Les manuscrits éthiopiens de la bibliothèque de l'abbaye de Casamari


La Bibliothèque d'État du Monument national de Casamari, à Veroli (Frosinone), possède une importante collection de manuscrits éthiopiens datant du XVe au XXe siècle: il s'agit d'un matériel presque entièrement inédit qui n'a commencé à être étudié que récemment.

Une collection qui n’a pas encore été étudiée, avec de nombreux documents inédits, et qui n’a fait l’objet d’une étude scientifique complète qu’en 2017: il s’agit de la précieuse collection éthiopienne de la Biblioteca Statale del Monumento Nazionale di Casamari, la bibliothèque de l’importante abbaye cistercienne située à Veroli, près de Frosinone. La présence de textes éthiopiens dans le patrimoine de la bibliothèque de Casamari est due à l’histoire des relations que l’abbaye a su tisser: depuis 1930, en effet, elle n’a cessé de soutenir le monachisme catholique en Éthiopie et en Érythrée et d’accueillir des jeunes originaires de ce pays africain. Les relations entre Casamari et l’Éthiopie ont commencé en 1926, lorsque le pape Pie XI a envoyé l’encyclique Rerum Ecclesiae dans laquelle il soulignait l’importance des missions catholiques en dehors de l’Europe. Puis, en 1930, le cardinal Alexis-Henri-Marie Lépicier propose d’accueillir à Casamari des moines éthiopiens et érythréens intéressés par le contact avec la vie cistercienne. C’est en 1940 qu’est organisée la première mission en Afrique, avec un groupe de moines quittant Casamari pour l’Érythrée, afin d’ouvrir plusieurs maisons, d’Asmara à Karan, d’Addis-Abeba à Gondar (il ne reste aujourd’hui que celles d’Asmara, de Keren et d’Halay).

La présence de manuscrits éthiopiens à Casamari (il y en a vingt au total) est donc étroitement liée à cette histoire. Dans le recensement de la collection éthiopienne de Casamari, publié, comme prévu, en 2017 et réalisé par Antonella Brita, Karsten Helmholz, Susanne Hummel et Massimo Villa, tous de l’Université de Hambourg, les quatre chercheurs reconstituent l’histoire des acquisitions: le premier groupe de manuscrits, onze au total, est arrivé à Casamari entre les années 1950 et 1960, lorsque l’abbé Nivardo Buttarazzi était abbé (il a occupé ce poste de 1941 à 1988), tandis que le second noyau, composé de neuf manuscrits, est arrivé entre 1988 et 1994 sous la direction de l’abbé Ugo Tagni.

Le premier codex (MS 29), datant du XVIe ou XVIIe siècle, contient plusieurs livres de l’Ancien Testament: le livre d’Isaïe, le livre de Daniel, les livres de sagesse et un apocryphe, le livre d’Hénoch. En revanche, le livre 30 est un Dāwit du XVIIIe siècle, c’est-à-dire un psautier (le livre des psaumes), tandis que le livre 31 contient l’Évangile de Jean(Bǝsrāta Yoḥannǝs en éthiopien). Le livre 32 est un bréviaire du 20e siècle(Mǝʿrāf), le livre 33 est un évangile de Jean du 19e siècle, le livre 34 est un autre bréviaire composé entre 1889 et 1890, et le livre 35 est un bréviaire du 19e siècle. un autre bréviaire composé entre 1889 et 1913, 35 contient un hymnaire et date des XVIIIe-XIXe siècles (38 et 39 sont similaires), et 36 a le même contenu que le manuscrit précédent, mais date entièrement du XIXe siècle, tandis que 37 est une collection de textes liturgiques, de prières et d’hymnes, datant de 1881-1889.

