Le Liber Maiolichinus, un codex du XIIe siècle relatant les exploits des Pisans dans les îles Baléares.


Entre 1113 et 1115, les Pisans, avec les Catalans, les Occitans et les Sardes, organisent une expédition pour chasser les musulmans des îles Baléares: l'entreprise est relatée dans un poème, le Liber Maiolichinus, dont le manuscrit est conservé à la bibliothèque universitaire de Pise.

La bibliothèque universitaire de Pise conserve un véritable monument de l’histoire de la ville, le Liber maiolichinus de gestis Pisani populi, le plus ancien codex qui nous ait transmis les exploits réalisés par les Pisans et les Catalans entre 1113 et 1115 contre les musulmans des îles Baléares, d’où le nom du volume (“Livre majorquin des actes du peuple pisan”). Il s’agit d’une chronique en latin, probablement rédigée entre 1117 et 1125, qui décrit l’expédition militaire que les Pisans, les Catalans, les Sardes et les Occitans ont entreprise contre les taïfas musulmanes des îles Baléares (le terme taïfas désignait l’un des nombreux petits États que les musulmans avaient établis en Espagne après la conquête).

Les Pisans ont organisé l’expédition pour exercer leur souveraineté sur les îles, accordée à Pise par le pape Grégoire VI en 1085. L’expédition, invoquée par l’archevêque de Pise Pietro Moriconi, prend rapidement le caractère d’une croisade contre les infidèles: Les chrétiens, menés par Moriconi lui-même, Raymond Berengar III de Barcelone, l’Occitan Hugues II d’Empúries, Guillaume V de Montpellier, Aimeric II de Narbonne, Raymond I des Baux et le noble sarde Saltaro de Torres, obtiennent du pape Pascal II l’autorisation d’envoyer la flotte vers la mer Méditerranée.l’autorisation d’envoyer la flotte aux Baléares, et se présentèrent devant les îles avec 300 navires pisans et 120 navires catalans et occitans embarquant une armée capable de rassembler des secours de diverses régions d’Italie, de Sardaigne et de Corse. L’entreprise part d’Ibiza, conquise en juin 1113, et se poursuit par le siège de Palma de Majorque, qui dure jusqu’en avril 1115, date à laquelle la ville tombe, la population est réduite en esclavage et le régent musulman de la taïfa est emmené à Pise en tant que prisonnier. Il s’agit toutefois d’une victoire de courte durée, puisqu’en 1116 les Almoravides reconquièrent les îles, mais elle a tout de même eu pour effet d’anéantir la piraterie musulmane, un autre des objectifs de l’expédition.

Anonyme, Liber maiolichinus de gestis Pisani populi, couverture (1117-1125 ; parchemin, 330 x 220 mm ; Pise, Bibliothèque universitaire, Ms. 723)
Anonyme, Liber maiolichinus de gestis Pisani populi, couverture (1117-1125 ; parchemin, 330 x 220 mm ; Pise, Bibliothèque universitaire, Ms. 723)

Nous ne connaissons pas l’auteur du Liber maiolichinus, mais il est possible, selon l’hypothèse de Paolo Tronci, que la rédaction du livre puisse être attribuée à un “chapelain de l’archevêché”, compte tenu de la culture ecclésiastique dominante à l’époque où il a été écrit. Le Liber est un poème composé de 3 544 hexamètres subdivisés en huit livres qui célèbrent, avec des accents triomphalistes, un événement qui, au moment de la réalisation du codex, devait être encore vif dans la mémoire pisane, en évoquant l’entreprise avec un grand réalisme circonstanciel. En effet, le poème relate le point de vue d’un citoyen pisan, satisfait du résultat militaire, et par ailleurs polémique à l’égard des villes rivales, en particulier Lucques, qui s’était retirée de l’expédition, et Gênes, dont l’antagonisme se dessinait déjà clairement, et qui, comme Lucques, n’a pas participé à l’expédition, d’une part parce qu’elle jugeait opportun de rester neutre, et d’autre part pour ne pas aider la ville rivale.

