Musées: sans COVID ou à haut risque?


Aujourd'hui commence une série d'articles sur la situation du tourisme culturel post-Coronavirus, deux mois après la "réouverture", vue à travers les yeux d'un guide, le président de l'Associazione Guide Turistiche Abilitate. Le premier article est consacré aux règles en vigueur dans les musées.

Un examen de la vie quotidienne en Italie en ce moment met en évidence ces phénomènes: sur les plages, les gens s’entassent, détendus et insouciants ; les lieux de vie nocturne sont bondés ; les restaurants ont réduit le nombre de couverts afin de respecter les règles de distance mais sont remplis de résidents ; les avions peuvent voyager à pleine charge ; dans les bus et les métros, les gens sont contraints de se déplacer au gré des besoins avec ou sans distances de sécurité, parfois attachés les uns aux autres.

Il existe cependant des endroits où le risque COVID-19 est encore dangereusement élevé et où l’on est obligé de maintenir les règles aussi strictes qu’il y a deux mois: les musées. Si l’on regarde objectivement les photos prises dans les salles d’un musée à l’heure la plus populaire et dans un club à l’heure de l’apéritif, on se croirait dans deux pays différents, avec des règles différentes.

Qu’est-ce qui rend les musées et les monuments si dangereux? Les agents de sécurité désignés par les différentes institutions ont établi des règles très strictes concernant le nombre de personnes autorisées à entrer dans chaque pièce, le nombre de minutes et d’heures pendant lesquelles chaque fenêtre doit rester ouverte, etc. Les directeurs des musées et des monuments sont tenus d’appliquer ces règles de manière tout aussi stricte. Les musées sont plus exposés que les lieux en plein air comme les plages. Cependant, fermé pour fermé, pourquoi un musée a-t-il des règles plus strictes que les locaux? Ne devrait-ce pas être l’inverse?

À l’heure actuelle, tous les lieux intérieurs ouverts au public sont soumis aux mêmes règles de base. Même dans les musées, les visiteurs doivent porter des masques, se tenir à un mètre, passer des contrôles de température, etc. Au contraire, les musées, dont les salles sont vides et où seules des statues de marbre ou des toiles sont accrochées aux murs, devraient présenter un risque très faible, notamment parce que, indépendamment du coronavirus, les visiteurs ne sont jamais autorisés à toucher les œuvres; dans la plupart des cas, des cordons ou des systèmes d’alarme les empêchent même de s’en approcher de trop près. En revanche, dans d’autres lieux ouverts au public (magasins, restaurants, bus), il existe d’innombrables objets qui peuvent être touchés et qui, par accident, ne sont pas désinfectés.

Prato, musée civique Palazzo Pretorio
Prato, Musée civique du Palazzo Pretorio

Dans les restaurants, les gens mangent, boivent, parlent et rient sans masque. Dans les avions, on peut se tenir les uns à côté des autres, mais seulement avec un masque. Dans les bus, sans contrôle (le seul protégé est le chauffeur), en théorie, non seulement une personne infectée par le COVID-19 mais aussi une personne malade de la peste peuvent monter à bord. Au contraire, à l’intérieur des musées, les visiteurs sont bloqués et doivent attendre parce que dans certaines salles ils ne peuvent pas être plus d’un à la fois, ils sont obligés de suivre un chemin à sens unique comme dans un jeu de l’oie même si les salles sont vides, dans certaines salles ils peuvent être dans une, dans d’autres dans cinq, dans d’autres dans dix, et ainsi de suite.

En réalité, dans les musées nationaux et municipaux , personne ne veut prendre de risques, car l’argent revient de toute façon à l’État. Les compagnies aériennes ont fait pression pour revenir aux voyages à pleine charge car sinon elles feraient faillite, les restaurants et les clubs font tout ce qu’ils peuvent pour accueillir le plus grand nombre de personnes possible afin d’éviter la fermeture, mais ceux qui travaillent dans ou pour un musée doivent protéger leurs arrières contre les risques criminels: la possibilité d’une plainte pour infection à COVID-19 sur le lieu de travail est plus dangereuse que la perte de billets.

Les directeurs et les fonctionnaires sont de grands professionnels qui aimeraient réaliser de magnifiques projets, mais qui sont bloqués par la bureaucratie et les lois. Ainsi, dans les musées et les monuments, les règles sont servilement appliquées ; les préoccupations de ceux qui sont employés et les exigences de ceux qui les représentent comptent plus qu’ailleurs. Dans le monde du patrimoine culturel, nous n’avons pas les lobbies qui ont persuadé les gens de changer les règles dans les avions et les cinémas. Et la visite d’un musée n’est pas aussi nécessaire que celle des transports en commun, où les règles sanitaires sont complètement ignorées, mais que l’Etat fait semblant de ne pas voir parce que les moyens de transport s’effondrent.

Je ne peux pas me permettre de dire s’il est plus juste d’appliquer les règles de manière stricte comme dans les musées ou de manière timorée comme dans les boîtes de nuit, ou de ne pas les appliquer du tout comme dans les bus. Mais je suis certain que des règles et des comportements différents dans les mêmes villes n’ont pas de sens. Un gardien de musée qui exige des règles strictes au travail peut être infecté dans un bus bondé en mangeant une pizza et en regardant un film.

Les musées italiens méritent certainement l’autocollant “COVID-free”. Dommage qu’à ce rythme, ils soient également exempts de personnes. Les législateurs devraient modifier ces distorsions de notre système pendant qu’il en est encore temps.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.