Entre étude et réflexion: la bibliothèque Malatesta, le rêve de la Renaissance de Malatesta Novello


La Biblioteca Malatestiana (bibliothèque malatestienne) de Cesena, commandée par le seigneur Malatesta Novello, est la seule bibliothèque monastique humaniste parfaitement conservée.

En 2003, une conférence célébrant le 550e anniversaire de l’ouverture de l’un des joyaux culturels les plus illustres d’Italie, la Biblioteca Malatestiana, s’est tenue à Cesena, et un titre particulièrement approprié a été choisi pour ce rassemblement de chercheurs basés dans la ville de Romagne: Le don de Malatesta Novello. La bibliothèque n’aurait peut-être jamais vu le jour sans la figure de ce mécène éclairé, Domenico Malatesta (1418 - 1465), qui, en 1433, lorsqu’il devint chevalier palatin et seigneur de Cesena, décida de prendre le surnom de"Novello". Le jeune seigneur avait un rêve: diffuser la culture humaniste dans sa ville, ainsi que donner du lustre et de la gloire à sa famille par le biais des arts. C’est en substance ce que son frère Sigismondo (1417 - 1468) s’apprête à faire à la même époque avec le temple Malatesta de Rimini.

Et c’est précisément en 1450, année de la consécration du temple de Rimini, que Malatesta Novello commence à s’intéresser à Cesena aux projets des frères du couvent de Saint-François qui, environ trois ans plus tôt, avaient enfin pu commencer les travaux d’un édifice capable de conserver les volumes recueillis au cours de plus de deux cents ans de présence à Cesena. En 1445, en effet, le pape Eugène IV avait accordé aux frères qu’un legs qu’ils avaient obtenu et qui devait servir à construire une chapelle à l’intérieur du couvent, soit plutôt utilisé pour la construction d’une bibliothèque. En 1448, on note la présence dans la ville de l’architecte Matteo Nuti qui, quelques années plus tard, apposera son nom sur l’inscription commémorant la date de fin des travaux: on peut donc supposer, sans certitude, que la construction de l’édifice a commencé vers 1448. Toutefois, en l’absence de preuves objectives, certains pensent que les travaux ont commencé en 1450, lorsque l’intérêt de Malatesta Novello est devenu tangible: cette année-là, le seigneur fait don de codex aux frères pour une valeur totale de cinq cents florins, une somme considérable pour un don qui, en fait, sanctionne l’entrée de Malatesta Novello dans l’entreprise.

La conception de l’édifice fut confiée, comme prévu, à Matteo Nuti, et les travaux furent supervisés par les frères et le seigneur de Cesena: aujourd’hui encore, en se promenant dans la bibliothèque, on peut voir les deux âmes, celle de la tradition conventuelle et celle de la culture humaniste des Malatesta. Ces deux âmes sont particulièrement visibles dans les choix stylistiques. Il ne fallut que deux ans pour achever la grande salle de la Bibliothèque, dont les travaux furent terminés en 1452, et deux autres années furent nécessaires pour disposer les volumes: le 15 août 1454, comme le rappelle également la date gravée sur la porte en bois réalisée par l’artiste Cristoforo da San Giovanni in Persiceto, la Bibliothèque Malatesta fut solennellement inaugurée et ouverte au public. Oui, parce que des études menées au milieu du XXe siècle ont révélé que la Biblioteca Malatestiana est l’une des plus anciennes bibliothèques municipales du monde (certains la considèrent même comme la première bibliothèque municipale de l’histoire): les érudits de l’époque pouvaient donc s’y rendre pour emprunter ses volumes. Des documents attestent également que la municipalité de Cesena, surtout du temps de Malatesta Novello, exerçait un contrôle strict sur tout ce qui se passait à l’intérieur de la bibliothèque: les collections de livres étaient soignées, leur expansion était surveillée, les prêts étaient contrôlés, on vérifiait périodiquement qu’aucun livre ne manquait et on choisissait un conservateur dont la nomination était du ressort du conseil municipal. Malatesta Novello avait en effet fait en sorte, d’une manière incroyablement moderne, que le conseil municipal s’occupe de la bibliothèque avec les moines. Le seigneur se souciait en effet beaucoup de l’institut, à tel point que la bibliothèque fut bientôt flanquée, sur son ordre, d’un atelier de copie: l’amanuensis travaillant à Cesena produisit cent vingt codex en une vingtaine d’années (les livres imprimés se généraliseront par la suite).

L'entrée du bâtiment abritant la bibliothèque Malatesta
L’entrée remodelée de l’ancien couvent qui abrite la bibliothèque Malatesta


Le hall de la bibliothèque Malatesta
La merveilleuse (et parfaitement conservée) salle de la bibliothèque Malatesta


Le plutei
Le pluteus


Codices anciens fixés au pluteus par des chaînes en fer
Codices anciens fixés au pluteus par des chaînes en fer

