Les anciens herbiers de la bibliothèque universitaire de Pavie


Depuis sa fondation, la bibliothèque universitaire de Pavie a toujours eu une forte vocation scientifique: en témoignent les nombreux textes qu'elle conserve, parmi lesquels de précieux et rares herbiers anciens et modernes.

Pour retracer les origines de la bibliothèque universitaire de Pavie, il faut remonter à 1754, lorsque l’institution fut fondée par Marie-Thérèse d’Autriche dans le cadre de sa réforme du système universitaire et de l’enseignement public dans le duché de Milan, alors gouverné par les Habsbourg d’Autriche: En 1763, le poste de directeur est confié à Gregorio Fontana, qui héberge les livres au collège Ghislieri et ouvre la bibliothèque au public en 1772, avant de la transférer dans les locaux du nouveau bâtiment universitaire qui, à partir de 1778, année à laquelle remonte la naissance “officielle” de la bibliothèque, abritera ce que l’on appelait alors la “Imperial Regia Biblioteca Ticinese”. L’une des fiertés de la bibliothèque universitaire de Pavie a toujours été sa collection de livres scientifiques: bien que l’institut ait été créé en confisquant des bibliothèques privées ou ecclésiastiques, la préférence a immédiatement été donnée aux textes scientifiques et, pendant près d’un siècle, la bibliothèque a continué à s’enrichir d’acquisitions qui lui ont permis d’être à jour sur les sujets les plus actuels et de fournir à l’institut les outils les plus modernes pour soutenir l’étude et la recherche universitaires.

Ainsi, la collection du médecin et botaniste Albrecht von Haller, qui comprenait des volumes sur l’histoire naturelle, la botanique, la physique, la chimie, la pharmacopée, l’anatomie humaine et la physiologie, a été intégrée à la bibliothèque. la bibliothèque de Charles Joseph de Firmian, gouverneur général de la Lombardie autrichienne de 1771 à 1782, qui comprenait de nombreux ouvrages sur les sciences naturelles et la médecine, puis la bibliothèque du médecin Joseph Frank, celle du sous-préfet du jardin botanique de Pavie, Giuseppe Moretti, spécialisée dans les sciences naturelles, une partie de la bibliothèque du naturaliste Santo Garovaglio, spécialisée dans la botanique, la bibliothèque du médecin Alfonso Corradi, qui comprenait une riche section sur l’histoire de la médecine. Enfin, la collection Aldini est entrée dans la bibliothèque en 1840, c’est-à-dire le noyau de livres appartenant à l’universitaire et bibliographe Pier Vittorio Aldini (Cesena, 1773 - Pavie, 1842), qui, en 1830, décida de vendre son importante collection de manuscrits pour des raisons financières: Le directeur de la bibliothèque universitaire de l’époque, Luigi Lanfranchi, conscient de la valeur de la collection, entama des négociations avec le gouvernement autrichien, qui durèrent une bonne dizaine d’années, mais qui finirent par trouver une issue positive, puisqu’en 1840, l’administration de la Lombardie autrichienne accorda une contribution extraordinaire pour l’achat des manuscrits d’Aldini. Cette précieuse collection comprend 583 codex: bien que les textes religieux prédominent, les anciens herbiers de la collection sont d’une grande importance.

Le plus unique est certainement l’Aldini 211: il s’agit d’un codex membraneux du XIVe siècle, écrit en pleine page, avec des règles et une écriture en minuscules gothiques estampillées à l’encre, les titres en rouge et les lettres initiales des grands paragraphes en rouge et en bleu. L’originalité de cet herbier, copie d’un herbier anonyme du XIIIe siècle recueillant les connaissances et les légendes sur les propriétés thérapeutiques de dizaines de plantes différentes, réside dans la richesse de son appareil iconographique: le traitement est en effet alterné avec 154 dessins polychromes, occupant souvent toute la page, représentant les herbes dont il est question dans le texte. En outre, à plusieurs endroits, les papiers ont été grattés à la pierre ponce pour des raisons de censure, comme l’indique la phrase prohibitum est parfois placée au-dessus de l’écriture abrasée.

