Les Musei Civici di Monza: visite de la Casa degli Umiliati, qui abrite l'importante pinacothèque de la ville


La Casa degli Umiliati, bâtiment historique de Monza, abrite aujourd'hui la pinacothèque des Musei Civici di Monza, un important musée lombard. Voyons ce qu'il en est à l'intérieur.

Dans le centre historique de Monza, l’historique Casa degli Umiliati abrite aujourd’hui les musées civiques de la ville, mais c’est ici que se réunissaient autrefois, au Moyen Âge, les Umiliati, c’est-à-dire ceux qui appartenaient à cetordre médiéval qui prônait un modèle de vie voué à lasobriété et à la pauvreté. Grâce à Innocent III, l’ordre connut une forte expansion et les bâtiments qui leur étaient réservés se répandirent également, notamment en Lombardie et en particulier à Monza. Ces derniers étaient divisés en deux types: d’une part, les couvents utilisés par les religieux appartenant au même ordre, et d’autre part, les lieux de rencontre pour les affiliés laïcs, comme dans le cas de la Maison des Humiliati. La large diffusion et la grande activité commerciale des Umiliati leur ont permis de devenir des protagonistes de la vie économique et sociale de l’époque, mais pour les mêmes raisons, ils ont été considérés comme hérétiques, car ils étaient riches et puissants: l’Église a commencé à considérer l’ordre avec méfiance, jusqu’à ce qu’en 1571, Saint Charles Borromée le fasse dissoudre.

Au fil du temps, l’ensemble architectural a subi plusieurs modifications qui laissent encore visibles des éléments des différentes transformations: certaines remontent aux origines, d’autres au XVIIIe siècle, d’autres encore au XXe siècle, et les plus récentes datent évidemment des dernières interventions, lorsqu’il a été décidé d’utiliser la Casa degli Umiliati en tant que musée. En fait, ce n’est qu’après une longue restauration du bâtiment historique, au cours de laquelle on a essayé de récupérer autant que possible l’ancienne structure, en tenant compte également de la présence de nouveaux instruments et technologies adaptés à l’exposition et à la conservation des œuvres d’art, que les Musei Civici di Monza ont ouvert leurs portes aux visiteurs en 2014.

Auparavant, certaines salles de la Villa Reale de Monza abritaient la pinacothèque de la ville et la section historico-ethnologique : les musées municipaux ont été officiellement fondés en 1935 afin d’exposer les importantes donations faites à la ville de Monza depuis la fin du XIXe siècle. Par la suite, les deux sections ont été divisées: La Villa Reale a continué à abriter la pinacothèque, tandis que l’Arengario a accueilli la section historique dans les années 1960. En 1984, les deux salles ont été fermées au public et les collections ont été mises en réserve. Comme indiqué précédemment, ce n’est qu’en 2014 que les deux sections seront réunies dans les locaux restaurés et muséifiés de la Casa degli Umiliati.

Musei Civici di Monza, Casa degli Umiliati
Musei Civici di Monza, Casa degli Umiliati


La cour de la Casa degli Umiliati
La cour de la Casa degli Umiliati

Le parcours de l’exposition est désormais divisé en treize sections présentant 140 objets, dont des peintures, des sculptures, des installations et des artefacts, retraçant l’histoire et l’art de Monza depuis l’époque romaine jusqu’à l’époque contemporaine. Cependant, le parcours de l’exposition, entre le rez-de-chaussée et le premier étage, peut être considéré comme un voyage à travers les différents thèmes abordés, des portraits aux paysages, de l’art sacré à l’art des XIXe et XXe siècles.

L’exposition commence par un corpus de pièces archéologiques découvertes dans la région de Monza et datant de la période comprise entre le IIe siècle avant J.-C. et le IIe siècle après J.-C.: cette période de romanisation est caractérisée par les épigraphes sépulcrales que les populations celtiques présentes dans la région ont commencé à réaliser après avoir assimilé la religion et la culture quotidienne romaines. C’est grâce à une épigraphe gravée dans le granit d’un autel dédié à Hercule que l’ancien nom des habitants de Monza, Modiciates, a été transmis.

