La Pinacoteca Nazionale di Bologna acquiert deux importantes œuvres de Mastelletta datant du XVIIe siècle


Une acquisition importante pour la Pinacoteca Nazionale di Bologna, qui obtient deux œuvres de Giovanni Andrea Donducci, connu sous le nom de il Mastelletta.

La Pinacothèque nationale de Bologne a acquis deux œuvres importantes de Giovanni Andrea Donducci dit "il Mastelletta " (Bologne, 1575 - 1655) : il s’agit de deux belles œuvres, l’une représentant Samson et Dalila et l’autre L’offrande d’Abigaïl à David. Les deux œuvres sont arrivées au musée de Bologne grâce à la générosité de l’historien de l’art Eugenio Busmanti, membre et conseiller de la Société de Sainte-Cécile, qui les a léguées à la Pinacothèque dans son testament.

Il s’agit de deux œuvres de grande qualité et en excellent état de conservation, qui ont en outre une origine illustre: elles figurent en effet dans l’inventaire (1638) de la collection romaine du marquis et banquier Vincenzo Giustiniani (qui, comme on le sait, fut l’un des plus grands collectionneurs de Caravage : Giustiniani possédait neuf œuvres de Mastelletta) et sont presque contemporaines des deux toiles que le peintre a peintes pour la Chapelle de l’Arche dans la Basilique de San Domenico, peu après son retour à Bologne. Cette même commande importante fut probablement déterminée par les jugements flatteurs que le cardinal Benedetto Giustiniani, frère de Vincenzo, légat papal à Bologne de 1606 à 1611, exprima à son égard.

Les deux tableaux peuvent être datés entre 1612 et 1613 et comptent parmi les plus importants de la production de Giovanni Andrea Donducci. L’historienne de l’art Anna Coliva observe qu’elles doivent être considérées comme “un véritable défi pour le jeune peintre, tant du point de vue dimensionnel que narratif ; ce sont des peintures ”d’histoire“ dont l’élément le plus déterminant est la narration et qui ne peuvent être considérées comme des œuvres d’art que si elles sont réalisées par des artistes. Il s’agit de peintures d’histoire dont le déterminant le plus fort est la narration et qui sont manifestement détachées des résultats de mysticisme féroce que Mastelletta avait obtenus dans ses œuvres religieuses datant d’une période immédiatement antérieure, par exemple dans les Histoires de saints (Bologne, Pinacoteca Nazionale) d’une vision violente et mystique d’une nature presque contre-réformiste”. Ici, en revanche, la scène commence à se dérouler selon un rythme narratif semblable à celui des premiers Paysages romains, associé à “un mélange chromatique si riche, avec une ondulation si nerveuse dans les draperies, qu’il révèle la maîtrise accomplie par le peintre de ses moyens d’expression”.

La présentation des deux œuvres aura lieu le 20 novembre et, outre les peintures, une publication consacrée à l’héritage d’Eugenio Busmanti sera également présentée, avec des textes d’Anna Coliva, Maria Pace Marzocchi, Elena Rossoni, un témoignage de Vittorio Sgarbi et deux écrits de Busmanti lui-même. La présentation est organisée par Mario Scalini, directeur du Polo Museale dell’Emilia Romagna.

Outre la satisfaction de voir ici ces deux œuvres capitales dans la production de Mastelletta", déclare Maria Pace Marzocchi, présidente de la Società di Santa Cecilia - Amici della Pinacoteca Nazionale di Bologna, “il y a une émotion supplémentaire et en même temps le souvenir et le regret d’Eugenio Busmanti, historien de l’art raffiné aux intérêts très variés, connaisseur du monde de l’art et connaisseur de l’art du passé”.Il a choisi la Pinacothèque comme destination finale des deux toiles, où elles ont été placées “à la place qu’il aurait lui-même souhaitée”. “Parmi mes biens artistiques, a noté l’universitaire, il y aura les deux grands tableaux d’Andrea Donducci connus sous le nom de ”il Mastelletta" que je lègue à la Pinacothèque nationale, dans l’espoir qu’elle voudra et pourra les exposer.