Aldini 211 est un codex qui se distingue surtout par sa valeur historique: dans le texte, les citations de médecins et de savants sont fréquentes, ce qui dénote la bonne culture de celui qui a compilé le texte, même si le latin utilisé dans le traité semble parfois maladroit. L’appareil illustratif est constitué de dessins tantôt réalistes, tantôt fantastiques: des mains, des visages et même des animaux fantastiques (des dragons, par exemple) apparaissent souvent parmi les représentations de plantes, traduisant l’étendue des croyances médiévales sur les plantes, situées quelque part entre la science et la magie. Pour la mandragore, par exemple, l’auteur écrit qu’elle était utilisée en externe comme antiphlogistique (c’est-à-dire comme anti-inflammatoire) et analgésique, en appliquant ses feuilles sur les parties enflammées ou douloureuses, et que son usage interne était considéré comme toxique. Toutefois, selon l’herbier, le jus de l’écorce de la racine pouvait être utilisé comme un purgatif puissant et, mélangé à du vin, avait également des propriétés anesthésiques permettant d’amputer des parties du corps sans ressentir de douleur. En outre, l’auteur de l’Herbier précise que la mandragore avait une odeur très désagréable, au point que respirer ses effluves pouvait rendre fou.Aldini 211 représente la mandragore sous la forme d’un homme, avec un dessin très particulier: la partie supérieure est en effet occupée par des feuilles et des baies, la racine a la forme d’un corps viril, est tracée à la plume et ombrée à l’aquarelle, tandis qu’au pied de la racine humanisée on voit un chien extirper la mandragore, et à droite on voit aussi son maître, à genoux, les oreilles bouchées pour ne pas entendre les cris mortels de la plante.

Aldini 211, illustration de la mandragore Aldini 211
, illustration de la mandragore
Aldini 211, page avec inscription prohibitum est Aldini
211, page avec l’inscription prohibitum est

Plus proches de notre façon d’étudier et d’apprendre les plantes sont deux manuscrits plus récents, Aldini528 etAldini 533. Le premier est un manuscrit sur papier, relié en cuir rouge avec des frises dorées, qui transmet l’Iconographia nollullarum herbarum (“Iconographie de quelques herbes”) de Damiano Mascaroni, un moine de la chartreuse de Pavie qui compila cet herbier en 1779, peignant personnellement à l’aquarelle cent planches de fleurs et d’herbes typiques de la région de Pavie, et le dédiant au prieur de la chartreuse, le père Arsenio Quintieri. Il s’agit d’une œuvre importante réalisée dans le but de documenter l’aspect de certaines plantes: le frontispice de l’œuvre, en lettres capitales, est entouré d’un cadre aux couleurs rose et jaune, tandis que l’intérieur présente une représentation pleine page d’une plante médicinale sur chaque feuille, avec une légende explicative dans la marge inférieure, intérieure ou extérieure. Le texte est également important parce qu’il s’agit de l’un des premiers ouvrages dans lequel les plantes sont illustrées par leur nom, conformément à la classification de Linné: le botaniste suédois Carl Nilsson Linné (Rashult, 1707 - Uppsala, 1778), devenu Carl von Linné et italianisé sous le nom de Carlo Linneo, a introduit en 1735 le système binominal de nomenclature végétale, toujours en vigueur aujourd’hui, qui prévoit l’utilisation de deux noms pour classer les plantes, les animaux et les minéraux, le premier se référant au genre auquel ils appartiennent et le second à l’espèce.

