Un carnaval au milieu du XVIIe siècle: le carnaval de Rome par Jan Miel


Voici une représentation d'un carnaval du milieu du XVIIe siècle: Le Carnaval de Rome de Jan Miel, une œuvre de 1653 conservée au Prado à Madrid.

Parmi les différents peintres qui ont représenté des scènes de carnaval, Jan Miel (1599 - 1663) occupe une place particulière. Peintre flamand actif au XVIIe siècle, il est l’un des principaux représentants du groupe dit des Bamboccianti: il s’agit de peintres, principalement flamands et néerlandais, qui travaillaient à Rome dans les premières décennies du XVIIe siècle et qui doivent leur nom à leur “chef de file” Pieter van Laer, surnommé “il Bambocciccio” (le Bamboccianti) en raison de ses traits presque enfantins. Les Bamboccianti avaient l’habitude de représenter des scènes de la vie quotidienne à Rome à l’époque: ce Carnaval à Rome est un exemple typique de cette manière de faire de l’art. Et dans la production de Jan Miel, ce n’est pas le seul exemple d’œuvre à sujet carnavalesque: il y en a d’autres dans différents musées et collections.

L’œuvre date de 1653, nous le savons parce qu’elle est signée et datée. Même à une époque plus ancienne que la nôtre, le carnaval n’était rien d’autre qu’une période de festin, qui se traduisait par des danses endiablées et des repas abondants: souvent, les peintres flamands s’attardaient précisément à représenter l’aspect plus purement “alimentaire” du carnaval. En somme, il fallait faire la fête autant que possible (et souvent, ces festivités menaient à la débauche la plus débridée), car après le mardi gras commençait la période de jeûne et de réflexion du carême. Jan Miel décrit dans son tableau une scène de carnaval dans les rues de Rome, avec tous les contours typiques de cette fête populaire qu’était (et est toujours) le carnaval.

Jan Miel, Carnevale a Roma
Jan Miel, Carnaval de Rome (1653 ; Madrid, Museo del Prado)

Nous voyons une charrette tirée par des bœufs transportant des personnages, dont beaucoup sont masqués, et des hommes, également masqués, qui la suivent, dans un état d’altération évident, sans doute dû à quelques verres de trop. La coutume de faire défiler des chars pendant le carnaval existait déjà dans l’Antiquité et, dans chaque ville, ces défilés prenaient les significations les plus diverses, mais il s’agissait généralement de chars qui sublimaient de bons présages pour le printemps imminent ou, comme dans de nombreuses traditions qui ont survécu jusqu’à aujourd’hui, qui transportaient des personnages dans la ville en plaisantant avec la population, souvent en se moquant des puissants. Dans cette scène, l’étrange parade du chariot a pour toile de fond une Rome qui mêle colonnes antiques et vestiges classiques en ruine à des bâtiments construits à une époque récente: bref, la Rome qui reflétait l’imaginaire collectif des artistes et des hommes de lettres de l’époque. Caractérisant le cadre romain de la scène, nous avons également les vêtements des trois personnages qui suivent le char. Ils sont en effet déguisés en gardes suisses: le carnaval, depuis les temps les plus reculés, était aussi l’occasion (à l’époque probablement la seule) de se moquer des puissants, comme nous l’avons vu plus haut. Cela s’explique également par les contrôles légers que les autorités, même dans la Rome des papes, exerçaient sur la population pendant le carnaval: c’était comme si, pendant un certain temps, le peuple se voyait accorder quelques licences supplémentaires.

L’intention satirique du carnaval se concrétise également dans l’utilisation de personnages typiques, les célèbres masques de la Commedia dell’Arte, qui devinrent très populaires au XVIIe siècle et qui, de manière caricaturale et exagérée, incarnaient les vices et les vertus des puissants et du peuple, et étaient utilisés pour présenter des spectacles, souvent itinérants, qui rencontraient un grand succès, en particulier auprès des classes sociales inférieures. Nous trouvons également quelques masques typiques de la Commedia dell’Arte près du chariot de Jan Miel, sur les mules: en particulier, le masque du docteur, vêtu du costume sombre des avocats de l’époque, qui incarnait la pompe, la rhétorique vide et l’inconsistance des savants de l’époque, et à côté de lui, un Punchinello, qui était le stéréotype du serviteur rusé, capable grâce à sa ruse de démêler des situations compliquées (et de tromper les puissants).

Certains historiens de l’art ont également émis l’hypothèse que ce petit groupe transporté par la charrette pourrait également être une troupe de théâtre ambulante, étant donné le nombre de personnages, leurs déguisements, mais aussi leur caractérisation individuelle, ce qui pourrait suggérer que Jan Miel s’est inspiré d’une véritable troupe de théâtre, qui se trouvait peut-être à Rome à l’époque où l’artiste a exécuté son œuvre.

Conservée au musée du Prado à Madrid, cette peinture de Jan Miel, qui, comme presque toutes les peintures de bambocheurs, se caractérise par son atmosphère joyeuse et sa fidélité à la réalité, est arrivée en Espagne en 1727, lorsque le roi Philippe V l’a achetée pour le palais royal de La Granja de San Ildefonso, la résidence que le roi lui-même avait fait construire quelques années plus tôt, sur le modèle des palais des rois français, près de Ségovie. De là, l’œuvre a ensuite rejoint le palais d’Aranjuez à Madrid, et fait aujourd’hui partie des collections du grand musée espagnol.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.