“Eugenio appartenait à cette espèce rare d’hommes qui nous étonnent, qui nous font croire à la valeur de la diversité”, rappelle le critique Vittorio Sgarbi. “On en rencontre peu dans la vie, et ce ne sont pas toujours des amis. Le plus souvent, ils sont la conscience inquiète et critique du monde, extravagants, rebelles, même s’ils respectent un code de règles reconnu”.

Giovanni Andrea Donducci, surnommé “il Mastelletta” en raison du métier de son père qui, comme l’a écrit l’historiographe Carlo Cesare Malvasia, “fabriquait des mastelli” (Malvoisie), est né à Bologne en 1575 et y est mort en 1655, alternant entre sa ville natale et Rome. Malgré la rareté des informations sur ses premières années, il fut apprenti à l’Accademia degli Incamminati, continuant à suivre les enseignements de Ludovico Carracci même après le départ d’Annibale et d’Agostino pour Rome en 1595, du moins jusqu’à ce qu’il se lie à Pietro Faccini et à l’académie alternative qu’il fonda à Bologne, sur le fil d’une “bizzarria” bientôt partagée par Mastelletta. Mais il trouve surtout ses modèles dans le grand maniérisme émilien, de Parmigianino à Niccolò dell’Abate. Il s’installe à Rome une première fois vers 1600, puis de nouveau de 1608 à 1611. De nombreuses commandes romaines sont documentées dans la première décennie du XVIIe siècle et un peu plus tard, et nombreuses sont les présences de ses peintures dans les collections des grandes familles, les Spada, les Borghèse, les Pamphilij, les Santacroce, les Barberini, et les Giustiniani, le cardinal Benedetto et le susmentionné Vincenzo.

Au début de la deuxième décennie, Donducci retourne définitivement à Bologne, où il poursuit sa production de peintures de paysages, enrichie par ses rencontres romaines avec des paysagistes du nord de l’Europe, notamment Adam Elsheimer. Il reçoit de nombreuses commandes d’ordres religieux : les Franciscains (parmi les œuvres conservées, les Douze histoires sacrées, aujourd’hui à la Pinacothèque, datent d’environ 1611-12), et les Dominicains, qui lui confient une grande partie de la décoration de la chapelle de l’Arche dans la basilique de San Domenico à l’occasion de la célébration du chapitre des Pères dominicains en 1615, et probablement sur les instructions de Benedetto Giustiniani, cardinal légat à Bologne de 1606 à 1611 : les lunettes, les pendentifs, les sous-arcs et les deux toiles latérales (1613-15). La décoration de la chapelle des charpentiers de Santa Maria della Pietà et les deux toiles latérales de la chapelle Spada de San Paolo Maggiore datent de la troisième décennie, et les travaux de la Basilica dei Servi ont commencé en 1630. Les dernières informations documentaires font état de paiements en 1639, et aucune information n’a été reçue sur la dernière période de la vie de l’artiste.

De plus amples informations sur les œuvres ou la présentation sont disponibles sur le site web de la Società di Santa Cecilia.

Giovanni Andrea Donducci a appelé la Mastelletta, Samson et Dalila
Giovanni Andrea Donducci appelle la Mastelletta, Samson et Dalila



Giovanni Andrea Donducci a appelé la Mastelletta, l'offrande d'Abigail à David
Giovanni Andrea Donducci dit la Mastelletta, L’offrande d’Abigail à David

La Pinacoteca Nazionale di Bologna acquiert deux importantes œuvres de Mastelletta datant du XVIIe siècle
La Pinacoteca Nazionale di Bologna acquiert deux importantes œuvres de Mastelletta datant du XVIIe siècle


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.