L’œuvre de Mascaroni se distingue par le réalisme marqué avec lequel le moine a dessiné les plantes (voir par exemple l’illustration de l’Achillea millefolium).Aldini 533, en revanche, contient un herbier avec 84 représentations de plantes et d’herbes, une sur chaque papier, recto et verso (c’est-à-dire recto et verso). La particularité de ce codex réside dans le fait qu’il s’agit d’un "herbier à empreintes " (ou herbier impressionné): c’est le nom donné à ces herbiers dans lesquels les images de plantes ont été réalisées à partir de véritables échantillons de plantes, feuilles ou branches, qui ont ensuite été enfumés avec une source (le plus souvent une bougie), puis comprimés sur une feuille de papier de manière à conserver une reproduction parfaite de l’original. Une fois cette opération terminée, l’original était jeté et la feuille conservait son empreinte, qui pouvait parfois être colorée pour la rendre plus réaliste (on essayait d’imiter les originaux le plus fidèlement possible). Les herbiers imprimés étaient considérés comme scientifiquement plus fiables que les herbarii picti, c’est-à-dire ceux dans lesquels l’illustration était simplement dessinée. Les légendes d’Aldini 533 sont écrites d’une seule main, principalement en lettres capitales, parfois en caractères humanistiques. La date de compilation est estimée à 1525-1530, sur la base de l’étude des pigments et de la technique utilisée pour créer les représentations de plantes et d’herbes médicinales. La compilation de ce codex fait partie de la production d’herbiers dans la période entre 1530 et 1550, fondamentale pour l’évolution des collections botaniques.

Couverture de l'Aldini 528
Couverture d’Aldini 528
Aldini 528, illustration de l'achillée millefeuille Aldini 528
, illustration de l’achillée millefolium
Illustration d'Aldini 533 Illustration de l’Aldini
533
Illustration d'Aldini 533 Illustration de l’
Aldini 5
33

Deux autres herbiers méritent d’être mentionnés. La bibliothèque universitaire de Pavie possède un incunable de l’Hortus sanitatis de Johannes de Cuba (Johann von Wonnecke Caub ; 1430 - 1503), une étape importante dans l’édition botanique puisqu’il s’agit de l’un des premiers ouvrages botaniques imprimés (à Mayence, en 1491, par Jacob Meydenbach). L’ouvrage a été rédigé en latin, car il s’adressait principalement à un public européen, et a été imprimé au format folio (environ 50 centimètres). La première impression a été suivie de trois rééditions et d’une traduction française. L’Hortus sanitatis était utilisé par les médecins et les apothicaires italiens et étrangers. Il était orné de nombreuses gravures sur bois sur les règnes animal, végétal et minéral, qui sont coloriées à la main dans l’exemplaire de la bibliothèque universitaire de Pavie. Le traité se compose de cinq livres: De Herbis, avec 530 chapitres sur les plantes et les essences botaniques ; De Animalibus, 164 chapitres sur les animaux, ouverts par une section sur les humains ; De Avibus, 122 chapitres sur les oiseaux et autres animaux associés à l’air ; De Piscibus, 106 chapitres sur les poissons et les animaux aquatiques ; De Lapidibus, 144 chapitres sur les pierres et les minéraux. En marge de l’exemplaire de la bibliothèque universitaire de Pavie, des notes manuscrites révèlent l’implication des lecteurs dans la description des règnes naturels: les informations médiévales, nécessairement incomplètes, à vérifier et à systématiser, incitaient en effet les lecteurs à les confronter à leurs propres connaissances, puis à agir sur le texte. C’était le cas des médecins et des apothicaires, mais aussi des personnes simplement intéressées par la découverte des propriétés thérapeutiques des plantes: le grand format du volume et les marges généreuses se prêtaient bien à la collecte des résultats de la comparaison.

Plus tard, en revanche, on trouve la Pomone italienne, une œuvre monumentale comprenant 152 cartes pomologiques (la pomologie est l’étude des fruits) et 160 aquatintes réalisées par de nombreux artistes ligures et toscans, y compris des femmes, sous la direction de son auteur, Giorgio Gallesio (Finalborgo, 1772 - Florence, 1839). La Pomone italienne est une entreprise éditoriale sans précédent pour notre pays: elle décrit et dépeint “les variétés les plus exquises d’arbres fruitiers cultivés en Italie”, comme on peut le lire dans le texte, et elle est imprimée sur du papier fin et décorée avec des finitions de grande qualité, à tel point que son coût était prohibitif pour la plupart des gens, même pour les classes aisées (la Pomone italienne a en effet été imprimée à quelques dizaines d’exemplaires). Le traité, imprimé à Pise par Amoretti et dont la première édition date de 1817 (mais les différentes éditions se sont succédé jusqu’en 1839, date de la quarante et unième édition, et l’œuvre est restée incomplète), offre la représentation la plus complète des variétés fruitières italiennes présentes dans notre pays au début du XIXe siècle, et revêt une importance documentaire et taxonomique considérable pour comprendre l’état de la pomologie à l’époque où le traité a été compilé.