Le Liber est introduit par un bref proème dans lequel l’auteur anonyme invoque le soutien du Christ pour chanter l’entreprise, en expliquant les raisons de l’expédition, puis en procédant à un parallèle singulier et pour le moins audacieux entre Pise et Rome, les Baléares jouant le rôle d’une nouvelle Carthage, et en souhaitant que Pise puisse retrouver la splendeur de Rome, à une époque où la cité toscane vivait dans un temps bien différent.Une époque où la ville toscane vivait une période de grande splendeur, comme en témoignent les sites artistiques de la Piazza del Duomo (la cathédrale a été consacrée peu après l’expédition des Baléares, en 1118). Sur le plan littéraire, l’auteur fait preuve d’une maîtrise de la stylistique antique, transmise par des préceptes rhétoriques et transposée dans l’expression moderne, à tel point que, sans être un chef-d’œuvre littéraire, il peut être considéré comme “remarquable en tant qu’indication de l’amour fort et de la conservation tenace du classicisme en Italie et de sa renaissance déjà sensible”, comme l’écrivait en 1904 Carlo Calisse, qui en a édité une version imprimée.

Le codex en possession de l’Université de Pise est connu sous le nom de “P” et est l’une des trois copies de codex existantes, avec le codex “R” de la Bibliothèque Laurentienne de Florence et le codex britannique “B” conservé au British Museum de Londres. Le codex “P” a été relié dans la couverture en parchemin d’un autre ouvrage, le De re militari de Vegetius, dont le texte suit à partir du document 16. Il se compose de 37 documents écrits au recto et au verso dans une écriture minuscule caroline très nette, une écriture qui a vu le jour au VIIIe siècle, mais qui, en raison de son caractère pratique, a été abandonnée au profit d’une autre écriture.VIIIe siècle mais qui, en raison de sa praticité et de la rapidité avec laquelle elle permettait de compiler les manuscrits, était encore utilisée au XIIe siècle, contrairement à l’œuvre de Végèce, qui présente au contraire des altérations et une évanescence considérables. La reliure a été refaite au 19e-20e siècle.

Anonyme, Liber maiolichinus de gestis Pisani populi, papier 16r (1117-1125 ; parchemin, 330 x 220 mm ; Pise, Bibliothèque universitaire, Ms. 723)
Anonyme, Liber maiolichinus de gestis Pisani populi, papier 16r (1117-1125 ; parchemin, 330 x 220 mm ; Pise, Bibliothèque universitaire, Ms. 723)

L’œuvre, commandée par la Commune de Pise, a une finalité éminemment politique: en effet, elle est le dernier produit de la stratégie mémorielle que les Pisans ont poursuivie après l’entreprise envers les deux puissances universelles, c’est-à-dire d’abord envers l’empereur Henri V, puis envers les papes Gélase II, Calliste II et Honorius II. En ce qui concerne Henri V, les Pisans poursuivaient l’objectif de la confirmation de certaines concessions de terres publiques que l’empereur voulait rappeler sous son autorité avec celles de Mathilde de Canossa, morte en 1115 ; dans le cas des papes, en revanche, l’objectif était le renouvellement, toujours remis en question à chaque nouveau pontificat, du privilège métropolitain sur la Corse que l’évêque de Pise avait obtenu en 1092 d’Urbain. Le Liber Maiolichinus a donc été conçu comme un instrument de pression des Pisans sur Honorius II, qui devait être accompagné d’autres actions de persuasion, comme des dons d’argent, pour convaincre le pape de l’opportunité de renouveler le privilège métropolitain, contre l’opinion exprimée à plusieurs reprises à la Curie par les Génois. L’objectif fut atteint, malgré la guerre qui opposa Gênes et Pise en 1119.

La fortune du Liber maiolichinus avait déjà diminué au XVe siècle, car à cette époque le notaire pisan Lorenzo de Sanctis gratta l’incipit du papier 16 et le réécrivit en lettres capitales et à l’encre rouge, ajoutant au-dessus de la deuxième colonne la variante “Pisanorum illustribus” à l’original “Pisani populi”. À cette époque, le codex appartenait à la noble famille pisane Rosselmini, comme en témoignent certaines notes du manuscrit, et il passa au XVIIe siècle à la famille Roncioni, dont l’État acquit la collection de parchemins et la bibliothèque de manuscrits en 1912. Toutefois, à cette époque, le codex était déjà bien connu des érudits, surtout depuis sa “redécouverte” par Francesco Bonaini en 1844, qui l’avait exhumé de l’oubli après la publication de Muratori dans son Rerum Italicarum scriptores. Le Liber Maiolichinus a d’abord été étudié comme une source historiographique primaire, étant donné les multiples facettes de son contenu (et aussi parce que Calisse déplorait le fait qu’aucune source historique substantielle de l’expédition des Baléares n’avait survécu, de sorte que le Liber était un outil important pour connaître la source de cet événement), trouvant l’intérêt d’un grand nombre d’historiens et d’historiennes.), suscitant l’intérêt d’un historien politique comme Michele Amari en 1872, d’un juriste comme Carlo Calisse en 1904 et Gioacchino Volpe en 1906, puis d’historiens militaires, linguistiques et littéraires, et enfin d’historiens religieux. Le codex a également été étudié en tant que tel, jusqu’à aujourd’hui, lorsque le volume d’Enrico Pisano a été publié en 2017 dans l’Edizione Nazionale dei Testi Mediolatini, avec une introduction et un texte critique d’un érudit de longue date comme Giuseppe Scalia, un commentaire d’Alberto Bartola et une traduction de Marco Guardo.