D’autre part, des objets datant du Moyen Âge témoignent des coutumes religieuses et civiles de la ville de Modoetia, l’ancien nom de Monza: Il s’agit notamment d’un staio en bronze, l’ancienne unité de mesure de la municipalité, d’un bloc de serizzo qui servait de pierre de touche pour indiquer les références de longueur et de capacité, de pierres sculptées et gravées de symboles religieux témoignant de la forte spiritualité de l’époque médiévale, et de la Lamentation sur le Christ mort de Giuseppe Meda (Milan, 1534 - 1599).

Le premier étage abrite des œuvres d’art qui racontent les origines de la collection et couvrent les XIXe et XXe siècles, en mettant l’accent sur les peintures, les fresques, les portraits et les céramiques qui ont donné à l’art de la ville une large portée.

Grâce à la donation, en 1923, d’une grande partie de la collection de peintures, d’estampes anciennes et d’objets d’art d’Eva Galbesi Segrè, les bases d’un musée civique, dont le besoin se faisait sentir depuis longtemps, ont été jetées. En effet, la pinacothèque a été créée en 1935, en réunissant le legs de la collection susmentionnée et d’autres donations provenant de diverses familles de Monza. Il s’agit principalement d’œuvres représentant des épisodes de la vie du Christ, des vies de saints, des scènes mythologiques, des figures allégoriques et des natures mortes.

Monza Civic Museums Art Gallery Hall
Salle de la pinacothèque des Musées civiques de Monza


Monza Civic Museums Art Gallery Hall
Salle de la pinacothèque des Musées Civiques de Monza


Monza Civic Museums Art Gallery Hall
Galerie des Musées Civiques de Monza


Monza Civic Museums Art Gallery Hall
Salle de la pinacothèque des Musées Civiques de Monza

Les peintres de Monza de la fin du XIXe siècle, comme Eugenio Spreafico (Monza, 1856 - Magreglio, 1919) et Emilio Borsa (Milan, 1857 - Monza, 1931), ont réalisé de splendides toiles où le thème du travail est central, car ils se trouvaient dans une période de grandes transformations économiques et sociales, où l’activité agricole et paysanne cédait la place au monde ouvrier. Dans ces toiles, un fort sentiment de mélancolie imprègne les protagonistes et l’ensemble du paysage, allant même jusqu’à aborder le thème de l’enfance. Mais la peinture de paysage est également fréquente dans la peinture monzacienne du XIXe siècle, Mosè Bianchi (Monza, 1840 - 1904) étant le plus important des artistes de ce genre. Ce dernier appartenait à toute une famille de peintres, qui comprenait également Pompeo Mariani (Monza, 1857 - Bordighera, 1927) et Emilio Borsa, à tel point que, selon les critiques, une école de Monza s’est formée. Dans les Musées Civiques, Mosè Bianchi est également présent avec deux œuvres graphiques liées à la technique de la fresque: une figure féminine personnifiant l’Histoire, qui fait partie d’un cycle pictural peint à fresque par l’artiste à Lonigo, dans la Villa Giovanelli, et le grand dessin préparatoire du Génie de Savoie, peint plus tard sur le plafond de la Saletta Reale de la Gare de Monza.

Une section spéciale des Musées Civiques est également entièrement consacrée aux portraits: une véritable galerie a également été créée en termes de disposition. Ici, en effet, on peut voir des princes, des prélats, des hauts fonctionnaires, des poètes, des hommes de lettres, des femmes, des hommes d’industrie: des personnalités profondément enracinées dans l’histoire locale qui ont apporté une contribution significative à la vie économique et sociale de la ville. Bien entendu, les peintres protagonistes de la scène artistique de la ville au tournant des XIXe et XXe siècles sont également représentés.

Au début du XXe siècle, trois artistes, Eugenio Baioni (1880 - 1936), Anselmo Bucci (Fossombrone, 1887 - Monza, 1955) et Guido Caprotti (Monza, 1887 - Avila, 1966), se sont associés à d’autres jeunes artistes au sein d’une sodalité appelée Coenobium, avec l’intention de renouveler l’art qui avait encore un héritage du XIXe siècle.

