Le tourisme fait-il grandir le Salento ? Non, il l'a appauvri. Ce que dit l'étude


Une étude réalisée par des professeurs de l'université du Salento et des experts en tourisme a conclu que le tourisme n'a pas fait croître le Salento (et Lecce en particulier), mais l'a au contraire appauvri. Voici pourquoi.

À contre-courant du courant dominant, qui considère le tourisme comme une poule aux œufs d’or dans un pays comme l’Italie, ainsi que comme la panacée pour tous les maux des régions économiquement déprimées, la revue en ligne de critique de la politique économique Economiaepolitica.Elle a publié une étude à douze mains de Giorgio Colacchio, Guglielmo Forges Davanzati, Gianmarco Igino Scardino, Luigino Sergio, Domenico Suppa et Davide Stasi (trois professeurs d’université, un de l’université de Bénévent et deux de l’université du Salento, et trois experts) intitulée “Les limites du développement touristique dans le sud de l’Italie : Le cas de la province de Lecce”, dans lequel ils réfutent l’idée que les flux touristiques puissent apporter de la richesse à cette région, le Salento, qui est à la mode pour les vacances d’été depuis de nombreuses années.

Ces professeurs et experts ont analysé scientifiquement le cas de la province de Lecce (avec des données à partir de 2008) en soulignant comment la désindustrialisation et le retrait des campagnes au profit d’un travail accru dans le secteur du tourisme et des services connexes n’apportent pas de richesses, mais bloquent plutôt le développement du territoire. Ou plutôt, les auteurs visent à "rendre compte du changement structurel survenu dans le Salento à la suite de l’augmentation des flux touristiques, en montrant comment le tourisme est associé à une faible croissance économique, principalement pour les professions peu qualifiées uniquement. La croissance du secteur touristique est allée de pair avec une réduction de l’incidence de l’industrie manufacturière dans la région, qui reste néanmoins la région la plus industrialisée du Mezzogiorno, et “avec l’augmentation des inégalités dans la distribution des revenus”. Vous l’auriez deviné ? Et pourtant, le Salento, avec Lecce, la “Florence du Sud”, a acquis ces dernières années une visibilité et un dynamisme qui lui permettent de s’imposer de plus en plus comme la reine des vacances de la rédemption du Sud.

Plage à Gallipoli
Plage de Gallipoli
La cathédrale de Lecce. Photo Wikipedia/Paride81
La cathédrale de Lecce. Photo Wikipedia/Paride81
La basilique de Santa Croce à Lecce. Photo Wikipedia/Tango7174
La basilique de Santa Croce à Lecce. Photo Wikipedia/Tango7174

Voyons l’analyse qu’ils ont faite en commençant par les chiffres de base qui encadrent les activités de cette zone : “Les activités d’hébergement et de restauration sont celles dont le nombre a le plus augmenté : de 4.143 (au 31 décembre 2009) à 5.838 (au 31 mai 2023), soit 1.695 de plus, soit une augmentation de 41 %”, mais ils rappellent aussi que Lecce (Salento au sens étroit du terme), avant cette spécialisation dans l’activité touristique, “était en 1870 plus industrialisée que la province de Turin avec un PIB industriel égal à celui de Milan”. Un peu moins de 20 % des revenus monétaires de l’Italie provenant de l’étranger étaient attribuables au Grand Salento, qui était l’une des zones où le secteur secondaire était le plus présent en Italie".

Dans une analyse de la coupe historique, économique et sociale, il souligne que les installations hôtelières ou les activités liées au tourisme (b&b, restauration, établissements balnéaires) ont d’abord été l’apanage de la classe moyenne déjà fortunée, se tenant à l’écart des autres classes sociales dont elles tirent leur main-d’œuvre : “Elles sont également générées et préservées par l’emploi régulier d’une importante armée de réserve de jeunes gens prêts à offrir leurs services dans les établissements de bains, souvent de manière totalement irrégulière”. Et encore : “Il ne s’agit donc pas d’une demande supplémentaire de main-d’œuvre. L’importante disponibilité locale de main-d’œuvre jeune dépend d’un taux de chômage élevé, lui-même causé par une faible demande (tant intérieure qu’étrangère), qui dépend fortement de la disparition substantielle des débouchés publics”.

Le fait qu’au cours des vingt dernières années, les Pouilles - et plus encore le Salento - aient accru leur dépendance à l’égard du secteur touristique plus que le reste du pays est donc perçu négativement : “l’incidence du tourisme dans la région, entre 1995 et 2017, a doublé, atteignant 4,2 %, par rapport à ce qui s’est passé dans le passé.2 pour cent, par rapport à ce qui s’est passé dans le reste de l’Italie, où la croissance du secteur a été inférieure de deux tiers”, et en termes d’employés, le secteur touristique régional “compte un peu plus de 142 000 personnes, soit 5,4 pour cent du total national”. Néanmoins, en termes de nombre de présences, notre région n’est pas parmi les premières d’Italie, dépassée de loin par les destinations historiques, avec lesquelles il y a une grande distance (par exemple, la Riviera Romagna)", notent les auteurs de l’étude.

Ostuni
Ostuni
Château d'Otrante. Photo : Francesco Bini
Le château d’Otrante. Photo : Francesco Bini

Trois points ressortent sur la criticité et ses causes. Le premier est qu’en présence d’un processus marqué de désindustrialisation, la spécialisation dans le secteur du tourisme - qui est un secteur encore notoirement caractérisé par une faible productivité du travail et qui souffre également d’une forte saisonnalité - peut entraîner une diminution de la demande de main-d’œuvre qualifiée, en accentuant les flux migratoires d’une main-d’œuvre plus spécialisée et en réduisant ainsi la productivité du travail en général. La seconde est liée à la croissance continue du secteur du tourisme au cours des 15 dernières années, qui “peut avoir provoqué une sorte de syndrome hollandais, avec un transfert des facteurs de production des secteurs à forte productivité du travail vers l’offre de services touristiques”, caractérisée par une productivité du travail plus faible. Le secteur du tourisme a également joué un rôle de “tampon” pour le réemploi des travailleurs expulsés des secteurs primaire et secondaire de l’économie, par exemple à la suite de l’expulsion des agriculteurs des terres dévastées par la Xylella et dans le cadre de l’exploitation de lidos de plage et de restaurants dont la qualité de l’offre est médiocre. Le troisième point est l’augmentation de l’incidence des flux touristiques non enregistrés, les locations de courte durée qui sont la damnation des centres historiques (“sous la forme de maisons et d’appartements non enregistrés par les organismes de contrôle avec l’augmentation associée de l’emploi irrégulier, des activités non déclarées et du travail illégal, etc.) Des phénomènes qui ont accompagné l’expansion du secteur touristique mais qui ”ont certainement contribué à empêcher le développement d’une offre de services à plus forte valeur ajoutée, contribuant ainsi à la baisse de la productivité du travail dans le secteur touristique".

Le tourisme fait-il grandir le Salento ? Non, il l'a appauvri. Ce que dit l'étude
Le tourisme fait-il grandir le Salento ? Non, il l'a appauvri. Ce que dit l'étude


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.