Londres, la National Gallery renoue avec le passé et étudie ses liens avec l'esclavage


La National Gallery publie les résultats d'une recherche sur les liens entre les personnalités ayant contribué à l'histoire du musée et l'esclavage. Ils sont désormais consultables en ligne : des notes sur les liens avec la traite négrière sont ajoutées aux notices biographiques.

La National Gallery de Londres a décidé d’assumer son passé et a publié les premiers résultats d’un projet de recherche visant à comprendre et à reconnaître le rôle joué par l’esclavage dans l’histoire de l’institution. En effet, les collectionneurs, les experts, les donateurs et les fondateurs de musées et de galeries à travers la Grande-Bretagne ont possédé des esclaves ou ont bénéficié financièrement de la traite des esclaves. Le projet, selon le musée, a commencé à découvrir les liens avec l’esclavage qui peuvent être retracés au sein de la National Gallery et la mesure dans laquelle les profits tirés de l’esclavage dans les plantations ont eu un impact sur l’histoire du musée.

Le projet de recherche en cours, qui a débuté en collaboration avec le Centre for the Study of the Legacies of British Slavery (LBS) de l’University College London (UCL) dans le cadre du projet Legacies of British Slave-ownership, a commencé en 2018 et a élucidé de nombreux liens entre la propriété d’esclaves, la collection d’art, le mécénat et la philanthropie en Grande-Bretagne. La première figure étudiée a été l’entrepreneur anglo-russe John Julius Angerstein (Saint-Pétersbourg, 1735 - Londres, 1823) : en effet, en 1824, le gouvernement britannique a acheté 38 tableaux d’Angerstein pour constituer la base de la collection nationale. Travaillant pour ce qui deviendra plus tard la Lloyd’s of London, Angerstein a amassé une fortune grâce au courtage et à la souscription d’assurances maritimes, dont une partie (les proportions sont inconnues) couvrait les navires négriers et les navires transportant vers la Grande-Bretagne des produits cultivés dans les Caraïbes par des personnes réduites à l’état d’esclaves. Jusqu’à présent, le projet de recherche s’est concentré sur les fiduciaires et les donateurs du XIXe siècle, ainsi que sur certains artistes importants. Les deux premières phases de la recherche ont été achevées et couvrent la période allant de 1824 à 1880.

Le musée a notamment cherché à savoir si la personne étudiée avait des liens avec l’esclavage, si elle avait bénéficié de la traite des esclaves et de quelle manière, et si elle avait des liens avec le mouvement abolitionniste. Les données ont été générées principalement par la consultation de trois sources en ligne, à savoir le projet Legacies of British Slave-ownership de l’UCL, l’Oxford Dictionary of National Biography et le site History of Parliament. Les données collectées ont été reliées aux images de la National Gallery associées aux personnes faisant l’objet de la recherche, et ces données peuvent désormais être consultées sur le site web.

L’approche du musée a été globale. En particulier, les liens avec l’esclavage ont été considérés comme découlant de relations familiales, directes ou collatérales (y compris par le mariage), de rencontres professionnelles (le peintre Thomas Lawrence, par exemple, a représenté à la fois des propriétaires d’esclaves et des abolitionnistes : pour avoir une idée de la manière dont les données ont été organisées, vous pouvez consulter son dossier sur le site web), de la possession par un tiers d’un tableau ayant déjà appartenu, ayant été commandé par ou représentant un propriétaire d’esclaves. Par conséquent, l’inclusion dans la recherche ne doit pas être comprise comme impliquant un lien direct avec l’esclavage. Pour faciliter la lecture, les personnes recherchées ont été regroupées en fonction du type de lien connu avec l’esclavage, l’abolitionnisme, les deux ou aucun. La présentation des données vise, dans la mesure du possible, à exposer objectivement les faits relatifs à l’histoire longue et complexe de la traite négrière transatlantique. À partir des informations fournies, les utilisateurs pourront déterminer eux-mêmes la nature et l’étendue de ces liens. Toutes les données ont ensuite été examinées et vérifiées par Nicholas Draper, fondateur du projet LBS.

La National Gallery entame à présent la troisième phase du projet de recherche, qui portera sur les mécènes et donateurs de 1880 à 1920 ; une fois cette phase achevée, la quatrième phase couvrira tous les personnages depuis 1640.

Londres, la National Gallery renoue avec le passé et étudie ses liens avec l'esclavage
Londres, la National Gallery renoue avec le passé et étudie ses liens avec l'esclavage


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.