Pages de l'Hortus Sanitatis Pages de l’
Hortus Sanitatis
Pages de l'Hortus Sanitatis Pages de l’Hortus
Sanitatis
Pomona italienne, illustration de carla apple
Pomona italienne, illustration de la pomme carla
Pomone italienne, illustration de la poire butirra vernina
Pomona
italienne, illustration de la
poire butirra vernina
Pomona italienne, illustration de la pomme Lazzerola
Pomone
italienne, illustration de la
pomme lazzerola

La bibliothèque universitaire de Pavie

La bibliothèque universitaire de Pavie, l’une des plus anciennes d’Italie, a commencé à travailler en 1754 en tant que bibliothèque auxiliaire de l’université de Pavie, mais n’a commencé à acquérir un caractère propre qu’en 1763, lorsque son premier directeur, le mathématicien Gregorio Fontana, a fait en sorte que des livres soient rassemblés au collège Ghislieri, qui est devenu le premier siège de la bibliothèque et a ouvert ses portes au public en 1772. Le déménagement dans le nouveau palais central de l’université, achevé en 1778, marque l’ouverture officielle de la bibliothèque, qui s’appelle alors “Imperial Regia Biblioteca Ticinese”. Le premier siège de l’institution fut le Salone Teresiano (la bibliothèque fut en fait fondée par Marie-Thérèse d’Autriche dans le cadre de ses réformes de l’éducation et du système universitaire), où furent rassemblés en quelques décennies quelque cinquante mille volumes, achetés grâce aux ressources mises à disposition par le gouvernement de la Lombardie autrichienne. Après l’unification de l’Italie, la bibliothèque a partiellement perdu son lien avec l’université de Pavie en raison de nouvelles réglementations et de la création des différentes bibliothèques des facultés qui ont supplanté ses fonctions. Aujourd’hui, la bibliothèque universitaire de Pavie est l’un des instituts périphériques du ministère de la culture.

Le fonds actuel de la bibliothèque comprend plus de 500 000 volumes, dont 1 404 manuscrits, 1 153 parchemins, 711 incunables, 7 000 livres du XVIe siècle, plus de 8 000 griffons, plus de 3 000 estampes et un millier de cartes. Parmi les pièces les plus précieuses figurent un manuscrit de 81 cartes avec la transcription de l’Enchiridion de saint Augustin datant du XIe siècle et un missel romain du XIVe siècle, tous deux situés dans la collection Aldini ; les incunables de l’Opera di Lattanzio et de l’Hypnerotomachia Poliphili; les lettres d’Ugo Foscolo, Vincenzo Monti, Pietro Metastasio, Ippolito Pindemonte, Camillo Benso di Cavour ; la collection de livres rares, 160 volumes dont beaucoup datent du XVIe siècle ; la collection d’imprimés ; le Tractatus de venenis de Pietro d’Abano, qui fait partie du legs de Santo Garovaglio ; le fonds Marinetti, qui est arrivé à la bibliothèque entre 1913 et 1916, lorsque Filippo Tommaso Marinetti, qui a fréquenté pendant un certain temps l’université de Pavie, s’est rendu à l’université de Pavie. l’université de Pavie, fit don à l’institut de 42 affiches futuristes, de certaines de ses publications et de celles d’autres poètes appartenant au mouvement, tels que Folgore, Buzzi, Papini, Palazzeschi, D’Alba, Govoni et Chiti.

Bibliothèque universitaire de Pavie, le Salone Teresiano
Bibliothèque universitaire de Pavie, le Salone Teresiano

Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.