Les animaux du duc d'Urbino: les livres de zoologie de Francesco Maria II à la Biblioteca Alessandrina


Le dernier duc d'Urbino, Francesco Maria II della Rovere, a créé l'une des bibliothèques les plus modernes de son époque, la Libreria Nuova, qui a ensuite fusionné avec la Biblioteca Alessandrina de Rome. Parmi les livres les plus originaux, il y en a beaucoup qui sont consacrés aux animaux. Voici les plus importants d'entre eux et leur signification.

C’était l’une des bibliothèques les plus modernes et les plus innovantes de l’époque: la Libraria nuova que le dernier duc d’Urbino, Francesco Maria II della Rovere, avait créée à partir de 1607 à Casteldurante, l’actuelle Urbania, répondait au grand désir de savoir du souverain. Pour satisfaire son immense curiosité intellectuelle, François Marie II avait en effet besoin, écrit Alfredo Serrai, “d’avoir à sa disposition les écrits des auteurs les plus significatifs dans toutes les sciences et tous les arts, y compris la théologie et la littérature”, un besoin dont découlait “la nécessité de posséder une bibliothèque de caractère universel, à jour et donc composée, évidemment, de livres imprimés, capable de lui offrir les fruits de la spéculation et des sentiments de toutes les époques”. La Biblioteca Durantina, comme on l’appela bientôt, devint rapidement l’orgueil du duché d’Urbino et une bibliothèque capable de susciter l’intérêt des intellectuels et des savants de toute l’Europe. Le bibliothécaire, Benedetto Benedetti, avait rassemblé des livres sur tous les sujets: les attentions de François Marie II n’étaient pas celles d’un collectionneur, mais celles d’un intellectuel qui “recherchait une harmonie entre les acquisitions de la raison humaine, les arguments de la théodicée divine et les expériences de la mystique religieuse”.

Cette très riche bibliothèque, qui comprenait surtout des volumes imprimés (les sujets, comme on l’a dit, couvraient tous les domaines: des classiques grecs et latins aux livres religieux, du droit aux textes militaires, des sciences à la géométrie, de l’astronomie à la physique, de la médecine à la botanique, de l’histoire à la numismatique, de la chasse aux grammaires, sans oublier bien sûr tous les genres littéraires possibles), après la mort du duc en 1631, elle fut transférée à Rome sur ordre du pape Alexandre VII (toujours après 1631, en effet, le duché d’Urbino avait été annexé aux États pontificaux), et la Libraria nuova de Francesco Maria II Della Rovere allait alors constituerle noyau fondateur de la Biblioteca Alessandrina à Rome.

Federico Barocci, Portrait de Francesco Maria II Della Rovere (1572 ; huile sur toile, 113 x 93 cm ; Florence, Offices)
Federico Barocci, Portrait de François Marie II Della Rovere (1572 ; huile sur toile, 113 x 93 cm ; Florence, Offices)

"La bibliothèque de Francesco Maria II Della Rovere, explique Maria Cristina Di Martino, était l’une des collections les plus illustres et les plus riches de la Renaissance. Il s’agissait d’une bibliothèque composée principalement de livres imprimés, dont la caractéristique la plus intéressante était l’étroite interdépendance entre la structure sémantique et l’organisation logistique, entre l’architecture des genres et des sujets et la disposition physique des volumes dans les splendides rayonnages de l’époque. Les livres étaient organisés en soixante-dix “scansie” (sections) divisées par genres: nous le savons parce que l’ancien catalogue de la bibliothèque a survécu. Parmi les plus intéressantes et les plus originales, qui témoignent également des intérêts particuliers du duc d’Urbino, figure la scansie 35, qui regroupait les livres consacrés aux animaux. Cette section est d’une grande importance car, à l’époque où vivait Francesco Maria, la zoologie n’avait pas de statut scientifique autonome et l’étude des animaux, explique Daniela Fugaro dans un riche essai qui sera bientôt publié sur Scansia 35, était “considérée exclusivement d’un point de vue philosophique, ce qui signifie que nous trouvons dans Scansia 35 des ouvrages d’investigation taxonomique mais aussi de philosophie morale”. Il s’agissait toutefois d’un sujet inclus dans le champ de la philosophie naturelle, de sorte qu’étudier les animaux signifiait se plonger dans l’articulation complexe de ce sujet.

L’intérêt pour la zoologie dans la Libraria nuova reflète également la conception de l’histoire naturelle de la fin du XVIe siècle, période au cours de laquelle, poursuit Fugaro, “l’ancien et le nouveau coexistent le plus étroitement: d’une part, la vive curiosité de rassembler tout ce qu’il est possible de savoir, d’autre part, l’influence de la culture médiévale, encore forte et dominante”. Les traités de l’époque se distinguent donc des bestiaires médiévaux dans la mesure où, au XVIe siècle, les travaux sur les animaux répondent avant tout à un besoin de classification de la nature et de connaissance de la réalité. Par le biais d’illustrations également: l’Histoire naturelle des étangs poissons marins, ouvrage de Pierre Belon publié pour la première fois à Paris en 1551, est considéré comme le premier traité de zoologie entièrement illustré.