La galerie du portrait
La galerie de portraits


La galerie du portrait
La galerie de portraits

Dans le but d’allier talent artistique et artisanat, l’Istituto Superiore Industrie Artistiche (ISIA) est fondé en 1927. Il contribue à la formation de personnalités remarquables jusqu’à ce qu’il cesse ses activités en 1943 en raison de la guerre. La tâche d’internationaliser cette production artistique est confiée aux Biennales: Villa Reale accueille trois éditions (1923, 1925 et 1927), tandis qu’en 1930 la manifestation devient la Triennale et Monza accueille la première édition ; la Triennale est ensuite transférée à Milan.

Le prix national de peinture “Città di Monza” a joué un rôle fondamental dans la renaissance artistique de la ville après la guerre : les œuvres primées ont été ajoutées aux collections municipales et ont pu être admirées à nouveau à partir de 1951, année de la réouverture de la pinacothèque.

Tous ces passages, événements et personnalités qui ont marqué l’histoire et l’art de Monza sont retracés dans les différentes salles de la Casa degli Umiliati ; en outre, la collection du musée comprend également un important patrimoine d’estampes anciennes et modernes: celles-ci ne sont pas exposées en permanence pour des raisons de conservation, mais constituent l’important trésor du Cabinet des estampes (les estampes sont toutefois souvent exposées dans le cadre d’expositions temporaires).

L’un des points fondamentaux des Musei Civici di Monza est le rapport entre le musée et la ville, puisque de nombreuses œuvres et objets d’art exposés sont liés à des lieux de la ville: le visiteur est donc invité à ne pas s’arrêter aux seules collections des musées, mais à poursuivre son voyage dans l’histoire de la ville à travers les églises, les palais et les monuments. En effet, les Musées se proposent d’offrir des approfondissements et des travaux, notamment pour les écoles, avec des parcours et des thèmes transversaux, des lectures iconographiques et la possibilité de vivre l’art à la première personne, dans le but d’influencer la connaissance du territoire et du patrimoine collectif. Les élèves ont donc la possibilité de travailler dans le musée et dans la salle d’enseignement selon des macro-espaces thématiques définis en fonction de l’âge des élèves et de leurs besoins éducatifs: par exemple, Visages, corps, humeurs - Sur les marches de la Monaca di Monza; Paysage, espace, nature - Exposition temporaire spéciale; Matière, forme, couleur; Monza et son histoire.

Un forfait spécial est consacré à la figure de la Monaca di Monza , qui comprend la compréhension des événements entre l’histoire et le roman et la découverte des lieux et des traces de la ville où Marianna de Leyva a vécu entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle. Le programme s’adresse aux écoles secondaires inférieures (classes de troisième) et supérieures: il y aura une vidéo + visite guidée de la ville Sui passi della Monaca di Monza et une représentation théâtrale + visite guidée de la ville. Les Musées Civiques de Monza organisent également des activités guidées avec des experts sous forme d’itinéraires actifs et d’ateliers artistiques, en mettant à disposition des espaces, du matériel et des outils spéciaux: une salle de classe pour les activités pédagogiques, une table tactile multimédia riche en contenus, utile pour la visite du musée et pour l’approfondissement des œuvres exposées, du matériel didactique. Des projets d’alternance école-travail et des rencontres dédiées aux enseignants sont également proposés.

Les Musées Civiques sont également actifs en termes d’innovation technologique: en effet, ils ont récemment lancé la nouvelle WebApp SmartGuide, un guide intelligent qui permet d’accéder à tous les contenus multimédias sans avoir besoin de télécharger une application sur son smartphone, sa tablette ou son ordinateur. Il suffit de scanner le code QR ou d’entrer l’adresse fournie par la billetterie pour commencer son voyage à travers le musée. La WebApp a été conçue par Fabrica Ludens selon les techniques de narration les plus modernes. Toutes ces informations sont également disponibles sur le site officiel des musées, www.museicivicimonza.it. Un point de départ important pour organiser une visite au complexe muséal, l’un des plus importants de toute la Lombardie.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.