliquent notre contrat, la question du travail est donc au cœur de nos activités. Et en ce qui concerne le travail culturel, les deux dernières années ont mis en évidence des fragilités et des criticités nouvelles et préexistantes dans le contexte de la crise actuelle. Les données du rapport sont d’ailleurs éloquentes: en deux ans de pandémie, l’emploi culturel a diminué de 6,7% et, dans les sphères plus strictement culturelles, la baisse atteint même 11%. En outre, la question de la reconnaissance du travail dans le secteur culturel est apparue avec de plus en plus de force et se trouve au centre du débat. Nous avons donc pensé que le moment était venu de nous pencher sur cette question, en commençant par dresser un tableau actualisé des différents aspects du travail culturel. Les contributions que nous avons rassemblées dans ce volume, provenant de nombreux auteurs engagés sur ce “front”, nous racontent de différents points de vue les problèmes, parfois les drames, les opportunités et les chances que le travail culturel apporte à notre pays. Ce n’est pas facile, même en Italie, il y a différents niveaux au sein desquels la production et la réalisation culturelles ont lieu: ceux des structures, publiques et privées, garanties par les contributions publiques (celles qui, malgré la pandémie, ont clôturé 2021 et, avant cela, 2020 avec des budgets positifs), ceux des nombreuses associations et structures de base qui ont leur mode de vie naturel dans la précarité, ceux du secteur social et culturel privé qui, dans le climat de concurrence nationale et internationale, parvient encore à produire des événements et des projets culturels ayant un grand impact social et économique et qui ne bénéficient pas toujours d’un financement public.

Récemment, et dans le rapport, l’association a souligné l’urgence d’appliquer le contrat Federculture à tous les travailleurs du secteur, ce qui n’est le cas aujourd’hui que dans moins de 30 % des cas. Pourquoi avez-vous acquis la conviction que c’est la voie à suivre ?

C’est précisément l’observation de ce qui bouge dans notre secteur et la collecte de données et de témoignages qui nous ont montré qu’aujourd’hui le travail culturel n’est plus et pas seulement créatif et poétique, mais qu’il est fortement lié à un véritable professionnalisme, qui produit des “choses” qui ont un “marché”, qui contribue aux bons résultats du secteur culturel, et qui n’est pas seulement créatif et poétique, mais qui est aussi un “marché”.Un “marché”, qui contribue aux bons résultats des projets et des initiatives, qui participe aux services globaux d’un pays conscient que la culture est fondamentale pour la qualité de la vie et des communautés, et qui, comme dans d’autres domaines de l’économie, exige une évaluation adéquate. Nous avons sous les yeux un secteur à fort potentiel, mais fragile, dans lequel des niveaux élevés de professionnalisme et de qualité du travail côtoient une précarité endémique et des garanties et des modalités d’organisation fragmentaires. Nous pensons que le contrat est le principal instrument pour convenir avec les travailleurs du chemin commun qui, à partir de responsabilités différentes, unit tout le monde vers l’objectif d’une plus grande et meilleure jouissance de la culture en Italie. Parallèlement au contrat, nous nous engageons à rédiger et à signer, dans un bref délai, une sorte de statut des droits des travailleurs de la culture, un instrument datant peut-être du siècle dernier mais utile pour rappeler à tous, et à nous en premier lieu, ce qu’est le travail culturel et par qui il est réalisé.

Aujourd’hui, différents contrats, à commencer par les Multiservizi, sont appliqués dans de nombreux sites publics, à commencer par le Colisée ou Pompéi. Comment le ministère s’est-il engagé dans une réorganisation positive des contrats ?

L’inhomogénéité contractuelle présente dans les services concessionnaires de nombreux sites, non seulement de l’État, est l’un des aspects que nous avons notés et qui caractérise indéniablement le secteur. Je crois que les contrats appliqués par les sociétés concessionnaires de services culturels devront changer et s’adapter à un instrument nouveau et plus complet de relations syndicales. Le résultat économique ne peut plus être obtenu au détriment des travailleurs mais comme le résultat d’une meilleure organisation des services. À cet égard également, les expériences internationales seront les bienvenues pour compléter le chemin vers un contrat unique pour la culture.

2023 marquera le 30e anniversaire de la loi Ronchey, qui a introduit des services supplémentaires pour les musées et les bibliothèques. Le prochain rapport de Federculture sera une sorte de bilan de ces trente années de réforme. Comment évaluez-vous l’impact de la loi jusqu’à présent ?

Je pense que personne ne veut revenir en arrière. Il est clair pour tout le monde que les services dits additionnels sont indispensables pour compléter une proposition culturelle vraiment inclusive et complète. Ou bien voulons-nous revenir à l’époque où l’on ne pouvait pas boire de café dans un musée ? Alors certes, il n’y a pas la même qualité partout, mais globalement il s’agit d’une réforme d’une importance absolue, dont la portée en termes d’innovation dans la gestion des équipements culturels est incontestable. En tout état de cause, nous évaluerons collégialement la portée de cette loi et les propositions d’amélioration possibles dans le sens d’une extension de la capacité d’initiatives autonomes des musées et des bibliothèques.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.