La grande culture humaniste de Malatesta Novello se perçoit même dans l’organisation des espaces à l’intérieur de lasalle, aujourd’hui connue sous le nom de salle Nuti, du nom de l’architecte qui l’a conçue. Ce dernier a étudié, probablement en s’inspirant de l’œuvre de Leon Battista Alberti (en particulier De re aedificatoria), une salle divisée en trois nefs, comme s’il s’agissait d’une église, en les recouvrant de voûtes d’arêtes (les nefs latérales) et d’une voûte en berceau (la centrale). L’environnement s’inspire de la première bibliothèque de la Renaissance, celle conçue par Michelozzo en 1444 pour le couvent de San Marco à Florence, et veut suggérer, selon les principes d’Alberti, l’harmonie et l’équilibre: avec les espaces délimités, dans des rapports géométriques constants, par les élégantes colonnes cannelées en pierre, Matteo Nuti a réussi à créer unesalle de classe raffinée qui répond aux besoins des lecteurs. L’éclairage des allées est assuré par une série dense de petites fenêtres en arc brisé, deux par travée, qui laissent entrer la lumière du soleil et éclairent la tablette de lecture des plutei, les bancs en bois (de pin dans notre cas) sur lesquels les lecteurs prenaient place et auxquels les volumes étaient attachés par des chaînes pour éviter que les livres ne soient retirés de la bibliothèque, ou simplement égarés, obligeant les moines à devoir les remplacer. Aujourd’hui encore, il est possible de voir les anciens volumes de la bibliothèque Malatesta là où ils étaient conservés à l’origine: la Libraria Domini, comme on appelait la bibliothèque Malatesta dans l’Antiquité (ce qui signifie “bibliothèque du Seigneur”: et le Dominus en question n’est pas le “Seigneur” entendu comme Dieu, mais Malatesta Novello) est en fait laseule bibliothèque monastique-humaniste au monde à avoir été conservée intacte, tant en ce qui concerne le bâtiment, l’ameublement que la collection de livres. Un oculus de style gothique s’ouvre sur le mur du fond, éclairant la nef, dépourvue de plutei car elle devait permettre l’accès aux bancs des nefs latérales.

Les symboles de la dynastie des Malatesta abondent, comme on peut s’y attendre. Le portail d’entrée, en pierre locale, nous accueille avec l’éléphant, l’un des symboles par excellence des Malatesta, accompagné du cartouche portant la devise Elephas indicus culices non timet, “l’éléphant indien ne craint pas les moustiques”, signifiant que les personnes magnanimes ne se soucient pas des désagréments causés par les petites gens. À côté du portail, une plaque immortalise le nom de l’architecte, qui s’est peut-être un peu immodestement comparé au mythique Dédale, constructeur du Labyrinthe de Crète: “MCCCCLII Matheus Nutius Fanensi ex urbe creatus Dedalus alter opus tantum deduxit ad unguem”, ou “En l’an 1452, Matteo Nuti, né dans la ville de Fano, tel un nouveau Dédale, a achevé une grande œuvre”. Sur le sol et le linteau du portail, une autre plaque rappelle le nom de la personne qui a fait don de la bibliothèque à la communauté: “Mal. Nov. Pan. Fil. Mal. Nep. Dedit”, ce qui signifie “Malatesta Novello, fils de Pandolfo et petit-fils de Malatesta, a fait don”. On retrouve partout les symboles de la famille, que nous avions déjà mentionnés dans l’article consacré au temple des Malatesta, comme le dispositif à trois têtes ou l’églantine (plusieurs roses à quatre pétales, également de style gothique, ornent la porte en bois), et le dispositif de la clôture, caractéristique de la famille Malatesta de Cesena, revient fréquemment: la clôture, qui ressemble à une armure, était un symbole de force, mais elle est également fréquente dans la bibliothèque parce que ses couleurs d’origine (blanc, rouge et vert, c’est-à-dire les couleurs des vertus théologales) sont les mêmes que celles de la bibliothèque, c’est-à-dire le blanc des colonnes, le rouge de la terre cuite utilisée pour le sol, et le vert des murs et du plafond.

Même le matériel ancien que Malatesta Novello a voulu attribuer à sa Libraria reflète sa culture humaniste: à côté des livres des Pères de l’Église (nous sommes, après tout, dans une bibliothèque monastique), nous trouvons des livres d’histoire, sujet dont le seigneur était un grand passionné, des auteurs classiques grecs et latins (Pline, Plutarque, Tite-Live, Cicéron), des codex hébraïques et des œuvres d’humanistes contemporains. Grâce à l’engagement de Malatesta Novello, au double contrôle prévoyant de la municipalité et du couvent, et au grand soin apporté par les habitants de Cesena à l’entretien de la bibliothèque, nous pouvons affirmer que le rêve de Renaissance et d’humanisme du seigneur et de sa ville a non seulement été pleinement réalisé, mais qu’il continue aujourd’hui encore à être conservé intact pour communiquer au monde l’importance de la culture et l’importance de la maintenir en vie. La bibliothèque fait aujourd’hui partie du registre " Mémoire du monde" de l’UNESCO, le programme de protection des archives historiques, et peut être visitée (bien que l’on ne puisse pas s’attarder parmi les plutei): Dès que l’on franchit la porte encore originale de la salle Nuti, une véritable merveille s’offre à nous et nous sommes surpris par une émotion inhabituelle, non seulement parce que nous nous trouvons dans un environnement historique parfaitement conservé dans ses moindres détails, enveloppés par la même lumière qui éclairait autrefois la salle, mais aussi parce que nous pouvons goûter l’amour des habitants de Cesena pour leur ville, en prenant conscience que la culture signifie aussi la mémoire de notre passé dont nous pouvons tirer des exemples pour guider notre avenir.

Le portail d'entrée de la bibliothèque avec les éléphants de Malatesta
Le portail d’entrée de la Bibliothèque avec les éléphants de Malatesta


Inscription indiquant le nom de l'architecte Matteo Nuti
Inscription portant le nom de l’architecte Matteo Nuti


Inscription commémorant le don de Malatesta Novello
Inscription rappelant la donation de Malatesta Novello


Armoiries sur pluteuses
Les armoiries sur les plutei


Colonne avec l'exploit tricéphale
Colonne avec l’entreprise des trois têtes


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.