Miniature du code MS 29
Miniature du codex MS 29
Miniature du code MS 29 Miniature du codex
MS
29
Miniature du code MS 29 Miniature du codex MS
29
Miniature du code MS 116 Esquisse enluminée
du codex MS 116
Code MS Pages 37
Pages du codex MS 37

Nous passons ensuite au deuxième noyau, avec le MS 113, des XVIIIe-XIXe siècles, qui contient une Doctrina arcanorum et un poème hymnique, suivi du 114, qui comprend une Complainte de la Vierge(Saqoqāwa dǝngǝl) datant de 1889-1926. Le 115 est un recueil d’hymnes et de textes liturgiques, daté de 1732, tandis que le 116 est un psautier des XIXe et XIXe siècles, tout comme le 118, qui date des XIXe et XXe siècles, et le 120 du XIXe siècle. Le 117 est un recueil de textes liturgiques divisé en deux unités, la première datant de 1682-1692 et la seconde du XVIIIe siècle, tandis que le 119 contient un antiphonaire et un recueil d’hymnes eucharistiques et date du XIXe-XXe siècle. Enfin, le 121, dernier manuscrit de la collection, est un Livre de la Révélation de Pierre à Clément(Maṣḥafa Qalemǝnṭos), un codex divisé en trois unités: c’est le codex le plus intéressant et le plus ancien de la collection, jusqu’à présent le seul à avoir été étudié, d’abord par Delio Vania Proverbio et Gianfranco Fiaccadori, puis par Alessandro Bausi. Il est divisé en deux unités: un seul feuillet date du XVe siècle, tandis que le reste a été copié entre le XVe et le XVIe siècle, bien que le Qalemǝnṭos ait été composé entre le XIIIe et le XIVe siècle (et le manuscrit de Casamari est l’un des témoins les plus précieux de cette œuvre). L’œuvre, en langue éthiopienne, appartient au genre des livres apocalyptiques, se compose de sept livres et est importante dans la mesure où elle est considérée par l’Église éthiopienne comme l’un de ses livres canoniques, au même titre que la Bible.

Tous les codex de Casamari sont en langue gǝʿǝz (prononcée: “ghés”), une langue éteinte qui a été parlée dans l’empire éthiopien du Ve siècle avant J.-C. jusqu’au XIVe siècle, mais qui est actuellement encore utilisée comme langue liturgique par l’Église éthiopienne et érythréenne (c’est en quelque sorte l’équivalent du latin pour l’Église catholique). La production de manuscrits dans cette langue a commencé en Éthiopie dès les premiers siècles de la diffusion du christianisme, et l’on estime aujourd’hui qu’il existe plus de deux cent mille manuscrits en gǝʿǝz, dont vingt mille en Europe (la plus grande collection de manuscrits Gǝʿǝz en dehors de l’Éthiopie se trouve à la bibliothèque du Vatican), dont un grand nombre dans des villes italiennes, des bibliothèques publiques et des collections privées.

Certains codices sont également décorés de miniatures. C’est le cas du MS 29, qui comporte trois illustrations (un saint Georges avec le dragon, un Daniel avec des lions et un saint Michel), et du MS 33, qui présente le portrait d’un évêque(abuna) de l’Église éthiopienne, Sāmuʾel zaWaldǝbbāreprésenté avec un lion, et à nouveau un saint Georges, et enfin 114, où l’on trouve un saint Michel, une Vierge à l’enfant, une représentation de Gabra Manfas Qǝddus (un saint vénéré par l’Église éthiopienne) avec quelques bêtes sauvages, et à nouveau un saint Georges. Les illustrations du MS 29 sont particulièrement intéressantes, car elles se présentent dans le style typique de la plupart des miniatures éthiopiennes: figures stylisées de manière substantielle, mais souvent décrites avec une grande minutie décorative (voir par exemple le cheval de saint Georges), grands arrière-plans, pour la plupart monochromes, larges champs de couleurs sans presque aucun clair-obscur, utilisation très marquée des contours pour créer les formes, gestes simples mais très expressifs.