Enfin, le Liber conserve également une importance historique internationale: il est en effet connu pour la plus ancienne référence aux“Catalans” (Catalanenses) en tant que groupe ethnique, et à la “Catalogne” en tant que patrie, ce qui en fait un véritable monument de l’identité catalane, étudiée surtout avant le franquisme et après sa chute, célébrée en 1991 lors d’une conférence internationale intitulée Liber Maiorichinus et la société méditerranéenne du XIIe siècle, organisée à Barcelone.

La bibliothèque universitaire de Pise

La bibliothèque universitaire de Pise a été ouverte au public en 1742 dans les locaux situés sous l’Observatoire astronomique, Via Santa Maria, qui abritent actuellement la Domus Galilaeana, et depuis 1823, après son unique déménagement, elle est installée dans le Palais de la Sapienza du XVe siècle, dont elle occupe les ailes nord-ouest du piano nobile, où se trouvent les salles des usagers, les salles de consultation et les bureaux, et les ailes sud-ouest du deuxième étage, utilisées comme entrepôts de livres. Le premier noyau de livres était constitué de la bibliothèque privée du professeur Giuseppe Averani (1662-1738), reçue par testament. Au cours des années suivantes, le noyau initial a été augmenté par des legs, des dons de particuliers et de professeurs et par l’acquisition de bibliothèques de corporations religieuses supprimées. L’achat d’environ six mille volumes d’intérêt archéologique et antiquaire appartenant à l’érudit florentin Anton Francesco Gori remonte à 1757. En 1771, de nombreux ouvrages de la Biblioteca Medicea-Palatine-Lotary Library furent ensuite attribués à la Bibliothèque par le Grand-Duc. Avec la suppression du monastère des Camaldolesi de San Michele in Borgo, les manuscrits du père Guido Grandi enrichissent son fonds, de même que les précieux incunables. ainsi que les précieux incunables des monastères de San Donnino et de Santa Croce, qui furent ajoutés à plusieurs éditions aldines telles que l’Opera omnia d’Aristote (1495-1498), l’Opera omnia de Poliziano (1498), le Thesaurus cornucopiae et Horti Adonidis (1496) et l’incunable illustré(Compilatio de astrorum scientia, Léopold d’Autriche, 1489).

Une autre acquisition du XVIIIe siècle est la petite mais précieuse collection du Jardin botanique, tandis que les fonds du XIXe siècle comprennent les manuscrits et les dessins de l’égyptologue Ippolito Rosellini (directeur de la bibliothèque de 1835 à 1843), les nombreux volumes acquis grâce à la disposition testamentaire du Provveditore de l’Université, Angelo Fabroni, la collection de la bibliothèque de l’Université d’Anvers et la collection de la bibliothèque de l’Université d’Anvers. Angelo Fabroni, la collection constituée à ses frais par Giuseppe Piazzini de 1820 à 1832, période pendant laquelle il a assuré la direction de la bibliothèque, la collection philologique de Michele Ferrucci (directeur de la bibliothèque de 1848 à 1881), les bibliothèques scientifiques plus récentes de Filippo Corridi et Sebastiano Timpanaro, les collections médicales de Diomede Buonamici et Antonio Feroci, la collection historico-littéraire du professeur Alessandro D’Ancona et la bibliothèque avec les manuscrits du comte Franceschi. Au XXe siècle, la thèse d’Enrico Fermi sur les rayons X, datant de 1922, ainsi que celles de Franco Rasetti et de Nello Carrara, sont conservées dans la collection des thèses universitaires.

Depuis 1975, la bibliothèque universitaire de Pise est un institut d’État distinct de l’université et relève désormais du ministère de la Culture, tout en conservant la mission de “mettre en œuvre la coordination avec l’université sous les formes jugées les plus appropriées en termes de services et d’acquisitions”. Actuellement, l’institut possède un patrimoine de plus de 600 000 éditions, 161 incunables, 7 022 livres du XVIe siècle et 1 400 manuscrits.

La bibliothèque universitaire de Pise
La bibliothèque universitaire de Pise

Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.