Le même besoin de connaissances explique l’abondance des traités zoologiques conservés dans la Libraria nuova de François Marie II, qui avait recueilli non seulement des ouvrages imprimés, mais aussi des manuscrits. Parmi les plus importants, selon Daniela Fugaro, figure l’Urbinate Latino 276, un codex contenant le traité De omnium animantium naturis atque formis de Pietro Candido Decembrio, commandé, comme l’a montré l’historien de l’art Gerardo De Simone, par François Marie II lui-même. Ce manuscrit est aujourd’hui conservé à la bibliothèque du Vatican: À l’Alessandrina se trouve un autre manuscrit important, le numéro 2 de la bibliothèque romaine, un catalogue anonyme et anépigraphe contenant des “picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium” (illustrations diligentes d’oiseaux, de quadrupèdes, de poissons et d’autres animaux), offert au duc d’Urbino par le grand naturaliste Ulisse Aldrovandi, également connu pour avoir créé l’un des premiers musées d’histoire naturelle au monde. Il s’agit d’un manuscrit splendide et richement illustré, avec des images pleine page très détaillées, accompagnées uniquement du nom de l’animal (qui est souvent absent). Curieusement, l’illustration du rhinocéros de ce manuscrit, qui se trouve au folio 241r, ressemble beaucoup au Rhinocéros d’Albrecht Dürer, l’une des estampes les plus célèbres de l’artiste allemand. L’auteur anonyme du Manuscrit 2 a probablement basé son illustration sur cette dernière, étant donné la possibilité limitée de voir un rhinocéros indien dans la vie réelle à l’époque.

Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit sur papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 6r) Anonyme
, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 6r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit sur papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 86r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 86r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit sur papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 177r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 177r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit sur papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 205r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 205r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit sur papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 227r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 227r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit sur papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 241r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 241r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit sur papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 247r)
Anonyme, Continet picturas diligentissimas avium, quadrupedum, piscium, aliorum animalium (1584-1590 ; manuscrit papier ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Ms. 2, f. 247r)

Parmi les livres les plus curieux ou intéressants, on trouve le Trattato del grand animale o gran bestia d’Apollonio Menabeni, publié en 1584: il s’agit du premier traité zoologique consacré à l’élan, le plus grand cervidé existant, que l’on ne trouve aujourd’hui que dans les forêts froides d’Amérique du Nord, de Scandinavie et de Sibérie, mais qui, au XVIe siècle, était également répandu en Europe de l’Est. La traduction de l’œuvre de Menabeni, écrite à l’origine en latin, a été confiée au naturaliste Costanzo Felici, collègue et ami d’Ulisse Aldrovandi, qui a également ajouté au livre de Menabeni un traité en italien sur le loup, intitulé Delle virtù e proprietà del lupo (Les vertus et les propriétés du loup). La collection d’Urbino de la Biblioteca Alessandrina comprend également un ouvrage de Pierre Belon, La nature & diversité des poissons, avec leurs pourtraicts, representez au plus pres du naturel, publié à Paris en 1555, une sorte d’album illustré sur les poissons: Nous ne savons cependant pas s’il faisait partie de la Libraria nuova du duc, mais si c’était le cas, explique Fugaro, “il se l’était procuré afin de posséder le plus grand nombre possible de spécimens d’ouvrages zoologiques sous toutes les différentes formes existantes”.

La collection d’Urbino de l’Alessandrina contient également plusieurs ouvrages zoologiques d’Ulisse Aldrovandi lui-même que Francesco Maria II Della Rovere avait rassemblés dans sa Libraria nuova: les douze volumes de l’Ornithologia (un important traité dans lequel les oiseaux individuels sont présentés avec des tableaux détaillés présentant leur morphologie, leur chant, leur comportement, leur nidification, leur migration, leur habitat, et même leurs utilisations possibles en cuisine et en médecine), les sept volumes du De animalibus insectis, du De reliquis animalibus exanguibus, du De piscibus, du De quadrupedibus, du Quadrupedum omnium bisulcorum historia, du Serpentum et draconum historiae, du De quadrupedibus digitatis viviparis. La particularité de ces volumes réside dans le fait qu’ils sont tous illustrés en couleur: Aldrovandi, en effet, selon sa vision du monde, ne permettait pas les images en noir et blanc, et faisait colorier à ses frais les copies de ses œuvres à l’aquarelle pour les sujets les plus importants. L’Ornithologia appartient à ce cas: dédié à Francesco Maria II della Rovere (avec une phrase manuscrite), l’ouvrage sur les oiseaux a été aquarellé directement par le naturaliste. Le duc intervint d’ailleurs pour soutenir l’entreprise éditoriale d’Aldrovandi. Enfin, le De natura aquatilium carmen de François Boussuet, ouvrage en vers consacré aux animaux aquatiques (poissons, mollusques), avec illustrations, et un ouvrage similaire, mais en italien, l’Operetta non meno vtile che diletteuole, della natura, et qualità di tutti i pesci, sino al giorno d’hoggi conosciuti dal mondo, autre description de tous les poissons, écrite en rimes d’octave par l’homme de lettres riminais Malatesta Fiordiano.