Bien que les premières recherches sur les manuscrits éthiopiens remontent à plus d’un siècle, ce n’est que récemment qu’un regain d’intérêt est apparu autour de ces productions et que des initiatives de cartographie ont été lancées sur les différentes collections qui les rassemblent (celle de Casamari fait partie d’une étude qui concerne également le Castello d’Albertis de Gênes et la Biblioteca Giovardiana de Veroli). Il reste cependant beaucoup à faire: plusieurs manuscrits nous sont parvenus dans un état précaire et doivent être numérisés pour être mieux conservés, et certains manuscrits ne sont toujours pas traduits (le Qalemǝnṭos lui-même, pourtant bien connu des spécialistes des manuscrits éthiopiens, n’a été traduit intégralement en italien qu’en 1992 par Alessandro Bausi), et nombre d’entre eux n’ont jamais fait l’objet d’une édition critique, ni même d’une étude. Un patrimoine qui n’a donc pratiquement pas été découvert.

La bibliothèque d’État du monument national de Casamari

L’abbaye de Casamari a été fondée peu après l’an 1000, lorsque des religieux de Veroli, désireux de fonder une communauté monastique bénédictine, entreprirent la construction d’un monastère sur les ruines de Cereate, la résidence du consul Caius Marius (d’où le nom de “Casamari”, ou “Maison de Marius”). Vers le milieu du XIIe siècle, les moines bénédictins furent remplacés par des cisterciens qui construisirent le monastère actuel, joyau de l’architecture cistercienne. Après une période de splendeur, Casamari connaît un lent déclin à partir du milieu du XIVe siècle, jusqu’à l’arrivée en 1717 d’une colonie de moines cisterciens réformés, les trappistes, originaires de Buonsollazzo, dans le Grand-Duché de Toscane, qui donnent un nouvel élan à la vitalité spirituelle, culturelle et matérielle du monastère. À l’époque napoléonienne et au cours du XIXe siècle, Casamari subit des invasions, des pillages, des incendies et des effusions de sang. Dépouillée de ses biens en 1873 suite aux lois de suppression, l’abbaye est déclarée monument national l’année suivante. En 1929, Casamari, ainsi que les monastères fondés par elle, a été érigée canoniquement en congrégation monastique autonome, agrégée à l’ordre cistercien. Les bâtiments s’articulent harmonieusement autour du cloître, cœur du monastère et point de référence de l’ensemble. Une communauté de quinze moines vit actuellement à l’abbaye de Casamari.

L’abbaye de Casamari possède une prestigieuse bibliothèque qui a vu le jour dès le début de la vie monastique et qui compte aujourd’hui plus de 70 000 volumes, parchemins, codex enluminés, manuscrits et quelques incunables. La bibliothèque occupe la partie extrême de l’aile ouest du monastère, où se trouvait le réfectoire des frères convers, et on y accède par un escalier extérieur. La salle a un plafond à caissons, soutenu par quatre arcs en plein cintre, qui partent de trois piliers. Parmi les volumes de valeur, on trouve une douzaine de manuscrits et quelques incunables. Le manuscrit le plus ancien est une Règle de saint Benoît datant de la fin du XIIe siècle ; d’autres remontent aux XIVe et XVe siècles. La bibliothèque est l’une des salles les plus importantes du monastère, car elle contient non seulement les livres à usage liturgique, mais aussi ceux que les moines consultent personnellement pour les étudier, car ils ne sont pas autorisés à en posséder. L’abbaye dispose également d’un Musée-Pinacothèque: dans certaines salles sont exposées des pièces archéologiques, dont la plupart ont été trouvées dans les environs de l’abbaye, notamment des statues, des cippes en marbre, des autels païens, des offrandes votives en terre cuite, des pièces de monnaie, des épigraphes et une défense d’ elephas meridionalis, ainsi que quelques toiles, dont L’aumône de saint Laurent de Giovanni Serodine.

La bibliothèque nationale du monument national de Casamari
Bibliothèque du monument national de Casamari

Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.