L’aperçu des traités zoologiques de la Libraria nuova montre que Francesco Maria II della Rovere avait constitué sa bibliothèque sans négliger les volumes les plus récents, les plus détaillés et les plus novateurs, mais en récupérant aussi les plus curieux, signe indubitable qu’il pouvait compter sur d’excellents conseillers qui lui suggéraient les meilleurs achats. En outre, la collection, bien que limitée par le fait que les auteurs appartiennent presque tous à l’école aristotélicienne (et cet aspect est conforme aux idées de l’époque selon lesquelles, comme nous l’avons dit, les sciences naturelles faisaient partie des disciplines philosophiques), comprend des œuvres d’auteurs différents.Le résultat est que la Libreria nuova, dit Fugaro, se présente comme une"Res publica studiorum dans laquelle le seul élément qui compte est la capacité d’étudier la nature dans sa réalité tangible et sa représentation".

Ulisse Aldrovandi, Ornithologiae hoc est De auibus historiae libri XII (1599 ; texte imprimé ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Z q 26-28, p. 387) Ulisse
Aldrovandi, Ornithologiae hoc est De auibus historiae libri XII (1599 ; texte imprimé ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Z q 26-28, p. 387)
Ulisse Aldrovandi, Ornithologiae hoc est De auibus historiae libri XII (1599 ; texte imprimé ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Z q 26-28, p. 464) Ulisse
Aldrovandi, Ornithologiae hoc est De auibus historiae libri XII (1599 ; texte imprimé ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Z q 26-28, p. 464)
Ulisse Aldrovandi, Ornithologiae hoc est De auibus historiae libri XII (1599 ; texte imprimé ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Z q 26-28, p. 669)
Ulisse Aldrovandi, Ornithologiae hoc est De auibus historiae libri XII (1599 ; texte imprimé ; Rome, Biblioteca Universitaria Alessandrina, Z q 26-28, p. 669)

La bibliothèque de l’université d’Alexandrie

La Biblioteca Alessandrina a été fondée le 20 avril 1667 par le pape Alexandre VII, par le biais d’une bulle papale, en tant que bibliothèque du Studium Urbis, c’est-à-dire de l’Université de Rome, vocation qu’elle conserve encore aujourd’hui. La bibliothèque est née de l’acquisition de diverses collections antérieures, comme celles de savants et de cardinaux, et en particulier de la bibliothèque du dernier duc d’Urbino, Francesco Maria II della Rovere. La bibliothèque est immédiatement devenue un point de référence pour la culture romaine et sa collection a continué à s’enrichir au fil des ans, notamment parce qu’en 1715, le pape Clément XI a établi une obligation de dépôt pour la bibliothèque (chaque ouvrage publié par la typographie de l’université Sapienza devait, de par la loi, avoir un exemplaire destiné à la Biblioteca Alessandrina). Cette particularité, ainsi que le fait que les professeurs qui enseignaient à la Sapienza laissaient leurs cahiers à l’Alessandrina, ont fait de la bibliothèque un point de référence pour les études sur l’histoire de l’Université de Rome. Après l’annexion de l’État pontifical au Royaume d’Italie, la bibliothèque a connu une période de grandes difficultés, qui n’a été que partiellement résolue par la réintroduction du dépôt de copies obligatoires qui avait été interrompu les années précédentes. Pendant la période fasciste, la bibliothèque a été déplacée de son siège historique dans le palais de la Sapienza à la cité universitaire, dans le même bâtiment qui abrite le bureau du recteur, une circonstance qui a permis à l’institut de compter sur de nouveaux espaces et d’élargir ses collections, avec une activité qui se poursuit encore aujourd’hui. Depuis 1975, la bibliothèque est placée sous la tutelle du ministère des biens culturels.

La bibliothèque conserve actuellement 452 manuscrits et de nombreux autographes et correspondances, environ un million de volumes imprimés et de brochures, dont 674 incunables, 15 000 éditions du XVIe siècle, des périodiques, des journaux, des dessins, des gravures, des photographies, des affiches et des dépliants, des cartes et du matériel multimédia. Outre le Fonds ancien (40 000 volumes et 10 000 miscellanées), auquel appartiennent les fonds constitutifs (dont la “Libreria Impressa” des ducs d’Urbino, le Fonds Caetani, le Fonds Carpani, etc.) et le Fonds Alessandrino (acquisitions postérieures jusqu’au XIXe siècle), la Bibliothèque possède les fonds des trois bibliothèques des Facultés des lettres, de droit et de sciences politiques. Les principales collections comprennent la Collection Carducciana (500 volumes d’œuvres de et sur Carducci), la Collection Cicéronienne (205 volumes d’éditions cicéroniennes des XVIIIe et XIXe siècles), la Collection Deleddiana (œuvres de et sur Grazia Deledda), et la Collection Leopardi (1500 volumes et brochures d’œuvres de et sur Leopardi).

La bibliothèque de l'Université d'Alexandrie
La bibliothèque de l’Université d’Alexandrie

Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.